Édition du
21 November 2018

FALSIFICATION DE L’HISTOIRE   

Anouar M.

Nov.2018

A certaines dates historiques, contemporaine et révolutionnaire de l’Algérie, les chaines de télévision du pouvoir ont du plaisir à aller questionner dans la rue, particulièrement les jeunes, sur l’histoire récente de leur pays. Ils éprouvent  une immense joie à ridiculiser et à tester la majeure partie d’entre eux. Cette façon de tourner en bourrique notre jeunesse relève d’un mépris et d’une haine envers toute l’histoire de la révolution, de tous ses symboles, de toutes ses constantes, de tous ses martyrs, de tout un peuple et de toute sa dignité.

Algériens purs et durs, Il est de notre devoir d’intervenir et d’instruire.

Dans la rue se raconte des histoires et non l’histoire réelle de notre pays. Cette histoire a été depuis 1962, confisquée, falsifiée, dénaturée, travestie et nationalisée par une junte militaire haineuse, méprisable, sauvage et analphabète de dernière minute, assoiffée de pouvoir retranchée aux frontières Marocaines  et Tunisiennes.  Elle n’a jamais admis que cette histoire soit l’histoire d’un peuple qui a versé son sang pour son indépendance. Elle s’est  construite, faussement, un passé révolutionnaire mythique pour puiser une légitimité indue. Elle ne cesse d’inciter  à l’écriture de son histoire. Une histoire à dormir debout et à laquelle plus personne ne croit car son viol a eu lieu précocement.

Est-il possible un jour à nos historiens d’écrire  l’histoire de notre pays, sans falsifications idéologiques, sans passions et sans mensonges?

L’histoire d’un pays ne se raconte pas dans la rue, mais dans des livres.

Bien plus. L’histoire de mon pays m’a été contée par les montagnes de Kabylie et des Aurès. C’est en allant côtoyé les villageois et les paysans de toutes les contrées de mon pays que la vraie histoire m’a été relatée. Les endroits, les grottes, les arbres centenaires, le ciel, la terre, les anciens, vous parleront. C’est là où l’histoire réelle de mon pays s’apprend.

Nos jeunes, certes, n’ont point de référents ni d’intérêts à revenir sur une histoire passée et ensevelie, mais leur réponse est diffusée ces temps-ci à travers les réseaux sociaux et les stades de football. Ils n’ont absolument pas besoin de la connaitre. Elle parle d’elle-même. Ces jeunes qui aspirent à vivre chez eux dignement se retrouvent à traverser la mer en chaloupes, à risquer leur vie, à fuir le chômage, la mal vie, les frustrations, la pauvreté, la misère…

De quelles histoires parle-t-on? Laquelle retiendront-ils et pourquoi?

Leur intérêt est dans leur avenir et non dans un passé truffé de mensonges.

  Et je leur donne raison.


Nombre de lectures : 844
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bendi
    6 novembre 2018 at 19 h 49 min - Reply

    Pas que l’ histoire, Tout est faux dans notre pays,absolument tout, il faudrait une encyclopedie pour etablire la longue liste.




    5
  • tarak
    7 novembre 2018 at 1 h 27 min - Reply

    Bonsoir à tous

    L’Algérie existait elle avant 1830?




    2
  • ilha
    7 novembre 2018 at 11 h 09 min - Reply

    y a pas i longtemps j’étais dans un autre pays, ma remarque ; les gens n’ont pas de temps sont tous pressés, le moindre temps qu’ils ont font du bien a leurs pays contrairement a nous, on a tous le temps et ne cessent de remettre des pavés dans la marre…




    3
  • Congrès du Changement Démocratique