Édition du
23 September 2018

Zaoui le non-bédouin et la rigueur de l’écrit

Youcef  l’Asnami
Dans son « pamphlet » relatif à la « bédouinisation-islamique » Amin Zaoui utilise à six reprises cette expression inventée. Son texte, d’une rare médiocrité pour le littéraire qu’il est censé être, est touffu de contrevérités et surtout manque totalement de cohérence.
L’auteur mélange allègrement les problèmes de l’urbanisation de nos villes avec ceux des comportements sociaux d’une partie des citoyens « avec les moutons qui envahissent les belles rues « et utilise pour cela, des qualificatifs auxquels on s’est habitués. Et après nous avoir rappelé l’œuvre créatrice de la colonisation en citant l’exemple « des rues Didouche-Mourad ou de Abane-Ramdane ou celle de Hassiba » d’Alger et d’autres villes, il dénonce cette bédouinisation-islamique qui serait, selon lui, à l’origine de nos maux. Et pour donner quelque force à son récit, il nous cite des extraits d’Ibn Khaldoun bien ciblés : « Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné… sous leur domination la ruine envahit tout… ».
Et donc, pour lui, ce sont les « arabes » et leur « bédouinisation-islamique » qui sont à l’origine de nos problèmes d’urbanisation de nos villes. Saha ! Peut-être lui rappeler cet autre extrait d’Ibn Khaldoun « Les Bédouins sont antérieurs aux sédentaires […] se contentent de satisfaire leurs besoins, tandis que les sédentaires recherchent le confort et le luxe. Or, les besoins (de base) précèdent le confort et le luxe. Ceux-ci sont secondaires et superflus. Les Bédouins sont donc à l’origine des cités et de la vie sédentaire. » Autrement dit, les bédouins sont d’abord des hommes et des femmes dont la vie est dictée par la nécessité de survivre à un environnement hostile (chaleur, sécheresse..) , et sont donc forcés à la transhumance et le nomadisme afin de disposer des ressources nécessaire à leurs animaux et donc à leur survie.
Mais Ibn Khaldoun précise que « dès qu’ils peuvent se procurer d’autres richesses, en supplément de ce qu’ils ont besoin pour survivre, ils s’installent et se sédentarisent. ». Et cette «bédouinisation » est antérieure à l’avènement de l’Islam et donc n’a rien à voir avec cette religion. Et de ce fait, il indique que « la vie bédouine est à l’origine de la civilisation dans la mesure où les Bédouins se contentent de satisfaire leurs besoins tandis que les sédentaires sont attirés par le confort et le luxe. Seuls les progrès de la civilisation peuvent leur procurer ces derniers, mais il faut pour cela se sédentariser ; c’est alors que se développe l’urbanisation » (Cf. Ibn Khaldoun, un génie maghrébin de Smail Goumeziane »). La pauvreté de l’argumentation de l’auteur qui se perd en conjectures et l’utilisation excessive de l’expression bédouinisation-islamique indiquent peut être une volonté de nuire ou de faire le buzz sur le dos d’une communauté dont il fait partie intégrante.
Et pourtant ce même Ibn Khaldoun écrit que « Les arabes se sont toujours distingués entre les nations avec la clarté de l’expression, l’éloquence de la diction, la facilité d’élocution D’où leur nom. Le mot arab est un terme dérivé signifiant le fait de s’exprimer clairement.  C’est ainsi qu’on dit « a’raba ar-rajulu amma fi dhamirihi (l’homme a exprimé avec clarté ce qui est en son esprit) PP 139 de Ibn Khaldoun – Peuples et nations du monde. Eds Sindbad. Comme il dénonce « l’inaptitude à décrire les faits de façon adéquate, à cause de l’ambiguïté ou de la fausse apparence qu’ils présentent. L’informateur les décrit comme il les voit, alors qu’ils cachent une vérité tout autre. Ibn Khaldun – Peuples et nations du monde. Pp.105
En définitive, ce texte n’est qu’un ramassis de clichés auxquels on finit par s’habituer. En s’attaquant aux « Bédouins » et en épargnant la responsabilité de l’Etat mafieux qui nous gouverne quant à l’urbanisation de nos villes, l’auteur se trompe de cible tout simplement. Je lui conseille vivement de lire Rabah Chellig, autodidacte de son état, qui décrit merveilleusement la vie nomade dans la steppe algérienne et les rapports entre ces « bédouins » et la nature pour leur nécessaire survie d’une part et la solidarité entre eux d’autre part. Mais je persiste qu’il faut qu’il investisse dans un bon dictionnaire de français.

 


Nombre de lectures : 3545
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bleupulsar
    23 août 2018 at 12 h 48 min - Reply

    Je pense que Monsieur Amin Zaoui faisait référence à la tribu banu hillal,et dans ce cas son analyse cadre bien.




    15
  • Si Salah
    23 août 2018 at 15 h 12 min - Reply

    Cher ami, tu reprends la traduction de Zaoui: « Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné… sous leur domination la ruine envahit tout… » (Ibn Khaldoun).

    إذا عُرّبت خرّبت

    Le grand Ibn Khaldoun, qui signait « Al Hadrami », en référence à son ascendance yéménite, ne peut pas verser dans un auto-racisme primaire, ni parler comme Ferhat Mhenni ou Lepen, allons!

    Que de fois n’a-t-on pas entendu cette sentence de la part de gens qui n’ont jamais ouvert un livre, encore moins lu Ibn Khaldoun…

    La traduction ci-dessus est tout à fait scandaleuse. Ibn Khaldoun ne parlait pas des « Arabes » mais des soldats issus des « A3raab », singulier de A3raabi, c-a-d des « a3roubiya » comme on dit chez nous, donc de gens typiquement frustres qui viennent des compagnes, en opposition aux citadins censés avoir plus de manières. On trouve le terme d’ailleurs dans le Saint Coran, où les A3raab sont décrits en termes majoritairement péjoratifs en opposition à « Ahl al Madina », c-a-d les citadins.

    Zaoui est d’une singulière indigence intellectuelle, et dans les 2 langues. Ce sera pareil s’il se mettait à l’Anglais comme il menace de le faire d’après la rumeur. On peut parier sans grand risque qu’il n’a jamais lu Ibn Khaldoun, et que s’il l’a lu, il ne l’a pas compris…J’ai vite parcouru sa « chronique », et c’est une véritable épreuve. Wallah j’ai honte qu’un gars pareil se présente comme intellectuel. Ce qui me rappelle l’épisode d’un imposteur de cette espèce qui rendit visite à Malek Bennabi sur son lit d’hôpital. De quoi souffres-tu, demanda-t-il au maitre. Réponse de Bennabi: de gens comme toi….




    25
    • Batni
      24 août 2018 at 2 h 12 min - Reply

      Si Salah,
      Vous savez dribbler et vous botter en touche. Vous vous attaquez a Zaoui au lieu d’apporter des arguments convaincants pour contrer sa description vraie de l’état des lieux de notre cher pays. C’est vrai que le miroir que Mr Zaoui nous tend, nous renvoi cette image hideuse que l’on ne veut voir.
      Quelle hypocrisie. Coupez cette tête qui dépasse du troupeau de moutons que nous sommes. Ca presse.

      Mes respects,




      19
      • Si Salah
        25 août 2018 at 17 h 11 min - Reply

        Cher @Batni
        Ce que dénonce Zaoui, tout être censé, et même insensé, devrait le dénoncer. Il n’a pas inventé le fil à couper le beurre, et ne pensez surtout pas que l’on a besoin de la plume cassée et dérisoire de Zaoui pour voir dans quelle mélasse on patauge. Par mon commentaire, j’ai voulu dénoncer la véritable intention de Zaoui qui est, comme il le démontre par récurrence et par l’absurde, de rabaisser et déshumaniser tout ce qui est « Arabe » et « Musulman », et ce en saisissant tout prétexte, aussi futile et aussi ténu soit-il. Et comme souvent il le fait par mauvaise foi et par ignorance criarde, et, cerise sur le gâteau, dans un verbiage de niveau « cours fin d’études ».




        12
  • BENDIB
    23 août 2018 at 18 h 30 min - Reply

    Certes l’article commis par Mr Zaoui n »est pas heureux, mais de là à l’insulter ad hominem voilà qui n’est point judicieux, on sent le règlement de compte.
    Un peu de tolérance voyons…




    12
  • benabbes
    23 août 2018 at 23 h 26 min - Reply

    Vous etes qui pour juger un écrivain; on dirait qu’i en train de passer devant un jury dot vous etes des membres qui possèdent des références littéraires. Vous réagissez toujours d’une manière hostile à tout citoyen qui critique la décadence et les comportements des sociétés islamiques pour la simple raison qu’elle implique l’islam que vous voulez intouchable et figé dans un passé idéal et fantasmé. Vous citez Malek Bennabi qui justement à critiqué le monde musulman d’une manière rigoureuse, mais malheureusement c’est l’indifférence qu’on lui oppose. Le mérite de Amin Zaoui c’est d’avoir soulevé un probléme de société qui se ruralisent meme s’il ne « maitrise » pas les concepts de bedouinisation, sedentarisation comme vous pretendez les maitriser ( ce qui m’inquiète pour écrivain et aussi un intellectuel aussi  » mediocre  » soit – t- il )…Mais vous que faites vous pour arreter cette tendance à ruraliser nos villes … Rien à part critiquer et surtout les personnes et pas leurs idées. Et c’est ca notre malheur à se tirer toujours entre les pattes.




    13
  • Si Tchad
    24 août 2018 at 8 h 02 min - Reply

    Offrir un bon dictionnaire à Zaoui c’est comme offrir une navette spatiale à Sellal ou une centrale nucléaire à Saadani. Ils pourront au mieux les faire exploser…




    13
  • rabah
    24 août 2018 at 13 h 56 min - Reply

    Il vous montre la lune et vous regardez le doigt.
    A. Zaoui met le doigt sur le bobo en parlant du manque de civilité des urbains algériens qui n’ont aucune civilité ni sens civique. Ils ne méritent pas, suggère-t-il, d’être des hadharis. D’où le référence aux bédouins qui faisaient leurs besoins dans le sable ou les h’madas.
    Il est où le problème ?
    Est-ce que le regard de A. Zaoui est faussé ?
    Sa chronique est-elle mensongère ?
    Je ne crois pas. Et l’actualité nous ramène à cette terrible réalité: Le choléra sévit en Algérie et ce, à cause justement de notre incivilité patente.

    Donc se cramper sur la bédouinité ou la non bédouinité de l’origine de l’incivisme des urbains algériens n’est vraiment pas d’actualité.




    13
  • Tsoufiq 18
    24 août 2018 at 16 h 39 min - Reply

    Oublions le coté littéraire de la chronique, laissons de coté Amine ZAOUI et considerons seulement l’objet que l’auteur a voulu traiter;

    De vous à moi , est il simplement acceptable , tolérable de voir dans un immeuble collectif de 10 etages ce va et vient de moutons qu’on pousse dans les escaliers , les bottes de foins et de paille qui jonchent les rues les excrements et les odeurs qui empestent la cité?
    Est on obligé de continuer à respecter un rituel comme celui ci dans des villes de millions d’habitants souffrant cruellement d’eau et d’un systeme de collecte des ordures et de nettoyage?
    comment peut comprendre et defendre le bougre qui achete son mouton une semaine à l’avance et le trainer dans la cité sans se soucier des désagrements causés à la communauté?
    ZAOUI a mis le doigt sur un probleme d’hygiene , de vie en commubauté ,de bon sens et de respect de l’autre;
    Il est temps que la rituel du sacrifice de Laid soit reglementé dans les grandes cités;
    La vie Bedouine à peut etre son charme , mais elle doit etre menée dans la Badya et les vaches seront bien gardées;
    J’habite en ville et je me deplace sur 60km pour passer la fete avec mes proches à la campagne ou les contraintes citées plus haut ne se posent pas;
    Quiconque ne peut pas faire de meme doit acheter sa viande chez le boucher;Tout simplement
    SAHA AIDKOUM




    20
  • Benamina
    25 août 2018 at 15 h 12 min - Reply

    zaoui a trouvé dans la fête de l’aid el-adh7a et les désagréments et incivilités qui apparaissent (chaque année) en cette occasion (chose réelle et déplorable, à charge pour les pouvoirs publics de la traiter et régler par la loi et la réglementation sévères), il a trouvé un exutoire, une échappatoire pour verser et épancher sa haine, sa rage et vider son sac son vomi sur les arabes, l’Islam et les musulmans. C’est son fonds de commerce, son gagne-pain.
    Il critique et met en cause les bédouins, oubliant que lui-même est d’origine bédouine. Ou bien a-t-il renié bab el-assa ?!




    15
  • OUCHEN
    25 août 2018 at 16 h 30 min - Reply

    Mr Zaoui a dénoncé un problème de culture et de civisme sans user de poésie pour amadouer et caresser dans le sens du poil les ghachis que nous sommes. Probablement il voulait choquer pour attirer l’intention de la populace sur certains comportements néfastes de nos concitoyens. Ceci est le problème de forme.

    Pour le problème de fond, c’est que nous les dézidiens ont fait dans l’excès de zèle par rapport à l’application des préceptes de l’islam sans rien comprendre un iota de cette religion.

    Tellement on se sent misérable sur cette terre qu’on a peur de l’au-delà. Pour éviter l’enfer on essaie d’être plus religieux sans comprendre quoi que se soit.
    On écoute des charlatans sur des plateaux de tv nous bassiner sur les préceptes d’islam pour soulager nos conscience et on oublie comment organiser notre vie de cité. Quelle hypocrisie! Dieu reconnaitra les siens.




    8
  • Kamel Bouras
    26 août 2018 at 9 h 59 min - Reply

    La solution est pourtant simple : il suffit d’expulser les bedouins arabes vers leur Yémen, les kabyles et chaouis vers leurs montagnes, et il ne restera dans les villes que les civilisés à la chevelure blonde et aux yeux bleus comme…Amin Zaoui…




    6
  • Sidali Khebab
    26 août 2018 at 11 h 18 min - Reply

    M. Zaoui, ne pense pas, il emboîte les pas des autres, on ne peut pas faire l’histoire en emboîtant les pas des autres, dénoncer l’incivisme des individus d’une manière objective à la bonne! mais mettre en relief l’arabisme, et l’islam, je trouve que l’auteur exacerbe dans son article en se référant à ibn khaldoune,  » il faut lire et relire « les prolégomènes » personnellement je trouve que le monde musulman se trouve en face d’une crise idéologique, ce qui explique qu’il est incapable de produire des idées, « Une machine grippée » et comme le notait le penseur Malek Bennabi dans » le problème des idées dans le monde musulman » Si on ouvre des sentiers nouveaux avec des idées authentiques qui répondent à tous les problèmes d’ordre moral, ainsi que des idées efficaces pour faire face aux problèmes de la croissance d’une société qui doit se reconstruire  » idées imprimées et idées exprimées » si à travers les idées que doit se forger une société et non pas à travers les critiques! M. Zaoui n’est qu’un écrivaillon, et une plume dépourvue de toute idée directrice, comme beaucoup d’intellectomanes!




    4
  • Antar Al Kotomy
    26 août 2018 at 14 h 36 min - Reply

    Il faut différencier l’essentiel de l’accessoire : l’absence de CITOYENNETÉ laisse le terrain vide a la faune d’aventuriers , psychopathes et malfrats qui gouvernent depuis l’assassinat de de Albane.
    Le Bédouin et le Citadin sont des produits des étapes socio-economiques de l’histoire humaine et Ibn Khaldoun admira « Al aassabyia » des Bédouins ,leur courage et leur générosité qui leur permirent de créer la cité et donc ,la civilisation et ses citadins.Mr Zaoui aurait dû parler de clochardisation des villes et surtout des ses causes ,en l’occurrence,la malefique gouvernance ,surtout des 20 dernières années marquées par l’absence voulue de l’autorité de l’Etat: laxisme ,Justice défaillante, impunité pour les criminels et escros…, mépris du monarque vis a vis de son peuple,le gâchis organisé des ressources humaines (éducation..)et matérielles via la corruption et l’incurie .Il n’y a qu’une Algérie qui semble marcher c’est celle de l’armée qui a « son »budget ,ses usines,ses centres de repos ,ses hôpitaux et hôtels . L’autre Algérie est en déliquescence et risque bien de disparaitre coulant avec elle ses myopes prétoriens…




    5
  • Betache Mohamed
    26 août 2018 at 17 h 33 min - Reply

    Ya si Youcef l’Asnami , koune 3hakel, le pouvoir algérien a été déjà le premier à favoriser la « bédouinisation islamique » de l’Algérie !! Moi, j’en suis persuadé !

    Tout le monde croit connaître et détenir l’esprit et la profondeur du Coran alors que c’est du pipeaux ! La religion est tellement banalisée partout(même un enseignant non formé et non préparé pour cette discipline enseigne le Coran à l’école) qu’il ne faut pas s’étonner de ce résultat et de tels comportements en société ! Les vrais connaisseurs du Coran disent qu’il faut un minimum de culture, de connaissance et d’éducation pour en être à la hauteur !




    10
  • Mahindad
    28 août 2018 at 8 h 44 min - Reply

    Amine Zaoui doit avoir un problème avec l’islam, sinon pourquoi dans ses écrits la religion musulmane est toujours incriminée et serait selon lui à l’origine de tous les maux de la planète.




    4
  • Shakejal
    31 août 2018 at 5 h 29 min - Reply

    Qui se souvient des algeriens entre les années 60 et 70.. ? Des rues des villes? Des foules costumés dans les stades? De l’architecture des édifices publiques et des complexes touristiques bâtis alors? … et je m’en passe.. les algériens quand il y avait une vraie notion de l’Etat, étaient civilisés.. ils avaient aussi des salaires avec les quels ils pouvaient voyager en europe en toute simplicité et sans visa.. il vivaient les expérience des gens et étaient plus ouverts. Puis le régime a changé .. la notion de l’Etat commence à disparaître petit à petit début des années 80 avec l’émergence des nouveaux maîtres du bled et la crise de 86. Les algériens ont perdu confiance dans leurs égoïstes et mafieux gouvernants qui exploitaient toute les richesses du pays pour eu et leur progéniture.. cest là ou le peuple algériens a débuté sa chute dans l’incivisme et l’anarchie, car l’Etat n’y été plus.. puis viendra octobre 88.. puis la décennie noir.. puis le regime boutef.. jusqu’à aujourd’hui.. la chute continue.. car l’Etat nest plus..




    3
  • GHEZOUTI ABDERRAHIM
    2 septembre 2018 at 11 h 52 min - Reply

    Il y a une mode ,ou un nouveau modèle de pseudo-intellectuels comme son confrère KD .Pour bien vendre le produit ,donc bien se vendre et pour bien être reçu en occident ,par les occidentalisés d’ici et de la bas ,on ouvre des registres de commerce appropriés .L’un contre L’Islam ,l’autre pour les droits de la femme spoliés par une islamisation , bref des registres de commerces selon les besoins du marché .Mais le véritables intellectuels engagé n’est pas celui qui s’arrête à des constats ,dussent-être objectifs .Le véritable intellectuel ne se spécialise pas dans le seul dénigrement continu de son propre pays ,de ses propres origines ,de sa propre entité , des siens ;pour faire le jeu de ceux qui ont besoin de cette diversion .
    Le véritable intellectuel est celui qui risque sa carrière ,sa renommée , »sa peau »,pas seulement pour faire d’éternels constats stériles ,mais celui qui propose ou crée des mouvements pensants et actifs aussi pour améliorer la société vers des comportements progressifs, constructifs . Nous avons tous ouvert ,à un niveau ou un autre ,des polémiques sans grands lendemains,ni sans grands résultats. Nous nous contentons tous de constats !!!!A quand des mouvements associatifs crées ,gérés ,dirigés , animés ,suggérés , guidés ,par nous autres les « soi-disant »intellectuels !!! C’est plus difficile que d’écrire ,n’est ce pas ? S’il y a défaillance généralisée ,c’est parce que nous en sommes les premiers responsables !!! Nous n’avons pas su ou voulu nous engager suffisamment de peur de perdre nos conforts respectifs !!!Voilà ce à quoi nous ramène des publications comme celle de « Bédouinisation » à des commentaires sur les Beni-Hillal ,des polémiques sur qui arabe ,qui ne l’est pas ,à une compartimentation de Notre Nation ,pour oublier la source de nos malheurs à savoir :l’ignorance ,la corruption ,les clanismes,la bêtise de nos décisions absurdes ,la déliquescence généralisée de nos institutions éducatives ;pour nous disputer sur le futile ou ce qui est loin de servir l’avenir de nos générations . Un texte littéraire ne vaut que par l’impact qu’il peut avoir pour l’amélioration e la société.
    Je suis et nous sommes bien en deçà de ce qu’attendent de nous ,nos générations futures!!




    6
  • still
    5 septembre 2018 at 21 h 59 min - Reply

    Je ne prétends pas connaitre Zaoui: je ne lui ai lu qu’un ou deux articles, a juste titre controversés. Cependant, dans l’article « incriminé », Zaoui semble greffer des objets hétéroclites dans le but de dénigrer une religion qui ne lui demande rien et qu’il a le droit d’ignorer (jusques) l’existence. Sinon comment arrive-t-il à associer bédouinisme, Islam et …saleté?
    Revisitons les faits:
    Les villes, notamment les rues sont sales. C’est un fait.
    Les jours de l’Aïd El Kebir, les moutons envahissent l’environnement, jusqu’aux escaliers et balcons. C’est un fait.
    Mais alors, comment, et pourquoi associer cette saleté et ce « bédouinisme » à l’Islam?
    -L’Islam n’a-t-il pas prôné, mieux, exigé la propreté comme un prérequis a la pratique de l’islam? notamment la propreté corporelle et les ablutions avant les cinq prières quotidiennes?
    -Le bédouinisme n’est-t-il pas antérieur et l’islam? A-t-il un quelquonque lien, de près ou de loin avec le concept de religion?
    -L’islam n-at-il pas sédentarisé les bédouins?
    -Enfin, visez-moi ces arabes, musulmans, bédouins du Golf dans leurs gandouras d’un blanc immaculé, « chevaucher » à bord de 4X4 leurs troupeaux de chameaux également d’une propreté indiscutable ! https://www.youtube.com/watch?v=JQcn4b2NKv0
    Soyons sérieux. Il est de notoriété publique qu’aucun artiste de quelque domaine que ce soit (écrivain, chanteur, cinéaste, etc.) ne peut prétendre à l’approbation internationale sans l’aval de la communauté juive- notamment en rappelant la véracité et l’horreur de l’holocauste. Zaoui n’y est pas encore ; il a d’abords besoin de sortir de sa coque, c’est-à-dire, denier son propre environnement culturel. Il aurait pu jouer la carte du « terrorisme islamique » mais le contexte ne s’y prêtait pas et cette carte est déjà usée, alors il a saisi l’occasion du rituel de l’Aïd pour concocter cette soupe m….se.
    Pourquoi n’a-t-il pas rappelé qu’il y un service public défaillant, la voirie, responsable de la levée des ordures ménagères ?
    Pourquoi n’a-t-il pas rappelé que l’acquisition et le sacrifice du mouton devraient être soumis à une règlementation stricte, (notamment en milieu urbain) encore relevant de l’autorité publique ?
    Enfin, pourquoi amputer à la religion et au bédouinisme un problème relevant de la gestion publique ?
    La myopie intellectuelle paie… quand le Roi est myope.




    2
  • Congrès du Changement Démocratique