Édition du
21 November 2018

Démographie, retraites, emplois, la difficile équation  d’ici et d’ailleurs !

L’un des mensonges néolibéraux consiste à dire que la croissance économique des entreprises produit une meilleure répartition de la richesse et de l’emploi. C’est faux. De même que l’accroissement du pouvoir d’un roi n’a pas pour effet un accroissement du pouvoir de ses sujets (c’est plutôt le contraire, l’absolutisme du capital financier n’améliore pas la répartition des richesses et ne crée pas de travail. » citation

  

Il y a moins de travail  et plus de demandeurs d’emploi ici comme ailleurs, chez nous  l’inflation a permis  de donner l’ordre de faire fonctionner la planche à billets ,donc plus d’argent sans contrepartie en valeur réelle ce qui entraine systématiquement un pouvoir d’achat en chute équivalente à P=mg ; par conséquent moins d’argent pour le peuple ,  ce peuple qui  ne produit pas ce dont il a besoin, il  achète tout de l’extérieur  grâce  à une ressource offerte par le Bon Dieu ( pétrole et gaz).  La croissance économique (santé économique) est négative et la croissance démographique est positive ( besoin supplémentaire) ailleurs ils maitrise ces deux principaux taux de croissance. Il ya peu de travailleur et beaucoup de retraités et trop de chômeurs chez nous. Maintenant devant la révolution numérique en occident qui risque de ne pas résoudre l’équation des  ces agrégats : de la croissance démographique  et la croissance des retraités, de la croissance des chômeurs et une décroissance de l’offre d’emploi,   résultat  la question qui se pose est comment vont être rémunérer les retraités dont la caisse de retraite dépend en majorité absolue des cotisations des travailleurs  ou une bonne partie des travailleurs se trouve dans la sphère de l’ informelle donc point de cotisation et tout  ce bon monde va avoir des conséquences néfastes pour l’économie nationale et celle de  l’évolution de la population active qui ne cesse de diminuer,  le chômage de s’agrandir et leurs répercutions sociales surtout dans notre pays .

*Les retraité dans ces circonstances, et   vu ce problème récurent tel que celui que j’essai  d’évoquer  risque de paraitre un peu plus inapproprié  car on ne peut faire l’impasse pour une tranche de population dont la croissance dépasse  les autres taux économiques.

*de nouvelles générations  ayant les 60ans vont  quitter le marché du travail  surtout du secteur tertiaire, secteur primaire très faible en emploi, pour consommer une demande  introuvable dans la caisse des retraites.

*Le système de retraite  est  fondé sur le principe de la répartition de ceux qui travaillent cotisent pour ceux qui sont en retraite.

*Avec plus de retraités  et moins de cotisants  les actifs financiers ne permettent pas d’assurer la régularité des paiements de pensions, la santé économiques est dans un état grippal.

*une crise financière suivie par un effondrement  du système  reste inévitable la rente ne peut pas solutionner par un versement gratuit.

*Certaines solutions envisagées ne permettent pas de solutionner le problème dans l’immédiat sinon de le différer à savoir la suppression de la retraite anticipé ; prolonger la date de la retraite est aussi envisageable et financiariser les capitaux de la CNR semblable à la méthode anglo- saxonne

*L’état providence  ne pourra pas  compenser avec un dinar faible et un prix du pétrole bas le déficit  de la caisse qui ne cesse de s’agrandir d’années en années.

* L’unique et seule solution envisageable est de faire remonter le taux d’activité économiques par un taux de croissance économique positif (investissements)qui surpasse le taux de croissance démographique pour plus de création d’emploi donc plus de cotisations, plus de valeurs ajoutées et donc plus d’investissements et par conséquent moins de problèmes  pour le bien être des retraités….

*Soit changer le système du régime des retraites par une cotisation directe vers le système d’assurance.

*Le nouveau modèle de la révolution industrielle qui est entrain de marquer la production automatisée ceci se fait ailleurs surtout, de l’informatique , industrielle, la généralisation de l’électronique le tout dans un système de communication interpersonnelle (TIC) cet état de fait ne permet pas de favoriser l’emploi c’est ce que l’ on appelle la « révolution des intelligences artificielles » qui est fondait sur le transfert  de l’ intelligence humaine aux robots tout en couplant l internet et les nouvelles énergies, modèle qui prennent forme ailleurs.

*L’avenir pour l’occident risque de se dessiner par des perspectives pas trop prometteuses au niveau de l’emploi et des cotisations bien que la croissance serait soutenue par la nouvelle technologie ou le robot serait  le substitut de la force du travail  appartenant à l’ homme comme certaines mesures peuvent être confier à la machine celle des taches de décisions pour la médecine,, la justice ,l’administration les banques, l’enseignement, le déplacement des véhicules du genre « drone » sans pilote sont mises déjà à l’épreuve, le fonctionnement d’une usine sans intervention humaine tout cela a un impact négative sur la population active. Bien qu’en se déclarant trop confiant de cet apport pour facilité les taches de la vie quotidienne qui nous paraissent utiles plus que nécessaires.

L’occident  avec le chômage, le revenu universel et les problèmes de migration des conflits vont se manifester car d’un autre coté les pays du sud gère mal leur pauvreté et ceux du nord ne savent plus gérer la richesse et cet écart risque de s’aggraver en plus de cette intelligence artificielle il faut s’attendre à une grande révolution ou les misérables auront encore plus faim et une santé misérable un Nord  très riche ais ne sait plus distribuer sa richesse et un sud très pauvre qui voit ses ressources pillés .

Comment résoudre le problème démographique il a il faut revoir la théorie malthusienne  qui avait dit que si la population croit plus vite que la production de richesse, elle s’appauvrit c’est une raison bien évidente  et les pays du sud comme celui du notre ou le taux démographique est largement supérieur à la création de la richesse la population s’appauvrit de facto.

Pour terminer

La croissance démographique la croissance economique, les ressources renouvelables et la nouvelle révolution du numérique avec, notamment, son impact sur l’emploi et la problématique des retraites devient une équation très difficile, tant que l’on n’aura pas une forte volonté surtout politique de parvenir à une décroissance démographique d’une part et une croissance économique très importante d’autre part.

BENALLAL MOHAMED


Nombre de lectures : 1242
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Abdellah Chebbah
    26 octobre 2018 at 23 h 40 min - Reply

    Effectivement. Je dirai que le problème est presque planétaire. Trop de jeunes, peu de travail, moins de cotisations et les caisses de retraite en faillite pour les 65 ans et plus. Les pays occidentaux se sont attelés à régler ce problème en faisant appel à l’immigration. Aujourd’hui, Le Canada est le pays qui ramène le plus d’immigrants. Il est prévu un million d’ici 2020. L’Allemagne avait emboîté le pas il y a une année avec le même nombre. La solution efficace réside dans la planification des naissances. Les pays riches et industriels ne dépasseraient pas 2 enfants par famille et ceci depuis belle lurette vue le taux de personnes âgées en vie par la fulgurance de la médecine. En Algérie le taux de naissance a diminué certes ces derniers temps mais toujours est-il que le nombre est colossal. A cela s’ajoute un taux de chômage qui avoisine les 40% malgré l’âge avancé en retraite, un système de retraite désuète, aucune perspective de création d’emploi de masses telles que les grandes usines, aucune facilitation pour que le privé puisse créer de l’emploi. Tout est importé de l’extérieur et bloqué à l’intérieur et ceci par une mafia informelle qui dirige le pays. Notre problème est clair. Dans peu de temps toute les Algériens seront sur le seuil de la pauvreté. Et pourtant ce n’est pas les ressources qui manquent. Un potentiel humain jeune, génial et débrouillard, une terre très fertile, un soleil toujours présent, des ressources naturelles diverses et riches. Malheureusement l’ignorance, l’inconscience, la paresse et l’orgueil ont détruit toute initiative positive.




    3
  • tarak
    27 octobre 2018 at 0 h 38 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Malheureusement avec plus de 1000 milliard de dollars on n’a pas pu instaurer une économie forte répondant aux besoins et au bien être de la population algérienne, création d’entreprises publiques fortes dans tous les secteurs, création d’emplois, de véritables investissements etc. Ce pouvoir ne connait pas cette musique, il ne sait qu’acheter; acheter tout et n’importe quoi, il a fini par cassé le peu d’activité industrielle existante au profit d’importateurs de tout bord par la création de boites fantoches d’import/import (des sangsues) en leur ouvrant des lignes de crédit en devise pour importer des ballais et manches à ballai quelle honte!. Il a acheté la paix sociale à l’intérieur et le soutien à l’extérieur. Il n’a plus d’argent, il pénalise le peuple en recourant à la planche à billet c’est comme une diminution des salaires. Le peuple est la dernière roue de la charette.




    1
  • BOUMENDJEL
    27 octobre 2018 at 10 h 41 min - Reply

    Savez-vous, en toute modestie intellectuelle, que le problème réel de l’humanité est de faire du mimétisme socio-économique et, de cette façon, à chaque période de notre histoire, nous avons eu droit à la prédominance d’une théorie économique du développement et à des représentants ou leaders, généralement de l’Occident bien évidemment (Ricardo,Hirshman, Nurske, Rostow, Lewis, Keynes, etc.). Aucun d’eux n’aura donc réussi à sauver le monde et surtout le Tiers-monde de la misère et de la pauvreté d’une partie de leurs populations et surtout à sauver l’université de la crise des théories pompeusement exposées et remerciées par des prix divers (comme le Nobel).
    Mais, pourquoi donc? Tout simplement, parce que l’on a oublié l’homme, ce roseau pensant. Au lieu de viser le développement durable (ou soutenable ou soutenu, etc.), pourquoi ne pas chercher à mettre en place un processus de développement raisonnable? Ayons les pieds sur terre et maîtrisons nos instincts délurés. Le bonheur c’est de savoir apprécier ce que l’on a d’abord sous les yeux. Des communautés perdues dans le monde (exemple du Bhoutan) ont des populations heureuses sans disposer de complexes nucléaires et sans avoir cherché à atteindre la lune (sauvons d’abord la terre).
    En toute modestie, ai-je dit, je vous recommande la lecture de mes ouvrages publiés dans le monde, tels que: le B.E.C ou « le bréviaire économique du chercheur et de l’étudiant » en 2003 (Direction des Publications de l’Université – Annaba – mai 2003 – En français; 687 pages) ; «Mondialisation et développement, Mondes d’hier et mondes de demain» par Albagli Claude et Boumendjel Saïd (sous la direction) : Collection MES, Harmattan, 2008 (cet ouvrage n’a pas paru ; en 2011, « Le développement économique et Ricardo / Le modèle ricardien du développement et de la répartition à l’épreuve du cas algérien» – Editions universitaires européennes (19.12.2011) ; ISBN-13: 978-3-8417-8030-0 ; ISBN-10: 384178030X ; EAN: 9783841780300 ; « Le nouveau bréviaire du chercheur économiste » – Editions Al-Djazair, Alger – mai 2015 ; « Mondialisation et dynamique des capitalismes » – Editions Edilivre, Paris–2016 – ISBN : 978-2-334-06552-8 ; « Economistes contemporains et de renom » – Editions Houma, Alger –2016. ISBN : 9931-03-122-2 ; et, enfin, en 2018 : « Développement raisonnable » – Editions Edilivre, Paris–2018.
    Ancien professeur des universités à la retraite
    M. BOUMENDJEL Saïd d’Annaba (Algérie)
    E-mail: bohm_engel2005@yahoo.fr




    4
  • sacco et vanzetti
    27 octobre 2018 at 16 h 10 min - Reply

    Est ce vraiment le moment de parler de retraite, de demographie et d ’emploi alors que le pays agonise ?c est comme si on se querellait sur la couleur du costume d’ un mourant.Soyons serieux




    4
  • Congrès du Changement Démocratique