Édition du
19 March 2019

L’art de la confusion.

Youcef L’Asnami

« L’élection présidentielle aura lieu comme convenu, au mois d’avril prochain. » C’est ce qu’affirme un éditorial d’El Moudjahid publié hier. Ce quotidien nous précise que « Le Chef de l’État, dont le mandat s’achève à cette date-là, a été sollicité à poursuivre sa mission, et donc à être candidat par les principales formations politiques, des organisations syndicales et patronales et le mouvement associatif. »

Rappelons que, en plus des partis de l’Alliance présidentielle (FLN, RND, MAP et TAJ), le Président est assuré du soutien d’une autre alliance nouvellement créée, le « Front national des partis politiques » composé par le Parti national algérien (PNA), l’Union pour le rassemblement national (URN), le Parti algérien vert pour le développement (PAVD) et la Tribune de l’Algérie de demain.

Ne nous attardons pas sur ces appellations qui relèvent quelquefois du clownesque, comme ce PAVD !

A cela se rajoutent en effet les représentants du patronat, de certains syndicats dont l’emblématique UGTA et quelques associations ! Yerham babak qui osera, avec tous ces soutiens, affronter le Président s’il décide de se représenter pour un 5eme mandat ? L’éditorialiste achève son billet par cette subliminale conclusion « Maintenant que certains tentent de servir à l’opinion publique leurs spéculations, qu’ils présentent comme des certitudes, à l’exemple du report de l’élection présidentielle, cela fait partie d’une stratégie de la confusion, et ne constitue qu’un médiocre marketing qui traduit un manque flagrant de confiance en soi. »

Sauf que cet éditorialiste, anonyme et donc important, semble oublier que ceux qui ont évoqué l’éventuelle report de l’élection présidentielle font tous partie de ce « clan présidentiel », expression que je préfère à « Alliance présidentielle ».

Et donc que ce billet dont le titre est « Confusion politique ? » participe lui-même à cette confusion et que le point d’interrogation n’a pas lieu d’être. Plus que dix sept semaines nous séparent de ces élections présidentielles. Et à ce jour, aucun débat politique, aucune campagne, aucun programme qui puissent permettre aux citoyens d’avoir une idée sur ce que l’avenir leur réserve.

Nul doute que cette léthargie institutionnelle aura un prix que l’on risque de payer cher.


Nombre de lectures : 2234
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • abdellah
    14 décembre 2018 at 17 h 05 min - Reply

    Cette situation est tellement ridicule qu’il serait plutôt préférable d’ignorer ces mafieux.
    Depuis 1962 que ces gens font ce qu’ils veulent, qu’ils continuent et qu’ils laissent le peuple tranquille. On a l’habitude. Si c’est pour l’international, tous les pays du monde savent ce qui se passe en Algérie. Un jour, ils seront obligés de rendre des comptes d’une façon ou d’une autre. Le coup leur viendra de là où ils ne s’attendront pas.

    10
  • tarak
    14 décembre 2018 at 23 h 29 min - Reply

    Bonsoir à tous

    Honte à vous Fahamatouhou et consorts. Après 20 ans de règne, vous laisser le pays dans un état de doute et de confusion sans pareil. Vous dites que vous aimez ce pays. Menteurs! honte à vous. Vous dites que vous avez construit le pays. Menteurs! honte à vous. Vous allez partir et laisser un pays à genoux économiquement mais vous vous en foutez éperdument, bandes de voleurs. Honte à vous. Vous serez bannis de l’histoire, vous êtes la honte de l’Algérie. Partez sans retour, vous êtes maudits à jamais.

    11
  • lema
    15 décembre 2018 at 10 h 42 min - Reply

    Bonjour, Tiens El Moudjahid dites vous!!!!ça fait très longtemps que je n’ai pas lu ce journal depuis les pratiquement fin des années 80! fut un journal d’une dictature qui a violé et viole encore les droits de vivre bien des algériens, figurez vous, eux les responsables de ce pays députés etc…ont le droit de posséder des appartement en étranger et pas nous? eux ont le droit d’avoir un passeport diplomatique et pas nous? eux ont le droit de ne pas payer la location de leurs logements; voiture etc..et pas nous, mais qu’est ce qu’on attends pour nous révolter comme disait le proverbe algérien mieux dormir a sa faim que de manger une bouffe charitable!…

    6
  • Akli
    15 décembre 2018 at 22 h 12 min - Reply

    CE JOURNAL IL NE FAUT OUBLIER C´EST LUI QUI NOUS A DIS QUE ABANE RAMDHANE EST TOMBE AU CHAMPS D´HONNEUR ALORS IL A ETE ASSASSINER PAR DES CRIMINELS AZUL SALAM.

    3
  • Si Tchad
    16 décembre 2018 at 14 h 22 min - Reply

    Il va sans dire, mais il en va encore mieux en le disant, que les 40 millions d’algériens sont dans leur immense majorité pour un cinquième mandat, à condition bien sûr d’exécuter strictement les quatre précédents, à savoir un mandat de perquisition, un mandat d’arrêt, un mandat d’amener, et un mandat de dépôt…

    8
  • Nadjib Dziri
    18 décembre 2018 at 13 h 32 min - Reply

    Ce qui est incompréhensible:c’est ces partis dits d’opposition et leurs leaders respectifs qui sont devenus aphones ces derniers temps,à moins de trois mois de cette élection présidentielle de tous les risques!Eux qui bombèrent leurs torses à chaque période pré-électorale depuis des lustres,comme quoi,ils sont les véritables experts pour résoudre toutes les crises politiques du pays qui se profilent à l’horizon!?…

    Là on peut ouvrir une parenthèse et dire sans risque de se tromper:que tous ces politiciens qui ont milité en 2008 en faveur de l’abrogation de l’article qui limitait à deux fois les mandats présidentiels se retrouvent dans la gadoue jusqu’au cou et ils sont aussi responsables de cette crise politique que les véritables bénéficiaires de cette imposture.

    6
  • Si Salah
    19 décembre 2018 at 15 h 31 min - Reply

    Si l’on devait résumer à nos petits enfants les 4 sinistres quinquennats de Bouteflika, on dirait ce qui suit :

    Années 1 à 4 : vol de la rente en mode accéléré, scandales financiers gigantesques, corruption, AVC, séjours médicaux à Paris ou Genève…

    Année 5 : limogeage dans les postes clé des partis, changements dans l’armée et les services pour éliminer toute brebis galeuse, coups fourrés entre politichiens pour arriver en pole position, vomissements répétés d’ «initiatives » boulitiques, paralysie du pays de haut en bas, de gauche à droite…

    J’ai bien envie de pousser un grand « tfou » de soulagement…C’est quand la fin de cette « indépendance » ?

    5
  • OUCHEN
    19 décembre 2018 at 20 h 12 min - Reply

    Moul el Taj, ce thuriféraire, propose un conférence nationale sous l’égide de son chikour pour vendre par la force le projet du 5ieme mandat sous une autre appellation. Une sorte d’un HCE bis que Boutef présiderait.

    En d’autres termes,laissez nous continuer à piller et à profiter de cette planche à billet jusqu’à ce que on trouvera un remplaçant une fois que son chikour trépasse.

    De toute façon le peuple ne bougera pas quelque soit le scenario concocté, alors moul Taj et sa clic peuvent imposer l’importe quelle solution pour trouver une issue de sortie sans passer par les urnes.

    En fait, elle est ou tata Louisa???

    1
  • Hafidh
    20 décembre 2018 at 21 h 04 min - Reply

    sans compter le soutien des faux moudjahidine et les dhaoui el houkouk (les ayant droit)
    ALLAH IDJIBLIKOUM MOUSSIBA

    2
  • achraf
    21 décembre 2018 at 14 h 52 min - Reply

    Les pays qui ont progressé ,qui ont emergé sont les pays qui ont donné la parole aux peuples ou qui ont tout simplement mis en oeuvre leurs constitutions;comment voulez vous qu’un article clair et integral dans la CONSTITUTION prévoit que le peuple est souverain et su’il lui appartient de choisir librement ses représentants et ses dirigeants,OR pour nous le pouvoir est devenu pour certains une possession.Une institution militaire veritable détentrice du pouvoir et qui commande derriere le rideau .pourtant plusieurs declarations ont été faite par cette institution declarant :l’Armée est fidele a ses missions constitutionnelles et ne peut etre manipulée par n’importe quelle courant politique ici commence le NIFAQ politique envers le peuple,laissant a certains amateurs politiques et opportunnistes comme ceux dits de la Mouwalate (alliance)partis ayant arraché leur légitimité uniquement par la fraude de faire leurs dances « provocatrice » pour le peuple.comment voulez vous que 56 ans après l’indépendance le pouvoir se maintient toujours par la fraude, celui qui est né en juillet 1962 se prépare pour la retraite légale .Est ce que les dirigeants de ce pays respectent ce peuple qui est pourtant le héros de la révolution? Qui a donné beaucoup de sacrifices et de souffrances pour qu’enfin il soit traité de cette manière? ne se rendent-ils pas compte que le peuple accaparera un jour ou l’autre sa souveraineté ?

    1
  • Congrès du Changement Démocratique