Édition du
22 May 2019

L’Algérie en ébullition : la hijama, Chab Azzedine et le 5eme mandat !

Youcef L’Asnami

–         Rafik,  je viens de sortir de chez le médecin

–         Khrir Incha Allah

–         9 de tension !

–         Ah ! La fatigue ?

–         Peut-être. Mais aussi le stress !

–         Tu  travailles comme un malade. Te conseille la Hijama

–         La quoi ?

–         La Hijama. C’est une technique connue mondialement et reconnue par l’OMS.  On te pose des ventouses à des endroits bien précis de ton corps pour en extraire le sang après avoir effectué quelques micro incisons sur la partie où on pose la ventouse. Cela permet de purifier le sang de ses toxines. Essaye là et tu verras !

–         Yaw ? Il me semble avoir connu cette pratique adolescent mais je ne me souvenais pas  du nom.  Si je trouve un peu de temps, je la ferai.  Mais je compte aller me ressourcer en Kabylie Incha Allah : la montagne, l’air pur, les genets, l’Aubépine, la cédraie, les forêts de chênes, d’érables, les peupliers, les mélèzes…et bien sûr la famille.

–         En cette période d’élections où tout est en ébullition, tu risques de revenir encore plus stressé. Les évènements  ont atteint le summum du ridicule. Jamais le peuple n’a été autant raillé, méprisé et humilié par ce pouvoir qui tient en otage un Président inaudible, un Président amorphe, un Président fantôme. On revit les mêmes scénarios pour la cinquième fois consécutive.

–         Je le sais et je n’ai cessé de le dénoncer. De là où je suis, ma contribution atteint vite ses limites. Ce que tu décris est en effet excessif. Mais ne dit-on pas que tout ce qui est excessif est dérisoire ?

–         Alors que faire ?

–         …… ce qu’ont fait d’autres peuples qui se sont soulevés contre leur dictature. Mais encore faut-il qu’il y ait une alternative à ce pouvoir. Et cette alternative je la vois plus dans la société dite civile que dans les partis croupions.

–         Cette société civile dont tu parles n’a pas accès aux grands médias. Elle aussi est inaudible et a peu de moyens pour se faire entendre. Les grands médias ont été tolérés par le pouvoir pour occuper le petit peuple par du sensationnel ! Et ça marche !

–         Oui je l’ai constaté. Mais je pense quand même qu’il y a un fond de conscience qui persiste. Conscience contre la hogra, l’injustice, le mépris, la soumission du peuple…. Et j’en passe.  Même si cette conscience semble être dispersée

–          ???? Pas compris

–         Le cas de la mort de Azzedine Chelfi en est une parfaite illustration !

–         C’est-à-dire ?

–         La mort de cet  interprète peu connu jusque-là en dehors des asnamis, a soulevé une immense tristesse dans les milieux populaires. Ses vidéos ont été partagées des millions de fois.

–         Pourtant c’est un chanteur de Rai non ?

–         Oui et non. En fait, on ne retient de lui que ses chansons contre le système politique, contre la Hogra, la pauvreté… qui lui ont valu d’être arrêté, jugé et emprisonné par le pouvoir juste pour avoir dit «  Chouf el hogra Chouf.. ». Même Chikh Chemss Eddine a fait son éloge dans une de ses prêches !

–         Oui, mais il aurait dit lui-même qu’il arrêtait de chanter car c’est hram et qu’il revenait sur le droit chemin en allant prier et fréquenter les mosquées.

–         Autre paradoxe ! Azzedine a chanté l’amour, la maux de la société, la pauvreté, la trahison, et toutes ses chansons ont eu un grand succès. Et quand il a annoncé sa « Taouba », ses mêmes fans ont apprécié !!

–         A n’y rien comprendre… en effet…

–         Peut-être que les gens raisonnent plus par leurs tripes que par leurs neurones. Je n’ai pas d’explication rationnelle  à ce qui semble être une contradiction.

–         Où va-t-on comme ça ? A quand la fin de ce cauchemar ?

–       Je ne le sais pas. Peut-être que je retrouverai mes esprits après la Hijama que tu me conseilles. Peut-être ! Ce dont je suis certain, c’est que le dédain du pouvoir dominant  vis-à-vis du peuple dominé ne peut être éternel. La résignation, l’attitude et les hésitations de ce  peuple face au pouvoir ne sont qu’apparentes. La colère accumulée, enfouie et tue finira par se libérer mais non sans violence. 

PS.  Dans un courrier daté du 30 juillet 1932, Einstein, sur un tout autre sujet, écrivait à son ami Freud « Une question se pose aussitôt : Comment se fait-il que cette minorité-là puisse asservir à ses appétits la grande masse du peuple qui ne retire d’une guerre que souffrance et appauvrissement ? (…) Voici quelle est à mon avis la première réponse qui s’impose : Cette minorité des dirigeants de l’heure a dans la main tout d’abord l’école, la presse et presque toujours les organisations religieuses. C’est par ces moyens qu’elle domine et dirige les sentiments de la grande masse dont elle fait son instrument aveugle ».


Nombre de lectures : 1536
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Ali SBIH
    23 février 2019 at 9 h 45 min - Reply

    Azzedine était un interprète de toutes les colères et les frustrations d’une large partie de la Jeunesse.
    Il a tout chanté sauf les « vertus » du système.
    Il payait de sa poche et même physiquement pour s’être élevé contre la Hogra qu’il « vivait »au quotidien dans son quartier de Chegga.

  • Congrès du Changement Démocratique