Édition du
12 December 2018

LE SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE EN ALGERIE

 

Youcef L’Asnami

Chaghalni enkhalik trankil !

Dans son excellent mémoire de master en sciences économiques « LE SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTE BANCAIRE EN ALGERIE » soutenu en 2013 à l’université de Bejaia par Mokrane MOALI, il dresse un état des lieux complet de la situation dans le pays. Après un très riche rappel de l’utilisation de la carte bancaire (CB) dans le monde et en Algérie (carte CIB interbancaire), il constate le faible développement de ce moyen de développement en Algérie.

Et il en énumère les causes :

– Il considère que les principales raisons de l’échec de la mise en place de la CB ne sont liées ni à l’infrastructure du système, ni dans la technologie déployée

– les banques commerciales n’ont opté pour aucune stratégie visant à faire répandre la CB auprès de la population et déployer un nombre important de distributeurs de billets. – les commerçants, mis à part les secteurs dont les tarifications des biens et services sont réglementées, ne voient aucun intérêt à implémenter le paiement par carte sachant que la traçabilité des transactions effectuées les obligerait à exercer dans les normes.

– Il reproche à l’autorité monétaire de ne pas avoir introduit un cadre législatif permettant de faciliter ce mode de paiement J’aurai souhaité qu’il développe un peu plus le point 3 relatif à la peur de la traçabilité. Car, si les pouvoirs publics, malgré leurs intentions affichées, n’ont pas brillé dans le développement de la monétique en Algérie (utilisation du chèque et de la CB), c’est peut être aussi la peur de cette traçabilité !

La CB comme les chèques laissent des traces ! Et en cela les tenants de l’économie informelle n’en veulent pas ! Comment expliquer que des efforts considérables aient été faits dans le domaine de l’informatisation de l’Etat civil (passeports, CNI, Permis….) mais pas dans le domaine monétaire ? Il en est de même pour la convertibilité du dinar. Seuls certains experts économiques sont capables de nous prédire les conséquences de cette convertibilité du dinar en devises.

Et sur ce point, ils sont pour le moins divisés. Certains considèrent que ce sera une catastrophe économique pour le pays compte tenu de l’état de son économie, d’autres soutiennent exactement l’inverse et considèrent que c’est un mal nécessaire. Note système bancaire a pris un retard considérable. Est il normal que nombre de citoyens algériens retirent la totalité de leurs salaires à la fin du mois pour éviter de galérer pour retirer des petites sommes là où ils se trouvent ??? La réponse est NON ! Trois fois NON ! Et là, la responsabilité de l’Etat est immense et totale dans ce cas !

Tout se passe comme si cet Etat fait tout pour occuper l’algérien dans le futile, l’inutile et l’empêcher de réfléchir sereinement à son avenir. Toujours est il que la vie du citoyen moyen sera considérablement améliorée par la généralisation de l’utilisation de la carte bancaire. Et que les problèmes rencontrés par certains compatriotes pour leurs réservations touristiques en Tunisie seraient de lointains souvenirs.

Ou Allahou Ya3lam


Nombre de lectures : 2748
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Asselpa
    13 août 2018 at 5 h 21 min - Reply

    Bonne nouvelle pour les touristes ,qui ne s’y retrouvent pas entre les prix annoncés en centimes de dinars et ceux annoncés en dinars ,ce qui crée une grande confusion .
    Reste le petit commerce à surveiller de près .Comme toujours
    Au pays des pères la vertu .




    1
  • ACHOUR
    13 août 2018 at 5 h 58 min - Reply

    La creation monetaire en Algerie (planche à billet Ouyahia) bientot faillite et chaos garenties…..
    Paiement par carte bancaire (systeme SWITCH) c’est toujours l’age de pierre
    Si on arrive à l’age de bronze…
    Miracle!!!!




    4
  • Meriem
    13 août 2018 at 17 h 23 min - Reply

    Ma grand-mère disait : quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup…donc ça arrange tous les gens malhonnetes et ils sont legion, ils font la pluie et le beau temps dans tous les domaines, meme dans la religion…….




    6
  • Mahindad
    14 août 2018 at 21 h 08 min - Reply

    En effet, les autorités ont à chaque fois reporté l’utilisation obligatoire de moyens de paiement autre que fiduciaire ou billets de banque. En 2006 la réglementation devait rendre obligatoire l’utilisation du chèque pour toute transaction commerciale de plus de 50 mille dinars l’instruction a été annulée à une semaine de son entrée en vigueur, certainement sous la pression des nababs de l’informel. Aussi, sans une politique rigoureuse qui va dans le sens de réduire drastiquement l’économie informelle et d’accélérer la mise en place des réseaux d’utilisation de la carte bancaire (nombre de distributeur, délais de remise et de renouvellement des cartes etc…)le retard en la matière sera que plus important. Par ailleurs les agents des banques doivent jouer leur rôle dans le cadre de la vulgarisation de la carte et de la sensibilisation de leurs clients de ne pas retirer la totalité de leur salaire.




    2
  • barigot
    16 août 2018 at 10 h 21 min - Reply

    Bonjour, dites moi pourquoi l’Etat ne veut pas remplacer toutes la masse fiduciaire en circulation( billets de 1000-2000 dinars) par de nouveaux billets?
    Pourquoi l’Etat ne veut pas contraindre tous les auteurs de transactions commerciales à partir d’un montant de 500.000 Dinars à utiliser obligatoirement le chèque?
    Je sais que vous savez tous pourquoi…..




    3
  • Congrès du Changement Démocratique