Édition du
13 December 2018

Barcelone-Paris-Barcelone, l’aller-retour d’un encombrant opportuniste

Salim METREF

Il fut le triste ténor d’un combat d’arrière-garde, celui de l’élimination de tout fait musulman sur la scène politico-médiatique française. Bien avant le récidiviste Zemmour et la horde de prétendus néoconservateurs qui l’accompagne, il combattit au nom de la laïcité, non pas cette loi destinée à permettre la coexistence pacifique entre les différents cultes mais la sienne, celle érigée par lui-même et ses compères en nouvelle religion devant se substituer aux autres révélées. Ce combat se concentrera exclusivement sur l’Islam et il ne cessa de déployer son énergie contre le port du voile devenu subitement son nouveau cheval de bataille. Grâce au compagnonnage d’une virtuose du violon, il se rapprocha de la communauté juive espérant ainsi devenir un jour plus que ministre, plus que ministre de  l’intérieur, et plus que même le premier d’entre eux et franchir pourquoi pas le perron de l’Elysée. Il devint ainsi  plus royaliste que le roi et défendit avec acharnement Israël tout en s’abstenant de dénoncer ne serait-ce qu’une seule fois les abus et les exactions subis par le peuple palestinien.

Le temps passa et survint la disgrâce. Celle qui étrangle vos ambitions les plus aveugles et vous rabote l’égo. D’abord dans son propre parti où il ne put franchir l’épreuve des primaires. Le rêve élyséen s’éloignant, il se résigna en désespoir de cause à reconquérir son siège de député. Entre la bérézina subie par la gauche et la déferlante macronienne, il réussit tant bien que mal à maintenir la tête au dessus de l’eau. Il espéra un moment plus et fit même les yeux doux à la république en marche espérant glaner quelques gratifications comme un poste de ministre pour le fringant jeune premier qu’il croyait encore incarner.

Celui qui devint citoyen français en 1981 après avoir été immigré espagnol, chantre de l’intégration, de l’assimilation et de l’anti communautarisme puis à l’avant-garde du combat contre le sentiment musulman décide au final de quitter l’hémicycle et de rejoindre Barcelone espérant cette fois-ci enfiler un jour l’habit de maire de cette métropole méditerranéenne. Sans avoir au préalable instillé dans les derniers medias qui lui trouvent encore de l’intérêt des propos qui ressemblent à un début de mea culpa en avouant notamment avoir souvent confondu autorité et autoritarisme. Oui, il existe des destins qui ressemblent à des tragédies. Cet homme qui aurait pu être utile aux autres se voit obligé de revenir à la case départ. Espérons pour lui que Barcelone trouvera de quoi faire usage du retour encombrant de cet eternel opportuniste.


Nombre de lectures : 1654
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Ali
    4 octobre 2018 at 0 h 52 min - Reply

    « Je suis lié de manière eternelle à Israël…quand même »
    Il a tout fait même la p.e, pour obtenir les faveurs de la « communauté de lumiere » qui pour eux n’est qu’un vulgaire chiffon que les siono-tamudistes utilisent pour taper sur la communauté musulmane et les hommes politiques ex(melanchon) qui ne veulent pas taper sur l’islam.
    Les independandistes catalans lui ont donné le surnom de « cochon maigrichon au gros derriere decouvert à p’tite patte »




    2
  • Abdellah Chebbah
    4 octobre 2018 at 1 h 10 min - Reply

    C’est ainsi que finissent les Chiyatines: humiliés, ignorés, rejetés, hais, méprisés et bannis. A bon entendeur, salut




    3
  • klouzazna
    4 octobre 2018 at 15 h 34 min - Reply

    l’etre humain est ce qu’il est…ambitieux et opportuniste …. c’est la loi qui permet de cadrer sa vie et de limiter ses depassements et derapages..
    en accordant l’acces a la double nationalite (donc a une non nationalite) on a ouvert la breche a ce type de derapages … tout citoyen est en droit d’en choisir une nationalite unique… avec l’acquisition d’une nouvelle nationalite l’ancienne doit automatiquement lui etre retire … c’est son propre choix qui l’impose.




    0
  • Si Tchad
    4 octobre 2018 at 15 h 54 min - Reply

    On peut donc dire que la bêtise est la goutte qui a fait déborder le Walls…




    2
  • Congrès du Changement Démocratique