Édition du
20 March 2019

Traitement médiatique des manifestations contre le 5e mandat : remous à la radio nationale

ALGÉRIE23/02/2019

www.huffpostmaghreb.com

Pas de couverture des manifs contre le 5eme mandat sur Radio Chaine 3, Meriem Abdou, démissionne de la rédaction en chef

  • Rédaction du HufffPost Algérie
Traitement médiatique des manifestations contre le 5e mandat : remous à la radio

Le traitement des informations sur les manifestations du 22 février contre le 5e mandat a suscité des “guerres” à l’intérieur des rédactions de la presse publique. Première conséquence : Meriem Abdou, une des journalistes vedettes de la chaine 3 de la radio nationale et membre de la rédaction en chef a déposé sa démission de l’encadrement pour protester contre le traitement médiatique de la journée d’hier.

La présentatrice de l’une des émission-phare de la chaine 3, l’Histoire en marche a décidé de se retirer de l’encadrement de la chaine en signe de protestation contre le non professionnalisme dont a fait preuve la rédaction ce vendredi 22 février. 

Tout au long de la journée, pourtant, les journalistes de la chaine avaient protesté sur le black-out imposé par leur direction. Selon les confrères, il ”était inadmissible d’ouvrir le journal sur le Niger alors que les bombes lacrymogènes explosaient sous nos fenêtres”.

Pourtant le directeur de la chaine ne voulait rien entendre. Il tentait de minimiser ce qui se passait au boulevard des Martyrs pour ne pas parler des manifestations qui secouaient la majeur partie du pays. 

Appelé pour arbitrage le DG de la radio a soutenu que les manifestations relevaient des questions sécuritaires et donc ne pouvaient être traitées par la rédaction.

Même la dépêche de l’APS qui rapportait que des manifestants appelaient le président sortant à ne pas se présenter à un 5e mandat n’a pu changer d’avis aux responsables. Ces derniers ont campé sur leurs positions incitant les journalistes à prendre exemple sur les chaînes privées qui elles n’ont rien donné toute la journée sur les manifestations qui se déroulaient aux quatre coins du pays! 

NB: Les photos dans l’article représentent la réalité que les journalistes voyaient depuis leurs bureaux à la radio nationale. Une réalité qu’ils ne pouvaient raconter par décision de la hiérarchie.


Nombre de lectures : 793
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Samira
    23 février 2019 at 20 h 00 min - Reply

    la Presse algerienne :Plus caniveaux que ça tu meurs, Ou la dignité s ‘echange pour une carriere

    5
  • lyes laribi
    23 février 2019 at 21 h 57 min - Reply

    Je salue le courage de cette dame non seulement elle démissionne mais elle dénonce la censure et ses chefs publiquement. elle doit bien porter son pantalon mieux que certains hommes à commencer par ceux qui veulent faire avaler au peuple un cinquième mandat.

    8
  • Dria
    24 février 2019 at 15 h 22 min - Reply

    Oui, il s’agit d’une guerre médiatique entre autre et chapeau bas pour la journaliste, les médias nationaux et internationaux ont minimisé événement, la France à leur tête d’où l’effet rebond sur les autres.

    La veille de la marche des Algériens, dans un article de « Jeune Afrique » pour ne pas dire « France Afrique » intitulé « Présidentielle en Algérie : le général Ahmed GAID Salah arbitre de l’ère post Bouteflika». On a fait l’éloge de quelques militaires comme Tahar ZBIRI, Kasdi MERBAH, Khaled NEZZAR (qu’on qualifie de faiseur de rois) Toufik LAMARI et Salah GAID, des militaires qu’on qualifie de personnage qui se sont imposés par leurs compétences, leur fibre patriotique, leur entregent, leur charisme, et leur capacité à surmonter des dossiers compromettants…..Un plébiscite pour l’ANP, et une mise en garde en cette période critique de ne pas se détourner de FAFA. Or on sait tous la réalité des DAF et la main mise de FAFA dans la prise de décision une réalité amère qui doit changer.

    Donc à la veille de la marche des algériens , le soutien de la France au pouvoir en place Aavec le dépoussiérage du vice ministre de la défense et chef d’état major de l’armée qu’on veut imposé comme seul interlocuteur du pouvoir algérien en cette période de crise , lui rappelant qu’il doit être un soutien fidèle du président Bouteflika, le candidat idéale de la France.

    Apparemment, il n’y aura aucune réponse des tenants du pouvoir, pire des fuites émanant du Quai d’Orsay intimant à nos pseudo généraux de prendre l’exemple de De GAULLE avec les putschistes d’Alger avec son fameux « NE RIEN FAIRE C’EST FAIRE » une semaine après les putschistes rendirent les armes effectivement… Donc nos gouvernants tablent sur le facteur temps et font comme s’il n’y avait rien, NE RIEN FAIRE ET NE RIEN DIRE SUR LES MARCHES. La vie continue des décrets de coopération et des conventions-cadres sont signés par le Cadre, SIDI SAID n’est plus malade, il prend la parole en ce 24 février en commérant non pas la nationalisation des hydrocarbures mais la privatisation la spoliation de SONATRACH par sa caste, d’autres ministres sont sur le terrain pour la cinquième campagne .

    Aucun mot sur les événements qui secouent Alger en ce moment même et le siège imposé par les force de l’ordre et le fracas des hélicos qui n’ont pas arrêté de la journée. La politique de circulez y a rien à voir, tout va bien madame la marquise, pire il s’agit d’une cécité mental sur tous les plans.

    Qu’ils sachent que nous ne sommes pas des putschistes, ni des terroristes, nous n’avons pas d’armes et ne n’userons pas de violence, et surtout nous n’avons pas peur, le combat continu.

    Que la France officielle sache qu’elle a intérêt à s’occuper de ces affaires intérieures et qu’elles nous foutent la paix. Si elle insiste à fouiner dans nos affaires alors qu’elle sache qu’en plus des SAMEDI et ses gilets jaunes elle devra gérer désormais les VENDREDI avec des marcheurs algériens déterminés , des marcheurs et marcheuses jeunes et moins jeunes. Nous sommes déterminés a retrouvé notre dignité temporiser autant que vous voulez AHNA MWALFINE SABRINE DEPUIS 62.

    Bon courage à tous et à toutes il ne faut point doutez et n’écoutez surtout pas leurs médias nous sommes au début, ya encore du chemin à faire alors patience et persévérance. Agir et maintenir la pression c’est mieux que de subir, et surtout pas de marche arrière. Alors ARKAB OU REKAB M3AK LIQDART

    5
  • Mahindad
    24 février 2019 at 22 h 54 min - Reply

    Dria bien dit, le train vient de démarrer et il ne s’arrêtera qu’au terminus et cette gare est le départ du système maffieux qui gouverne l’Algérie avec le soutien de la France. Quand à la presse, la surprise fut les chaines privées qui ont usé et abusé d’une auto-censure plus vile que celle de l’orpheline.

    2
  • promo
    27 février 2019 at 10 h 17 min - Reply

    sont tous pareils faut un changement de fonds de tous les couches les classes etc…

    1
  • Congrès du Changement Démocratique