Édition du
19 May 2019

Lettre ouverte au général en retraite Ghediri Ali, le défenseur sans pareil d’une certaine Algérie


 ‘L’Etat selon mes idées est une société d’hommes établie dans la seule vue de se procurer les uns aux autres la conservation et l’avancement de leurs intérêts civils. J’appelle Intérêts civils, la vie, la liberté, la santé du corps, la possession des biens extérieurs, tels que sont l’argent, les terres, les maisons, les meubles, et autres choses de cette nature’’ Lettre sur la tolérance .John Locke

C’est le bouquet!  Il est presque agréable de lire vos articles !  La finesse des thèmes que vous mentionnez n’a d’équivalent que la magie des mots dont vous excellez. La balourdise traverse vos élucubrations nonobstant l’incapacité à repérer dans vos  articles la moindre logique.

 Pour paraphraser Honoré de Balzac, l’écrivain qui se surpassait dans  l’art de la critique satirique, vous étendez des arguties dans un baquet de lieux communs et vous débitez mécaniquement cette effroyable mixture politico-militaire dans des feuilles continues. La page a l’air d’être remplie,elle a l’air de contenir des idées, mais quand le lecteur y jette un coup d’œil,il s’aperçoit qu’il n’y a rien. La Pravda n’a rien à envier de vos contributions.

Il est trop facile de votre part de convoquer à volonté l’histoire de la glorieuse révolution algérienne au gré des circonstances, une ficelle souvent employée, alors que plus de la moitié de la population n’a pas vécu la période de la guerre de libération nationale. Il suffit de vous rappeler que la puissance d’une armée s’évalue par l’adhésion du peuple à ses principes fondateurs.  Une armée au service du peuple permet de sauvegarder la sécurité du pays. Cependant,le fossé entre une partie du peuple et le régime politique s’est mué en gouffre. Une répudiation dont une partie de l’armée dite nationale populaire  est coupable.

Alors que les grands défis sécuritaires qui attendent la nation  demeurent faiblement relayés  voire tabous(le rôle du Comité d’Etat-major Opérationnel Conjoint (CEMOC), du G5 Sahel et les répercussions de l’accord de paix au Mali de 2015), vous distribuez  les bons  points et des brevets de respectabilité aux uns et aux autres. Pis, vous émettez votre‘’point de vue’’ sans aucune analyse en alignant des phrases qui n’ont aucune portée sur la réalité. Des contributions en forme de ‘’plaidoyer’’ du régime politique algérien. De plus, vous faites de l’équilibrisme pour être en adéquation avec une certaine idée de l’Algérie, jusqu’à devenir sa caisse de résonance, en attirant l’attention  sur des sujets secondaires.

Ainsi, l’idée du contributeur d’un journal   est une idée singulière : l’objectif du contributeur  est de traiter convenablement les faits marquant de l’actualité et non de colporter des manigances et des commérages connus sous le nom en Algérie de  (Tayabet Hammam) car il n’a jamais été aussi facile de se prétendre  contributeur d’un journal en Algérie. Je vous suggère  de revoir vos publications, celles-là sont blêmes.

A la veille d’échéances politiques majeures, l’Algérie est à la croisée des chemins en ce qui concerne son unité et le choix des directions qui s’offrent à la nation semble réduit. L’idée la plus importante en faveur d’un tel tournant c’est de doter le pays d’une Constitution qui consacre le caractère civil de l’Etat, basé sur la volonté populaire, le règne du droit et la citoyenneté. Vous tentez de théoriser votre pensée, empruntée au philosophe John Locke .Laissez la philosophie anglaise en paix.

A bon entendeur.

Benteboula Mohamed-Salah. Géographe

Auteur du livre ‘’La diplomatie algérienne à deux têtes ‘’ Editions Amazon


Nombre de lectures : 4044
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Mahindad
    31 décembre 2018 at 7 h 42 min - Reply

    C’est devenu une tradition dans ce pays, une fois mis sur la touche ils se retournent contre la mamelle qui les a abreuvé pourtant pendant des années, les a protégé et leur a même permis de piétiner bien des pauvres gens, leurs concitoyens maintenant.

  • Rédaction LQA
    31 décembre 2018 at 17 h 14 min - Reply

    Communiqué du Ministère de la Défense :

    A l’approche de l’échéance électorale présidentielle, certains individus mus par des ambitions démesurées et animés par des intentions sournoises tentent et par tous les moyens, notamment les médias, de préjuger des prises de positions de l’institution militaire vis-à-vis des élections présidentielles et s’arrogent, même, le droit de parler en son nom.

    En agissant ainsi, ces individus aigris et sans envergure, qui ne lésinent pas sur l’emploi des moyens les plus déloyaux, visent sans succès à influencer l’opinion publique et de s’affubler de la crédibilité qui leur fait énormément défaut. N’ayant pas trouvé d’échos à leurs interventions écrites récurrentes, diffusées dans les médias, ces derniers qui se sont improvisés pour la circonstance, en experts pluridisciplinaires, ont été à priori, instruits de s’adresser au Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, comme ultime recours.

    Ce faisant, ils oublient que les principes immuables qui ont, de tout temps, guidés l’Armée Nationale Populaire, digne héritière de l’Armée de Libération Nationale, font d’elle une institution au service du seul peuple algérien, lequel voit en elle ce rempart inébranlable qui protège l’Algérie contre tous les dangers et lui assure la sérénité et la quiétude.

    C’est d’autant plus regrettable, que ces faits sont l’œuvre de certains militaires à la retraite qui, après avoir servi longtemps dans les rangs de l’Armée Nationale Populaire, rejoignent des cercles occultes et ce, dans le seul but d’assouvir des ambitions personnelles démesurées, qu’ils n’ont pu réaliser à l’intérieur de l’institution.

    Pour parvenir à leur fin, ces gens-là qui ont fait abstraction de toute considération à l’obligation de réserve à laquelle ils sont astreints, en vertu de la loi n°16-05 du 03 août 2016 et sous peine de laquelle ils peuvent être poursuivis en justice, s’essayent à la politique, avec comme seul attribut l’esprit revanchard et se permettent, sans respect de toute forme d’éthique et de déontologie, de s’ériger en donneurs de leçons.

    Perdant le sens de la mesure, ces individus s’accordent une vocation et une dimension qui ne sont pas les leurs, et se lancent, sans aucun scrupule, dans des affabulations débridées, découlant d’un narcissisme maladif, qui les pousse jusqu’à prétendre bien connaitre le Haut Commandement de l’Armée Nationale Populaire, pour prévoir sa position vis-à-vis des élections présidentielles ; grave dérive qui dénote d’un seuil inquiétant d’inconscience que seule l’ambition aveugle peut provoquer. A ce propos, l’Armée Nationale Populaire, faut-il le noter, dont la démarche est dictée par son caractère éminemment légaliste et républicain, respectueux de l’ordre constitutionnel, n’a pas de leçons à recevoir d’individus qui n’existent que par les cercles qui les commanditent.

    L’incohérence du discours développé par ces derniers, notamment concernant la question lancinante d’accorder la chance aux jeunes pour assumer des responsabilités au sommet de l’Etat, qui leur est, vraisemblablement, dicté par leur mentors, trahit leurs véritables intentions et leur approche maladroite, en ce sens que cette question n’a absolument pas lieu d’être posée et, pour cause, la quasi-totalité des hautes fonctions de l’Etat sont occupées à l’heure actuelle par des cadres, issus de la période post-indépendance.

    S’agissant de l’Armée Nationale Populaire, ce principe est consacré dans la pratique, où seuls les critères de mérite et de compétence sont pris en ligne de compte lors des désignations dans les différentes responsabilités.

    D’autre part et feignant méconnaître les missions constitutionnelles de l’Armée Nationale Populaire, ces individus demandent publiquement au Vice-ministre de la Défense Nationale, Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale Populaire, à prendre ses responsabilités pour, selon eux, consolider les acquis démocratiques, dans un discours à la fois alarmiste et malintentionné. Il ressort, malheureusement, de l’acharnement de ces individus contre l’institution qui les a vu grandir, aux sens propre et figuré, que leur démarche, qui ne saurait être individuelle tant les arguments qui la sous-tendent sont fallacieux, et semble obéir à une machination fomentée par des cercles occultes.

    Dans une tentative ratée de se faire prévaloir d’un soi-disant pragmatisme et réalisme, l’analyse développée sur le statut de l’Algérie au niveau régional par ces apprentis analystes révèle, à bien des égards, que la connaissance dans le domaine géostratégique, dont ils se targuent sans en maitriser les contours, ne les prédisposent, même pas, à saisir le sens du concept « Etat pivot », et trahit leur intention de minimiser les acquis réalisés à la faveur de la stratégie sécuritaire adoptée par le Haut Commandement, y compris en termes de coopération régionale et internationale, qui est mise en œuvre dans le cadre du strict respect des dispositions de la législation nationale.

    Cette stratégie clairvoyante, qui a permis de relever les multiples défis auxquels fait face notre région, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, où la contribution de notre pays et de ses forces armées dans la stabilité de la région lui a value la reconnaissance à l’échelle internationale, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, dont la stratégie et les modes d’action sont devenus un cas d’école.

    Enfin, compte tenu de ces agissements récurrents qui ont dépassé, par leur indécence, le seuil de l’intolérable, notre institution se réserve le droit de faire appliquer à l’encontre de leurs auteurs, les mesures légales appropriées.

    3
    • Dria
      9 janvier 2019 at 19 h 01 min - Reply

      Il faut reconnaître que l’ANP de 2019 n’est point la digne héritière de l’armée de libération comme stipulé dans ce communiqué. Par contre ce communiqué ne s’applique pas qu’aux militaire retraité il est valable pour tous ces généraux vereux qui sont à la tête de cette institution Gaid and Co, compris.
      Hacha les gradés, officiers et soldats qui ne sont pas encore en retraite et qui travaillent dans l’ombre et dans l’intérêt de la nation. cela sont seule capable de renverser la donne de l’intérieur de cette institution, et représente un souffle d’espoir pour cette Algérie meurtrie.

      5
  • Khalfaoui Nejoua
    2 janvier 2019 at 6 h 10 min - Reply

    Une mise au point écœurante tant elle fait dans la tromperie. On ne lit que menaces, insultes et diffamations. C’est le propre de ce régime instauré depuis l’indépendance du pays avec le seul soucis de pérenniser ce système de gouvernance que 56 ans d’existence ont révélé sa stérilité tant sur le plan économique (on continue à vivre avec la rente des hydrocarbures) que culturel (interdit l’émergence d’élites par l’intimidation voire la neutralisation) et sociétal. La peur semée depuis bâillonne toute velléité de progrès ou de remise en cause du statut quo. Aujourd’hui que le vivier des garant de la pérennité du système qui se prévalent d’une certaine légitimité révolutionnaire se tarit et que la rente s’amenuise, que le peuple algérien connecté ou haraga revendique un peu de dignité, que sera l’Algérie après avril 2019 ?

    5
  • L’armée ne fait pas de politique ?
    2 janvier 2019 at 11 h 01 min - Reply

    La lettre de Gaid Salah pour mettre en garde « les cadres de l’armée » à la retraite hostiles au 5è mandat est une preuve flagrante de l’immixtion de l’armée dans la politique. çà prouve encore une fois que les déclarations des éléments du cabinet noir qui disent que l’armée ne fait pas de politique sont grotesques!

    10
  • hirondelle noire
    5 janvier 2019 at 11 h 36 min - Reply

    Laisser les gens parler,dire ce qu’ils pensent sans les juger .

    8
  • yassine
    9 janvier 2019 at 17 h 24 min - Reply

    L’equation est simple :

    Gad Salah sans Bouteflika comme president deviendra rien ; car tout nouveau president effacera Gaid Salah .
    Ce dernier a tout interet a ce que Bouteflika rempile pour un 5-ieme mandat .

    C’est bien Gaid Salah qui a le plus besoin de Bouteflika et non l’inverse .

    L’appel de Guedira ou tout autre personne a Gaid Salah est un non sens et meme une stipudite .

    2
  • Congrès du Changement Démocratique