Édition du
13 December 2018

L’Algérie est orpheline de projet politique pour le changement démocratique.

Hamou Didouche

Entre :
–Les périls s’accumulant au fils des jours, si ce n’est des… heures, souvent créés pour brouiller les cartes quand elles existent, et enfoncer encore davantage l’Algérie dans les incertitudes synonymes du destin lui ayant été « choisi » depuis l’événement des coups d’État, juste au moment où les territoires ont été libérés;
–L’atypisme d’un Système aux circonstances diverses ayant joué sa longévité contemporainement historique
–Le fonctionnariat politique d’activistes d’une « opposition » ayant donné au pouvoir les occasions, c’est vrai, d’être laminée, les attentistes, les embusqués, les joueurs de rôles…
–Les porteurs de « projets » médiévaux et autres apprentis-gouverneurs…

L’Algérie est orpheline de projet politique pour le changement démocratique. Ses chances d’accéder à la Citoyenneté et à la Dignité pour lesquelles de bien des pionniers du combat de la cause suprême des Liberté et des Droits se sont sacrifiés, s’amenuisent de jours en jours. Le sort de l’Algérie est EXCLUSIVEMENT, maintenant, entre les mains de ceux qui se règlent les comptes au sommet, prenant ceci pour de la pratique politique, à nos yeux, jamais aussi ébahis. Avec la consultation et la satisfaction des desideratas d’au moins deux Capitales.
AHLIL.
C’est que pour le premier concerné, le Peuple, tout a été réfléchi, pensé, mis en place,… pour qu’il soit spectateur, même pas assidu, donc ignoré, d’autant plus que le pays est en voie de privatisation pour qui « de droit ».
C’est qu’aussi la classe politique a succombé aux difficultés de s’opposer, de présenter et d’actionner dans le cadre d’un projet politique, non pas commun, car c’est trop demander, mais sur un minimum requis, tellement le narcissisme des uns, additionné à la recherche de la rentre des autres, en passant par ‘l’intellectualisme », l’inconscience… sont passés par là.
Dans les discours où les constats infinis repassent en boucle et à haute voix, les hypothétiques perspectives politiques sont à peine audibles mais aussi dénuées de détails, et donc … somnifères.
Oui, l’Algérie est orpheline de ses baroudeurs politiques, de projet porteur, même avec le temps… !! C’est qu’il semble que l’éponge est jetée. Définitivement.
Mais la Société regorge de projets, oui, comme elle regorge de voix de détresse appelant à être prise en charge et acquérir sa dignité et sa citoyenneté : La Démocratie. C’est qu’il faut, à travers ces voix éparses, refonder l’opposition, et présenter ce projet. Thura, immédiatement..!
Car le salut vient de la pratique politique engagée, sincère… Non pas des manœuvres en tous lieux et… étages, telles que nous le constatons et assistons passivement.
Le spectacle est délirant. Il se joue de l’Algérie.


Nombre de lectures : 1834
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • tarak
    30 septembre 2018 at 18 h 37 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Tant que les forces politiques du pays ne s’acceptent pas mutuellement (démocrates, socialistes, libéralistes, capitalistes, communistes, islamistes, extrême droite, extrême gauche etc), pour libérer le pays du joug de nos frères ennemis d’abord (les traitres) et refondre une Algérie libre où tous ses enfants peuvent vivre ensemble avec leurs divergences politiques dont le peuple a lui seul peut choisir ses élus.




    4
    • mohamed
      1 octobre 2018 at 7 h 44 min - Reply

      Vous appelez ça des « forces politiques  » ?




      1
      • chems
        1 octobre 2018 at 13 h 28 min - Reply

        le peuple algérien n’a peut être pas encore la maturité nécessaire pour s’unir et créer une société ou tout le monde est accepté en tant que citoyen sans distinction de religion , de race , de langue , de mode de vie …




        1
  • Ali
    1 octobre 2018 at 10 h 22 min - Reply

    Qui y croit encore?
    opposition? où est elle?
    c’est leurs creation….
    Comme decrivait Orwell dans « 1984 » Big brother pour garder le pouvoir, organise lui meme son opposition, qu’il l’appelle « une opposition controlée » dont il n’a rien à craindre, mais les veritables opposants, big brother, les liquident « dans le ministere de l’amour »…
    Hamou, il reste pas mal de boulots….




    5
  • Amhis Yefsah
    1 octobre 2018 at 12 h 14 min - Reply

    « L’Algérie est orpheline de projet politique » depuis la disparition de feu Boudiaf n’est-ce pas!? Yakhi bled yakh!




    4
    • sacco et vanzetti
      1 octobre 2018 at 18 h 24 min - Reply

      L’ algerie orpheline de projet politique vous dites? Erreur l’ algerie est orpheline tout court ceux qui la tiennent ne sont que des proxenetes




      4

    Congrès du Changement Démocratique