Édition du
20 October 2018

Perquisitions aux domiciles de cinq généraux-majors

Sur fond de changements spectaculaires au sein de l’armée

Perquisitions aux domiciles de cinq généraux-majors

EL WATAN 18 SEPTEMBRE 2018

Alors que des informations non démenties faisaient part de l’ouverture d’une enquête judiciaire militaire contre cinq généraux-majors, Lahbib Chentouf, chef de la 1re Région militaire (RM), Saïd Bey, commandant de la 2e RM, Abderrazak Cherif, chef de la 4e RM, Boudjemaa Boudouaouar, directeur des finances au ministère de la Défense nationale, et Menad Nouba, commandant de la Gendarmerie nationale,  dimanche soir, des perquisitions ont été opérées aux domiciles de ces derniers sur ordre du procureur près le tribunal militaire de Blida.

Hier matin,  le général-major Ahcène Tafer,  commandant des forces terrestres, le général-major Abdelkader Lounes, commandant des forces aériennes, le général Remili, directeur de la Caisse de sécurité sociale (militaire)  ont  fait l’objet d’une mise à la retraite et de fin de fonction.

Depuis samedi soir,  pour ne pas dire depuis un mois avec les changements opérés au niveau du commandement des Régions militaires et des forces armées, la muette fait trop de bruit autour d’elle. Ce qui s’est passé durant cette fin de semaine est surprenant et suscite de lourdes interrogations.

Les perquisitions de dimanche soir ont fait l’effet d’un séisme. Il faut dire que les mis en cause pèsent très lourd et certains d’entre eux sont connus pour être des plus fidèles au chef de l’état-major de l’Anp et vice-ministre de la Défense nationale, le général-major de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah. Leur mise à la retraite a été d’ailleurs une surprise.

Tout a commencé il y a quelques jours. «Des informations ont circulé sur une enquête que la Présidence aurait demandée sur l’enrichissement suspect de certains gradés de l’armée.

Le chef de l’état-major de l’Anp ne pouvait rester en marge de cette action, d’autant que l’affaire Kamel Chikhi a fait tomber deux généraux-majors, qui lui étaient très proches, et certains noms d’autres gradés étaient sur la liste.

De plus, il ne faut surtout pas oublier que l’ex-patron de la police,  Abdelghani Hamel, a porté des accusations très graves et tout le monde sait qu’elles étaient plus dirigées contre Gaïd Salah que contre le patron de la Gendarmerie nationale.

Pour le vice-ministre, il fallait qu’il anticipe sur les événements et lance lui-même une opération d’assainissement», expliquent nos interlocuteurs.  

C’est ainsi que le procureur du tribunal de Blida est saisi et les cinq généraux-majors sont priés de ne pas quitter le territoire national. «Mais vendredi dernier, le général-major Saïd Bey, qui avait en main une prise en charge pour des soins à l’étranger signée par la caisse militaire depuis des semaines, s’est présenté à l’aéroport où tout le monde le connaît. Il est parti sans aucun problème avec ses papiers en règle.

D’ailleurs une fois arrivé à destination, il a eu vent des rumeurs sur cette affaire d’ISTN (interdiction de sortie du territoire national, ndlr), il est revenu le lendemain. Mais les événements se sont accélérés.

L’ISTN est devenue effective pour les cinq généraux-majors dès samedi, et le soir même, des perquisitions ont été opérées à leurs domiciles en présence de leurs familles», révèlent nos sources. Vingt-quatre heures plus tard, le responsable de la police des frontières à l’aéroport Houari Boumediène est relevé de son poste et le directeur de la Caisse de sécurité sociale militaire, le général Remili, est radié des rangs de l’armée.

La muette reste murée dans un silence de marbre. Hier matin, d’autres changements sont tombés comme un couperet, alimentant davantage les rumeurs.

Le CFT (commandant des forces terrestres),  le général-major Ahcène Tafer, est admis à la retraite, il est remplacé par le général-major Saïd Chengriha, qui était à la tête de la 3Région militaire, dont le commandement est confié au général-major Mustapha Smaili. Il faut dire que le poste très convoité de CFT a de tout temps été un tremplin pour l’accession au commandement de l’état-major de l’Anp.

Le général-major Abdelkader Lounes, commandant des forces aériennes,  connaît lui aussi le même sort et cède son poste au général-major Mohamed Boumaaza. Il en est de même pour le général Zenakhri, secrétaire général au ministère de la Défense, qui se voit remplacé par le général Abdelhamid Ghris. D’autres changements ont touché la direction du matériel et certains départements au ministère de la Défense.

Jamais l’institution militaire n’a connu un mouvement aussi large en un laps de temps aussi court. Pour nos sources, «ces changements ne sont pas du seul fait du chef de l’état-major, mais aussi de la Présidence. La liste des gradés à enlever ou à placer ne peut être validée sans l’accord d’El Mouradia, où des retouches et des corrections sont souvent apportées. Mais, depuis l’affaire de Kamel ‘‘le Boucher’’, les choses ne sont plus les mêmes et les centres de décision ont bougé.

Etant lui-même pointé du doigt par une importante personnalité, comme le patron de la police, le chef de l’état-major se devait de passer à l’action, quitte à sacrifier quelques-uns de ses proches collaborateurs et sans prendrede gants.

C’est ce qui s’est passé avec les cinq généraux-majors dont les domiciles ont fait l’objet d’une perquisition n’ayant abouti à aucun résultat pour l’instant», concluent nos interlocuteurs.

En tout état de cause, ces nombreux changements à la tête de l’armée, mettent celle-ci au-devant de la scène politique, et augurent probablement l’isolement, voire la fin d’un règne d’un chef d’état-major qui détient, désormais, le record du nombre d’années à ce poste.


Nombre de lectures : 1874
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • lyes Laribi
    18 septembre 2018 at 18 h 22 min - Reply

    Pour récupérer les documents compromettant des autres, de ceux qui les ont mis en retraite. Pourquoi eux? Et pas tous les autres ? À commencer par les putschistes de 92 qui ont mis ce système à grande échelle dans l’armée. Puis tous les politiques impliqués dans les grands dossiers déjà sur les bureaux des juges occidentaux. Parmi ces généraux, il y a une cible bien particulière et c’est bien le général boudouaouar vu sa fonction. Certainement ils sont mouillés mais ils ne sont pas les seuls. Il faut que certains explique leurs richesses et plus particulièrement ceux qui ont de l’Algérie un pays où sévi le choléra en 2018. Ceux qui ont distribué la richesse du peuple algérien aux puissants de cette planète pour se maintenir au pouvoir au détriment d’un peuple privé: des soins dans des hôpitaux digne du 19 siècle, de l’éducation limitée à une connaissance artificiel et théorique des sciences, du commerce obligé d’avoir un tuteur galonné, du sport mis entre les mains des escrocs et j’en passe…
    J’espère me tromper mais hélas.




    8
  • AKLI
    18 septembre 2018 at 23 h 08 min - Reply

    IMPLOSION de l’interieur des hautes spheres au vraie executif. Ça laissera des traçes
    La realité nous n’avons jamais etait solide la preuve « Un rhume » et tout ce casse la gueulle..
    Quel sera la suite? coup d’etat, guerre civil, feodalisation du territoire national, autonomie de la Kabylie et du Sahara.
    famine, misere, sont deja « prophetisé » par certain…
    pour un probable retour à la france.




    4
  • tarak
    19 septembre 2018 at 0 h 20 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Ce changement important dans la hiérarchie militaire ressemble beaucoup à un coup d’état avorté.




    4
  • mohamed
    19 septembre 2018 at 3 h 13 min - Reply

    L’Algérie aux mains de ces types ? C’est à vomir –




    3
  • HAMOU
    19 septembre 2018 at 9 h 33 min - Reply

    Y en a qui sont en train de faire le vide à « l’algerienne »….
    Probable retour des GIA-DRS???????




    2
  • samah N.
    19 septembre 2018 at 12 h 08 min - Reply

    tout ce chamboulement au sein de la hiérarchie militaire et ses postes de commandement en un laps de temps record,augure d’un avenir incertain pour l’Algérie et peut être d’un retour aux coups de force en l’absence d’une légitimité politique flagrante qui dénude des acteurs et autres « faiseurs de rois »restés longtemps à l’ombre de leur ripou-blik!




    3
  • Alilou
    25 septembre 2018 at 23 h 26 min - Reply

    Ca me rappel le scenario d’un film de barbouzes a la turque…..version algerienne….chaque scenarion a la grandeur de chaque nation (poids geopolitique et geostrategique Turquie vs RADP)




    0
  • Congrès du Changement Démocratique