Édition du
23 September 2018

La journée internationale des victimes de disparition forcée marquée par des dizaines d’arrestations à Constantine

Une manifestation de familles de victimes de disparitions forcées organisée aujourd’hui, 30 août 2018, journée internationale des victimes de disparition forcée, a été dispersée ce matin par un large dispositif policier. La dispersion de familles de victimes de dispositions forcées a été accompagnée de violence policière et d’arrestations arbitraires contre les manifestants pacifiques qui avaient répondu à l’appel au rassemblement de la Coordination nationale des familles de disparus (CNFD).
Vers 9h00 du matin, alors que les manifestants venaient à peine de se rassembler près de la place de La Brèche au centre de Constantine, un important dispositif policier a encerclé le rassemblement avant de procéder à des dizaines d’arrestations. Parmi les personnes arrêtées figuraient de nombreuses personnes âgées. Les victimes sont actuellement interrogées au commissariat central de la ville.
Selon les organisateurs contactés par Alkarama, le rassemblement avait pour but de dénoncer l’amnistie des auteurs de graves violations des droits de l’homme commises durant la guerre civile et de revendiquer leur droit à la vérité et à la justice.
« Alkarama condamne fermement cette atteinte flagrante au droit au rassemblement pacifique, droit consacré par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel l’Algérie est partie », a déclaré Rachid Mesli, directeur juridique de la Fondation Alkarama. « Ce recours à la force autant injustifié que disproportionné tranche avec l’hommage rendu aujourd’hui par la communauté internationale aux victimes de disparitions forcées à travers le monde. »
Le 29 septembre 2016, un rassemblement similaire organisé à Alger avait été réprimé par les autorités à l’occasion du 11ème anniversaire de l’ordonnance portant Charte pour la paix et la réconciliation nationale. Ce texte interdit toute poursuite contre les éléments des forces de sécurité pour les crimes commis durant la guerre civile et criminalise tout acte visant à « nuire à leur honorabilité » ou à ternir « l’image de l’Algérie sur le plan international ».
En juillet 2018, le Comité des droits de l’homme de l’ONU a recommandé aux autorités algériennes d’amender la Charte afin de s’assurer que les allégations de graves violations des droits de l’homme et du droit humanitaire, telles que les massacres, les tortures, les viols et les disparitions, commises par les agents responsables de l’application de la loi et les membres des groupes armés, fassent l’objet d’enquêtes, de poursuites et de condamnations.
Pour rappel, l’Algérie est le cinquième pays au monde en termes de cas pendants devant le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI) avec 3’179 cas de disparitions forcées non résolus du fait de l’absence de coopération des autorités. Selon les estimations, entre 1992 et 1998, entre 8,000 et 20,000 personnes, ont été arrêtées ou enlevées par des services de sécurité algériens ainsi que par les milices armées agissant au nom ou avec l’appui direct ou indirect, le consentement ou l’assentiment du gouvernement algérien.

Nombre de lectures : 704
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • mohamed
    1 septembre 2018 at 3 h 17 min - Reply

    A chaque rassemblement des familles des disparus, les services de sécurité, (quelle sécurité ?) réagissent aussi rapidement que brutalement. Ils en ont une phobie particulière.

    Ya tartag et consorts, les moyens de l’Etat ne suffiront pas à vous protéger de la hantise des fantômes de vos victimes jusqu’à la fin de votre vie de criminels.




    6
  • Alillou
    1 septembre 2018 at 16 h 43 min - Reply

    Le mot « vengeance » ce mumure deja depuis plusieurs mois dans les quartiers populaires.
    Cherchent ils le chaos?
    une fois de plus, ils le trouverons…
    Meme aidé de leur barbu vendu et collabos ne pourront pas stoppé la rage qui eclatera en boucherie…




    4
  • Tribunal-International
    3 septembre 2018 at 21 h 04 min - Reply

    Au lieu de manifestations, recueillir les temoignages, et declancher des enquetes via certaines associations: puis faire emprisonner les criminels d’Algerie avec l’aide de l’ONU, TI Crimes contre l’Humanite.. la complicite francaise aupres ses GadZsaleh, Targat, Bouteflika, Nezzar, ne devrait pas tenir longtemps.

    Example du manque de diffusion (Why Do Algeria And Morocco Hate Each Other? attire pres 1/2 million de vue… le Rai, pres de 2 millions de vues “Jdid Rai Algerie – 2018 ( 34 min )”)!!!

    seulement 9600 vues sur YouTube pour ces crimes perpetres par l’armee francaise d’occupation!

    La decennie noire en Algerie doit etre soutenue, surtout a l’etranger et aupres d’association, universite, organismes non-gouvernementals (eviitant la censure des politiques Europeens proches des crapules qui gouvernent l’Algerie)!

    The Shocking Truth about French War Crimes in Algeria:
    https://youtu.be/HSqoZnt6fzM




    1
  • Congrès du Changement Démocratique