Édition du
20 June 2019

AHMED GAÏD SALAH, OU LA TENTATION D’UNE IMPOSTURE ALGÉRIENNE (OPINION)

PAR IHSANE EL KADI  maghrebemergent.info 03 AVRIL 2019

Les Algériens ont assisté à un hold-up institutionnel devant leurs télévisions ce mardi 2 avril 2019. Ce n’est plus leur révolution  pacifique qui a mis fin au pouvoir politique de Abdelaziz Bouteflika et de son clan. C’est leur nouvel ami, le chef d’Etat major Ahmed Gaïd Salah.  Bref récit d’une usurpation grotesque.

Le général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah est très largement sorti de son rôle en exigeant, au terme d’une réunion de la haute hiérarchie de l’armée, ce mardi 2 avril, la démission immédiate du président Bouteflika. Le président de la république avait fait savoir la veille qu’il comptait démissionner avant la fin de son mandat, le 28 avril prochain, après avoir pris des mesures pour« assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l’État ».  C’est l’annonce de ces prochaines mesures qui a accéléré les évènements. La réunion convoquée en urgence par le chef d’Etat-major pour exiger le départ de Abdelaziz Bouteflika sans délai a été justifiée par la nécessité d’empêcher une solution non constitutionnelle.

Le communiqué du MDN affirme “alors que le peuple algérien attendait avec impatience la satisfaction de ses revendications légitimes, parut en date du 1er avril un communiqué attribué au Président de la République, alors qu’en réalité il émanait d’entités non constitutionnelles et non habilitées, ayant trait à la prise de décisions importantes concernant la phase de transition. Dans ce contexte particulier, nous confirmons que toute décision prise en dehors du cadre constitutionnel est considérée comme nulle et non avenue». ”.  De quelle décision pouvait il s’agir ?

Une issue plus légitime confisquée

Le chef d’Etat major a voulu anticiper des décisions de dernières minutes du président Bouteflika et de son entourage qui auraient voulu mettre entre les mains de Liamine Zeroual et d’autres personnalités la gestion d’une transition démocratique. C’est ce que révèle le communiqué de l’ancien président de la république qui reconnaît qu’il a bien reçu une proposition pour « présider une instance chargée de la conduite de la transition » ajoutant dans son message « Il m’a confirmé que cette proposition avait été faite en accord avec Saïd Bouteflika, conseiller à la présidence de la République ». 

Le fait que cela soit le général à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik, qui ait transmis cette proposition est aux yeux de son farouche adversaire, Ahmed Gaïd Salah, une circonstance aggravante, qui ne doit pas faire perdre de vue l’essentiel dans l’analyse. Les Bouteflika tentaient de « racheter leurs âmes » en accédant à la principale revendication du mouvement après celle de leur départ: remettre les clés de la transition à des personnalités validées par le peuple.

L’ex-président Liamine Zeroual, même s’il était loin de faire l’unanimité pour diriger la période de transition, est une des figures les plus citées pour cette tâche parmi les politiques les plus proches du mouvement. En se précipitant pour faire démissionner sous la pression le président Bouteflika qui était déjà sur une trajectoire démissionnaire, le chef d’Etat-Major n’avait pas hâte de faire gagner le mouvement populaire, mais de lui confisquer une issue sans doute plus proche de ses revendications. Une issue, certes non prévue par la Constitution, mais conforme à l’exigence de « départ de tous » exprimée depuis six semaines par la Révolution pacifique.

Brutalité et déni de posture

Des moyens brutaux ont été utilisés durant les dernières 48 heures pour barrer la route au projet très tardif d’une sortie différente pour le clan Bouteflika. Une partie du personnel de la présidence à été séquestrée jusqu’au milieu de la nuit de lundi à mardi, en représailles du communiqué, considéré comme non émanant du Président. Ce communiqué annonçait à la fois la démission avant la fin du mandat et les mesures que comptaient prendre le Président – ou son entourage pour lui- avant de démissionner. Le général Ahmed Gaïd Salah a qualifié de « non constitutionnels » les rédacteurs de ce communiqué tout en acceptant le communiqué précédent dans la semaine le nommant à nouveau vice-ministre de la défense au titre du nouveau gouvernement Bedoui.

Il ne s’est pas contenté de barrer la route, par le déploiement de la force, à une sortie de crise de type politique qui aurait conservé un coté légitime à défaut d’être légale, venant d’un président encore en fonction. Il a voulu camper le rôle du défenseur des intérêts du peuple algérien en mouvement. « J’ai confirmé à maintes fois qu’en ma qualité de Moudjahid ayant lutté par le passé contre le colonialisme tyrannique et ayant vécu la souffrance du peuple en cette période difficile, je ne saurai me taire aujourd’hui sur les complots et les conspirations abjectes, fomentés par une bande qui a fait de la fraude, la malversation et la duplicité sa vocation. Aussi, je suis avec le peuple et à ses côtés pour le meilleur et pour le pire, comme je le fut par le passé, et je m’engage devant Allah et devant la patrie et le peuple que je n’épargnerai aucun effort à cette fin, quoi qu’il m’en coûtera”.

Cette posture ressemble à de manière grotesque à un faux de celui qui a tranché à la fin de l’année 2013 en faveur du 4ème mandat et qui a consacré une dizaine d’intervention de menaces contre les adversaires politiques du 5ème mandat avant de s’en prendre directement au peuple dans les rues au lendemain du 22 février et du 1er mars. Quel intérêt avait donc Ahmed Gaïd Salah à forcer à ce point son trait et à monopoliser le jeu politique derrière l’alibi du respect de la Constitution alors qu’il a été co-responsable de son effacement durant de si longues années ?

Logique de mâle Alpha en politique

Le fait est que le chef d’Etat major a agi selon le critère de base qui l’a conduit durant les dix dernières années à accélérer l’impasse du système, celui du mâle Alpha qui ne partage pas son pouvoir « sur la meute ».

Une transition conduite par des personnalités engagées par le président de la république et validées par le mouvement populaire n’est pas un scénario mortel pour Ahmed Gaïd Salah, il aurait pu le co-revendiquer et en assurer le succès avant de s’éclipser. Il s’est inventé un rôle de défenseur du respect de la Constitution pour éliminer d’autres protagonistes dans la transition, sans mesurer dans leur profondeur les conséquences de sa décision de passer par les articles 102 et 104.

Ahmed Gaïd Salah se retrouve désormais en première ligne face à la Révolution qu’il pense confiner dans un processus électoral sous contrôle. Il lui faudra convaincre le peuple les prochains jours que le trio Abdelkader Bensalah à la tête de l’Etat, Nourredine Bedoui à la tête du gouvernement et Tayeb Belaiz à la tête du conseil constitutionnel était l’objectif ultime des millions de manifestants pendant ces six dernières semaines. Et qu’ils devront s’en contenter pour dessiner l’Algérie de demain qu’ils ont chanté dans les rues de leur pays.

Ahmed Gaïd Salah n’est pas un politique. Il ne sait pas calculer un risque complexe, qui intègre des paramètres instables  comme une opinion publique en mouvement. Il a fait de la légalité constitutionnelle un alibi à son intervention alors qu’elle mène au statu quo complet des institutions pour l’élection d’un président dans trois mois. L’exact inverse de ce que revendiquent les Algériens mobilisés pour le changement et hostile au maintien des figures des années Bouteflika.

Des erreurs en cascade

A 79 ans, ayant joué sur les écrans de la télévision publique le rôle de président de substitution ces dernières années, tant ses apparitions fréquentes étaient abondamment couvertes, Ahmed Gaïd Salah est devenu un homme politique, sans rien maitriser des codes politiques. Il a épuisé l’ANP dans une guerre de tranchées qu’il a gagnée contre le Général Toufik en 2015. Il a ensuite tenté de pousser l’avantage du scandale de la cocaïne en embastillant, l’été dernier, une brochettes de généraux, qui, pour certains, s’étaient bien sur anormalement enrichis, mais dont le tort était  surtout qu’ils tenaient tête à son leadership sans concession à la tête de l’ANP. Avec pour effet, une dégradation d’image sans précédent pour les militaires. Il n’a pas maitrisé les dégâts de son message de félicitation à Amar Saidani, un quasi délinquant égaré en politique,  pour sa réélection à la tête du FLN.

Ahmed Gaïd Salah a réagi en barbouze dans l’affaire de l’entretien du général Hocine Benhadid, faisant jeter manu-militari en prison le général à la retraite, moudjahid comme lui, pour lui faire payer des propos jugés inconvenants à son endroit.  Ahmed Gaïd Salah ne réfléchit pas en politique et ne calcule pas les préjudices qu’il peut s’attirer à chaque coup qu’il décide de porter, souvent à vif, sans recul sur les faits. Ainsi en voulant faire peur au général à la retraite Ali Ghediri, il a multiplié les communications incendiaires faisant de sa cible implicite, la plus grande curiosité politique de la pré-campagne pour les présidentielles prévues le 18 avril. Résultat inverse au but poursuivi. Il agit rarement sans commettre d’erreur. Sa prétention à incarner « le protecteur » de la Révolution et des aspirations populaires après avoir été une des raisons du déclenchement par son soutien au projet du 5e mandat, en est bien sur une des principales. Celle qui le place aujourd’hui en ligne de mire du mouvement populaire, les prochains jours. Jusque dans la tactique de la tentative de construire une nouvelle posture, Ahmed Gaïd Salah ne s’embarrasse pas de cohérence. Il se félicite que les juges s’emparent des affaires de corruption et décident d’empêcher des hommes d’affaires suspects de sortir du territoire. Tout le monde notera que le milieu d’affaires à la réputation sulfureuse, proche du chef d’Etat major – Tliba, Djemai, Saidani, et d’autres – n’est pas concerné par les ISTN.

La dernière figure

En 1992, à la tête des janviéristes, Les généraux Nezzar et Toufik ont pris, sans écouter les avis des politiques, des décisions désastreuses en évacuant un processus politique inachevé pour un autre, le HCE, inventé du néant. En 2019, Ahmed Gaïd Salah fait mine de préserver les institutions d’un vide chaotique. Il  travaille en fait pour tenter de sauver le système. Il en sera sans doute la dernière incarnation paléontologique.


Nombre de lectures : 1875
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Abdelhamid ALILI
    3 avril 2019 at 16 h 52 min - Reply

    Merci pour cette importante analyse des faits.

  • wahid
    3 avril 2019 at 21 h 30 min - Reply
  • berima
    3 avril 2019 at 23 h 54 min - Reply

    La récréation semble terminée. En mettant la pression, Gaid Salah a sauvé le régime militaire et sa propre personne.. Quelques seconds couteaux serviront de pâture et de bouc émissaires. Ali Haddad : un escroc de haut vol plus qu’un corrompu est le premier.
    Les prédateurs militaires de tout grade se frottent les mains.
    Si Gaid ne prend pas lui même le pouvoir ils vont tout faire pour placer un pion de préférence quelqu’un qui a peur des militaires , un Benflis ferait bien l’affaire. Le système se régénère. Si Gaid salah réussit dans son oeuvre ce sera la pire version du régime militaire algérien. Cet individu est sans état d’âme inculte et frustre. N’oublions pas que c’est lui qui a placé l’innommable Tliba Baha comme vice président du parlement et lui aussi qui a ramené Saidani au Bouteflika . Ouyahia montre son nez.
    En fait c’est maintenant que le vrai combat devrait commencer
    Bouteflika un détail maitenant
    , quelle serait alors la réaction de Gaid et de ses acolytes

    Dieu protège ce pays

    3
    • wahid
      4 avril 2019 at 13 h 14 min - Reply

      .
      .
      .
      .
      .
      .
      1
      Ne vous inquiétez si jamais gaid salah, et son conseil ZÉTA essaye de violenter les manifestants, le TPI,lui et son conseil ZÉTA, tous sont connu y compris les éléments opérationnels ( Tous ceux qui seront ordonné à réprimer les militants dans rues seront systématiquement identifié et ils seront poursuivie par la tribunal pénal international)

      https://www.icc-cpi.int/libya/al-werfalli?ln=fr

      2
      Ce n’est pas lui qui va décider de la transition.
      https://www.youtube.com/watch?v=HhfjZIGYt2Y

      Faire confiance au peuple.
      https://www.youtube.com/watch?v=XKMgNXf1kYU

      3
      gaid salah cherche la légitimité de la rue pour justifier son coup de force, non la rue n’a pas fait de coup d’État, Elhirak est innocent et il ne peut être associé à la violence exercé sur les ‘5’ institutions républicaines, gaid salah et son conseil ZÉTA a illégalement et violemment exercé la force sur l’institution de la Présidence, l’institution du Conseil Constitutionnel, sur l’institution du Conseil de la Nation, et l’institution du Gouvernement dont il fait parti.

      عصر الانقلابات العسكرية قد ولا

      El hirak a toujours respect la clause du contrat de boutef, il a juste demander le départ de boutef a la fin de son mondât et que boutef part lui et son système de gouvernance y compris son vice ministre de la défense.

      Maintenant que gaid salah et son conseil ZÉTA ont décidé de faire le coup de force et les services de sécurité leur coup de cinéma qu’ils assument, El hirak n’est pas la pour les amnistier de leur crimes.

      Je conseil gaid salah et son conseil ZÉTA de ne pas répéter ce scénario et de démissionner.

      https://www.youtube.com/watch?v=rKoWLhhUrv4

      1

    Congrès du Changement Démocratique