Édition du
13 December 2018

Juste imaginez, un seul petit instant……

Rachid Ziani-Chérif

Juste imaginez, moi vous m’en excuserez, je n’ose même pas !

Juste imaginez, un seul petit instant, tant que ce moyen d’évasion, vous est encore disponible, et avant qu’il ne vous soit confisqué, à l’instar des autres droits fondamentaux, juste imaginez que les condamnations à morts prononcés en chaîne hier en Egypte aient été prononcés en Turquie, par le pouvoir civil élu, et non le pouvoir putschiste de Sissi, et imaginez qu’une seule condamnation à mort, d’une seule personne, et non des dizaines comme c’est le cas en Egypte, et contre un militaire coupable de participation dans un putsch, et non contre des opposants civiles, élus par le peuple comme c’est en Egypte, juste imaginez ce qu’on aurait pas entendu et vu… je n’ose pas pour ma part, je vous laisse imaginer. Et pour cause…rappelez-vous!

Ces chantres de la démocratie, des libertés et des tutti quanti se sont insurgés l’unisson et dans un concert à bâton rompu, pour condamner ce qu’ils ont considéré « arbitraire » par un pouvoir ‘dictatorial’, lorsque la Turquie avait arrêté des militaires impliqués dans le putsch avorté en 2016, pourtant crime qualifié dans toutes les législations du monde de crime de haute trahison passible de la peine capitale;

Ces mêmes chantres des Droits sélectifs, et des condamnations ‘ad hoc’ non seulement n’ont soufflé mot lorsque le putschiste d’Egypte a ensanglanté le pays, perpétrant devant les cameras du monde entier en ‘Live’ des massacres faisant des centaines de victimes, dans un paysage surréaliste, ne voyant aucune infraction ou atteinte aux droits de l’homme lors des massacres de Rabaa, Ennahda et autres places publiques, ni qualifié d’arbitraire, les arrestations par dizaines de milliers et les disparition forcées par milliers, de victimes du putsch et non de fomenteurs de putsch comme en Turquie;

Et aujourd’hui encore, et sans surprise, on ne leur entend aucune voix condamner ni même dénoncer les condamnations à morts des tribunaux fascistes à l’encontre de dizaines d’hommes politiques, dont le seul crime de lèse majesté a été d’être vainqueurs d’élections plurielles. Juste imaginez que ce soit la Turquie d’Erdogan qui ait prononcé, ces condamnations, contre ne serait- ce un seul des militaires impliqué dans le putsch !! Je m’imagine emporté par un raz de marée sans pareille, un tsunami de condamnations qui fuse de toutes parts, je vous invite à cette ‘imagination’ juste pour comprendre comment ces ‘bien pensants’ des temps modernes conçoivent les valeurs, érigent les tribunaux, émettent les jugements et imposent les concepts, aux multiples vitesses et faciès.


Nombre de lectures : 2471
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Oulad Kaddour Larbi
    29 juillet 2018 at 21 h 47 min - Reply

    C’est une chose que j’offrirai à tous mes amis, je partage




    4
  • Dria
    30 juillet 2018 at 12 h 57 min - Reply

    Permettez moi à mon tour d’imaginer. Et si le peuple algérien ouvrait le bal d’une nouvelle ère de Justice, de probité. Par une action qui permettera la rupture avec ce système et l’arrivée de nouveaux dirigeants mieux qu’Erdogan, une ère qui nous fera oublier la médiocrité, l’impunité, la décadence, l’inexistance d’un état souverain et le retour aux échelles de valeur avec au moins le Nif d’antan qui était la devise de l’Algérien quelque soit son statut…
    Un autre plongeons s’impose afin que je m’éveille pour de vrai tellement le rêve était beau…




    3
  • tarak
    30 juillet 2018 at 16 h 02 min - Reply

    Rappelez-vous le comportement du chantre de la  »démocratie » en Algérie, un certain Said Saadi en 1992 à l’hôtel l’Aurassi, non seulement il fit appel à l’armée pour  »protéger » la république contre les islamistes vainqueurs des urnes le 26-12-1991, il appela aussi tous les anti-islamistes à prendre les armes pour  »défendre » la république contre les citoyens vainqueurs démocratiquement des législatives et spoliés de leur victoire, c’était de la pure réalité et non de l’imagination.




    7
  • achraf
    29 août 2018 at 14 h 02 min - Reply

    En Algerie l’amere verité c’est que tout ce qui s’est passé durant une decennie n’a été qu’une machination enclenchée par les DAF et certains relais civils ,qui étaient au pouvoir .la guerre contre les islamistes a débuté bien avant 1991;rappelez vous les prérogatives qui ont été otés des assemblées communales du FIS en 1989 et 1990 cad qu’elles etaient entre les mains des détenteurs du pouvoir et non des élus du peuple.Pour ceux eclairés sur la situation ils savent pertinemment que la guerre n’avait de mobil que de préserver leurs interets et de leurs progéniture.Ils avaient meme jetés pour cela les ingredients d’une guerre civile.Tout cela bien sur avec la bénediction des pays occidentaux et particulierement de la France qui leur a donné feu vert.Tels sont les pays qui se disent democratiques libres et respectant les droits de l’homme .Leur peuple a le droit de choisir ses representants , les autres peuples n’ont pas ce droit .Avec ce constat le monde n’est qu’une jungle ou les plus forts devorent les plus petits.




    0
  • achraf
    30 août 2018 at 9 h 37 min - Reply

    Et je precise bien les islamistes et non les integristes et extremistes comme ils prétendent car des derniers sont minoritaires et sont rejetés par la majorité de la population .Par préméditation ils les mettent tous dans le meme sac.Ils veulent des islamistes manipulables et participationnistes comme c »est le cas de ceux qui mangent dans leur marmite.N’est ce pas en 1991 et jusqu’a Janvier 1992 qu’il y avait une Constitution qui prévoyait un Etat republicain et le multipartisme reconnu par le FIS.




    0
  • Adel Amine
    1 septembre 2018 at 11 h 35 min - Reply

    Ce qui est incompréhensible chez les « faiseurs d’opinions » et les « défenseurs » des droits de l’homme, c’est cette passion à défendre l’indéfendable.
    Non seulement qu’ils ne respectent pas Erdogan,l’élu de son peuple,donc le choix du peuple.Mais ils lui préfèrent un Sissi assassin de son peuple et putschiste!
    Allez comprendre quelques choses dans ce raisonnement bâtard né du viol des principes-mêmes sur lesquels est érigé leur monde!




    1
  • Congrès du Changement Démocratique