Édition du
21 November 2018

Novembre de l’ESPOIR

Salah-Eddine SIDHOUM

Le Peuple Algérien va célébrer le 64e anniversaire de la Révolution du 1er Novembre 1954, qui aura été, à l’échelle de l’Histoire de l’Humanité, l’une des guerres de libération populaires les plus retentissantes. Elle allait arracher l’indépendance de notre pays en mettant fin à une longue nuit coloniale qui aura duré 132 ans.

Si le peuple Algérien a adhéré et fait sienne cette guerre de libération qu’il a menée et vécue sur son territoire avec toutes les exactions que cela a entraîné pour lui, dans sa chair, sa liberté et ses biens, c’était pour mettre fin à l’injustice qu’il subissait d’une administration coloniale qui faisait des Algériens des infra-humains, n’ayant droit ni à la parole, ni à la dignité ni à plus forte raison à participer à la gestion de leurs ressources naturelles et de leur propre pays.

Ce fut une guerre sans merci qui aboutit à consacrer la volonté de ce peuple patient, mais farouche et opiniâtre, face à l’une des plus grandes puissances coloniales de l’époque.

Mais la dignité et la liberté recouvrées, au sacrifice de pertes humaines immenses, ont malheureusement été confisquées sitôt l’indépendance conquise. Aujourd’hui, 64 ans après le déclenchement de cette guerre et 56 ans depuis la libération, l’injustice, l’oppression, la manipulation de la violence et le pillage des ressources nationales sont devenus le lot des Algériens, allant en s’aggravant, faisant des Algériens un peuple en détresse, une société en perdition, une nation en péril.

Cette injustice a souvent provoqué, dans diverses régions du pays et à diverses époques, des révoltes qui ont été noyées dans le sang des innocents et réprimées dans une violence qui usait des mêmes méthodes et de la même brutalité que celles de l’occupant colonialiste.

Le pouvoir illégitime en place a toujours usé des moyens de manipulation des masses et de contrôle des populations, qui sont à sa dévotion, pour donner des causes profondes de la contestation, des lectures tronquées et mensongères, pour tromper l’opinion, justifier la répression et éviter une généralisation de la contestation à l’échelle nationale qui aboutirait à son départ.

Ce régime, plutôt que construire l’Etat sur la base de l’unité des droits et obligations des citoyens, a préféré hériter des méthodes de l’Etat colonial et poursuivre son administration de la société sur la base de l’exclusion et de la division.

Il n’hésita pas en 1992 à violer la volonté populaire en rejetant les résultats d’un scrutin qu’il avait lui-même organisé et dans le cadre d’une ouverture « démocratique » qu’il avait lui-même octroyée, privant les trois fronts vainqueurs des élections d’ouvrir une période nouvelle : celle de l’alternance au pouvoir et de l’auto-construction sociale. Près de trente ans après l’indépendance, le pouvoir aura organisé une mascarade électorale pour débusquer et déraciner les germes d’une entente nationale au moment où la société était prête à s’engager dans une de ses nouvelles mutations.

Il était prévisible que cette politique d’éradication et que ce viol de la volonté populaire, allaient déboucher sur une ère d’instabilité, provoquer un conflit fratricide, véritable guerre cachée qui dura plus d’une décennie et qui a permis d’accentuer les injustices et de creuser un peu plus le fossé entre ce régime sans légitimité et ce peuple sans souveraineté.  Le régime se lança dans une aventure mortifère et plongea le pays dans une horreur indicible, qui se soldera par des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers d’orphelins, de veuves, de handicapés à vie, des milliers de disparus, des millions de déplacés et des milliards de dollars de préjudices matériels. Ne reculant devant aucune extrémité, le régime réussit, sous le prétexte de noyauter et d’infiltrer les islamistes armés, à récupérer la violence politique et à l’instrumenter contre les populations civiles.

Il a généré un climat de terreur dont il se servira pour faire main basse sur les richesses du pays, en créant des milliers de nouveaux milliardaires au sein de ses clientèles et de ses parentèles. Ouvertement et sans même s’en cacher.

La lassitude de tout un peuple, qui n’avait pas appréhendé, et encore moins compris, que des aventuriers avaient pris son destin en otage, la compromission honteuse d’une partie des élites mais aussi la persécution, l’assignation à résidence, l’emprisonnement et même l’assassinat de ceux qui s’étaient dressés contre le détournement au profit  de ces aventuriers de la victoire du peuple algérien, ont grandement facilité la tâche aux usurpateurs qui ont pu ainsi asseoir à loisir, leur mainmise sur le pays en faisant occuper massivement par leurs hommes, leurs affidés et autres opportunistes adventices, les organes et les rouages constitutifs de la réalité du pouvoir.

L’autorité de ce régime dans ces conditions ne peut que péricliter  et cela conduira immanquablement à la rupture à terme. Un peuple ne peut rester indéfiniment soumis devant tant d’injustices commises en son nom. Et un pouvoir s’appuyant sur la violence et non sur la souveraineté populaire, ne peut conduire que de faillite en faillite et ne peut espérer survivre à ses méfaits.

En ces moments difficiles que traverse notre pays, le sacrifice de nos martyrs de la guerre de libération, ainsi que celui de toutes les victimes de la répression et des drames survenus depuis 1962, ne peuvent rester vains.

Nous ne devons pas perdre espoir. Mobilisons-nous pour nous libérer de cette oligarchie militaro-financière mortifère et veillons ensuite :

  • A construire notre Etat de Droit et des Libertés Démocratiques, de façon à ce que tous les Algériens se sentent réellement des citoyens à part entière, dans leur propre pays, que le pouvoir soit de nouveau l’émanation du peuple, dans un climat social de libre adhésion à la volonté populaire et de réelle égalité devant la loi.
  • A faire renaître en le citoyen algérien un sentiment d’appartenance commune, dans une Algérie fraternelle, solidaire et indivisible, où chaque citoyen œuvre librement pour le bien commun.
  • A restaurer dans le cœur de chaque citoyen la confiance en son Etat et approfondir son amour de sa patrie.
  • A rendre à la jeunesse ses ambitions naturelles et lui permettre à égalité de chances à faire profiter le pays de sa force vive.
  • A agir en vue de la réalisation de l’unité du Maghreb, comme le soulignaient la Déclaration du 1er novembre 54 et l’esprit de la Conférence de Tanger. Dans ce sens, nous devons œuvrer au rassemblement des partis maghrébins en vue de l’instauration de la démocratie dans l’ensemble de notre espace régional et du respect scrupuleux des Droits de l’Homme. L’Unité du Maghreb est un impératif de survie de nos peuples.

Nos aînés de 54 ont libéré, par leurs sacrifices, la patrie (El Watan). A nous aujourd’hui, par nos sacrifices, à libérer le citoyen (El mouwatan). C’est le rôle, avant tout, des élites intellectuelles et politiques saines et dignes. Et ne soyons pas fatalistes, ces élites existent !

اللهم فاشهد، إنّي قد بلّغت

 

 

 


Nombre de lectures : 1285
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • mehdi
    31 octobre 2018 at 16 h 28 min - Reply

    Les pays du Maghreb en général, et notre pays en particulier, ne renaîtront, qu’une fois leurs dignes filles et fils décident, de mettre la main dans la main, pour les construire, sur des bases saines.
    Il est évident qu’il faut commencer, par un GRAND nettoyage, à tous les niveaux.
    Certes, la tâche n’est surement pas facile, mais pas impossible, non plus.
    Pourvu qu’on y croit, comme nos martyrs avaient cru en leur action qui avait libérer peuple et patrie, mais pas avant, un GRAND sacrifice.

    Gloire aux martyrs.




    12
  • Malek
    1 novembre 2018 at 18 h 54 min - Reply

    1er novembre 1954 cette date est un symboles fort de determination et d’engagement total pour la liberation du peuple et de notre terre contrairement à celui du 5 juillet 1962 qui est une effroyable imposture




    5
  • Tahar Benzegala
    2 novembre 2018 at 21 h 38 min - Reply

    Ces élections présidentielles de 2019 pourraient elles représenter une occasion pour les forces d’opposition de se rassembler et imposer le changement?
    OUI, si ces forces sont capables de se mettre d’accord pour présenter un candidat qui sera leur représentant. Le programme du candidat serait axé sur un plan de transition que ces forces d’opposition doivent élaborer. Le peuple suivra et reviendra aux urnes pour supporter un candidat crédible; une victoire sans appel d’un tel candidat sera si incontestable et si claire que la fraude sera impossible. L’ANP sera obligé d’accepter un tel scenario.




    5
  • tarak
    10 novembre 2018 at 18 h 58 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Il faudra peut être réactiver l’OS.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique