Édition du
16 February 2019

Hôpitaux, maisons de retraites, écoles : inquiétantes images d’abandon, de négligence et de mauvaise gestion


TSA
Par: Fayçal Métaoui 15 Janv. 2019 à 14:30

Plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les chaînes télé privées ces derniers jours dévoilent l’état catastrophique de la gestion de certains établissements sanitaires, sociaux et scolaires en Algérie.

Il y a d’abord cette vidéo tournée à l’hôpital de Bordj Menail, dans la wilaya de Boumerdès, où l’on voit des restes de nourriture laissés sur une table à côté du lit d’un malade.

En bas du lit, des détritus jonchent le sol. « Ce malade veut faire une opération et on lui a dit de prendre un taxi vers Douèra (Ouest d’Alger). Mais où est donc passé l’ambulance ? Regardez son état », s’indigne un jeune homme. Il montre un autre malade qui saigne sur son lit sans aucun soin.

Une autre vidéo, tournée à la Maison de retraite de Batna, met à nu l’état d’abandon des pensionnaires. L’un d’eux est attaché, un autre est allongé par terre et un autre encore est affalé sur sa chaise roulante. Les lits sont sans draps et sans couverture. Les chambres sont sales avec des flaques d’eau et des murs décrépis. La vidéo montre aussi des morceaux de viande et des légumes jetés à la poubelle.

Des établissements scolaires non équipés

À Relizane, une collégienne a interpellé directement la ministre de l’Éducation Nouria Benghebrit lors d’une visite. « Notre CEM a été ouvert en octobre 2016. À ce jour, il n’y a pas d’équipements pour notre scolarisation, pas de micro-ordinateurs, pas d’instruments de laboratoire, etc », a dénoncé l’élève, selon une vidéo diffusée par El Bilad TV.

« Il ne faut pas ouvrir de nouveaux établissements scolaires qu’une fois totalement équipés », a plaidé la ministre. Mais, elle n’a pas été informée sur cette situation qu’une fois sur place. À quoi donc servent les directions de l’éducation dans les wilayas ? Ne sont-elles pas tenues de s’assurer des conditions de scolarisation des élèves au niveau des wilayas d’une manière continue ? Et que font les Associations de parents d’élèves ?

Au niveau national, 2300 établissements scolaires manquent de chauffage. Interrogée à la radio, Nouria Benghebrit a promis de redresser la situation en comptant sur « les actes de solidarité » des citoyens. Les wilayas et les APC ont des budgets destinés à l’entretien des écoles, des collèges et des lycées. Comment cet argent est-il dépensé ?

« Commissions d’enquête »

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia a, elle, limogé le directeur et d’autres cadres de la Maison de la retraite de Batna avec dépôt de plainte auprès de la justice.

Ghania Eddalia ne connaissait-elle pas l’état de délabrement et la grave situation de négligence à la Maison de retraite de Batna ? Qu’en est-il des autres structures dépendant de son ministère au niveau national ? Existe-t-il des inspections ?

Faut-il à chaque fois que des vidéos ou des images soient publiées pour que les responsables réagissent au niveau central et envoie des « commissions d’enquête », lesquelles commissions ne rendent jamais publiques leurs conclusions ?

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, qui a très mal géré la situation lors de l’épidémie du choléra l’été 2018, n’a encore rien dit sur l’état d’abandon à l’hôpital de Bordj Menail. Un établissement qui souffre depuis des années de surcharge et de pannes récurrentes de matériel médical, selon un rapport établi par l’APW de Boumerdes. Or, rien n’a été fait pour améliorer l’état de cet hôpital public, comme tous les autres d’ailleurs, qui sont dans la même situation.

Où est donc l’application de la « réforme hospitalière » évoquée à chaque fois par Hasbellaoui ? La mauvaise gestion locale dans plusieurs les secteurs n’est, en fait, que la traduction concrète du peu de suivi, d’absence de sanction, de l’impunité et de négligences à tous les niveaux.



Nombre de lectures : 1103
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • said
    15 janvier 2019 at 17 h 54 min - Reply

    il suffit de faire un tour dans les villes de l interieur pour se rendre compte de l etat de delabrement du pays, pas de balayeurs dans les rues sauf aux alentours des administrations, les bidonvilles proliferent partout a la peripherie,les aliments comme le pain et le poisson sont etalés sur les trottoirs a proximité des eaux stagnantes nauseabondes,les camions qui ne disposent pas de refrigeration ni de protection transportent les medicaments et les boissons , les marchés sont installés dans des terrains poussiereux boueux et non goudronné,Les ordures menageres sont eparpillés et laissé sur la chaussée Au passage des camions tasseurs des communes .Les canettes et autres bouteilles de bière envahissent nos campagnes et les places publiques, absence de corbeilles a ordures et de toilettes publique dans nos villes , etc, etc.

    1
  • Bendi
    15 janvier 2019 at 17 h 57 min - Reply

    il faudrait egalement denoncer l’inertie des deputés qui ne font pas leur travail en allant a la rencontre des citoyens sauf lors des elections

    1
  • Mouloud
    15 janvier 2019 at 20 h 14 min - Reply

    Les gens du pouvoir, la junte et leurs complices, ont rendu le pays impropre à la vie.

  • Karimo
    16 janvier 2019 at 0 h 38 min - Reply

    Un beau pays rendu dégueulasse par ces irresponsables de gouvernants. Vous n’allez pas loin du centre ville pour constater les dégâts.

  • mohamed
    16 janvier 2019 at 1 h 02 min - Reply

    sans compter le terrorisme fiscal pour les algériens honnêtes –

  • Rachid
    16 janvier 2019 at 9 h 18 min - Reply

    VIVE LE VAL DE GRACE ET LES INVALIDES YA NESS AZUL SALAM

    1
  • Congrès du Changement Démocratique