Édition du
27 May 2019

Un portrait de Zeroual brandi par des «manifestants» : manipulation ou amnésie ?

TSA. Politique

Par: Makhlouf Mehenni 23 Mars 2019 

Un portrait géant de l’ancien président de la République Liamine Zeroual a été accroché sur la façade d’un immeuble ce vendredi 22 mars à la place Audin à Alger. Disons-le d’emblée : marcher pour dégager un système politique et ériger en héros l’un des symboles de ce même système n’est forcément pas une bonne idée. Le nom de l’ancien président a même été évoqué pour diriger la Conférence nationale promise par Bouteflika comme celle qui va asseoir le changement et le départ du système. Il y a sans doute manipulation quelque part, car ce culte rendu à Zeroual ne peut être l’œuvre des jeunes qui manifestent innocemment.

Les moins de 30 ans ne connaissent presque rien de lui. Il appartient certes à l’Histoire de juger son œuvre, de lui accorder peut-être des circonstances atténuantes pour avoir dirigé le pays dans une période cruciale, de lui reconnaître, comparé à Bouteflika, qu’il ne s’est pas accroché au pouvoir d’une manière maladive, qu’il a vécu une paisible retraite en simple citoyen dans sa ville natale, mais sans plus. De là à en faire un chantre de la démocratie et de la liberté, il y a un pas qu’elle ne franchira pas.

Mensonge d’État

Zeroual ne fut pas maire d’une commune de l’Algérie profonde. Il fut président de l’État entre 1994 et 1995, puis président de la République de 1995 à 1999. Il a été désigné suivant les procédés du système en place depuis l’indépendance et parti dans la même opacité qui entoure les moments clé de la vie du régime. Sa démission, annoncée le 11 septembre 1998 mais entrée en vigueur six mois plus tard, demeure à ce jour un mystère. Dans son message à la nation annonçant sa démission « par anticipation », un concept qui n’existait pas dans la Constitution de l’époque, ni dans aucune autre d’ailleurs, il y avait un gros mensonge et une promesse non tenue. Le mensonge, c’est lorsqu’il a expliqué son départ par son souci de passer le relais, estimant « le moment opportun de concrétiser le principe de l’alternance au pouvoir, en tant que principe cardinal de la démocratie ».

Depuis, les langues se sont déliées, sauf la sienne, pour nous apprendre que le président de la République avait rendu le tablier suite à un désaccord avec les chefs de l’armée sur les premiers accords de trêve signés avec des groupes terroristes. Vingt ans après, on ne sait presque toujours rien avec certitude de cet épisode et Liamine Zeroual s’en tient toujours à sa version première que même ses partisans n’osent plus défendre publiquement, car trop farfelue.

Promesse non tenue

Quant à sa promesse non tenue, elle est lourde, très lourde de conséquences. Toujours dans son discours, il s’était engagé à organiser une élection présidentielle propre et honnête. Le résultat, on le connaît et on le subit aujourd’hui encore. Bouteflika est élu président le 15 avril 1999 après que tous les autres candidats ont été contraints au retrait collectif à cause de flagrantes irrégularités constatées la veille, lors du vote dans les casernes.

On le sait maintenant : Bouteflika a été choisi par le système et il a été élu par la fraude alors que Zeroual était président et qu’il s’était engagé à organiser une élection transparente. Les écrits restent, surtout quand ils prennent la forme d’un discours présidentiel. Celui qu’il a prononcé à la télévision au soir du 14 avril, après l’annonce du retrait de six candidats (Hocine Aït Ahmed, Mouloud Hamrouche, Ahmed Taleb Ibrahimi, Youcef Khatib, Mokdad Sifi et Abdallah Djaballah), Liamine Zeroual le traînera tel un boulet. Morceau choisis.

« Notre pays peut s’honorer d’avoir réussi à réunir les conditions nécessaires au déroulement d’un scrutin répondant aux normes les plus exigeantes en matière de liberté et de transparence, des conditions réunies au prix d’intenses efforts et par la mobilisation d’importants moyens humains et matériels ». « De ce point de vue, la décision particulièrement grave prise par six candidats de se retirer du processus électoral constitue un manquement à ce devoir et a ces responsabilités ».

« Vous aurez certainement relevé, tout comme moi, l’inconsistance et l’extrême fragilité des justifications apportées, justifications dont la faiblesse contraste avec la lourdeur et la gravite de la décision prise ». C’était la réponse du garant d’un scrutin libre à ceux qui avaient peut-être la naïveté d’en appeler à son arbitrage. Dire aujourd’hui que Bouteflika fait partie du bilan de Liamine Zeroual n’est pas totalement faux. Piétiner le portrait du premier et glorifier celui du second relève au moins de l’incohérence, sinon de l’amnésie.



Nombre de lectures : 2425
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Salah-Eddine SIDHOUM
    23 mars 2019 at 10 h 50 min - Reply

    Le peuple Algérien est en train de réaliser une révolution pacifique que le monde entier observe et admire. Est-ce pour remettre en selle des figures de l’ancien régime et de la période noire de notre Histoire contemporaine?
    Il est vrai que la propagande de l’action psychologique des « services » nous avait présenté cet officier comme un « héros » et un « grand démocrate ».
    Il est important de rappeler à notre jeunesse qui n’a pas vécu cette période de sang et de larmes certains faits :
    Zeroual a été désigné par les « généraux » putschistes comme « ministre » de la Défense en 1993.
    Lors de la pseudo-conférence nationale de janvier 94, il est parachuté par les mêmes putschistes comme « Président de l’Etat ».
    En décembre 95 et en pleine guerre il est désigné « Président » de la République lors d’élections à la Naegelen.
    C’est durant son « mandat » qu’ont eu lieu des atteintes gravissimes aux droits humains (exécutions sommaires, disparitions forcées, tortures à grande échelle)
    C’est durant son mandat qu’ont eu lieu aussi les plus grands massacres (Rais, Ramka, Bentalha, Sidi Youcef….) qu’a connu l’Algérie indépendante.
    Avec toutes ses prérogatives présidentielles et sa fonction de « ministre » de la Défense, il n’a pas eu le courage d’affronter une poignée de sous-officiers « déserteurs » de l’armée coloniale, responsables de la guerre menée contre une partie du peuple.
    Il sera contraint en septembre 98 par ces mêmes putschistes, à la démission et se taira devant la fraude massive organisée par l’oligarchie militaro-financière pour introniser Bouteflika. Il refusera de recevoir les candidats à l’élection présidentielle (dont Ait Ahmed, Taleb, Hamrouche, Khatib Youcef….) qui voulaient attirer son attention sur la fraude en préparation.
    Que notre jeunesse ne soit pas trompée par les sirènes de certains cercles et des services de l’action psychologique.
    Salah-Eddine SIDHOUM.

    26
  • Si Salah
    23 mars 2019 at 11 h 10 min - Reply

    Il y a beaucoup plus grave que la faute politique: Zeroual est un président déserteur et un traitre à la nation. Il avait connaissance des « escadrons de la mort » comme il l’a d’ailleurs reconnu dans une interview (https://algeria-watch.org/?p=53977), et par conséquent, il ne connaissait que trop bien les véritables commanditaires des massacres de civils, qui ne sont autres que ses supposés subordonnés, en particulier les généraux DRS Mediene dit Toufik et Lamari dit Smain. Au lieu de les arrêter et les présenter à la justice militaire comme l’exige son serment de défendre le peuple, il a préféré jeter l’éponge et aller couler des jours heureux à Batna, tout en n’oubliant pas de donner les clefs de l’Algérie à Bouteflika, avec les conséquences que l’on sait. L’histoire sera d’autant plus impitoyable pour lui qu’il était un général et avait tous les leviers du pouvoir entre les mains, mais il a préféré sa sécurité personnelle à celle de l’Algérie.

    16
    • Azzedine
      24 mars 2019 at 16 h 09 min - Reply

      L’opposition peine à trouver un consensus :
      ——————————————

      C’ETAIT PRÉVISIBLE ET BIEN CALCULÉ POUR QUE LES ALGÉRIENS PEINE À TROUVER UN CONSENSUS
      * ** *** **** ***** ***** **** *** ** *
      N’EST CE PAS L’HISTOIRE QUI SE RÉPETE …À L’AUBE DE L’INDÉPENDANCE ENTRE 1959-1965…LA FRANCE AVAIT NON SEULEMENT CRÉÉ LA DIVISION ENTRE LES ALGÉRIENS , MAIS AUSSI PRÉPARER À SE FAIRE REPRÉSENTER PAR LES WLED FRANSSA, EL HARKYA ET L’ARMÉE DES FRONTIÈRES.
      ********* ******* *******
      LE BOUTEFLIKISME CONSEILLÉ PAR DES EXPERTS INTERNATIONAUX SUR LES TRACES DES COLONS A AUSSI RÉUSSI À :

      1) – DIVISER LES ALGÉRIENS ENTRE CHYATINES, FLNisstes, RNDisstes : LES PRO-BOUTEF ET LE RESTE DU PEUPLE.
      2) – SANS L’OMBRE D’AUCUN DOUTE, ILS ONT PRÉPARER UNE ARMÉE DE LEURS FIDÈLES QUI VONT TOUT FAIRE POUR SAPER LA VOLONTÉ POPULAIRE, ET CELA VA DURER DES DIZAINES D’ANNÉES ! !
      3) – INFILTER TOUTE ORGANISATION POPULAIRE : PARTIE POLITIQUES, ASSOCIATIONS DE TOUS GENRE, LES ÉTUDIANTS, LES TRAVAILLEURS, LES JOURANLISTES, LES AVOCATS, LES CHOMEURS, LES AAROUCHE, LES SCIENTIFIQUES….
      4) – CRÉÉ UNE ARMADAS DE FAUSSES ASSOCIATIONS, PARTIE POLITIQUES, FAUX OPPOSANTS, FAUX POLITICIENS : TOUS AU SERVICE DU BOUTEFLIKISME
      5) – VIDER L’ÉTAT ALGÉRIEN DE TOUS SES SENS ET RÉDUIT SES INSTITUTIONS AU NÉANT :
      – LA POLICE, GENDARMERIE, SERVICES DE SÉCURITÉS SONT DEVENUS DES OUTILS AU SERVICE DU BOUTEFLIKISME
      – LES LOIS, LA JUSTICE…TOUS EST DEVENU INÉXISTANT…TOUT EST BAFOUÉ..TOUS AUX ORDRES
      – LA CORRUPTION, LES MENSONGES, LES DILAPIDATIONS…SONT BANALISÉS
      – LES CRIMES, KIDDNAPING, SUICIDES, L’INJUSTICE, LES HORS LA LOIS…BAFOUÉS
      – LES RÉGLES MINIMALES POUR LE FONCTIONNEMENT D’UN ÉTAT ONT ÉTÉ BAFOUÉ OU NEUTRALISÉS
      ..
      MAIS, ILS ONT ATTEINT LEUR LIMITES AVEC LA CANDIDATURE D’UN PRÉSIDENT INEXISTANT ET SURTOUT LES 4 MILLIONS DE PROCURATIONS : UNE FRAUDE À L’ÉCHELLE FARAONIQUE ! !

      * * * * * * * *
      COMMENT VEUT-ON QUE LE PEUPLE VA TROUVER UN CONSENSUS AVEC LES DIABLES QUI SONT TOUJOURS EN POSTE, ET AUSSI AUCUNE GARANTIE N’EST DONNÉ POUR LA SUITE DES ÉVENEMENTS, ET SURTOUT QU’AVANT LE 22 FÉVRIER 2019, LES ALGÉRIENS AVAIENT PERDUS CONFIANCE ET ESPOIRS DEPUIS DES DIZAINES D’ANNÉES. ????!!!!

      CONCLUSION :
      1) – S’ASSURER DU DÉPART DU RÉGIME EN PLACE
      2) – ORGANISER LA PÉRIODE DE TRANSITION EN TOUTE TRANQUILITÉ , SANS AUCUNE PRÉCIPITATION
      3) – IL NE FAUUDRA SURTOUT PAS SE PRÉCIPITER
      4) – NE PAS PERMETTRE AU RÉGIME ACTUEL D’ORGANISER LA SUITE DE LA FIN DE MANDAT DE BOUTEF.

      Y E T N A H A W G A 3 3 3 3 3 3 ! !

      nb : SVP PAS DE VUVUZUELA LORS DES MANIFESTATIONS…CE N’EST PAS UNE FÉTE, MAIS LE CRIE DE RÉVOLTE DU PEUPLE, POUR LIBÉRER NOTRE PAYS….PAS DE VUVUZUELA SVP….LAISSONS LIBRE CHAMPS AUX FLN DÉGAGE…DJAYCH CHAAB KHAWA KHAWA…SILMIA SILMIA…DJAZAIR HORA DIMOCRATIA….

      PAS DE VUVUZUELA SVP PAS DE VUVUZUELA

      3
  • Afif
    23 mars 2019 at 11 h 29 min - Reply

    Si Salah Sidhoum : ce que vous dites sur Zeroual est valable pour Taleb Ibrahimi qu’on sort à chaque fois. La preuve, il n’y a qu’à lire ses Mémoires : il se vante d’avoir été un suppôt de la dictature. Faite un article à son sujet pour éclairer les jeunes générations.

    9
    • Salah-Eddine SIDHOUM
      23 mars 2019 at 13 h 55 min - Reply

      Ne comparons pas l’incomparable, mon cher compatriote. Zeroual a été parachuté aux différents postes par des putschistes, ex-sous-officiers « déserteurs » de l’armée coloniale, aux mains dégoulinantes du sang d’innocents. Et c’est sous son autorité qu’ont eu lieu les atteintes graviossimes aux droits humains. Et il a fermé les yeux lors de la pseudo-élection présidentielle qui a vu l’intronisation de Bouteflika, ramené par l’oligarchie militaro-financière. Le Dr Taleb, avec qui je diverge pour sa participation au régime illégitime du colonel Boukherouba, n’a pas occupé de postes en rapport avec la répression de son peuple.
      Amicalement.

      14
  • ibn Arabi
    23 mars 2019 at 12 h 23 min - Reply

    Est-ce une fatalite pour ce peuple fier d’etre sous les bottes de militaires, soit en activite soit en retraite. Il faut que les gens lisent l’article de Sadek Sellam: « Des colons aux colonels ». Mr. Zeroual a ete un general et restera un general. Il a quitte le navire en pleine derive. Il n’a pas parle, a ce jour, aux indigenes a propos des escadrons de la mort. Il n’est pas different des autres. Il faut l’oublier et vite.

    8
  • ammou
    23 mars 2019 at 13 h 44 min - Reply

    le peuple en a marre de ce systeme et des anciens. laissons nos jeunes intellectuels universitaires diplomates. faisons confiance a eux pour diriger et pour mettre le pays sur la bonne voie sur les rails.

    4
  • wahid
    23 mars 2019 at 14 h 10 min - Reply

    Le moment propice de GCA; Il faisait référence au lendemain du 28 Avril 2019, boutef remettra le destin de l’Algérie à cela même qu’ils l’ont porté au pouvoir en 1999.

    En cet instant, ceux qui naviguent le pays.

    Le Haut conseil de sécurité.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Haut_conseil_de_s%C3%A9curit%C3%A9

    Qui le composent aujourd’hui ?

    En 2011 durant le printemps arabe.

    Le Haut conseil de sécurité s’est réuni le 31 janvier 2011 pour la première fois depuis l’accession d’Abdelaziz Bouteflika à la présidence. Le ministre délégué à la Défense nationale Abdelmalek Guenaizia, le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci, le ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia, le ministre de la justice Tayeb Belaiz et le chef d’Etat Major de l’armée Ahmed Gaïd Salah.

    Hypothese.

    1 Gais Salah
    2 Lamamra
    3 La fraterie
    4 Badoui
    5 Tayeb Looh

    Et les conseillers de la sécurité et la défense.

    Dans un décret présidentiel signé le 14 mars 2018, et publié aujourd’hui dans Journal officiel, le Président de République Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions du secrétaire du haut conseil de sécurité, exercées par M. Djamel Eddine BOUZGHAIA.

    Bouzghaia avait été nommé en octobre 2010, en qualité de Conseiller à la sécurité du cabinet du président de la République, alors colonel. Il avait succédé au général Nadjib. Dans les années 2000, Bouzghaïa, qui appartenait au corps du DRS (Département du renseignement et de la sécurité), était directeur de recherche à l’Institut supérieur pour les études de sécurité nationale (ISESN). Aucune information n’a circulé sur son successeur.

    1
  • ammou
    23 mars 2019 at 16 h 04 min - Reply

    Tab djenankoum degagez foutez le camps cedez le passage aux jeunes dynamiques intellectuels laissez la place aux chercheurs diplômés typiquement algériens

    5
  • Dria
    23 mars 2019 at 23 h 36 min - Reply

    Dr Sidhoum je suis tout à fait d’accord avec votre argumentation concernant le général Zeroual, mais il y a plus dangereux, par exemple des militaires embusqués, que j’ai decouvert lors du Hirak tel que le FFV Front des forces Vives de M.L.Rahmani qui appelle carrément l’armée a gérée la période de transition voir le lien ci-dessous

    https://www.youtube.com/watch?v=VaJYU4HBpd0&feature=youtu.be

    Dans une autre interview, il dit que ce sont les militaires qui ont donné naissance au politique Algérien et prend l’OS (organisation secrète) comme exemple, dont 80% étaient des militaires et avec comme inférence une conclusion, on ne peut faire de politique en Algérie sans de passer des militaires….Une autre vidéo sur Youtube présente ce personnage comme étant un ancien tortionnaire de Antar CPM de benaknoun voir le lien. Intitulé Rahmani l’honorable assassin

    https://www.youtube.com/watch?v=qBW-LMZ2kHE&feature=youtu.be

    Oui j’ai envie de m’eclipser. Quand je ne sais plus Qui est vraiment Qui. Dire qu’il a fallu près de 60 ans pour apprendre la réalité sur la mort de Abane et on nage toujours dans les eaux troubles.

    Là où je veux en venir, c’est normal que les militaires reviennent à la charge du moment qu’il n’ ya pas une opposition uni et percutente pour leur faire face. Le peuple s’est révolté, il a crier son ras le bol d’une manière solonelle, il a parlé d’une seule voix et continue d’espérer au compromis politique tant attendu, le peuple a aussi besoin d’une feuille de route.

    C’est bien de ne pas designer des gens a la tête du Hirak afin de pas noyauter le mouvement, Mais l’opposition la vraie aussi minime soit elle et l’élite doivent sortir de leur silence et proposer au mouvement une feuille de route. On parle ici et là d’une assemblée constituante, est celle que le FFS avait proposé en 1963, de celle que le CCD a appelé en 2014, y a t-il d’autres modèles faut il en faire une Nouvelle mouture qui les regroupe toutes ou ya t’il de nouvelle proposition. Certains parle de consortium présidentielle, d’autres a un retour a la constitution de 1976 (FFV). Et aujourd’hui une pseudo opposition qui se positionne pour un éventuel scrutin….

    Il y’a un vide qu’il faut combler et ce n’est pas au peuple de le faire. C’est à son élite universitaire et intellectuel d’ici (Algérie)et d’ailleurs(résident a l’étranger) qui nous ont donné un espoir par le nombre des signataires ici sur LQA, qu’ont il fait depuis. Vous avez marcher, nous avons marcher également. Maintenant,on vous dispense de marcher, il faut nous aider a redémarré le pays, faite des propositions de sorties de crise, travailler en collaboration avec l’opposition la vraie aussi minime soit elle. Rassemblons nous autour d’un même idéal,profitons de cette dynamique de ce sursaut salvateur. Si l’initiative du Compromis politique tarde a voir le jour, notre enthousiasme risque de s’estomper, hélas.

    Nous positivons , on ne veut pas baisser les bras. Marcheur, nous acceptons le traitement par l’usure quand il émane du pouvoir, mais ça ne marche plus quand il émane de l’élite, la nation vous interpelle.

    Y a il un espoir de voir une formation d’universitaire d’intellectuels et de vrai opposant pour prendre la parole non pas en tant que tête du Hirak, Mais des interlocuteurs fiables entrés les têtes du Hirak et le pouvoir.
    un organe consultatif qui guidera et veillera a la réussite des actions ultérieurs a entreprendre.

    Je ne sais pas si je suis arrivé a faire passer mes penser, trop de théorie tué, nous sommes sur le terrain il faut un accompagnement sérieux ….

    Si ça continu je descend, Narkab okay, mais je dois savoir maintenant est ce qu’il ya vraiment quelqu’un à la barre et on va où?.

    5
  • tarak
    24 mars 2019 at 0 h 40 min - Reply

    Y’en a mare des militaires au pouvoir.

    3
  • Dria
    24 mars 2019 at 2 h 38 min - Reply
  • lyes Laribi
    24 mars 2019 at 11 h 30 min - Reply

    Tout à fait d’accord frère Salah Eddine en plus il n’est pas le seul. Certains nous présente l’ancien patron du DRS aussi comme un possible sauveur de l’Algérie du moment dans la tête de ces criminels il est aussi leurs sauveurs. L’histoire est la, toutes ces personnes ont participé dans la tragédie en Algérie dans les années 90 et ils ont du sang algérien sur leurs mains. Le faite de vouloir les recycler voudrait dire que le système propose ses Jockeys pour y rester encore le plus longtemps possible. L’activisme de ces personnes n’a rien d’innocence car le système jouerait toutes ses cartes possibles jusqu’à la fin. Utiliser l’article 102 pour déclarer la vacance et appeler à un vote dans 90 jours que lui même organiserait. Appliquer la vacance du pouvoir à partir du 28 avril et donner les règnes à l’armée comme en 92. Ce scénario est plausible car déjà certains activistes proche de l’ancien patron du DRS en appelle depuis quelques temps sur les réseaux sociaux. L’option d’un état d’urgence ou d’exception est possible aussi. La aussi certains activistes proche du DRS commencent à jeter du discrédit sur les manifestants en sortant la carte de l’infiltration par des groupes manipuler par des services étrangers tel que celui utiliser par Sissi en Egypte, le groupe OPTOR. La j’ouvre une parenthèse (pour demander aux jeunes manifestants de faire très attention aux pancartes utilisées et aux slogans dits). Les éléments du DRS sont des chayatines. Faites très attention aux manipulations. Cher Salah Eddine, toi qui est un homme de terrain depuis bien longtemps et nul ne peut nier ton combat pour les droits de l’homme en Algérie. Tu peux faire valoir ta connaissance du terrain pour faire au moins sortir (ou contribuer à faire sortir) une représentation sincères et crédibles chez les robes noires (juges, procureurs et avocats) pour donner un sens à cette révolte et quelle ne soit pas confisquée une fois de plus. Je m’explique car si ce mouvement est pris en main par les hommes de loi et protéger, il aboutirait inchallah à ce que chaque algérien aspire. Une République où la justice est au dessus de tous les pouvoirs.
    Cordialement.
    Lyes laribi

    7
  • Kamel Bouras
    24 mars 2019 at 19 h 59 min - Reply

    Ali Mebroukine, Professeur d’université, ancien collaborateur de Zéroual:

    ******************
    Liamine Zéroual aura 78 ans, le 3 juin prochain. Il est en excellente santé et suit dans le détail, depuis sa maison de Batna, le déroulement des évènements. Lecteur omnivore et travailleur infatigable, il se tient au courant de l’ensemble des dossiers internationaux.

    Pour ce faire, l’appel lancé par quelques bonnes volontés ne suffira pas. Ce sont des centaines de milliers d’algériens ; voire des millions qui doivent relayer cette option et le convaincre que ce qui est attendu de lui, n’est pas de gouverner l’Algérie, mais de mettre en place des institutions solides et surtout non manipulables à discrétion par un autocrate.
    ******************

    Voilà, les millions d’algériens sont sortis pour réclamer un Sissi DZ.
    Ya siyyadat el broufissour, Wallah ma rak fahem fiha basla, et Wallah ma ta7chem!

    3
  • Rezki Khedim
    25 mars 2019 at 14 h 19 min - Reply

    la naïveté politique n’existe effectivement pas, les jeux du Système diabolique usurpateur des pouvoir politiques de Décision ne sont pas de vains mots, ils sont efficaces par leur feuille de route en permanence tenue utile pour sa pérennité , le Cabinet noir tenue secret décide de tout, peut changer des dispositifs en dernière minute et fausser toute prévisions logiques, les modes opérationnels utilisent les techniques les plus sophistiquées en matière d’intox et désinformation , Zeroual est bien entendu était bel et bien au parfum du jeux, notre respect pour sa personne humaine profondément droite reste plein, les enjeux politiques pour l’instauration de la Démocratie dans notre maison Algérie sont si puissants que nous devons revoir nos comptes objectivement …

  • batni
    26 mars 2019 at 14 h 44 min - Reply

    Il faut revenir aux fondamentaux : Déclaration du 1 novembre et plateforme de la Soummam.
    La restauration de l’état algérien souverain, démocratique et social
    Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de races et de confessions
    La primauté du politique sur le militaire.
    L’Algérie sous la forme d’une république démocratique et sociale et non la restauration d’une monarchie ou d’une théocratie.
    L’Algérie n’est inféodée ni au Caire, ni à Londres, ni à Moscou, ni à Washington, ni a Ankara, ni a Paris, ni a Doha ni a Ryad.

    1
    • Salah-Eddine SIDHOUM
      26 mars 2019 at 18 h 27 min - Reply

      La déclaration du 1er novembre parlait de restauration de l’Etat Algérien souverain et Démocratique, dans le cadre des principes islamiques.
      Il faut reproduire à la lettre la phrase et ne pas l’amputer. C’est de la malhonnêteté intellectuelle.

      7
  • Liamine ZERAOUAL = Retour à 25 ans en arrière
    26 mars 2019 at 15 h 06 min - Reply

    Liamine ZERAOUAL = Retour à 25 ans en arrière.

    Avec reproduction des mèmes conditions.

    1
  • berima
    31 mars 2019 at 17 h 48 min - Reply

    Nous sommes le 31 mars et Zeroual s’est réuni hier avec Toufik ….
    (voir le site algeria part proche de said Bouteflika)
    Ce dernier s’est réuni avec le clan Boutef à Zeralda quelques jours auparavant ( communiqué de Gaid Salah du 30 03 qui fait allusion à cette rencontre)
    Ceci confirme ce que beaucoup suspectaient: le portrait de Zeroual a été accroché par des éléments fidèles à Toufik

    Revoilà donc ce zèbre
    Toujours d’après ce site algeriapart ce zèbre recevra ce mardi des émissaires américains et français pour discuter de la situation
    Finalement deux clans se sont formés d’un coté le clan de Gaid salah avec son état major et il me semble des généraux affairistes retraités
    et de l’autre le clan Boutef avec Toufik et peut être des oligarques
    Chacun des clans veut sauver ses intérêts sans trop se préoccuper de l’intérêt de ce pays
    Les deux clans traînent trop de casseroles corruption enrichissement illicite assassinats… pour oeuvrer pour la démocratie c’est trop gros
    il me semble que ces deux clans s’affrontent par peuple interposé!!

  • Congrès du Changement Démocratique