Édition du
20 August 2019

Le rejet du système est massif

La société algérienne confirme son rejet du cinquième mandat de Bouteflika, exprimé déjà le vendredi passé. Ni les menaces du Premier ministre Ahmed Ouyahia  qui, lors de la déclaration de la politique générale au Parlement, aurait évoqué le scénario syrien, dans une ultime tentative de dissuader les Algériens de sortir exprimer pacifiquement leur opinion sur leur destin, ni la démagogie des partis-croupions de l’alliance présidentielle qui font des pieds et des mains pour les convaincre de leur mascarade, n’ont entamé le courage de la rue de défier le Système.

 « Y en a marre! » crient des milliers de jeunes qui, pour beaucoup d’entre eux, n’ont connu que Bouteflika comme président de la république. Une vingtaine d’années, c’est toute une génération et l’Algérie n’a malheureusement pas avancé d’un iota. Aucun domaine n’est épargné par la régression : l’économie, l’éducation, la culture, le tourisme, les travaux publics, etc. 

Pire, la corruption est devenue « un système bis », les inégalités sociales se sont creusées davantage et le chômage endémique pousse chaque jour des jeunes désœuvrés et désespérés  à se jeter dans la bouche des requins de la Méditerranée. De même les institutions de l’Etat ne sont-elles, hélas,  que des jouets entre des groupes d’intérêts informels au sommet de la hiérarchie! La coupure, déjà existante, entre l’Algérie profonde et l’Algérie des officiels au lendemain de l’indépendance s’est transformée en rupture définitive sous le règne de Bouteflika.

Sous-estimant encore en ce 2019 les vertus du clavier d’un ordinateur, des réseaux sociaux et de l’internet, « la génération de la boundoukiya », pour emprunter le mot du professeur Rachid Tlemçani, laquelle s’est emparée du pouvoir par la force au nom d’une certaine « légitimité révolutionnaire », s’emploie aujourd’hui de gouverner cette Algérie déjà blessée, tourmentée et dépecée par la guerre civile, puis touchée dans sa dignité par la lèpre de la corruption et cette manœuvre de « continuité », voulue d’en haut par une poignée de politicards soutenus par  des milieux d’affaires véreux, avec un homme gravement malade. S’ajoute sa méthode éculée de gérer tout un Etat comme une propriété privée, avec les réflexes staliniens des années 1970 !

Le constat est là, accablant : en vingt ans, l’architecture institutionnelle de l’Etat  est défaite autant que celle de cette société, la nôtre, livrée à elle-même sur tous les plans. L’opposition, les syndicats, les mouvements citoyens ne sont pas en reste. Au final, les Algériens ont compris que cela ne pourrait plus marcher! Le burn-out populaire est à son paroxysme et les jeunes ne sont plus enchantés d’assister à ce grand cirque où une oligarchie sur le point de rendre l’âme, continue de  dilapider en toute impunité les biens de la communauté, pour satisfaire son propre ego et la piétaille de ses larbins, de ses prébendiers et de ses profiteurs.  Pas de recul en arrière !

Les Algériens expriment avec calme et retenue, leur besoin d’un leadership expressif,  d’une élite propre, honnête et soucieuse de défendre l’intérêt général.  Les images de la mobilisation dans les rues algériennes qui parviennent par les réseaux sociaux sont éloquentes : la jeunesse est déterminée à aller jusqu’au-bout de ses revendications pour en finir avec une nomenklatura gérontoctarique, décadente, corrompue. En revanche,  par son entêtement à camper sur ses positions, celle-ci risque de mener le pays vers l’impasse.

Kamal Guerroua


Nombre de lectures : 1949
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Dria
    3 mars 2019 at 21 h 45 min - Reply

    Le rejet est massif, mais eux ils veulent rester bessif. Il n’y a qu’une seule réponse si nous avons encore du nif. Celle de rester pacifique mais surtout pas passif.
    ENTAMANT UNE GRÈVE GÉNÉRAL A PARTIR DE DEMAIN…ou après demain c’est kif kif

    UN SEUL MOT D’ORDRE RESTONS CHEZ NOUS LES JOURS DE SEMAINE ET SORTONS LE VENDREDI JUSQU’A LA CHUTE DE LA MAFIA…IL VEULENT LE TAKHLAT. IL FAUT PAS LEUR DONNER CETTE OPPORTUNITÉ.

    1
    • Djelloul
      5 mars 2019 at 1 h 50 min - Reply

      BOUTEF… PRÉSIDENT CE N’EST PLUS POSSIBLE.
      **************************************************

      1 – Le message commence par un gros mensonge, impossible à avaler 5 860 000 parrainages de citoyens Algériens.
      2 – Un certificat Médical attestant que Boutef est capable de se présenter comme candidat à la présidence.
      ***********************************************************************************************
      SI BOUTEF PERMET À UNE DÉLÉGATION DE L’OPPOSITION (NATIONALISTES ET INTÈGRES) POUR VÉRIFIER L’AUTHENTICITÉ DES PARRAINAGES ET DU CERTIFICAT MÉDICALE…LE PEUPLE ACCEPTERA SA CANDIDATURE.

      QUE BOUTEF PUBLIE SON CERTIFICAT MÉDICAL EN LIGNE, CELA CALMERA LES ESPRITS….
      **************************************************************************************************
      ANOMALIE IMPORTANTES :

      1 – Boutef… reconnais qu’il est malade, mais il a la volonté de continuer :
      MENSONGE : Depuis quand un malade reconnait qu’il est malade et assume pouvoir diriger un pays ???!!! s’il reconnait qu’il est malade, doit-on accepter qu’un malade soit notre président ?????? pour encore faire ce qu’il n’a pas fait depuis 20 ans et 1000 milliars $US ???!!!!
      *** Si C’est Boutef qui a décidé, c’est qu’il a perdu tous sens de logique….si c’est d’autres personnes qui ont rédigé la lettre alors ils sont devenus aussi malade que Boutef.

      2 – dans le message, ils indiquent si je serai réelue ???!!!!!!
      * S’il reconnait qu’il est malade, comment pense t-il que le peuple va voter pour un malade ???? et surtout lorsque c’est le peuple qui dit que Boutef est gravement malade , et doit dégager.
      * S’il peut proposer des promesses une fois choisi comme président, cela veut dire qu’il pense qu’il sera élue par un peuple qu’il l’a vomit !!! On conclu que Boutef compte beaucoup comme d’habitude à la fraude électorale, donc outrepassé le choix du peuple…Et cela confirme que le peuple n’a pas tord de demander son départ et surtout aller vers une constituante, et une nouvelle république, et rétablir l’état de droit.
      * Boutef est responsable de l’état catastrophique de l’Algérie, comment peut-il être le sauveur ??!!!!

      1
  • Hakim
    4 mars 2019 at 0 h 05 min - Reply

    LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL HORS LA LOIS ET RIDICULISE L’ALGÉRIE DE PLUS EN PLUS…
    ******************************************************************************
    LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL EST ANTICONSTITUTIONNEL ET HORS LA LOIS !!!!!!!!!!!!!!!!
    ******************************************************************************

    COMMENT PEUT-IL ACCEPTER LE SUPPOSÉ INCONNU RACHID NEKKAZ LE MÉCANICIEN COMME CANDIDAT ALORS QUE LES PARRAINAGES (ISTIMARATES) ONT ÉTÉ SIGNÉ POUR RACHID NEKKAZ LE PLUS CONNUS, NÉ EN FRANCE, DÉTENTEUR DE MAITRISE À LA SORBONNE.

    LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL À ACCEPTÉ ET VALIDÉ UNE USURPATION FLAGRANTE D’IDENTITÉ !!!!!

    LE GOUVERNEMENT ALGÉRIEN EST ENTRE LES MAINS D’UNE BANDE DE GANGSTERS !!
    ——————————————————————————-
    SILMIA SILMIA GREVE GENERALE GREVE GENERALE MARCHES MARCHES GREVE GENERALES JUSQU’AU DÉPART DES CORROMPUS, DU SYSTEME DE BOUTEFLIKA.

  • rezki khedim
    4 mars 2019 at 10 h 16 min - Reply

    non, cette petite connerie de rien du tout qui a fait des fientes dans un pays merveilleux depuis si longtemps, ne mènera pas le peuple dans une impasse comme tu dis (toi)elle va se foutre elle-même dans la fiente cette fois-ci, elle s’autodétruira naturellement contre le mur indestructible de l’Algérie une et indivisible; chaque système injuste porte en lui les germes de sa propre destruction : ce système incongru a cumulé des montagnes d’erreurs qui ont rassemblé toutes les conditions pour assurer sa destitution en profondeur ! tant mieux pour notre Patrie bien aimée…

  • ibn Arabi
    4 mars 2019 at 12 h 20 min - Reply

    Tout le monde semble avoir oublier les vrais artisants de la faillite nationale: Ben Bella et Boukharouba. En fait si Boukharouba n’etait pas venu sur les chars reoccuper le pays personne n’aurait entendu parler de Bouteflika. En 1963 le peuple a ete berne par un slogan de provenance douteuse: sept ans ca suffit (sabaa sinine barakat). Les laboratoires ont ete tres efficaces pour diviser la societe: berberistes, communistes, islamistes, nationalistes. Les etiquettes etaient toujours pretes chaque fois qu’un groupe reclamait ses droits. Les soit-disant journalistes independants ont joue un grand dans la repartition des etiquettes. A titre d’example, dans son livre « A l’ombre des balles perdues… » SAS a dit »…j’ai assiste personnellement a la redaction de faux communiques des GIA…. ».

    3
  • lyes Laribi
    4 mars 2019 at 14 h 30 min - Reply

    Tout à fait d’accord avec vous cher monsieur, ce sont ceux qui applaudissaient hier la mort des Algériens en soutenant la junte qui aujourd’hui jouent aux prêtres de saint Pierre en dénonçant leurs amis (je dis bien leurs amis) d’hier. Ces gens là savent depuis bien longtemps que ce système ne lâchera pas (car lui même sait qu’il est illégitime) et il jouera le pourrissement. Ils vont vouloir pousser à la confrontation pour qu’eux puissent récupérer leurs privilèges d’hier. Et c’est la ou je rejoins DRIA, il faut que les jeunes soient vigilants (il n’y a que la mère qui pleure) et une grève nationale est le meilleur moyen de les faire reculer et de s’en débarrasser de tout ces pourris, malhonnêtes et charognards. Rien que dans le dépôt du dossier, ce zaalane doit être poursuivi pour faux et usage de faux à cause du certificat médical.
    PS: ce qui me tue personnellement, c’est de voir toutes ces prostituées politiques qui se disent vierge.

    4
  • Bettache
    4 mars 2019 at 19 h 51 min - Reply

    Ya el khaoua, il faudrait qu’on arrive à se convaincre d’une chose importante. Si l’Algérie connaîtra à l’avenir suite à la candidature de Bouteflika des lendemains d’instabilité politique et de violence de rues (ou quelques choses d’autres) la responsabilité n’incombe pas à Bouteflika uniquement ! Certes il en est le principal responsable puisqu’il est très conscient de se qu’il lui arrive sur le plan santé et qu’il sait qu’il est handicapé moteur avec des capacités mentales amoindries mais il y va quand même. Cependant il faut responsabiliser aussi :

    1/- ses frères, le haut commandement de l’armée, le DRS et les différents clans du pouvoir. Il est flagrant qu’ils ne veulent pas du bien à notre pays.

    2/- Mais n’oublions pas les partis dits d’opposition qui ont eux aussi leur part de responsabilité car ils ont été incapable de faire bloc, un front unique contre la machine du pouvoir ! Ces partis politiques préoccupés par leur ego et leur égoïsme ne comprennent pas que la lutte partisane idéologique doit être reléguée, pour l’instant, au second plan. Le plus vital, le plus urgent était de s’unir pour d’abord chasser le pouvoir pour ensuite instaurer la démocratie et les libertés, pour fonder une seconde république, pour instaurer une nouvelle gouvernance avec la séparation des pouvoirs et pour un Etat de droit ! Ce n’est d’après cela que chaque parti politique pourra alors se lancer dans le combat électoral chacun défendant sa ligne politique et idéologique qu’elle soit socialiste, communiste, islamiste, laïciste, capitaliste etc… etc… ! Les partis politiques sont donc eux aussi responsables car ils ont raté le coche, ils ont raté la bonne première marche de l’histoire !

    1
  • batni
    4 mars 2019 at 19 h 58 min - Reply

    Soyons plus stratège que leurs conseillers et montrons leurs que nous sommes un peuple fier et civilisé en votons massivement et comme un seul homme pour Mr Ali Ghediri.
    Que toutes les personnalités honnêtes et sincères de notre chère Algérie appelle notre glorieux peuple a voter massivement pour ce patriote sincère, et a participer a la surveillance aux niveau de chaque bureau de vote.
    Nous allons démontrer a nos voisins (Tunisie, Maroc, Mali, Niger, Espagne, Italie, France), aux leaders mondiaux (USA, Chine, Russie, Allemagne) et a nos ennemis de toujours (Israël et ses associés des pays du golf destructeur de la Syrie, du Yemen et de la Lybie) que le peuple Algérien actuel est le descendant des valeureux Algériens et Algériennes qui ont boutés le colonialisme dehors.

    Mes respects,

    1
  • tarak
    5 mars 2019 at 10 h 35 min - Reply

    @Batni
    Pourquoi voter pour Ghediri? N’y a t-il pas d’autre algériens pour diriger ce pays que des militaires?. Y’en a marre des militaires au pouvoir, 57 ans de pouvoir militaire barakat!!! ça suffit.

    1
  • Nassira Essilmya
    5 mars 2019 at 13 h 02 min - Reply

    Ya nass,le RÉGIME politique algérien avec ses différents pouvoirs successifs depuis l’indépendance à nos jours,il ne cesse de MENTIR au peuple.

    *****Surtout ne pas les croire,il n’y a que les opportunistes et les naïfs qui peuvent encore les croire.

    *****Soyons dans l’action pacifique pour leur couper les ailes!
    *****Surtout ne pas tomber dans leur jeu machiavélique!

    NB:Ya nass,ce qui a fait le Buzz ce n’est pas la candidature de BOUTEFLIKA,NON,c’est surtout la candidature de NEKKAZ UN remplacé(?) à la dernière minute par NEKKAZ DEUX ???!!!
    ——- Bravo aux réalisateurs de ce film « Action Psychologique »!
    Mais le film n’est pas encore terminé.
    ——-Soyons vigilants!
    ——-Marches pacifiques nationales pour le 08 mars prochain!
    Prions Allah de préserver l’Algérie de tous diables furieux!

    3
  • Congrès du Changement Démocratique