Édition du
23 September 2018

Réunion du CNRA du Caire (1957) : 1er Coup d’Etat au sein de la Révolution imposant la primauté du militaire sur le politique.

Vingt-huit août 1957, City Garden, Le Caire. Les brouhahas de la ville n’arrivent pas au dernier étage de ce massif immeuble cossu construit dans ce quartier résidentiel des bords du Nil.

La réunion du CNRA du Caire, l’anti-congrès de la Soummam

El Watan   20 AOÛT 2017

A l’intérieur vient de s’ouvrir la réunion du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) issu du Congrès de la Soummam, tenu une année plus tôt. Présidée par Ferhat Abbas, assisté de Mohamed Seddik Benyahia, la séance plénière du CNRA, ouverte en début de soirée, réunit 22 membres sur les 34 que compte le Parlement de la Révolution. Motif : désigner un remplaçant à Larbi Ben M’hidi assassiné en mars par les paras. «Krim, puissamment secondé par Boussouf, provoqua une réunion du CNRA. Le motif était normal, il fallait désigner un remplaçant de Ben M’hidi», précise Saâd Dahlab dans ses mémoires, Mission accomplie. Les autorités égyptiennes, qui accueillaient la délégation de l’extérieur, assuraient la logistique.

Fathi Dib, chargé des affaires algériennes au sein des services de renseignement, souligne que depuis le 1er août, les participants au Congrès étaient au Caire, à l’exception de ceux qui avaient été empêchés par les circonstances ou leurs responsabilités. «En accord avec le docteur Debaghine, les lieux d’hébergement des participants et le lieu du congrès avaient été choisis en secret afin d’assurer toute la sécurité voulue. Le congrès avait duré quatre jours…», signale l’interlocuteur égyptien des «frères» du FLN. Les travaux de réunion ordinaire du CNRA ont eu lieu entre les 20 et 28 (PV disponible in Mohammed Harbi, Les Archives de la révolution algérienne).
Mais il semblerait que la réunion n’ait duré finalement que trois heures. Tewfik El Madani, un des participants, parle d’une «réunion double». Il y a eu, précise-t-il dans ses mémoires Hayat Kifah, deux séries de réunions : l’une tenue par les militaires, et l’autre «officielle» à laquelle ont pris part tous les membres du CNRA.

Citant un témoin, Khalfa Mameri parle de «conciliables» et «d’apartés» tenus le 18 août entre les deux hommes forts, les colonels Krim et Boussouf. «C’est, toujours au Caire, le 18 août 1957, que tout s’est joué entre les deux hommes», nous dira un autre témoin. C’est au cours d’un repas organisé ce jour-là que Krim aurait dit à Boussouf, qui voulait que les «quatre de la Santé fassent leur entrée au CCE» : «Je suis d’accord pour cet élargissement de l’Exécutif du FLN», rapporte le biographie d’Abane.

L’historien Gilbert Meynier fait remonter à plus tôt les réunions préparatoires «des colonels». Reprenant un témoignage écrit par Ali Kafi publié dans le livre sur les archives de Harbi, l’auteur de L’Histoire intérieure du FLN parle de deux réunions tenues à Tunis, une première, celle du CCE à laquelle a pris part Abane Ramdane qui a présenté le bilan du CCE arrivé d’Alger, et une seconde, où les civils étaient absents.

Le «petit comité» du quartier Monfleury au sud-ouest de la ville de Tunis, où siégeaient les 3 B (Krim Belkacem, Lakhdar Bentobal et Abdelhafid Boussouf) et les colonels des Wilayas, Amar Ouamrane (IV) et Mahmoud Cherif (I), permet d’entériner les décisions qui seront présentées lors de la réunion du Caire, principalement la nouvelle composition du CCE et l’Exécutif de la Révolution. A l’ouverture de la séance, Ramdane Abane donne lecture du bilan des activités du CCE sortant. Comme l’indique le PV, ce bilan a été adopté à l’unanimité. Un succès pour Abane ? «La plupart des participants ne sont pas venus d’aussi loin pour se pencher sur un bilan tel que le ferait n’importe quel conseil d’administration, ni pour discuter d’un programme, mais pour s’assurer du pouvoir de la Révolution. Ce qui importe, ce sont les hommes et non le programme», estime Khalfa Mameri. La réunion se solda surtout par «des décisions qui renversaient les principes de la Soummam», décèle de son côté Meynier.
Œuvre renversée

Par une formule tranchante, René Glissot estime dans sa notice publiée dans Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier du Maghreb que la réunion adopte certes le rapport d’activité que présente Abane, «mais renverse son œuvre».
Le sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci, qui signale un vice de forme, l’absence de quorum requis pour statuer en toute légalité, indique que le congrès s’est «attaché à détricoter l’essentiel des dispositifs du Congrès de la Soummam, dont la plus notable des décisions sera de remettre en cause les principes du primat du politique sur le militaire et du primat de l’intérieur sur l’extérieur». Le CNRA a, en effet, «réaffirmé» dans ses résolutions que tous «ceux qui participent à la lutte libératrice, avec ou sans uniforme, sont égaux. En conséquence, il n’y a pas de primauté du politique sur le militaire, ni de différence entre l’intérieur et l’extérieur».

Pour l’historien Mohammed Harbi, l’affirmation de l’égalité entre l’intérieur et l’extérieur paraît «plus comme une justification de l’établissement de la direction (à l’étranger) que comme une concession à Ben Bella et Boudiaf, victimes du congrès d’août 1956». Abane et Dehilès se sont abstenus sur ce point.

L’autre décision importante de la session concerne la composition du nouvel Exécutif de la Révolution, le CCE, qui passe de 5 à 14 membres : neuf en exercice, dont cinq militaires et quatre politiques et cinq désignés à titre honorifique. Les quatre civils sont Abane Ramdane, Ferhat Abbas, Debaghine et Mehri. Les cinq militaires sont les chefs des cinq Wilayas : Mahmoud Cherif (I), Bentobal (II), Krim Belkacem (III), Ouamrane (IV) et Boussouf (V), la Wilaya VI n’ayant pas pu prendre part au CNRA à cause de la mort de son chef, Ali Mellah, en mai 1957.

Les membres honoraires du CCE, comme l’a voulu le triumvirat dans son comité restreint, sont les cinq historiques détenus en France (Aït Ahmed, Boudiaf, Ben Bella, Bitat et Khider) désignés parce qu’ils «ont préparé, organisé et décidé le déclenchement de la Révolution du 1er Novembre».

La prépondérance des militaires s’est affirmée à travers la décision entérinée lors de la plénière de constituer au sein du CCE un groupe dénommé «comité permanent», dont le rôle est de «gérer les affaires courantes de la Révolution».

Les anciens compagnons d’Abane, Ben Khedda et Dahlab, membres du 1er CCE, sont évincés de la nouvelle direction. Ils sont chargés d’autres missions : Ben Khedda ira représenter le FLN à Londres, alors que Dahlab hérite de l’Information. Autre décision de la réunion : l’élargissement du CNRA qui passe de 34 à 54 membres, tous titulaires désormais. Près des deux tiers parmi les membres du nouveau Parlement, devenu une «Chambre d’enregistrement» (Harbi) ou de «Parlement croupion» (Meynier), étaient officiers de l’ALN, dont les trois quarts étaient à l’intérieur. Mais, anomalie, le Conseil n’ayant pas procédé à l’élection de ses membres, ce qui relevait de ses attributions, c’est le CCE qui s’en est chargé en cooptant les membres du CNRA. Pour Meynier, la réalité du pouvoir appartenait désormais aux militaires, majoritaires.

Même le principe d’une «République laïque», comme défendu lors du Congrès de la Soummam, est remis en cause par la résolution sur «l’instauration d’une République algérienne démocratique et sociale, qui ne soit pas en contradiction avec les principes de l’islam».
Pour Harbi, sur ce point la critique de Ben Bella a «porté».

A la faveur de la réunion du Caire, c’est le retour des «novembristes», qui se sont sentis exclus par Abane, chef contesté du Congrès de la Soummam. La réunion de la capitale égyptienne ne s’est pas déroulée sans heurts entre surtout Abane, fragilisé après ses attaques contre les «féodaux», et Krim, soutenu par ses collègues colonels.

Dans cette confrontation, le chef du Congrès n’a point bénéficié du soutien de ses «amis civils», «peu soucieux d’affronter les chefs militaires», signale Benjamin Stora, qui rapportera les propos du doyen d’âge de la réunion, Ferhat Abbas. «Seul Abane essaya de s’insurger. Nous ne lui apportâmes aucun soutien», reconnaît Dahlab qui fait écho de la colère homérique d’un Abane désormais mis en minorité. Missionné pour calmer celui qui le convaincra de rejoindre le FLN, Abbas rapporte des critiques que ce dernier a tenus à l’égard des colonels : «Ce sont de futurs potentats orientaux. Ils s’imaginent avoir droit de vie et de mort sur les populations qu’ils commandent. Ils constituent un danger pour l’avenir de l’Algérie».

Véritable «coup d’Etat» pour Ahmed Bouda, qui rapporte les propos de Houari Boumediène à l’égard d’Abane ; «réaction thermidorienne», selon Abdelmadjid Merdaci, qui fait visiblement écho aux propos tenus à l’historien anglais Alistair Horne par le président tunisien Bourguiba, faisant le parallèle avec Robespierre, la réunion du CNRA Caire était un «Congrès de la Soummam à l’envers», comme le considère Mameri. Isolé par les militaires, lâché par ses compagnons civils, Abane Ramdane verra ses idées défendues une année plus tôt à Ifri Ouzelaguène remises en cause. Il sera relégué au poste de rédacteur en chef d’El Moudjahid. «Sa mise à mort physique allait suivre de peu sa mise à mort politique», résume Meynier. 


Nombre de lectures : 2201
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Rédaction LQA
    19 août 2018 at 14 h 11 min - Reply

    Extrait du message de Hocine Ait-Ahmed aux militants rassemblés le 20 aout 2006 à Ifri pour commémorer le congrès de la Soummam.

    « Quelques historiques se sont effectivement opposés au congrès de la Soummam. Un congrès antagoniste avait même été prévu, soutenu par Nasser et Bourguiba, qui avait notamment mis la « Garde nationale » à la disposition des tenants de la contestation.

    Une crise extrêmement plus grave que celle qui avait opposé Centralistes et Messalistes par congrès rivaux interposés. Imaginez les engrenages de tueries opposant des hommes, voire des régions ou des wilayas en armes: c’était la guerre fratricide se substituant à la guerre de libération.
    J’étais le seul à la prison de la Santé à reconnaître les décisions du congrès de la Soummam. Pour toutes les raisons indiquées, et surtout en raison du consensus national qui y fut esquissé et qui pouvait servir de support international à la constitution d’un gouvernement provisoire.

    J’avais transmis au CCE – la nouvelle direction élue par le Congrès -, par l’intermédiaire du sénateur Ahmed Boumendjel, notre avocat, un message écrit dans lequel je soulignais l’absurdité d’un conflit de souveraineté, alors que le pouvoir colonial continuait à en être le vrai détenteur au regard de la communauté internationale. Et que je tenais à leur disposition un rapport concernant la constitution urgente d’un gouvernement provisoire.

    Une initiative qui, non seulement pouvait transcender les blocages résultant des luttes de clans et de personnes, mais qui devait principalement créer la dynamique diplomatique et médiatique indispensable à une solution négociée avec la puissance coloniale.

    Quant aux prolongements sur la situation actuelle, que dire sinon que l’Algérie n’en serait pas là, exsangue et dévastée, si Abane n’avait pas été assassiné par les siens et si Ben M’hidi n’avait pas été exécuté par les autres. En d’autres termes, si le principe du primat du politique sur le militaire avait été respecté. »

    Hocine Ait-Ahmed, 20 août 2006.




    3
  • mhidine at amar
    19 août 2018 at 18 h 54 min - Reply

    En s’attaquant à Krim et à Ouamrane (deux Kabyles) comme il l’a fait contre les berbèristes au paravent, Abane venait de signer son propre arrêt de mort.




    1
  • wahid
    20 août 2018 at 23 h 24 min - Reply

    RÉUNION DU CNRA DU CAIRE (1957) : 1ER COUP D’ETAT AU SEIN DE LA RÉVOLUTION IMPOSANT LA PRIMAUTÉ DU MILITAIRE SUR LE POLITIQUE

    Les consequences de ce coup force, histoire récente.

    https://www.youtube.com/watch?v=-EkNhGFI0GM




    0
  • k.louzazna
    24 août 2018 at 12 h 03 min - Reply

    la revolution a tout au long de son evolution constitue un lieu de lutte acharnee entre les militaires de carriere que sont les 3b (belkacem-bentoubal-boussouf) et les deux civils (abane etben m’hidi). en fait, en se basant sur leur prope experience dans l’armee de fafa,les 3b aspiraient battre militairement cette armee de facon a reproduire un second dien-bien-phu en algerie, un onjectif tres difficile atteindre vu le manque d’effectif et de moyens de l’aln. a l’oppose, les deux civils beaucoup plus raisonnables pensaient utiliser la force militaire comme moyen de pression sur fafa pour l’oliger a ouvrir des negociations…




    0
    • Si Salah
      26 août 2018 at 12 h 14 min - Reply

      Juste une petite rectification: Ben Mhidi etait d’abord un militaire. Avant 1954, il faisait partie de l’OS, la branche militaire du PPA. Entre 54 et 56 il etait commandant de la Wilaya V (Oranie). Dans les photos de maquis, on le voit d’ailleurs toujours en habits militaires, comme dans la photo ci-dessus. Seulement c’etait un militaire qui etait disposé a etre sous la coupe du pouvoir civil, et c’est un cas presque unique dans les annales de la revolution. Il etait en avance sur son temps, Allah yarhmou, car les maux de l’Algérie viennent d’abord de l’ascendant du militaire sur tout ce qui bouge.




      6
      • wahid
        30 août 2018 at 4 h 30 min - Reply
        • wahid
          30 août 2018 at 17 h 03 min - Reply

          La problématique de la primauté du militaire vs civile, de interieure vs exterieure se présente de la manière suivante.

          Le rapport de force entre ceux qui portaient les armes et forment un groupe pour exercer un autoritarisme mafieux et violents et ceux qui étaient désarmés souvent isolés et pacifiques, et l’exercice du pouvoir et souvent associé à la personnalité et le caractère, il y a celui qui a la personnalité de mener des hommes et le caractère de faire subir à son groupe le dictat.

          L’intérieure vs extérieure, il y avait ceux qui étaient dans les maquis, ont été choisi ou ils ont subit le risque d’être mobilisé au front sans possibilité de se trouver à l’abri des combats, des arrestations et des condamnations et ceux qui étaient malins et qui ont trouvé exil et refuge à oujda ou ghardimaou.

          Résultat vous le connaissez.

          ALGÉRIE 1957 ( La découverte de la malédictions et la source de nos problèmes, l’éphémère l’illusion et l’échec)

          TJ103 Tigantourine et toujours Tigantourine 50 ans apres.

          https://www.youtube.com/watch?v=iz2M2vSZL-E

          ALGERIE 1948 ( Ce qui fut le bonheur des colons, l’abondance et la générosité de la terre, le développement durable)

          https://www.youtube.com/watch?v=gtCcHXJQZwc

          .
          .
          .

          Son cette malédiction l’Algérie aurait pu avoir son indépendance en 1956 épargner le pays la crise de l’été 1962 et d’autres crise même celle 1992.

          https://www.youtube.com/watch?v=2MOcI3Odb1E




          0
  • klouzazna
    29 août 2018 at 20 h 09 min - Reply

    la contreverse entre les acteurs de la revolution n’a rien a voir avec les carrieres professionnelles des uns et des autres. c’est une divergence de strategies entre les principaux acteurs sur les moyens les plus appropries permettant d’atteindre l’objectif commun a tous … l’independance. une contreverse qui a fini par couter la vie au grand visionnaire abane.
    note. ait ahmed etait a la tete de l’os un certain temps…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique