Édition du
23 March 2019

Le Peuple a brisé le mur de la peur, l’espoir renaît.

Aujourd’hui, le peuple algérien dans toutes ses composantes s’est mis en marche, en tout honneur et en toute dignité, pour faire respecter son droit d’avoir des droits, son droit d’exercer sa souveraineté.

Hautement responsables et profondément pacifiques, ses enfants se sont dressés comme un seul homme pour dire non aux mascarades électorales, non à la continuité du régime, qui, depuis des décennies, étouffe méprise et stigmatise toutes les franges de la société.

Depuis 62, le régime a engagé le pays dans une voie contraire aux principes de Novembre et de la Soummam. Il a fait, ainsi, des aspirations de pans entiers de populations. Par le recours aux pratiques mafieuses et aux choix désastreux, le pouvoir a conduit le pays à la dérive et mis en danger l’avenir de générations entières d’algériennes et d’algériens.

En effet, la gestion calamiteuse prônée par les décideurs, menace sérieusement la pérennité et la sécurité du pays. Malgré les menaces, la présence massive des forces de l’ordre ; les citoyens ont brisé le mur de la peur, ils ont marché avec détermination et sérénité pour exprimer leur colère, revendiquer le départ du système et l’instauration d’un Etat souverain respectueux des droits, des lois, de la liberté, de la justice et de la démocratie.

Visiblement, l’annonce du 5e mandat pour le chef de l’Etat sortant a signé la fin d’un régime qui n’a guère servi les intérêts de la République. La révolution du peuple algérien s’est engagée et la marche pour le recouvrement de sa souveraineté se dessine à l’horizon. A travers cette mobilisation pacifique, du nord au sud, du l’est à l‘ouest, le peuple a scandé un seul mot d’ordre ‘’ le changement du système ‘’.

Aussi, il a donné une belle leçon de démocratie, de dignité et de conscience au pouvoir, à ses appareils politiques, à sa clientèle et à tous ceux qui doutaient de sa force, de sa détermination et de son engagement à défendre sa partie, ses richesses et son avenir. En définitif, cette mobilisation a eu le mérite de réaffirmer le pouvoir du peuple et sa capacité à se prendre en charge, étant l’unique détenteur de légitimité et source exclusive du pourvoir.

Mohammed YACOUB


Nombre de lectures : 1186
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Dria
    23 février 2019 at 11 h 54 min - Reply

    En attendant leurs réponses, Qu’ils sachent que des marches cycliques et pacifiques se feront désormais chaque VENDREDI sur tout le territoire national jusqu’a l’obtention légitime de nos doléances. Donc en plus des mouvements de mouwatana et autres. RDV est pris pour tous les Algériens épris de justice et de changement pour le VENDREDI 1 mars 2019.

    14
  • tarak
    23 février 2019 at 13 h 47 min - Reply

    Je demande pardon à mon peuple car j’ai douté de sa capacité à renouveler les événements du 1er Novembre 1954, et cette fois-ci pacifiquement et démocratiquement et j’en suis fier. Une bonne leçon de civisme et de conscience. Bravo et continuons jusqu’à la libération totale de notre cher pays. Vive l’Algérie populaire.

    9
  • Yacoub
    23 février 2019 at 19 h 04 min - Reply

    En tant jeune militant, je m’engage à apporter ma part de responsabilité quand la construction de l’alternative démocratique par les réflexions et l’écriture.

    5
  • Dria
    24 février 2019 at 0 h 24 min - Reply

    L’arrestation ou plutôt le kidnapping de Rachid NEKKAZ ne doit pas passer sous silence après ses sorties fracassantes sur le terrain et ses bains de foules inédits le dernier à Alger et ses « live »qu’aucun candidat n’a pu faire jusqu’à présent,il faut le reconnaître…

    Il fut embarqué d’une manière indigne pour un candidat de présidentiel dire qu’il s’apprêtait à conquérir Tizi-Ouzou Azzazga Béjaïa…juste après Alger. Quel est le message de ce pouvoir en fin de règne, avec un tel acte, sapez le moral des partisans de NEKKAZ, le freinez dans la conquête de la Kabylie ou pour dire a la jeunesse algérienne, vous ne parviendrez jamais au pouvoir, on agira encore et encore en toute impunité.et faire taire les opposant du CADRE et du cinquième mandat.

    Espérons qu’il ne commettent aucune bévue a son égard sachant qu’ils peuvent le liquider pour briser cette dynamique et cet élan de solidarité, renverser la table tout simplement. Ou bien ils vont lui coller une affaire de délit commun qui sait un morceau de Cocaïne ou de zetla qu’il avait caché a Chlef , il faut s’attendre a tout…

    Le combat continue la bête est blessé, elle risque de faire n’importe quoi pour se tirer d’affaire, un appel a nos policiers et gendarmes vous faite parti du peuple et non pas de cette caste sans fois ni lois , Soyez a la hauteur de vos missions , vous en rendrez compte un jour devant le peuple , l’histoire et Allah …ne nous décevez pas de grâce….

    3
  • Dria
    24 février 2019 at 10 h 23 min - Reply

    Un autre kidnapping celui du cheikh Ali BELHADJ une vidéo montre la scène complète et en directe. Des intervenants sans foi ni loi, a visage decouvert, et l’immatriculation visible des voitures. Quelle manière professionnelle d’agir dans un pays démocratique ou les droits de l’homme sont leur dernière soucis.

    Traîter un vieux citoyen algérien désarmé, sans interpellation ni document de quel service de sécurité s’agit-il , DRS, policiers ou gendarmes civiles. Qui que vous soyez, honte à vous et à vos pratiques vous en rendrez compte bientôt…Une seule lecture ils veulent traîné des sympathisants et des islamistes par ces pratiques basses le cheikh n’est pas a sa première arrestation , c’est une provocation de plus , il faut pas céder.

    Il ne faut pas se taire devant ces injustices, il faut les dénoncer et mediatiser. C’est à cause de cette politique de HOGRA et de l’entêtement de ces dirigeants défaillant que le peuple redescendra le VENDREDI prochain, inch’Allah toutes caste confondu ,hormis la vôtre et vos srabess qui finiront par rejoindre le peuple tôt ou tard.

    4
  • Si Tchad
    24 février 2019 at 19 h 46 min - Reply

    L’espoir renait en effet, voici comment le pouvoir repond à la jeunesse:

    « Djamel Ould Abbes a 84 ans. Salah Goudjil, âgé de 88 ans, est le sénateur le plus âgé du Conseil de la Nation. Pourtant, ils viennent d’être désignés vice-présidents du Conseil, dirigé par Abdelkader Bensalah, lui-même âgé et souvent absent pour des soins à l’étranger…. »

    3
  • wahid
    24 février 2019 at 20 h 50 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique