Édition du
21 September 2018

Ysmaïl Dahlouk Mahfoud : «Le médecin rescapé de la Wilaya IV»

Ysmaïl Dahlouk Mahfoud. Moudjahid, professeur en dermatologie

«Le médecin rescapé de la Wilaya IV»

EL WATAN
12 JUILLET 2018

On ne louera jamais assez les mérites des hommes qui se sont dévoués pour leur pays au péril de leur vie, accomplissant une mission «sacrée» au terme de laquelle ils se sont éclipsés, n’en réclamant ni les dividendes ni les glorioles.

Ysmaïl Dahlouk Mahfoud est de ceux-là. Il était au cœur d’un énorme tintamarre fait de bruit et de fureur, où la mort guettait à chaque coin.

Puis, bousculant les conventions et les genres lorsque la guerre a pris fin, il s’est muré dans un silence pudique et digne pour aller terminer ses études, l’indépendance acquise.

Alors qu’il est issu d’une bourgeoisie milianaise, forcément dans l’aisance, qu’il est garçon unique et qu’il est sur le point d’achever ses études en médecine, voilà que notre homme, à l’appel de la grève de mai 1956, répond à son courage, celui qui conduit à jouer sa peau pour défendre les idéaux si nobles et si exaltants : la liberté et la dignité pour soi et pour les autres.

Il en est des destins comme d’autres choses. Les paradoxes les rendent plus intéressants que les évidences !

Mahfoud est né le 31 janvier 1931 à Miliana. Il a fait l’école primaire Charles Andreï. Il a passé la première partie du bac en 1948 à Miliana, qui avait eu l’honneur d’abriter pour la première fois cet examen. Sur les 15 candidats, il y a eu 14 lauréats dont Mahfoud. La 2e partie du bac, il l’a eue au lycée Bugeaud, où il avait été admis en qualité d’interne en 1949.

«En sciences expérimentales et ce n’était pas du gâteau», se souvient-il. Et puis l’université en 1950 et la résidence estudiantine de la rue Roberstsau. Mahfoud garde des souvenirs vivaces de son père Sadek, «qui avait sans doute la plus belle échoppe d’Algérie, qui était attentionné, aimant et qui est resté attaché à ses racines à la terre ne perdant jamais sa vocation d’agriculteur.»

Mahfoud professe que l’ouverture affective, la sensibilité lui ont été inoculées par ses parents, simples, généreux, exigeants avec eux-mêmes et indulgents pour autrui. Ces artisans de la vie ont offert une jeunesse studieuse et heureuse, le sens de l’effort et de l’engagement lorsque celui-ci se décline pour défendre un idéal.

Miliana ma ville

Aussi lorsque jeune interne à l’hôpital de Miliana, il ne répond qu’à sa conscience pour rejoindre le maquis durant l’été 1956, imprégné qu’il était par l’esprit nationaliste.

«Le cheikh de la médersa Mohamed Lalaoui m’avait contacté pour aller soigner dans le maquis. Je suis monté dans les monts du Zaccar juste après le Congrès de la Soummam. Il n’y avait pas encore les structures de l’organisation. Les congressistes n’étaient pas encore rentrés à leur base.

Le chef politico-militaire était Ouamrane. Dès leur retour, les responsables désignés par la Wilaya IV avaient convenu d’une réunion. Il y avait Ouamrane, Salah Zaamoum, hassan khatib (youssef Khatib) et m’hamed Bougara. Sadek Dehiles et Omar Oussedik, qui étaient venus dans le Zaccar en inspection, m’ont amené avec eux après avoir rejoint tout le groupe pour une réunion des cadres de la zone II.

On s’est dirigés vers Beni Mesra, au-dessus de Hammam Melouane. C’est là qu’on a tenu la première réunion après le Congrès de la Soummam dans la dechra dénommée Sbaghnia. C’est ici qu’a été élaboré l’organigramme de la zone et où j’ai été nommé médecin, zone qui va de Larbaâ à l’est englobant la Mitidja avec les monts de Médéa et de Blida et leurs plaines et le Sahel jusqu’à Ténès. On était 3 étudiants en médecine, Hassan Khatib, Harmouche Saïd et moi-même.

Je m’occupais du service de santé. J’avais carte blanche de la part de mes chefs successifs, Ouamrane, Dehiles, Si M’hamed Bougara qui n’a pas quitté les lieux jusqu’à sa mort en 1959. Moi, j’y suis resté jusqu’à mars 1958. J’ai échappé une dizaine de fois à la mort.

On a vécu l’enfer, surtout lorsque nos infirmeries étaient détruites par les bombardements. On soignait aussi bien les djounoud que les civils. J’en ai opéré plusieurs malgré l’insignifiance des moyens.» On comprend vite la posture de ce jeune homme résolument engagé dans un combat à nul autre pareil.

Comment cet homme rayonnant de gentillesse, avec ses yeux où s’allument des petits flammes gaies et tendres, a-t-il pu s’arracher, à la fleur de l’âge, à la route nationale toute droite, pour courir les chemins sinueux et de traverse ? «La conviction sincère, nul obstacle ne peut l’arrêter», concède-t-il avec assurance et sûreté.

«En juin 1957, on a perdu toute une infirmerie à côté de Hamdanïa après une opération, mais le coup le plus dur, on l’a reçu dans la bataille de Bouhandas près de Chréa. On était le 13 septembre 1957. L’infirmerie y était installée. L’ennemi était venu pour le commando de la zone 2 qu’il avait repéré et qu’il a traqué avec des moyens inimaginables. On s’est trouvés, malgré nous, encerclés.

On leur a tiré dessus, puis on s’est repliés. Ils nous ont bombardé avec du napalm, j’ai perdu mon infirmier Lamine et j’ai traîné 3 blessés. On s’est déplacés jusqu’au mausolée de Sidi El Kebir de Blida.

Il y a eu 60 morts parmi le commando et 23 blessés. On est restés pendant plusieurs jours terrés sans boire ni manger.» Pour l’anecdote, Si Mahfoud se rappelle d’un fait qui provoque chez lui un rire entendu lorsqu’il a failli mourir avec le colonel Si M’hamed. «A cause de balles amies, lorsqu’un de nos djounoud, à cause d’une mauvaise manipulation de son arme, a laissé échapper une rafale qui a fait s’effondrer le toit sous lequel nous discutions le colonel et moi. Nous l’avions échappé de justesse.»

Mahfoud ouvre une parenthèse pour mettre en exergue la grandeur d’âme de son supérieur, le colonel Bougara qui avec Omar Oussedik avaient fait la liaison avec la Wilaya V. «Un jour, si M’hamed Bougara s’amène avec 2 armes ramenées de Saïda. Il les a exhibées et m’a laissé le choix entre la carabine et la MAT.

J’ai opté naturellement pour la MAT. Il a gardé la carabine sans émettre la moindre attitude contrariée. Pour moi, ce geste était fabuleux, grandissime ! J’ai une pieuse pensée pour mes 4 infirmiers tombés au combat, Lamine, Tayeb, Abderrahmane et Djamel Laaroussi, ainsi que le médecin Yahia Fares (frère de Abderrahmane).»
Les circonstances de son arrestation, Mahfoud les évoque dans le détail «On était du côté de Champlain (El Omaria) où était basée l’infirmerie devenue une caravane itinérante. Il n’y avait pas de gardes.

Ce jour-là, l’ennemi était venu du camp de Tafala. J’ai évacué les malades vers la forêt mitoyenne. On est resté les derniers. Les trois qui étaient devant moi sont morts sur le coup. J’ai reçu deux balles dans la jambe. Ils m’ont arrêté et emmené au camp de Tafala.

Un hélico est venu. Ils m’ont transporté à Damiette près de Médéa, où un colonel médecin m’a examiné et suggéré de me faire subir une opération. Sitôt le colonel parti, ils m’ont attaché avec un fil électrique à l’oreille et l’autre à l’orteil et ont commencé à me torturer atrocement jusqu’à perdre connaissance. Je me suis retrouvé platré à l’hôpital de Médéa, encadré dans mon lit par deux gendarmes.

Le lendemain, les bérets rouges de Massu sont venus et m’ont emmené à Hydra où un interrogatoire musclé m’attendait avec Marion, Graziani et Aussaresses qui ont essayé de me ‘‘retourner’’. Ils m’ont emmené à l’infirmerie où je trouve Boualem Benhamouda.

Lorsqu’ils m’ont enlevé le plâtre, ils m’ont emmené à ‘‘la villa des oiseaux’’, une annexe de la villa Susini, juste derrière le lycée Descartes pour d’autres interrogatoires éprouvants, de surcroît pendant le mois sacré du Ramadhan. Puis, ce sera le centre de la DST à Air de France, puis retour à Miliana où je suis emprisonné de mai 1958 à août de la même année où j’ai pu me soigner et désinfecter mes plaies grâce à mes parents qui m’avaient ramené les médicaments nécessaires.»

Dans l’enfer des maquis

En août Mahfoud est transféré à Blida, où les conditions «étaient très dures», puis en octobre 1958 à El Harrach où on comptait parmi ses codétenus, notamment Mazouzi et Khemisti. Le 2 mars 1959 L’Echo d’Alger titrait : «5 ans de travaux forcés à un étudiant en médecine capturé au maquis».

Dahlouk Mahfoud, blessé, a été capturé le 6 mars 1958 porteur d’un pistolet mitrailleur. Etudiant en médecine, Ysmaïl avait été contacté à Miliana en septembre 1956 pour servir chez les rebelles comme médecin. Nommé lieutenant-major de la zone 2 de la Wilaya IV, il est armé ultérieurement d’un pistolet mitrailleur volé au soldat Favier, retrouvé égorgé en janvier 1957. Le tribunal permanent des forces armées d’Alger a requis contre Ysmaïl Dahlouk 5 ans de travaux forcés le 2 mars 1959.

Mais, ce verdict a été condamné par le Croissant-Rouge car prononcé en violation des conventions de Genève. Cela compromettait les efforts entrepris en commun pour l’humanisation de la guerre d’Algérie, avait-on noté au sein de l’organisation humanitaire.

En janvier 1960, Mahfoud est libéré d’El Harrach, bénéficiant de la grâce de de Gaulle. Ne sachant pas où aller, mais à la sortie de la prison une jeep l’attendait pour le diriger vers la cellule de la brigade de gendarmerie d’El Harrach pour une courte période, avant d’être transféré dans le camp de Beni Messous où il restera 2 mois, puis Miliana où il passera 4 mois avant d’être libéré et assigné à résidence en mai 1960 jusqu’en1961.

Professeur de dermatologie

Il a soigné ses blessures morales et physiques, puis repris ses études qu’il termina en 1963. Il est médecin à Menerville (Thenia), puis à Larbaâ. On lui fait appel par la suite pour la spécialité à l’hôpital Mustapha en 1964. Il est le premier dermatologue algérien. «Le professeur Maril m’a beaucoup aidé pour ma spécialité en dermatologie dont j’ai été maître-assistant en 1967». Il passe avec succès le concours d’agrégation en 1969 face à un jury venu de Grenoble et de Montpellier.

Il est chef de service, formateur à Mustapha jusqu’en 1996 où il est mis à la retraite à 65 ans pour se consacrer à son cabinet privé au cœur de la capitale, non sans avoir formé des dizaines d’étudiants. Aujourd’hui, Mahfoud goûte à une retraite paisible en faisant des séjours intermittents à Miliana. Une très belle ville qui a perdu son charme et son cachet, à l’instar d’ailleurs de toutes les villes d’Algérie. Il y avait le civisme, la tolérance et les gens y vivaient en bonne harmonie.

Miliana, cité millénaire, était connue pour sa beauté avec son hôpital, le seul de toute la région, ses mines de fer, ses monts du Zaccar, son Ecole normale, son école des sous-officiers… ses plantes magnifiques, son jardin botanique.

Toutes ces belles choses ont presque disparu. La ville, autrefois si attachante s’est clochardisée, hélas ! Mahfoud en parle avec un goût amer en signifiant que ce recul n’est pas propre à sa ville. «On ne sait pas où on va et l’avenir est plein d’incertitudes».

Fataliste, il prie Dieu de nous épargner les lendemains qui déchantent.
La situation de flou artistique qui entoure la scène politique l’exaspère encore davantage. «On parle lorsqu’on aborde le volet politique de ‘‘clans’’ qui s’entre-déchirent, mais c’est un langage de mafia !» s’exclame-t-il en suggérant que lui et beaucoup d’autres n’ont fait que leur devoir envers ce pays qui ne mérite pas une telle déchéance. «On a l’impression d’effacer le passé et l’histoire qui restent la matrice d’un peuple».

Pour Mahfoud, les mentalités ont beaucoup changé. C’est le règne du roi argent. On cherche à s’enrichir vite et par tous les moyens au détriment de la noblesse des vraies valeurs qui se sont effilochées. Pour lui, le praticien chevronné, la médecine coûte désormais très cher.

Celle d’il y a 50 ans et celle d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes, constate-t-il, mais il faut dire que «tout ce que nous vivons est tributaire d’un environnement mondial perturbé et cela influe grandement sur notre pays». Pour notre interlocuteur, la corruption a atteint un stade jamais égalé et cela fait mal au cœur. «Quand j’étais au maquis, il y avait avec moi un vieux, ses 3 enfants sont morts au combat du côté de Rovigo. Il ne lui restait qu’un seul enfant et sa femme.

Un jour, il m’a demandé d’aller les voir en lui donnant une petite somme de la caisse du Nidham. J’ai refusé. Aujourd’hui, avec du recul, je me demande si j’aurais eu la même réaction.» Avant, on avait le sens du pays, plus maintenant. Et c’est grave !

 

 

Parcours:

Issu d’une famille aisée de Miliana, Mahfoud Ysmaïl est né le 31 janvier 1931 dans cette ville, y a passé sa jeunesse et sa scolarité. Le primaire à l’école Charles Andreï, puis le collège devenu Mustapha Ferroukhi, martyr, issu de la même cité. Bachelier en 1949, il étudie la médecine jusqu’à la grève des étudiants en mai 1956. Il retourne à Miliana pour rejoindre le maquis, où il est médecin de la zone 2. Malgré les moyens limités, il remplira sa mission. Arrêté en 1958, il sera emprisonné et jugé en 1959. Il écopera de 5 ans de travaux forcés. Il est gracié en 1960, mais assigné à résidence surveillée. A l’indépendance, il opte pour une carrière hospitalo-universitaire en dermatolgie au CHU Mustapha qu’il quitte en 1996 pour un cabinet privé jusqu’à sa retraite en 2015. Marié, père de 3 garçons et 1 fille, tous dans le domaine de la médecine.


Nombre de lectures : 1987
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • mohamed
    13 juillet 2018 at 3 h 33 min - Reply

    Des hommes comme lui sont une espèce en voie de disparition.

    C’est l’espèce « bliss » qui domine actuellement……




    0
  • rezki khedim
    13 juillet 2018 at 12 h 43 min - Reply

    bonjour Professeur, je salue humblement votre personne humble et d’une affabilité profondément humaine, restée humaine dans ce « monde » ou la matière domine l’esprit des humains dont la coscience décline, vous comprenez que l’être dont l’esprit est dominé par la matière n’est plus qu’un malheureux tube digestif inssatiable; vous homme respectable issu d’une contrée stabilisée depuis toujours par les assises-même de sa société , patriote par essence, juste et entreprenante par essence : Milinia nichée dans un léger creux au piémont du zaccar (adrar a zaccar = la montagne rouge = couleur ferrugineuse ocre), irriguée par des sources aux eaux guerrisseuses, le développement durable dont on parle aujourd’hui y est depuis la nuit des temps sans une page journalistique l’accompagnant, il y a été naturellement dans les profondeurs des us et coutumes des habitants… je comprends aisément que vous soyez si sage et si fort . J’ai eu l’honneur de vous rencontrer en Décembre 1981 au Service Dermato. (chu Must.) avec une lettre du Pr Chaulet qui m’avait recommandé chez vous , vous étiez grippé ce jour là et portiez un menteau noir sur les épaules, au premiers abords , vous avez dit: « le service n’est pas chauffé, je me demande comment survivent les malades … ici et nous y sommes aussi pour les soutenir ! » votre image m’est resté vivace , votre amabilité m’est toujours un exemple de probité ! Fils du Zaccar, fils des âges farouches, vous êtes un monument parmis tous nos monuments, vous forcez simplement le respect de tous, y compris « les tubes.. »




    0
  • achraf
    19 juillet 2018 at 11 h 27 min - Reply

    tels sont les véritables Artisans de la révolution,qui restent dans l’anonymat ,ils ne demandent pas le pouvoir ,ils ne s’accrochent pas au pouvoir,ils sont contre les fraudes electorales simplement parce qu’ils aiment leur patrie ,ils aiment leur peuple.




    1
  • Congrès du Changement Démocratique