Édition du
22 July 2019

Poursuites contre Khaled Nezzar : une ancienne procureure suisse parle de « pressions politiques »

TSA

Par: Sonia Lyes 05 Févr. 2019 

La procureure Laurence Boillat, ancienne cheffe de l’unité des crimes de guerre relevant de la justice suisse, fait état de « pressions politiques » sur cette instance pour l’empêcher d’aller au bout dans l’instruction des affaires qui lui sont soumises.

Citée, ce mardi 5 février, par le média helvétique Suissinfo, Laurence Boillat souligne qu’il y avait des pressions politiques venant d’en haut, en particulier dans les cas de « personnes politiquement exposées (PPE) » comme l’ancien ministre algérien de la Défense, Khaled Nezzar, et Rifaat Al-Assad, oncle du président syrien actuel. Mais de telles pressions n’existaient pas pour les enquêtes concernant les demandeurs d’asile en Suisse, remarque-t-elle.

Swissinfo rappelle que « l’ancien ministre algérien de la Défense a été arrêté en Suisse en 2011 après une plainte déposée par TRIAL pour crimes de guerre présumés entre 1990 et 1994. Il a été libéré après son interrogatoire et renvoyé en Algérie. Le ministère public de la confédération (MPC) a classé l’affaire début 2017, affirmant qu’il n’existait aucune preuve d’un conflit armé en Algérie au cours de la période en question. Mais, un an plus tard, le Tribunal pénal fédéral a annulé le classement de l’affaire Nezzar en déclarant qu’il y avait effectivement eu un conflit armé en Algérie au début des années 90. La Cour suprême a donc ordonné au MPC de reprendre l’affaire ».

Depuis quelques mois, l’Algérie a décidé de réduire au niveau le plus bas ses relations avec la Confédération helvétique. L’origine de la brouille remonte à l’été dernier. Précisément depuis la décision de la justice de ce pays de rouvrir le dossier des poursuites à l’encontre du général Khaled Nezzar.

| LIRE AUSSI : Gros coup de froid diplomatique entre l’Algérie et la Suisse

Sept ans après sa création, l’unité suisse des crimes de guerre n’a transmis aucun dossier au Tribunal fédéral, relève le média suisse. Actuellement, deux personnes sous enquête par l’unité chargée des crimes de guerre sont en détention : l’ancien ministre gambien de l’Intérieur, Ousman Sonko, et l’ancien chef des rebelles libériens, Alieu Kosiah, emprisonné en Suisse depuis plus de quatre ans.

Le média pointe aussi le peu de moyen, notamment humains dédiés à cette instance. La procureure Laurence Boillat témoigne qu’elle a été renvoyée pour avoir estimé que ce bureau devrait en faire plus (…) On nous a vite fait comprendre que l’unité n’allait pas être très importante, car nous n’avions même pas cinq postes à temps plein, dit-elle. Pourtant, nous étions très motivés ».

Au fur et à mesure que les problèmes s’accumulaient, Laurence Boillat a relevé à voix haute qu’un verrou avait été mis en place pour certaines enquêtes. Ses chefs ont alors décidé fin 2015 qu’ils n’avaient plus besoin de ses services, indique Swissinfo.


Nombre de lectures : 2743
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • lyes Laribi
    5 février 2019 at 21 h 35 min - Reply

    J’ai eu la chance et le plaisir d’avoir rencontré cette dame lors de mon audition en octobre 2013 à laquelle Nezzar a refusé d’assister. C’est une dame de bonne volonté , de parole et surtout intégre. Avant mon audition, nos échanges ont durés plus de six mois et elle est arrivée à me convaincre de témoigner dans cette affaire. En réalité, je n’étais pas chaud vu ce qui s’est passé lors de la première affaire à Paris. Manipulation, traîtrise et récupération de l’affaire par des charognards politiques. Encore aujourd’hui, la diffamation et l’induction en erreur par ceux qui ont capoté l’affaire en 2001/02 donnent une version tout à fait fausse de ce qui s’est réellement passé à Paris. Mais pour cela, il faut que je trouve de l’espace et du temps pour répondre aux éléments du duo Toufik/Nezzar. Revenons à cette procureure, malheureusement pour elle et je ne sais par quel magie, l’homme où plus exactement Hassan Terro qui a fait capoté l’affaire à Paris a été introduit dans l’affaire à partir de 2014 en tant que plaignant de surcroît donnant deux versions de fait sur sa supposée torture alors qu’il avait nié ça lors de son audition en avril 2001 par la brigade criminelle de Paris où l’homme (commandant) qu’il l’avait auditionné n’est autre que l’homme qui était en charge de son audition lors des évènements de la coupe du monde98. Cet homme était appelé à assister à toutes les auditions en Suisse des témoins de Nezzar. Se faisant manipuler, par deux agents du DRS, il a sorti en grand public le témoignage d’Ali Haroun. Un cas où les avocats de Nezzar n’ont pas hésité à utiliser pour écarter cette Dame. Dommage pour cette affaire et surtout dommage que de nos jours encore, il suffit de faire une vidéo pour faire oublier sa traîtrise d’hier et j’aurais souhaité au moins qu’il raconte ce qui s’est passé réellement dans le café de Duroc avec Farid B quand il a été équipé par une caméra par la journaliste E proche de la DGSE et la deuxième rencontre dans le café de la rue dujean 18° où il était accompagné par un homme très proche du général Smaïn. Nezzar a encore de beaux jours devant lui tant que ces êtres existent.
    PS*: après l’audition qui a duré presque 12 heures en présence des trois avocats Suisses de Nezzar, madame la procureure m’a accompagnée sur un trajet de 500 mètres à pied jusqu’à mon hôtel. Elle s’est donnée le plaisir de jouer aux guides touristiques en me présentant la ville de Berne. Il était plus de Minuit. La justice s’est aussi ça. Elle était convaincue où du moins ce que j’ai dû comprendre lors de nos échanges que Nezzar était un criminel de guerre.

    13
  • SAMIR
    6 février 2019 at 3 h 44 min - Reply

    On le constate tout les jours, l’Algerie (le pouvoir) ne fais plus « peur » à l’occident car ses dirigeants ne pesent rien, des que les occidentaux ont à peine gesticuler sur nezzar, à l’epoque, c’etait la panique chez les « éradicateurs » et leurs suppots (journalistes, hommes d’affaires et le culturo-mondain algerois), ensuite ce fût la politique du « baissage de frocs » cad dire oui à tout, en particulier pour le rapprochement avec les sionistes puis la reconnaissance prochaine de l’etat hebreu, le partage du gateau « des projets, autoroutes, barrages, universités, etc, etc,… », et aussi la laïcisation de la société en commencent par l’ecole en supprimant les matieres « génantes  » comme le vante la ministre de l’education à ses collaborateurs autour de bonnes tables bien garnis.
    Donc nous sommes faces à de pures traitres, laches et surtout de grands peureux de la france, leur maman, ils pensent péréniser leur pouvoir comme les bèdouins du golf en installant synaguoge et eglise dans leurs terres et en acceuillant le pape chez eux, parcequ’ils sont persuadé que ce sont « eux » leurs protecteurs…

    12
  • Salim
    6 février 2019 at 14 h 56 min - Reply

    COLONISER PAR PROCURATION !!
    EH oui les Français ont compris depuis longtemps qu’ils peuvent continuer à coloniser l’Algérie par les Algériens eux-même :
    —————————————————————————–

    2) – Benghabrit Nouria : Benghabrit défend l’interdiction de la prière dans les écoles

    https://www.tsa-algerie.com/video-benghabrit-defend-linterdiction-de-la-priere-dans-les-ecoles/

    Alors que :
    ———-

    1) – Une nouvelle salle de prière pour les musulmans à l’aéroport de Francfort

    https://www.visa-algerie.com/une-nouvelle-salle-de-priere-pour-les-musulmans-a-laeroport-de-francfort/

    Benghabrit n’est-elle pas une ennemie jurée de l’islam ??? Pourtant l’Algérie est bien situé en terre de l’islam.

    8
  • Khamsa Mourra
    6 février 2019 at 15 h 25 min - Reply

    Ça ne sert à rien de jeter l’anathème sur les étrangers qui ne cherchent que leurs intérêts.
    C’est affligeant de constater cette malédiction qui frappe notre pays depuis plus de trente ans, conséquence d’une interruption précoce et brutale par les armes d’un balbutiement de changement pacifique par les urnes (ça aurait été une première dans le monde arabo-musulman contemporain).

    La malédiction,on la voit partout dans ces pays.En Algérie, tout un peuple retient son souffle à la veille d’une mascarade voulue et soutenue par toute une cour à sa tête un monarque inconscient assis sur un volcan prêt à cracher sa foudre et sa lave à n’importe quel moment et qui risquent d’emporter tout le monde,lakaddara Allah!

    11
  • Congrès du Changement Démocratique