Édition du
20 June 2019

ALGÉRIE : LES ATTAQUES SE MULTIPLIENT CONTRE LE CANDIDAT ALI GHEDIRI

PAR YOUNES SAÂDI

www.maghrebemergent.info
13 FÉVRIER 2019

Le candidat à la candidature pour les élections présidentielle du 18 avril prochain, Ali Ghediri fait objet depuis l’annonce de son intention de prendre part au prochain rendez-vous électoral d’attaques menées par des personnes et des parties issues de milieux politiques différents.

Chef de l’état major de l’APN, président du parti TAJ, leader du mouvement des retraités de l’armée, journaliste, séparatistes, président de parti, députés et autres, ils ont tous fait du général major à la retraite une cible privilégiée.

Le coup d’envoi de ces attaques a été donné par le chef de l’état major de l’armée Ahmed Gaid Salah le 30 décembre dernier. Sans le citer nommément, Gaid Salah a menacé Ali Ghediri de poursuites judicaires en raison d’une contribution publiée dans un quotidien national.

Dans une vidéo publiée le 20 janvier, l’ex-coordinateur national de la coordination des militaires en retraite, les blessés, les radiés et les ayants droits Ammar Hassini a appelé les anciens militaires à ne pas voter Ghediri présenté comme le premier responsable des radiations arbitraires des militaires.

Le 28 janvier dernier, le tour vient au député d’Annaba et ancien vice-président de l’APN Baha Eddine Tliba de charger le général major en retraite. Le député est allé jusqu’à qualifier dans un entretien accordé à TSA Ali Ghediri de soldat désarmé, avec un passé militaire peu glorieux.

Une journée après ces attaques, c’est le mouvement séparatiste le MAK d’entrer en scène. Son site d’information Tamurt a publié un article titré « La Kabylie rejette la candidature du général Ali Ghediri ». Pour l’auteur de l’article, la Kabylie n’est pas concernée par élections présidentielles donc le général candidat n’a pas à compter sur les Kabyles le jour de vote. Le même site publie le 7 février dernier, un autre article pour critiqué une sortie médiatique du candidat dans laquelle a déclaré que « l’Algérie est pays arabe ».

Fin janvier, Abderrahmane Dahmane l’ex-conseiller du l’ancien président français Nicolas Sarkozy annonçait son retrait de comité soutien au candidat Ali Ghediri. Il a qualifié son soutien au général à la retraite d’« erreur ».

Le 1er février, le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Bellabbès s’implique lui aussi de dans la campagne de dénigrement l’ex-directeur des ressources humaines au ministère de la Défense nationale. Dans une déclaration à la presse à l’issue des travaux du conseil national de sa formation politique Bellabbès n’a pas mâché ses mots en évoquant la candidature de Ghediri. Une hostilité qu’il a renouvelée lors de passage au forum Liberté le 10 février dernier.

De son côté, le déserteur de l’ANP exilée en Europe, Habib Souadia a publié sur son compte facebook plusieurs messages critiquant le général candidat. Selon lui, il s’agit tout simplement d’une tentative des éradicateurs des années 90 de prendre la présidence de la République.

Le député indépendant de la wilaya de Bejaia, Brahim Benadji affiche ouvertement son hostilité à la candidature d’Ali Ghediri. Son argument : Un général président de la République est contraire aux résolutions du congrès de la Soummam qui consacrent la primauté de politique sur le militaire.  

S’agit-il d’actions coordonnées ou de simples coïncidences ?

Il est difficile de réponse avec exactitude à cette question, mais la concentration des attaques contre seul candidat soulève des doutes sur la finalité de cette campagne. Il est le seul candidat de l’opposition qui subit autant d’attaques.


Nombre de lectures : 2643
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Dria
    13 février 2019 at 14 h 08 min - Reply

    Le Titre et l’article annonce la campagne électorale du candidat « Ghediri ». Il aurait eut les effets escompté s’il y avait vraiment un scrutin libre et authentique. Sans qu’il y eut des confrontation d’idée, de programmes, de débats pour être fixée au minimum, on est déjà aux étapes d’attaques et de dénigrements…on brûle des étapes pour faire semblant d’être dans une vrai campagne alors que c’est la preuve du début du CARNAVAL.

    On crie au loup, alors qu’on se ballade au milieu de la meute, c’est un non événement pour moi, et entre nous je ne vois que des carnassiers, des hyènes, des coyotes,des renards….

    je n’ai rien contre la candidat, mais au fur et à mesure je découvre des choses. Il avait comme soutien le conseiller de Sarkozy?? C’est la seule information que je trouve pertinente dans l’article en question, c’est pas le retrait du sarkozyste qui m’inquiète car il ne peut être que stratégique et bénéfique pour le candidat de la part d’un conseiller chevronné, mais c est ce lien avec des sarkozystes qui m’intrigue et la main de FAFA en arrière plan.

    On n’est pas sorti de l’auberge, on ne sortira pas des casernes apparemment et de leur Labo. Une chose est sûre Wallah je ne sortirais pas de chez moi le jour du scrutin. Si scrutin y aura d’ici la. Certes le boycott ne suffira pas, mais quel genre d’action a réaliser en plus de la proposition des SIT-IN.

    Arkab Wasqut les nausées ne font que commencer…

    14
    • batni
      14 février 2019 at 2 h 15 min - Reply

      Heureusement que les 6 historiques n’ont pas attendus que toutes les conditions idoines soient réunies pour déclencher la prestigieuse révolution de novembre 54.
      Lorsqu’un jour le peuple veut vivre, force est pour le destin de répondre,
      Force est pour les ténèbres de se dissiper, Force est pour les chaînes de se briser (Chebbi).
      Il nous appartient tous de saisir cette chance unique pour une deuxième république, car si la majorité vote Ghediri , il serait difficile de frustrer le peuple de sa victoire, car cette victoire ne remet pas en cause le caractère républicain et moderne de l’état Algérien.

      3
      • Dria
        14 février 2019 at 12 h 36 min - Reply

        CHER @ BATNI

        LES SIX N AVAIT PAS ATTENDU LES CONDITIONS IDOINES MAIS AVAIT ASSURER UNE CONDITION NÉCESSAIRE: LA RUPTURE AVEC LES TENANTS DU POUVOIR ILS AVAIENT ROMPUS AVEC LA FRANCE, VOIR PLUS RUPTURE MÊME AVEC MESSALI. IL S AGISSAIT D UNE VRAIE RUPTURE POUR ASPIRER A UN VRAI CHANGEMENT. LES SIX AVAIT LE SENS DE RESPONSABILITÉ ET DU SACRIFICE IL ÉTAIT SUR LE TERRAIN. QU EN EST IL DE NOTRE SITUATION. DE LA POUDRE AUX YEUX . DES PAROLES DES PAROLES DES PAROLES.

        JE NE FAIS QUE DONNEZ MON AVIS. JE PRÉFÈRE ME TROMPER QUE D’ÊTRE LEURRER UNE NOUVELLE FOIS. JE SOUHAITE ME TROMPER. CEPENDANT IL FAUT ETRE RÉALISTE LES DONNÉES SONT LA, SAUF SI VOUS NE VOULEZ PAS VOIR. NOUS ASPIRONS TOUS A UNE SECONDE RÉPUBLIQUE. SI VOUS PENSEZ QUE VOUS RÉUSSIREZ AINSI, C EST TOUT CE QUE L ON VOUS SOUHAITE.

        NOUS SOMMES A LA CROISÉE DES CHEMINS ET DES SACRIFICES NOUS EN FERONS TOUS DANS UN AVENIR PROCHES MALGRÉ NOUS.LE PEUPLE FINIRA PAR RÉAGIR QUEL QU EN SOIT LE PRIX A PAYER. ON SE COUVRE TOUS LA FACE. IL N Y A QU UNE CHOSE A FAIRE ET ELLE SE FERA ….

        JE NE DÉFENDS AUCUN CANDIDAT. JE PLAINS TOUS CE QUI VEULENT PRENDRE PART A CETTE MASCARADE CAR IL S AGIT BIEN D UNE, ALORS COMMENT CROIRE A LA NAISSANCE D UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE EN Y PARTICIPANT A CELLE-CI. POUR MOI ON ACCOUCHERA D UNE RÉPUBLIQUE PIRE QUE LA PREMIÈRE.

        S IL YA UNE VRAIE VOLONTÉ DE CHANGEMENT. IL N YA PAS QUE LE SCRUTIN ET SI VOTRE CANDIDAT A CRITIQUER L OPPOSITION INEXISTANTE QU IL NOUS PROUVE LE CONTRAIRE ET QU’IL INCARNE LA VRAIE OPPOSITION… LES HOMMES DE LA TROMPE DES 6 ALLAH YARHAMHOUM ON N EN VOIT PLUS HÉLAS…

        4
  • Karimo
    13 février 2019 at 17 h 36 min - Reply

    L’hameçon a été jeté.

    4
  • SAMIR
    14 février 2019 at 9 h 18 min - Reply

    « République Démocratique et Populaire »
    Elle est ou? vous la connaissez?
    Oui, ce n’est que du vent, du flan et du pipot tout est bidon comme son president, son gouvernement et ses cadres qui la gerent.
    Puis, un dés carburants de cette forfaiture est entres autres, soutenu par le « lobby » des « moujahids » dont il faut rappeller sans cesse que 95% parmi eux sont des imposteurs car ils ne l’ont jamais eté…

    55
  • tarak
    14 février 2019 at 14 h 46 min - Reply

    Pourquoi on crée des partis pour soutenir à la fin des candidats indépendants et inconnus du bataillon. Dommage pour Madame Assoul et consorts. Où est Mouatana? c’était du vent dans les filets comme on dit. C’est pareil que les partis de l’alliance des chiatines, Ghoul, Benyounes etc…

    26
  • Congrès du Changement Démocratique