Édition du
20 October 2018

Lettre ouverte au Président directeur général d’Air Algérie, Alleche Bakhouche.

 

‘’L’ONU et les pays du monde ayant adopté l’agenda 2030 et lancé une nouvelle ère de développement durable à l’échelle planétaire, l’aviation en tant que moteur de la connectivité mondiale n’a jamais revêtu autant d’importance pour les objectifs de la Convention de Chicago, car les vols internationaux sont désormais considérés comme des catalyseurs de la paix et de la prospérité dans le monde.’’ Organisation de l’Aviation Civile Internationale

La  volonté de densifier le réseau international d’une compagnie aérienne se traduit par des actions concrètes. L’activité commerciale  se manifeste par  la maitrise des dossiers de géographie des transports. Les postes de responsabilités au sein d’Air Algérie sont évidement une exaltante  mission, ce qui exige au titulaire du poste d’agir au service du renouvellement de ses  connaissances et de l’acquisition du savoir. Néanmoins, c’est en promouvant  la culture de l’innovation que sera menée la réalisation des objectifs du  développement du transport aérien.

Dans le sillage de la concurrence des compagnies aériennes desservant l’Afrique, Air Algérie se doit d’être à la hauteur des enjeux. La géographie des transports s’intéresse aux effets structurants, aux liens de cause à effet des infrastructures sur un territoire donné.

J’ai lu avec dans la presse  les récentes analyses sur la gestion d’Air Algérie. De nombreuses associations algériennes ont analysés      le fonctionnement structurel. D’après les informations fournies par les associations, les défis commerciaux  à relever sont pléthoriques. Cependant, de nombreuses interrogations d’intérêt commun en matière de travail et d’emploi  demeurent en suspens. A quelques encablures de la  célébration de la journée internationale de l’aviation civile internationale (8 Décembre 2018), je  me permets de solliciter vos éclaircissements.

Comment devient-on chef de division d’Air Algérie ? Quels sont les profils et les compétences  des personnes choisies  pour diriger les directions d’Air Algérie ? Comment se déroule le processus de recrutement  des cadres supérieurs au niveau des divisions ? Quelle est la part des cadres dans la compagnie aérienne ? Le métier de géographe a-t-il une place au sein d’une direction d’Air Algérie ? Quelles sont les modalités  et les critères permettant l’adhésion  à la délégation algérienne  participant aux travaux des organisations internationales de transport ? Quelles sont les  mesures prises par  la compagnie  pour  la bonne gouvernance   et le bon fonctionnement des administrations ? Où en sont les  travaux de recherche et les études dans le domaine du droit international aérien ? Comment remettre la mobilité du quotidien au centre  de la politique du transport aérien ?

A ces questions, Monsieur le Président directeur général,  vous pouvez apporter  des réponses qui éclairent les défis du présent .C’est pourquoi, je vous  demande de bien vouloir expliquer par écrit sur les faits, qui à mon sens méritent une étude  approfondie. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président directeur général, l’assurance de ma sincère considération.

Benteboula Mohamed-Salah. Géographe

Auteur du livre ‘’La diplomatie algérienne à deux têtes ‘’ Editions Amazon


Nombre de lectures : 1346
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • malik
    23 septembre 2018 at 18 h 31 min - Reply

    Cher compatriote, tout est miné ! allez voir nos universités, ses recteurs, ses doyens, ses présidents de commission …. tous n’ont aucun critère ! comment voulez-vous que les cadres produits par l’université soient eux-mêmes qualifiés? Népotisme, rechwa, applaventrisme, … ce sont là les critères de recrutement de ceux au sujet desquels vous vous interrogez !




    15
  • Dria
    23 septembre 2018 at 20 h 06 min - Reply

    La réponse est simple mon cher Monsieur , il suffit de connaître les noms des agents air Algérie à l’étranger pour comprendre le mode de recrutement, par exemple l’agence air Algérie à Paris (opéra) et ces 120 employés, le loyer mensuelle a 120000 euros.

    Air Algérie fait le bonheur de la France et des enfants de la nomenclaturas,exp la fille du général Guenaizia en poste a Genève depuis près de 25 ans, sans citer les autres que vous connaissez tous…

    Nous acceptons toutes ces vérités comme s’il n’y avait rien à faire et on continue de suivre zaama la norme et la politesse avec les sincères considérations, pour des irresponsables.

    La balle est dans le camps de ce peuple qui acceptent autant d’humiliations et de mépris, que nous subissons quotidiennement.

    J’arrive pas à comprendre pourquoi la notion de résistance pacifique de boycott nous fait défaut,ne voulant pas passera l’acte, c’est la seule issue qui nous reste. il faut agir fini le temps des dénonciations, un petit exemple pour comprendre l’ampleur des dégâts savez combien d’argent les pays européens rafflent quotidiennent avec les refus des visas, aucun algérien n’ose élever la voix ou lever le doigt pour dire non a ce gabegies, on continu de subir en bon citoyen, un vol légalisé par ces chancelleries occidentales au vu et au su de tous, aucune réaction ni du peuple ni déjà ces dirigeants ou est ce que ça cloche??? nous n’avons plus aucune dignité, ya sidi faisant le nif vis à vis de ces ambassades et consulats qui sucent ce peuple, boycottons les, qu’on paye en cas d’acceptation de visa okay, mais quand, on refuse un visa pourquoi accepter de payer de telles sommes,quel est le service rendu est ce c’est son coût reellement.
    La c’est ma main de l’étranger il n’ y’a aucun doute alors a quand un boycott actif pour ces consulats/banquier et la compagnie de la nomenclatura

    La date du 30 septembre tient toujours la route et ce n’est ni le clan de Gaid ni celui de Toufik qui est derrière, ce n’est ni Al Hadjar , ni Hawch al makhfi, le 30 c’est pour la dignité de toute l’Algérie a bon entendeur salam




    8
  • Meriem
    24 septembre 2018 at 17 h 09 min - Reply

    C ‘est une pratique generalisé , mon ami a passé un entretiens pour etre recruté dans une administration de l’ ouest du pays, la DUCH pour ne pas la nommer, Quelques jours après on lui telephone par deux fois qu ‘il doit completer son dossier( ce qui implique qu il a reussi son entretien).Surprise il n ‘est pas recruté ,on a pris quelqu’un d’ autre a place qui ne lui arrive pas a la cheville , POURTANT il dit avoir reussi son test et qu il etait de loin le candidat qui a obtenu la meilleure note.ce n ‘est pas la premiere fois que cela arrive . si vous n avez pas de relation vous etes perdus




    4
  • Congrès du Changement Démocratique