Édition du
23 September 2018

Quand la « main étrangère » s’intéresse au choléra qui touche la « Puissance régionale »

En Algérie, les autorités ont annoncé le 23 août une quarantaine de cas de choléra dans les régions limitrophes de la capitale. Depuis le début de la semaine, des informations faisaient part de cas importants d’hospitalisations pour intoxication, sans précision. Les autorités sont désormais accusées de négligence.

Le ministère de la Santé algérien a annoncé 41 cas de choléra confirmés à Alger et dans les régions voisines, ce 23 août. Un patient est décédé et plusieurs dizaines d’autres personnes restent hospitalisées en attendant les résultats d’analyse. Le ministère de la Santé dit privilégier l’hypothèse d’une contamination via les aliments.

Les autorités ont affirmé que ces cas étaient limités à quelques familles et que la situation était maîtrisée. Des cas suspects de choléra avaient été signalés par des médecins depuis plus d’une semaine à Alger. Dans ces cas-là, l’institut Pasteur et le ministère de la Santé doivent ensuite communiquer en cas de possible épidémie.

Information cachée

Mais, lors d’une conférence de presse le 20 août, les responsables ont affirmé qu’il s’agissait de cas de gastro-entérite. En fin de semaine dernière, lorsque cinq autres personnes ont été hospitalisées, on parlait d’intoxication liée à l’eau. Le 23 août, après le décès d’un homme, il s’agissait toujours officiellement d’intoxication alors même qu’un bloc spécial était créé pour isoler les patients.

Dans les médias et sur les réseaux sociaux, on accuse les autorités d’avoir caché l’information. Selon les médecins, les résultats d’analyse avaient confirmé au moins deux cas de choléra depuis quatre jours.


Nombre de lectures : 2534
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Meriem
    24 août 2018 at 11 h 15 min - Reply

    Aprés les milliers de haraga qui preferent mourir noyé ,a l’ enfer de leur pays , aprés les milliers de bidonvilles installés a la peripherie des villes ,aprés les crimes commis par les «parkingueurs» et «parasoleurs» ; aprés les tonnes de detritus qui s’ amoncellent dans nos cités, voici en apotheose…… le Cholera que nous offre le systeme predateur, qui ose comparer l’ algerie puissance regionale à……. la suede.




    8
  • Arbouz fouad
    24 août 2018 at 16 h 16 min - Reply

    le gouvernement doit sensibiliser le peuple entier surtout dans les grandes villes a commencer a faire des compagnes de nettoyage de grande envergures, au niveau des village (APC) /ramassage des ordures matin et soir , faire comprendre a cette population que chacun doit nettoyer son propre domicile son quartier son village , pour faire face a cette situation dramatique surtout ces jours ci des odeurs suffocantes du aux viandes et peau non ramassés , de ma vie je n’ai vu un tel phénomène, ALGER est submergée dans la saleté incroyable et cela depuis un bon moment .

    un volontariat dans chaque quartier en toute urgence




    7
    • said
      24 août 2018 at 17 h 50 min - Reply

      Pendant ce temps les agents des services d’ hygiene, les balayeurs,les APC et tout ceux qui sont payés pour ce travail , vont aller se bronzer ou iront au café jouer aux dominos




      6
  • Mahindad
    28 août 2018 at 8 h 33 min - Reply

    Les autorités de notre pays ont toujours étaient déficitaires en matière de communication. Ils pensent qu’ils n’y a qu’eux qui sont mûrs, le peuple lui n’a pas le droit de savoir car il est inapte pour comprendre.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique