Édition du
20 October 2018

Visite de la chancelière allemande Merkel en Algérie : quels sont les enjeux pour le peuple algérien ?  

‘’We have no eternal allies, and we have no perpetual enemies. Our interests are eternal and perpetual, and those interests it is our duty to follow’’

The parliamentary Debates Great Britain 1848.

La Chancelière allemande, Angela Merkel, effectuera  aujourd’hui une visite officielle en Algérie, à l`invitation du chef d’Etat. Cette visite sera l’occasion de faire une évaluation des liens économiques entre le régime politique algérien et l`Allemagne et de consolider les axes de partenariat pour une relation bilatérale économiquement dense.

C’est un des leitmotiv de la politique que de rappeler que le régime politique est à l’image du peuple qu’il gouverne. Tous les régimes politiques reflètent les défauts et les qualités du peuple gouverné. La politique est l’analyse de la réalité du peuple tel qu’il l’est.

De mon point de vue, l’enracinement d’un Etat non démocratique en Algérie a été rendu possible par l’action d’une partie du peuple dont ses objectifs tracent une approche au service de l’instrumentalisation et des calculs politiques, économiques, sociaux, culturels , régionalistes, voire religieux, plaçant l’intérêt du régime politique au- dessus de toute considération, car le choix de démocratiser ou non le pays dépend de la volonté des citoyens. Chaque peuple prend son destin en main en traçant sa propre route.

En outre, chaque pays réfléchit sur la façon dont il défend ses intérêts (économiques, géostratégiques…), afin de trouver la place qui lui convient au sein de la communauté internationale où l’approche pragmatique des Etats prévaut notamment, soulignant ainsi que les Etats ne sont pas des établissements de bienfaisance.

Néanmoins, il est utile d’observer qu’en l’absence d’observatoires de la vie politique et de think tank établis en Algérie, chaque formation politique y va de son analyse, tout en notant que les médias ne représentent pas l’opinion publique et que le nombre d’adhérents aux partis politiques constituent un des indicateurs du rapport de force politique .Cependant, je ne partage pas le point de vue d’une partie de l’opposition politique qui qualifie la visite des officiels européens en Algérie de silence complice avec le régime politique . Cette opposition préfère se défausser sur ce qu’elle nomme ‘’ la connivence de l’Occident’’ servant ainsi de terreau à la polémique du complot contre le peuple algérien.

Partant de ce fait, quasiment toutes les organisations politiques (majorité et opposition) se servent du complot comme fonds de commerce politique. Si ce raisonnement devait être suivi, il aurait été plus sensé à ces opposants de protester devant le siège de l’Organisation des Nations Unies.

Dans le même sillage, le but de cette même opposition est d’assurer plus de visibilité politique et de résonance médiatique à leur cause qui n’est pas soutenue par tout le peuple, car le comportement d’une certaine opposition reste très ambigüe .Parmi les ambigüités à lever : consensus national qui repose sur l’idée d’une transition politique et le choix des personnalités pour diriger ce consensus,

le rôle de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la vie politique. Les points de vue des organisations politiques sont divergents concernant la situation du pays et les réponses politiques à même d’y remédier.

C’est en effet l’une des mauvaises démarches de certains partis politiques dits d’opposition, à la veille de chaque rendez-vous électoral : considérer la politique comme une piste de course effrénée pour qui voudrait engranger des privilèges accordés par les fonctions ministérielles. Force est de reconnaitre qu’une partie du peuple a une alacrité pour promouvoir la médiocrité, la corruption, le népotisme et le régionalisme, traduisant ainsi le souhait de faire perdurer le régime politique actuel ,n’en déplaise aux observateurs et analystes de la classe politique d’opposition.

Benteboula Mohamed-Salah.Géographe

 Beyusek@hotmail.fr

Auteur du livre ‘’La diplomatie algérienne à deux têtes ‘’Editions Amazon

 


Nombre de lectures : 1540
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • malik
    20 septembre 2018 at 0 h 11 min - Reply

    j’ai aimé la communion entre les 2 photos : les 02 camarades de promo se sont retrouvés en Algérie ! le confrère d’Angela a dû lui rappeler les bons moments qu’ils ont partagés en amphi … dans les années 20… oh ! les bons souvenirs !




    18
  • Meriem
    20 septembre 2018 at 9 h 07 min - Reply

    Ne vous meprenez pas Merkel est venu uniquement pour demander a nos chefs que l’ on reprenne nos clandestins




    11
    • Kamel Bouras
      22 septembre 2018 at 17 h 36 min - Reply

      Absolument, c’est le programme « photo avec Boutef contre harraga ». Elle n’est certainment pas venue pour recruter dans les universités de Hadjar ou la « haute administration » de Ouyahia…




      12
  • محمود حمانه
    22 septembre 2018 at 7 h 00 min - Reply

    « C’est un des leitmotiv de la politique que de rappeler que le régime politique est à l’image du peuple qu’il gouverne. Tous les régimes politiques reflètent les défauts et les qualités du peuple gouverné. La politique est l’analyse de la réalité du peuple tel qu’il l’est. ».

    Une phrase qui suffit à elle seule de servir de constat de notre réalité.Une réalité qui malheureusement demeure occultée,contestée.




    2
  • Congrès du Changement Démocratique