Édition du
12 December 2018

Le Mouvement des Journalistes Algériens (MJA) raconté par Boudoukha Ali Bey

www.huffpostmaghreb.com

Les idéaux du MJA ne pouvaient-ils pas se réaliser en militant avec l’instrument majeur qu’était (et qui demeure) la loi du 3 avril 1990 sur l’information, pour la presse publique et privée?

ARCHIVE. Le regretté Ali Bey Boudoukha a été un acteur du MJA

Notre ami Boudoukha Ali Bey (BAB), parti prématurément le 9 novembre 2011, était un acteur du Mouvement des journalistes Algériens (MJA) lancé bien avant les évènements d’octobre 1988. Cette contestation en était l’un des prémices. En octobre 2008, sous son pseudonyme de Malik Soukhna, il racontait l’histoire de ce mouvement qui a annoncé octobre 88 mais ne lui survivra pas.  Une lecture instructive.

Ce fut une belle épopée que celle du Mouvement des Journalistes Algériens, né au début de l’année 1988, pour porter haut la voix de la liberté de la presse et de la défense des intérêts socio-professionnels des journalistes.

En ce temps là -il y a 20 ans- la presse n’était pas plurielle. Tous les journalistes étaient salariés de l’État. Une seule grille des salaires et quelques 400 non logés. Ils étaient un peu plus d’un millier de journalistes et assimilés à travailler dans la presse de l’État (APS – Radio et télévision -El Moudjahid – Echaab- Horizons -El Massa -Parcours Maghrébin…et Algérie-Actualités) et du parti (Révolution Africaine – L’Unité…).  Ces rédactions étouffaient sous le poids des injonctions, de l’unicité plate de l’information. Un journaliste pouvait être témoin direct d’un événement sans pouvoir le rapporter : il fallait attendre une dépêche de l’agence officielle APS, pour en faire état.

Un seul support d’information se démarquait du lot : l’hebdomadaire Algérie-Actualités. Il s’illustrait par la liberté de ton de son collectif regroupant divers courant de pensée allant de la gauche à la droite. Cet espace de liberté relative était autorisé par le régime, avec un double objectif. Interne : il donnait aux lecteurs francophones et bilingues une bouffée hebdomadaire d’oxygène, dont ils se contentaient. N’était-on pas sous un régime de parti unique ? Extérieur : il donnait un gage d’ouverture du régime.

Mais cette ouverture avait des limites qu’ont connues à leurs dépens (1987-88) le nouvelliste Zyad et la journaliste Malika Abdelaziz. A l’un, on reprochait un texte (une fable) ou l’on croyait déceler une atteinte à la considération du chef de l’État ; à l’autre, un article présumé diffamatoire à l’égard de son gendre, un wali. Les deux furent licenciés. Ces licenciements, notamment celui de Malika Abdelaziz, ont été le point de départ d’un vaste mouvement de solidarité inter-rédactions. Cela ne s’était jamais produit depuis l’indépendance au sein de cette corporation éclatée.

Une famille fictive de la presse

Les rédactions étaient de fait cloisonnées. Les journalistes ne se connaissaient pas. Il y avait une famille fictive de la presse. L’UJIE, Union des journalistes, interprètes et écrivains algériens (UJIE, dépendant du parti FLN) ne regroupaient que les militants disciplinés. Une sorte de club où l’on reproduisait in extenso le discours officiel. L’UJIE tournait pour elle-même, en marge des préoccupations des rédactions qui étaient enfermées dans un monde « orwellien ».

C’est alors que les journalistes de ces rédactions ont commencé à s’agréger autour de la protestation née à Algérie-Actualités, tenu et contrôlé par le trio Kamel Belkacem (DG) -Hamza Tidjini – Rachid Khiari. La protestation se greffe autour d’un noyau de journalistes d’El Moudjahid : Abdenour Dzanouni, Amar Belhimer, Mohamed Benchicou, Redha Bekkat, Ahmed Ancer…Elle s’étend rapidement aux autres rédactions : Dahbia Yacef (APS),  Abderahmane Mahmoudi (Algérie-Actualités), Kheirddine Ameyar, Aziouz Mokhtari (Révolution Africaine), El Kadi Ihsane, Nadia Dridi, Leila Mechentel (Horizons), Amar Bakhouche (ENTV), Nouredine Inoughi, Malika Zouba, Latifa Madani, Mohamed Chellouche, Youcef Tahar (Radio), Mohamed Bouazdia (El Massa), Omar Ouartilani, H’mida Layachi, Fouzia Ababsa, Slimane Laouari, Abdelkrim Ghezali…Et la liste n’est pas exhaustive.

Durant le premier semestre 1988, les protestataires occupent les locaux de l’UJIE, sis à Hussein Dey dont la permanence était assurée alors par l’écrivain Ahmed Hamdi, aujourd’hui doyen de l’Institut des sciences politiques.  Des prises de bec homériques opposèrent les protestataires à ce gardien du temple de la pensée unique. Ces locaux furent fermés pour empêcher ce qui était devenu le Mouvement des Journalistes Algériens de s’y réunir et de débattre de ses problèmes. Le MJA se replia sur un autre local dont disposait l’UJIE, sis boulevard Mohamed Khemisti à Alger. Là aussi, occupation des lieux.

Le local Sid Ali Benmechiche

Ce local, qui fut baptisée symboliquement par les journalistes du MJA “local Sid Ali Benmechiche” (jeune journaliste de l’APS, mort par balles lors de la fusillade du 10 octobre 1988 à Bab El Oued), a été le lieu d’assemblées générales ouvertes avec des prises de paroles et des joutes oratoires interminables et mémorables. Des heures et des heures de débat, au terme desquelles les participants sortaient exténués, et généralement satisfaits des résolutions qu’ils venaient de prendre. Ils étaient toujours suivis par deux inspecteurs des Renseignements généraux, l’un s’appelait Houari. Ils assistaient assidûment aux assemblées générales. D’autres visages méconnus de la presse s’étaient également glissés dans la masse.

Après la fermeture du local du Boulevard Khemisti, d’autres assemblées générales se tinrent à la salle El Mouggar, grâce à l’aimable concours de son directeur Sid Ahmed Agoumi. Toutes avaient pour objet de débattre de l’exercice de la liberté de la presse et l’amélioration des conditions socio-professionnelles des journalistes. L’exercice de la liberté de la presse supposait  un bouleversement politique, inimaginable en ce temps là. Alors, le MJA réclamait des comités de rédaction au sein des organes de presse et dénonçait la censure. Parfois publiquement, comme ce fut le cas à la Chaîne 3 de la radio, lorsque la conférence de presse (4 septembre 1989) du Premier ministre démis Kasdi Merbah fut censurée sur instruction “d’en haut”. Le collectif rédactionnel publia un communiqué qui fut repris par les agences de presse.

Ces idéaux ont été portés à bout de bras par des journalistes qui y croyaient, qui donnaient de leur temps et de leur énergie. Les émeutes du 5 octobre 1988 ont contribué à souder davantage les rangs du MJA. Le 16 octobre 1988, il publie la première réaction non-institutionnelle aux ”événements” du 05 au 16 octobre 1988, où il “condamne fermement l’usage de la torture, de la délation  et le recours à la violence physique et morale à l’égard des citoyens”.

Quelques mois plus tard, l’ouverture démocratique espérée se traduit par la constitution du 23 février 1989. Peut être trop vite. Il est fait peu de cas du congrès du FLN qui en novembre avait tout juste prévu “la création de courants au sein du FLN”.  Presque personne ne se soucia de cette étape grillée.

Une épopée de courte durée et sans archives

Le MJA s’enfonça dans la brèche. En son sein, plusieurs militants refusaient qu’il se structure et s’organise. A leurs yeux, l’organisation horizontale était le meilleur garant de sa pérennité. Le courant adverse pris le dessus et se lança dans l’organisation d’un congrès constitutif. Un peu de précipitation, quelques calculs d’appareils, de vagues considérations idéologiques agitées par le courant vainqueur ont conduit à la non participation de nombreux journalistes arabophones à l’élection des délégués au congrès. L’invitation du nouveau chef de gouvernement Mouloud Hamrouche à l’ouverture du congrès constitutif fin 1989, à la salle Atlas, fut désapprouvée par une partie des militants du MJA qui y voyaient une forme d’allégeance.

L’atmosphère générale avait changé. Une “délégation générale” fut élue par les présents. On ne sait plus ce qu’il en advint. Pas plus que des archives de cette formidable et courte épopée. Les idéaux du MJA ne pouvaient-ils pas se réaliser en militant avec l’instrument majeur qu’était (et qui demeure) la loi du 3 avril 1990 sur l’information, pour la presse publique et privée? En tous cas, le MJA n’avait pas pour vocation de fabriquer des patrons de presse, ni des actionnaires rentiers et encore moins des journalistes sans convention collectives, ni comités de rédaction, ni comité d’éthique.

Octobre 2008


Nombre de lectures : 1084
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • tarak
    6 octobre 2018 at 16 h 37 min - Reply

    Bonsoir à tous

    La presse algérienne est morte après la réunion avec Belkaid en 1992 dont l’objectif était de soutenir le régime contre les islamistes du FIS vainqueurs des élections législatives et travestir tous les événements qui s’ensuivaient et glorifier le terrorisme naissant afin d’embarquer le maximum de gens dans la lutte anti-terroriste menée jusqu’à aujourd’hui (guerre contre l’Islam sous couvert de terrorisme).
    Mais rien n’arrêtera la marche victorieuse de l’Islam à travers le monde.




    9
  • Ali
    7 octobre 2018 at 13 h 01 min - Reply

    Journaliste en algerie mieux vaut rester chomeur…
    Ils finissent tous malades de cancers de regrets de chagrins d’alcoolismes de depressions tellement ils se sont trahies eux memes et le peuples en publiant des articles totalement contraire à l’éthique du journalisme orientant l’opinion populaire en faveur des destructeurs d’Al-Djazaïr.




    22
  • Congrès du Changement Démocratique