Édition du
19 March 2019

Affaire des 701 kg de cocaïne : Inculpation de l’un des fils de Hamel

El WATAN   12 DÉCEMBRE 2018

Chargé de l’affaire des 701 kg de cocaïne, le juge de la 9e chambre pénale spécialisée, près la cour d’Alger, devra entendre aujourd’hui le chauffeur personnel de Abdelghani Hamel – ex-patron de la police – en détention depuis près de six mois avec 23 autres mis en cause.

Il ne s’agit pas de sa première comparution devant le magistrat instructeur. Abdelkader Benzahra, puisque c’est de lui qu’il s’agit, pourrait être interrogé sur sa relation avec Kamel Chikhi, principal accusé dans l’affaire, auquel il facilitait les passages aux frontières, mais surtout sur ses rapports avec les enfants de son ancien patron, qu’il connaît depuis les années où il exerçait à la Gendarmerie nationale avec leur père. D’ailleurs, c’est ce dernier qui l’a ramené à la Sûreté nationale, pour le nommer chauffeur personnel.

Le juge pourrait s’intéresser de près à cette proximité, qui a permis au prévenu de dérouler le tapis rouge à Kamel Chikhi, au niveau des aéroports et des ports, lui facilitant les accès mais aussi à lui régler les problèmes auxquels il était confronté. Le faisait-il sur instruction de son patron ou à son insu ? La question reste posée, même si Abdelghani Hamel avait présenté le mis en cause, dès son arrestation, comme «un simple élément du parc automobile de la Direction générale de la Sûreté nationale».

Dans ce communiqué du mois de juin 2018, l’ex-patron de la police a «mis en garde» contre ce qu’il a jugé être «des informations erronées», et expliqué que les actes de son chauffeur personnel n’engagent que ce dernier. Or, le juge de la 9e chambre pénale ne semble pas tout à fait convaincu de ces affirmations, puisqu’il a, à plusieurs reprises, entendu le prévenu sur ces points et il y revient encore aujourd’hui.

Une audition qui intervient quelques jours seulement après l’inculpation, dans le cadre de cette affaire, de Chafik Hamel, l’un des fils de l’ex-patron de la police, suivie d’une décision de blocage d’une opération d’importation de poudre de lait qu’une de ses sociétés était sur le point de finaliser.

Le juge a également instruit, auparavant, toutes les institutions financières de bloquer les comptes des trois enfants de l’ex-patron de la police, dont l’un est propriétaire du port sec se trouvant à Oran et où la marchandise de Kamel Chikhi était généralement stockée, en attendant les formalités douanières.

C’est dans ce port sec que la cargaison de viande (où était dissimulée la cocaïne) devait être entreposée, avant que les gardes-côtes et la marine nationale n’arraisonnent le navire qui la transportait. Même si à ce jour, le magistrat instructeur n’a pas encore répondu à la demande des avocats de Kamel Chikhi, portant audition de l’ex-patron de la police, il n’en demeure pas moins que l’étau se resserre autour de ce dernier et de ses enfants.

En effet, après l’inculpation d’un de ses enfants, et visiblement lâché par ses protecteurs bien placés, Hamel a été sommé de quitter, au plus tard le 16 du mois en cours, la somptueuse villa de la Sûreté nationale, qu’il occupe toujours, alors qu’un rapport accablant sur sa gestion aurait été transmis aux plus hautes autorités.


Nombre de lectures : 1819
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Karimo
    13 décembre 2018 at 21 h 58 min - Reply

    Pourquoi intercepter la cocaïne en pleine mer?.
    Il fallait laisser la cocaïne arriver à sa destination, à Oran, au port sec du fils de Hamel, afin de pouvoir tracer le circuit qui mène du cartel vendeur au possible cartel receleur, en Algérie ou à l’étranger.
    Cette manœuvre a servi d’écarter le fils de Hamel du circuit receleur.

    4
  • Dria
    14 décembre 2018 at 9 h 20 min - Reply

    Combien de « Hamel » il y en a encore aux commandes de ce pays, y a six mois de cela , on le couvrer d’éloges , on relater même dans la presse les mariages pharaonique de son fils de sa fille ….

    Partez vous êtes tous les mêmes, a quand le procès de Ouyahia, Saidani, Ouldabbes, de wlid el goumi, de Zoukh, des députés….

    Oh vous qui êtes aux commandes de ce pays, faites le ménage sérieusement dans la maison Algérie et rendez les clés au peuple. C’est la seul solution plausible a court moyen et long terme.

    Nous sommes devenu la risée des nations a cause de votre gestion chaotique, les tableaux peints ne remplaceront jamais la dure réalité du terrain, il n’ y a plus rien a travestir , ni a manipuler même pas la constitution que vous voulez violer une nouvelle fois,

    Partez de grâce laisser les clés sur le paillasson, ou jettez les à la mer,mais partez de grâce, votre présence n’engendre que du mal et ne propage que du desespoir.

    Partez c’est le seul bien que vous pourriez offrir a ce pays et c’est la plus noble action que vous pourriez réaliser dans cette vie d’ici bas.

    Partez vous affranchriez 40 millions d’âmes,
    Partez il n’ y aura plus de Harragas
    Partez on peut vivre sans vous, sans président,
    Partez laissez nous gérer nos institutions , comme il se doit,
    Partez on reprendra confiance, on saura reconstruire.
    Partez avant qu’on ne vous jette en pâture a la vindicte populaire ,

    Partez avant que le peuple ne reprendra les armes pour ce rendre justice c’est l’ultime et légitime recours, autant rejoindre les chouhaddas et martyrs, mourrir sur cette terre que de se noyer dans la mer.

    Partez wallah y a plus rien a dire, et plus rien a faire. Vous êtes dans la situation des pieds noirs en 1962 , alors sachez que ni l’OAS , ni autres subterfuges ne vous servira …

    Partez au diable, éclipsée vous sans quitter le pays, libérer juste le paysage, laissez place a d’autres visages, a d’autres regards , laissez nous respirer le changement

    Partez barakat prenez votre retraite on ne veut plus de votre bien merci pour tout.

    Partez on vous pardonneras, partez
    جمعة مباركة partez امين
    A tous ceux qui s’accrochent à leur postes, et pensent qu’ils sont irremplaçable et indispensable, ne sont indispensable que ceux qu’on aime. Sachez qu’on vous aime pas

    A bon entendeur salam

    8
    • tayeb
      14 décembre 2018 at 12 h 33 min - Reply

      GRAND merci Dria , pour ce cri de coeur !
      Je suis plus que certain qu’au moins, les 99% du PEUPLE algérien, pensent exactement comme vous.

      7

    Congrès du Changement Démocratique