Édition du
21 October 2018

Les proximités douteuses de deux généraux-majors avec Kamel Chikhi

26 JUILLET 2018

Visiblement l’étau se resserre autour des deux généraux-majors Mokdad Benziane et Boudjemaa Boudouaouar, respectivement ex-directeur du personnel et ex-directeur central des finances au ministère de la Défense nationale.

Admis à la retraite lors du dernier mouvement dans les rangs de l’armée, au début de ce mois, ils se retrouvent rapidement rattrapés par leur suspicieuse relation avec Kamel «le boucher», principal prévenu dans l’affaire de cocaïne.

En effet, depuis quelque temps, ils sont au centre d’une grande polémique sur leur proximité douteuse avec ce richissime magnat de l’immobilier et importateur de viande. Depuis leur départ, les langues se délient et les «informations» les concernant laissent perplexe.

D’abord pour le général-major Boudjemaa Boudouaouar, qui a trôné durant une longue décennie sur la direction des finances et es qualité sur la commission des marchés du ministère de la Défense nationale. Natif de Khenchela, ce sexagénaire connaît assez bien Kamel «le boucher».

D’ailleurs, il apparaît dans les enregistrements vidéo des caméras de surveillance installés par Kamel Chikhi dans ses bureaux et a même procédé à la réservation de deux appartements haut standing, au nom de ses deux enfants, dans une des promotions immobilières de Kamel Chikhi.

Jusque-là, rien d’anormal. L’officier supérieur peut certainement avoir un salaire qui lui permet d’acquérir deux logements au prix moyen de 35 à 40 millions de dinars chacun.

Cependant, il est quand même troublant qu’il puisse acheter une villa coloniale située au Parc des Pins, un quartier résidentiel d’El Biar, à Alger, au prix de 380 millions de dinars, pour la raser et reconstruire (en faisant appel à des Chinois) une somptueuse demeure moderne avec des matériaux nobles qui ont suscité moult interrogations du voisinage.

En moins d’une année, les travaux étaient finis et la maison habitable. Beaucoup s’interrogent sur le train de vie de cet officier supérieur et certains n’hésitent pas à faire le lien avec Kamel Chikhi, dont la proximité n’a jamais été cachée.

D’autres par contre estiment que cette relation douteuse avec cet importateur de viande n’a fait qu’accélérer la décision de sa mise à la retraite, en raison d’un présumé conflit d’intérêt né du poste de travail qu’occupe sa fille dans une société allemande qui est en partenariat avec le ministère de la Défense pour la production de véhicules.

Si pour le général-major Boudouaouar, les griefs se mêlent, pour le général-major Mokdad, sa mise à la retraite reste liée exclusivement à sa relation avec Kamel Chikhi, avec lequel il est très lié au point de recevoir des cadeaux très onéreux.

Certains proches de Chikhi affirment que c’est grâce aux bons offices de cet officier supérieur que Kamel Chikhi a pu connaître le général-major Boudouaouar, mais aussi pénétrer le cercle fermé de nombreux cadres de l’institution militaire.

Et c’est aussi grâce à lui qu’il a pu avoir des marchés dans la dotation en viande pour de nombreuses casernes.

Mais sa mise à l’écart moins d’une année après sa promotion, en tant que responsable du personnel, reste liée, nous dit-on, à un enregistrement d’une communication (par visiophone) avec Kamel Chikhi, largement diffusé, et qui aurait suscité les foudres du vice-ministre de la Défense.

Tout comme Boudouaouar, le général-major Mokdad est admis à la retraite et tous les deux font le dos rond. Si pour certains leur proximité avec le Kamel «le boucher» est une violation de l’obligation de réserve, pour d’autres, ils tombent tout simplement sous le coup de la loi, étant donné les postes qu’ils occupaient.

Pour l’instant, ils sont chez eux en attendant que l’enquête du juge de la 9e chambre du pôle pénal spécialisé d’Alger démêle toute cette toile d’araignée que Kamel Chikhi a tissée, avec l’aide de nombreux hauts fonctionnaires de l’Etat civils et militaires, pour mieux asseoir l’immunité à ses activités et construire ainsi son empire financier…


Nombre de lectures : 8167
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • achraf
    27 juillet 2018 at 14 h 31 min - Reply

    Je me demande comment cette institution qui nomme les présidents démét les présidents ,interompt le processus electoral se croit avoir le droit de regard sur l’Algerie,ne demande pas l’avis des grands Moudjahidines(instruits) qui sont toujours en vie ,institution budgetivore qui dévore la moitié du budget annuel ;attend que des etrangers la secoue au sujet de trafic de cocaine pour consatater que de hauts responsables a la tete de l’institution militaire font partie de la mafia financière ;qui ne se contentent pas des privilèges qui leur sont accordés,ils ne travaillent pas pour le pays ,ils font du marcenariat.Alors Messieurs: vous avez dit que vous sauveriez l’Algerie est-ce que de cette manière qu’on SAUVE L’ALGERIE???
    DE GRACE RENDEZ L’ALGERIE A CELUI AUQUEL ELLE APPARTIENT !!!
    CROYEZ MOI QUE VOUS AUREZ CHOISI LE MEILLEUR CHEMIN.
    Et ce par le passage par une période de transition supervisée par des Hommes HONNETES de l’institution militaire vous aurez la benediction et la satisfaction des CHOUHADAS.




    13
    • mohamed
      27 juillet 2018 at 18 h 39 min - Reply

      Monsieur Achraf, on ne quémande pas sa liberté et son Algérie à des narco-trafiquants, soit on se libère soit on se tait.




      14
  • achraf
    27 juillet 2018 at 22 h 18 min - Reply

    « Adhaafou al Imane » mieux que se taire.




    5
  • lyes Laribi
    27 juillet 2018 at 23 h 12 min - Reply

    @ Mohamed
    Je m’excuse, ce ne sont pas des narco-trafiquants mais des narco-terroristes. C’est dans ce cadre que la DEA est toujours en Algérie. Les américains ont la possibilité de demander une extradition vers les USA si la monnaie d’achat de la cocaïne est le Dollar. Dans ce cas l’Algérie refusera et c’est logique. Les américains délivreront alors un mandat d’arrêt international et dans ce cas ces génénaux se verront signifier une ISTN par les autorités algériennes. Ils ne pourront plus mettre les pieds à l’étranger. Un deuxième scénario possible, peut être quelques uns d’eux passeront un séjour du côté de Blida pour faire bonne figure devant les maîtres du monde avec une possible audition de ces narco-terroristes devant les spécialistes de la DEA et l’oncle SAM partira satisfait d’Alger avec quelques puits de pétrole en plus.
    Cordialement.




    13
    • mohamed
      28 juillet 2018 at 8 h 40 min - Reply

      Oui Lyes, vous avez tout à fait raison, merci pour votre pertinente remarque.

      Quand à « notre vice président de la Défense », personne ne croit à ses fables et lui en premier.




      4
  • Amar
    29 juillet 2018 at 23 h 32 min - Reply

    Kamel Chikhi avait son cousin qui était officier supérieur aux finances du MDN…
    Lorsque le général Boudouaour était lieutenant, chikhi avait le grade de commandant officiant dans la même direction.




    1
  • lyes laribi
    17 août 2018 at 18 h 01 min - Reply

    Apparemment la liste des généraux s’allonge et si c’était un des deux limogés « le capo de tutti capi » où plus exactement le Lucky Luciano algérien, le patron de l’ignare K.EL.B ???




    1
  • Congrès du Changement Démocratique