Édition du
20 April 2019

Quand l’acte de candidature tourne à la comédie !




RETRAIT DES FORMULAIRES DE PARRAINAGE À LA PRÉSIDENTIELLE

Quand l’acte de candidature tourne à la comédie !

Quotidien LIBERTÉ

Déclarations aléatoires, mises en scène extravagantes et une incroyable insolence, le retrait des formulaires de parrainage pour le dossier de candidature à l’élection présidentielle tourne souvent au vaudeville. Les réseaux sociaux en raffolent donnant une image hideuse d’une élection présidentielle inédite. Leurs vidéos sont largement partagées et font l’objet de commentaires sarcastiques qui les tournent en ridicule. Tout ce qu’elles peuvent d’ailleurs inspirer. Devant le bâtiment qui abrite les bureaux du ministère de l’Intérieur, les caméras des télévisions scrutent d’éventuels “candidats” pour les interroger sur leur programme, leurs intentions… Dans le lot, il n’y a quasiment aucun homme ou femme qui fait office de “candidat sérieux”. Devant les objectifs, se succèdent alors des hommes et des femmes venus essentiellement pour faire le buzz. Être vu à la télévision et faire un tour de comédie sur un sujet aussi sérieux que l’élection présidentielle semble être un objectif pour une bonne partie de ces citoyens qui rêvent d’occuper le fauteuil du Palais d’El-Mouradia. Bouffons ou bons comédiens, certains d’entre ces “candidats” se prennent pourtant au sérieux. C’est le cas d’Amar Chekar, journaliste, qui affiche une mine des grands jours. “Non, je ne suis pas un lièvre ! Je suis un lion politique”, dit-il. L’homme semble tellement croire en sa bonne étoile qu’il ne se rend même pas compte de la moquerie d’un journaliste d’une chaîne de télévision qui l’interrogeait sur la définition à donner à l’animal algérien ! Est-il aussi à sa deuxième tentative. Il a retiré les formulaires pour l’élection de 2014 mais n’avait pas réussi à récolter le nombre requis de signatures de parrainage. Mais l’indignation d’Amar Chekar sur le sobriquet de “lièvre” qu’on attribue aux “petits candidats”, qui servent souvent à meubler l’élection en accompagnateur sans chance de gagner, est un discours savant comparé à une autre perle “dénichée” sur d’autres chaînes de télévision. C’est le cas de cet “ingénieur” qui rêve de faire de l’Algérie un concurrent des États-Unis d’Amérique sur le plan politique. Amar Mustapha Moula, un quinquagénaire, promet de créer “un avion naturel qui a des ailes en terre !” Il en parle avec un sérieux désarçonnant… à plier de rire. Dans le lot des déclarations qui marqueront ce bêtisier grandeur nature, on peut noter celle de ce jeune apiculteur qui n’a comme seul programme que la transformation de la compagnie aérienne Air Algérie en Algeria Airways. “C’est déjà en anglais. La société aura une autre culture”, a-t-il déclaré, sur un air sérieux. Une attitude affichée par cet autre postulant à la magistrature suprême qui affirme qu’il est “certain à 100%” qu’il gagnera l’élection présidentielle. “Parlez-moi d’El-Mouradia, maintenant. Dans mon programme, l’armée, les médias et la justice sont indépendants”, lance-t-il aux journalistes. L’homme est tellement sûr de sa chance qu’il ne prête aucune attention aux autres candidats. “Ils sont tous petits devant moi”, s’est-il enorgueilli. Mais il a fait “moins” que cet autre candidat qui affirme, droit dans ses bottes, qu’il “détient” un “pouvoir divin” qui lui permet de faire passer des propositions. Rien que ça ! Ainsi, l’homme prétend que c’est grâce à lui que le service de la BRI, la brigade de recherche et d’intervention, a été créé. Il dit être également derrière l’avènement de formules du logement. À côté de ces excès de “mythomanie”, de prétentions démesurées, certains “candidats” semblent pourtant posséder des zestes de lucidité. C’est le cas de cette dame, venue de Bouira, pour espérer devenir présidente de la République. “Je n’ai pas de niveau, mais je me présente. Je veux aider le pays et les jeunes pour qu’ils travaillent et qu’ils mangent, assure-t-elle. Nos jeunes se perdent dans la rivière et en mer”, a-t-elle dit aux journalistes comme pour expliquer qu’elle a la recette pour les faire rester au pays. Nassira Azira n’est pas la seule dans ce registre. Un jeune homme, qui a récupéré les formulaires nécessaires aux parrainages, a, lui aussi, reconnu que son but était d’être dans les “10 premiers” candidats. Pas mal pour un citoyen qui ne sait que faire de sa candidature. Autant de candidats, autant de perles. Mais lorsque ce beau monde a été interrogé sur les programmes à proposer aux Algériens, les concernés tapent à côté. Des phrases alambiquées, insensées et des mots incompris tiennent lieu de programmes politiques ! Sur les réseaux sociaux, ces “perles” ne laissent pas indifférent. Beaucoup de citoyens s’interrogent sur le sens à donner à ces surprenantes sorties. L’élection présidentielle est-elle à ce point un jeu, une mascarade ? Visiblement, il faut de tout pour faire un monde !


Ali Boukhlef


Nombre de lectures : 2871
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Samah N.
    24 janvier 2019 at 13 h 20 min - Reply

    D’après ces déclarations de gens censés représentés les Algériens à la candidature suprême,on peut résumer leurs situations à de la comédie ubuesques peut être même pour certains d’entre-eux à de la sémiologie psychiatrique qui ne fait pas rire du tout mais bien au contraire,il faut tout de suite trouver un remède efficace à ces cas pathologiques pour le salut de la nation toute entière!

    8
  • Abdellah Chebbah
    24 janvier 2019 at 15 h 44 min - Reply

    Cette mascarade va nous coûter très très chère.

    5
  • Dria
    24 janvier 2019 at 20 h 55 min - Reply

    Avoir un formulaire pour être candidat a la présidence est plus facile que de retirer un extrait de naissance. Comme si notre administration était au top, yaw faqou ce ne sont que des mises en scènes à consomation locale et internationale. Comme si on était une démocratie modèle a prendre en exemple. Oui tout le monde a le droit à se présenter aux élections, tout le monde a le droit pour le logement n’est ce pas, pour avoir un boulot autre que president…

    C’est aussi facile,, parceque les dés sont pipés d’avance, l’heureux gagnant est déjà intronisé par le cabinet noir avec l’aval de Fafa et les oligarques de l’oncle Sam qui gèrent nos richesses du grand sud sous nos yeux.

    L’armée a trouvé son nouveau poulain, reste a peaufiner le scénario de son intronisation, et je vois maintenant sur qui ils ont jeté leur dévolu. Va-t-on les laisser faire une fois de plus. Ce ne sont pas les chouhaddas qui nous interpelle, mais
    de pauvres Harragas que la mer vomie et nous rejette quotidiennement, des corps sans vie et sans yeux. C’est les globes oculaires qui disparaissent en premier est-ce-que c’est du aux poissons qui en raffolent?, a l’eau salée? ou est-ce un message de l’au-delà qui interpelle les soit disant vivants que nous sommes d’ouvrir les nôtres …est ce qu’on est aveugle a ce point pour ne rien voir venir et d’accepter la mascarade .

    Si tel est le cas, il faut se préparer psychologiquement pour tenir le coup pour un autre quinquennat. Arkab wasqut hadek ma halbat…
    Il faut reconnaître que nous somme devenu la risée des nations cha3ban wa hukumatan….bon vote yaw votna ou saha noumna

    5
  • khedim
    24 janvier 2019 at 22 h 53 min - Reply

    y a-il différence de niveau entre ces éventuels futurs candidats et beaucoup de ceux qui les ont précédé et même … ?

    3
  • Congrès du Changement Démocratique