Édition du
21 November 2018

La députée Salima Ghezali exclue du FFS à cause d’un article sur Gaid Salah

TSA

La députée du FFS à Alger Salima Ghezali a été exclue de son parti. « C’est une exclusion du parti pour avoir écrit un article, publié par TSA, sans demander leur aval, parait-il. Je n’ai pas à demander la permission à qui que ce soit pour défendre les principes qui sont les miens et qui, je le croyais, convergeaient avec ceux du FFS. S’ils ont glissé quelque part que la soumission à la direction primait sur les convictions militantes, c’est leur souci, pas le mien », a expliqué Salima Ghezali, dans une déclaration à TSA, ce dimanche 14 octobre.

Le 13 août 2018, Salima Ghezali a signé en tant que journaliste et écrivaine une tribune dans TSA sous le titre « Réponse au général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah ». Elle reprochait notamment au vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’ANP de « défendre un système autoritaire et corrompu (…) qui s’acharne à désorienter la société, à détruire le politique et à coloniser le militaire ». « Ils m’ont sanctionnée parce que j’ai utilisé, comme toujours, comme depuis que j’ai appris à parler, ma liberté d’expression pour défendre un principe théoriquement sacré au FFS qui est la primauté du politique sur le militaire, et autre, la plate-forme de la Soummam », a-t-elle souligné.

« J’avais raison d’écrire cet article »

Comment expliquer cette décision ? « On n’explique pas l’absurde, toutes ces contradictions de notre pays, de notre politique, de l’impasse dans laquelle se trouve le pays. Nécessairement, le FFS fait partie de l’Algérie, de la société algérienne, porte les incohérences et les soubresauts », a-t-elle répondu.

Pour elle, la direction du FFS est libre de prendre la décision relative à l’exclusion. « Et, je suis libre de penser que j’avais raison d’écrire cet article et que j’en referais d’autres parce que c’est ce que je sais faire le mieux. Et, ce qu’ils savent mieux faire, c’est faire passer les gens en Conseil de discipline. Salima va continuer d’écrire et va continuer de parler avec les gens. C’est dommage parce qu’encore une fois, nous arrivons devant une impasse historique qui s’exprime au sein du FFS, comme elle s’exprime ailleurs. Arriver à trouver les moyens de fonctionner d’une façon moderne et cohérente où le fond et la forme vont ensemble, c’est difficile à réaliser pour une société comme la nôtre qui a accumulé les carences, les violences et les incompréhensions », a-t-elle analysé.

La réaction du FFS

Contacté par TSA, Mohamed Hadj Djilani, Premier secrétaire du FFS, a préféré ne pas commenter la décision. « Je n’ai rien reçu pour le moment. On attend de voir le PV de la commission. Il s’agit d’une question interne au parti », a-t-il déclaré.

Jugurtha Abbou, secrétaire national à la communication du FFS, a confirmé la réunion de la Commission nationale de médiation et de règlement de conflits, samedi 13 octobre 2018, pour « étudier le cas Salima Ghezali ». « Salima Ghezali a été auditionnée le samedi 6 octobre. Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas encore reçu le PV de la commission. Nous pouvons avoir de l’information qu’après avoir reçu ce PV. Le parti est régi par des statuts et par des textes imposables et opposables à tous les militants quel que soit leur degré de responsabilité. Chaque militant qui enfreint ces règles est passable devant la commission de médiation », a-t-il expliqué en insistant sur le caractère interne de l’affaire.

Selon une source proche du FFS, Ahmed Sili, président de la Commission de médiation et de règlement de conflits, a déposé sa démission.


Nombre de lectures : 1950
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Larbi Anti-impunite’
    14 octobre 2018 at 15 h 08 min - Reply

    Les Seoudiens assassinent et decoupent les corps de leurs opposants journaliste, meme tout en etant ex-barbouze au profit des services seoudiens et CIA et ayant participer a enroler des milliers de jeunes pour partir mourire juste pour le plaisir des USA et de l’Europe.

    Le FFS n’a pas fait ce que font le consortium des services de securites du monde entier, a savoir assassiner et faire disparaitre, le FFS a juste accepter de les directives d’un tous petit colonel assassin des services pour faire qu’exclure la journaliste et militante, qui est plus integre que toute la direction du FFS.




    8
  • sacco et vanzetti
    14 octobre 2018 at 16 h 50 min - Reply

    LE FFS a perdu son ame depuis la disparition de son guide, Le FFS a lui egalement été noyauté et infiltré,Que reste t’ il?




    9
  • Dria
    14 octobre 2018 at 17 h 06 min - Reply

    La direction du FFS vient de signer un parti pris flagrant, Allah yarahmek a Dal Hocine on savait que le FFS n’était plus le même, mais de la a sanctionner des militants qui s’exprime en leur nom et non au nom du parti …2019 en vue, un solide strapontin a réserver …pauvre Algérie et pauvre opposition




    12
  • tarak
    14 octobre 2018 at 22 h 46 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Madame Ghezali, vous êtes au dessus du lot car le FFS est tombé aussi bas et ce depuis la fameuse marche du 02-01-1992.




    9
  • Hamou
    14 octobre 2018 at 23 h 23 min - Reply

    Aux responsables FFS de cette censure, de ce muselage, de cette decision arbitraire, de cette interdiction de s’exprimer, de cet empechement à faire valoir son opinion et de cette injustice.
    JE VOUS EMMERDE!!!!
    Un ex sympathisant.




    3
  • ALI
    14 octobre 2018 at 23 h 52 min - Reply

    Avec le FFS « faut pas toucher au grisbi » tonton gaïd les nourris tellement bien….
    Comment pourraient ils lui dire NON…
    Salima Ghezali a simplement exprimé son opinion, puis les cadres du FFS se sont fait taper sur les doigt et ils ont craint pour leurs biftecks.. ensuite ils ont degagé salima,
    ils osent prôner la democratie les libertées alors qu’ils agissent dans l’arbitraire,…
    De la schizophrenie pure tromperie,
    A ceux qui sont de cette scandaleuse decision honteuse.
    VOUS ETES DES PERDANTS!!!
    ET DEMAIN VOUS NE TROUVEREZ PERSONNE!!!!!’




    5
  • ammou
    15 octobre 2018 at 6 h 38 min - Reply

    Felicitation Mme Salima Ghezali vous étes une vrais nationaliste d’avoire le courage d’écrire et dire se qui on né,de dire se qui se passe dans se payé des martyres, contre ses maguouyeures contre ses vonpires (hacha sollah les hommes et les femmes honnaites)Merci encore de parler avec preuve et de commbatre contre se fléaux (allah yansor el hak ou yahzam el batel)allah yarham chouhada ,tahya djazair,djazair chouhada.




    2
  • Si Salah
    15 octobre 2018 at 9 h 04 min - Reply

    Beaucoup voient en Gaid Salah l’avenir de la démocratie et de la prospérité en Algérie, y compris au FFS. Le FFS a raison de sanctionner S. Ghezali. En effet il ne faut jamais interrompre le sommeil de quelqu’un qui fait un doux rêve, en particulier quand la réalité est amère. Bravo FFS! Shuuut, ne pas réveiller….




    3
  • A.Lamia
    15 octobre 2018 at 9 h 27 min - Reply

    L’adage dit: »qu’il ne faut jamais mordre la main de celui qui te nourrit »!




    2
  • Alilou
    15 octobre 2018 at 13 h 31 min - Reply

    J`ai jamais aimé ce parti des le départ
    Mon oncle maternel a été tué par sa gang en 1963 a ce jour on a pas trouvé son corps

    Madame Salima Ghezali continuez de dire la vérité de défendre la démocratie et les valeurs de nos pères fondateurs

    Changer de partie allez vers ceux qui pensent et agissent comme vous

    Depuis 2014 que ce parti a dévié en participant a la mascarade

    Sniffons un peu de sucre en poudre et restons couché




    1
  • setta
    19 octobre 2018 at 21 h 26 min - Reply

    salima ghzali vous ne pouvez pas imaginer le respect que jai pour vous.salutation.s




    1
  • Antar Al Kotamy
    21 octobre 2018 at 13 h 36 min - Reply

    C’est plutôt le FFS qui s’est « exclu »de toute crédibilité .Tout(e) patriote algérien(ne) devrait être très fier(e)et heureux(se) d’avoir une compatriote aussi brillante, courageuse et intègre .




    1
  • klouzazna
    21 octobre 2018 at 13 h 50 min - Reply

    l’alternance est une culture qui doit se transmettre d’une generation a une autre… l’idee meme du zaim ou guide est en opposition totale avec cette culture… ce qui fait que quand le zaim et son ordre impose (par la charisme ou par le gourdin) disparaissent c’est le desordre et l’anarchie qui le remlacent … il n’y a rien de mysterieux a tout cela … c’est juste un comportement humain…




    1
  • Congrès du Changement Démocratique