Édition du
23 September 2018

Message à l’oligarchie militaro-financière, détentrice du pouvoir réel.

 

Vous qui dirigez l’Algérie en sous-main devez comprendre que les algériennes et algériens dignes ont saisi les véritables enjeux politiques et que leur silence n’est point ignorance des réalités ou soumission mais que souverain mépris. Vous avez et sans succès, usé et abusé de tous les stratagèmes. Vous avez transformé en 50 ans ce pays aux potentialités humaines énormes et aux richesses incommensurables en un vaste douar de misère et de désespoir et placé près de la moitié de la population en situation de survie. Vous avez même réussi la prouesse d’hypothéquer l’avenir d’algériens qui ne sont pas encore nés. Vous avez déclenché l’un des conflits internes des plus meurtriers de cette fin de siècle. Vous avez sacrifié des figures illustres qui ont façonné l’histoire de notre pays et déterré des cadavres politiques, pour tenter de sauver vos privilèges. Mais en vain !

Faudra-t-il vous le répéter : la crise politique est toujours là, interpellant la conscience de tous ! Et votre illégitimité ne peut-être camouflée ni par vos institutions factices ni par vos élections préfabriquées !

Repentez-vous, du moins pour ceux d’entre vous qui ont encore une conscience et les mains non souillées du sang des enfants de leur peuple. Prenez, du moins pour ceux qui ont encore une fibre patriotique, vos responsabilités historiques en remettant au Peuple le pouvoir que vous avez usurpé un certain été 62 par la force des armes. Le tribunal de l’Histoire a irrémédiablement et sévèrement condamné votre système. Dans votre entêtement et votre attachement névrotique au pouvoir, vous courez non seulement à votre perte mais à celle de toute la Nation. Oubliez un instant vos containers sur les ports et vos comptes Outre-Méditerranée. Regardez la réalité en face et soyez pour un moment, lucides, le temps d’une courte réflexion. Revisitez l’Histoire. Que sont devenus tous les régimes qui ont fondé leur pouvoir sur l’injustice et le mépris de leurs peuples ? Que sont devenues toutes les dictatures sud-américaines ? Qu’est devenu l’empire totalitaire soviétique, la monarchie iranienne, la dictature chilienne ? Que sont devenus les Bokassa, Mobutu, Mengistu, Vidéla, Duvallier, Papadopoulos, Rédha Pahlavi, Ceauscescu, Pinochet, Salazar, Caetano, Stroessner, Marcos, Suharto, Kadhafi, Benali et autres despotes qui avaient terrorisé leurs peuples ? N’avaient-ils pas eux aussi la force des armes et de l’argent ? Et pour certains l’intelligence en plus ? Aviez-vous songé un seul moment au sort que leur a réservé l’Histoire ?

Votre régime est appelé à disparaître. Il durera peut-être encore quelque temps, le temps pour vous de ruminer les illusions de pérennité de votre pouvoir mais aussi et surtout le temps de comptabiliser vos crimes et méfaits contre votre propre peuple, avant de répondre tôt ou tard de vos actes et de rejoindre la poubelle de l’Histoire.

« Il ne suffit pas de prendre un fusil pour devenir le maître légitime d’un pays ».

Salah-Eddine SIDHOUM.


Nombre de lectures : 1937
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Kaddour
    7 septembre 2018 at 14 h 50 min - Reply

    Lamen Takra Zabourek Ya Daoud. Un de vos amis qui est pourtant propre et non oligarque fait démarrer la crise en 1992. Alors, avant de s’adresser au pouvoir réel, il faut être sur la même longueur d’onde sur la crise que vit le pays.

    Mes salutations fraternelles.




    0
    • Salah-Eddine SIDHOUM
      7 septembre 2018 at 15 h 01 min - Reply

      Qui est cet ami, monsieur l’anonyme?
      J’ai toujours dit que la crise remontait à 62.
      Fraternelles salutations.




      12
      • Dria
        7 septembre 2018 at 22 h 22 min - Reply

        Dr Sidhoum dites vous qu’il a oublier de signer par son nom complet KADDOUR LE NEO-OLIGARQUE , bien que je sois contre le terme d’OLIGARQUE en Algérie ou celui de NOUVEAUX RICHES, je préfères qu’on les appelles les ANCIENS PAUVRES car ils le sont toujours coté savoir vivre et savoir faire malgré les sommes colossales d’argent qu’ils ont amassée durant cet ère de la médiocrité et de l’impunité.




        10
        • Salah-Eddine SIDHOUM
          7 septembre 2018 at 22 h 31 min - Reply

          Allah Yahdina ou yahdihum.




          7
  • Salim Tribeche
    7 septembre 2018 at 17 h 26 min - Reply

    Ce sont ces messages clairs (qui encouragent cette oligarchie militaro-financière dans sa salle besogne), pour essayer de cacher la vérité au peuple, qu’il faut dénoncer si on veut sortir de notre léthargie !




    5
  • Meriem
    7 septembre 2018 at 17 h 39 min - Reply

    ces gens a qui vous adressez n ‘ont ni ame, ni conscience, ils sont aveuglés par le pouvoir de l’ argent, ils pretendent detenir la verité suppreme et depositaire d’ un message des dieux,ils disent pour se justifier que nous ne sommes pas apte ni matures pour vivre en democratie.
    citation:

    L’Etat n’est rien d’autre qu’une association d’individus qui sont d’accord entre eux pour se faire appeler l’Etat. Ils se sont fixé pour objectif d’exercer le monopole légal de la violence et de l’extorsion de fonds.(Murray Rothbard)




    7
  • khaled Boulaziz
    7 septembre 2018 at 20 h 45 min - Reply

    Comme un mécanisme intemporel inscris dans la lucidité humaine que le temps ne peut flétrir, Mr. Sidhoum vous arrivez au juste moment pour éclairer les consciences délabrées que nous sommes de la centralité de la problématique éternel : le vivre ensemble dans la dignité humaine.

    Cordialement




    7
  • Ghanou
    7 septembre 2018 at 23 h 49 min - Reply

    Mr Sidhoum notre pays est sous tutelle de la synagogue.
    ça veut dire que la communauté « élue » n’a pas semblable comme p…ées. ils ne lacheront pas!!!




    6
  • Nadia L.
    8 septembre 2018 at 0 h 58 min - Reply

    Toutes les révolutions menées par l’homme contre l’injustice et qui ont pu délivrer des peuples de leurs tortionnaires depuis l’Antiquité à nos jours,toutes ces révolutions ont fait fi de cette théorie-sentence du  » monopole de l’exercice légal de la violence et de l’extorsion de fonds »!
    Ainsi tous les hommes libres à la recherche de la dignité humaine en sont convaincus !




    9
  • tarak
    8 septembre 2018 at 1 h 10 min - Reply

    Bonsoir à tous

    J’ai hâte d’assister au vidage de la corbeille de l’histoire d’Algérie car il n’y a rien de bon à récupérer de cette oligarchie militaro-financière.




    5
  • yassine
    9 septembre 2018 at 9 h 58 min - Reply

    Monsieur Salah-Eddine SIDHOUM
    Recevez d’abord mes respects . Quant a votre appel a ces mediocres qui squattent le pouvoir depuis 1962 ; il restera malheuresemment vain .C’est un coup d’epee dans l’eau .

    L’equation algerienne comporte trois facteurs . Le pouvoir/regime militaro-mafieux ; la rente petroliere et le « peuple » .
    Si aucun des trois facteurs ne bouge et bien rien ne bougera reellelement !
    Retournez cette equation dans tout les sens ; le resultat restera toujours immuable .

    Salutations
    Bachir




    4
  • Naïmi lyes
    10 septembre 2018 at 11 h 20 min - Reply

    Pourquoi ne pas appeler un chat,un chat ?!Et dire que c’était le système socialiste (ce qui n’était qu’un leurre), depuis l’indépendance à nos jours,qui a engendré cette mafia militaro-financière qui ne veut prêter oreille à personne, tout ce qui l’intéresse c’est comment faire pour perpétuer-génération après génération-son hégémonie sur les ressources du pays?Point à la ligne.
    Ces compradores(qui ont tout accaparé actes et symboles) n’ont même pas laissés le patriotisme au peuple d’en bas qui se jette à la mer.




    2
  • Congrès du Changement Démocratique