Édition du
20 April 2019

Lahouari Addi répond à la lettre de Bouteflika

Par: Lahouari Addi* 

TSA
04 Avril 2019 

Au lendemain de votre démission de vos fonctions de chef d’État, vous avez écrit une lettre aux Algériens pour leur demander pardon. C’était encore une énième ruse pour avoir la sympathie de vos compatriotes que vous avez profondément blessés dans au moins deux occasions.

La première, en 2013, lorsque vous avez eu un AVC qui vous a privé de vos capacités physiques et intellectuelles. Bien que vous n’étiez pas en mesure de remplir vos lourdes fonctions, vous avez empêché l’État d’avoir un président qui gère les affaires courantes de la nation.

Le président étant un symbole, vous avez donné durant six ans une image d’un pays en chaise roulante, handicapé et aphasique. Si vous aviez un brin de respect pour ce peuple, vous vous seriez adressé à lui pour lui dire que vous mettez fin à vos fonctions pour raisons de santé. Vous ne l’avez pas fait et le jugement de l’histoire à votre égard sera sévère.

Le deuxième affront que vous avez fait au peuple algérien, c’est d’être allé vous soigner dans l’hôpital de l’ancienne armée coloniale qui a bombardé au napalm nos douars, et qui a fait guillotiner le premier martyr algérien Ahmed Zabana.

Vous avez dormi pendant plusieurs semaines dans le lit qu’ont occupé dans ce même hôpital les généraux Bigeard et Aussaresses qui ont assassiné Larbi Ben Mhidi. Vous avez  violé le respect dû aux martyrs et foulé à vos pieds la symbolique sacrée sur laquelle notre État est construit.

Et pourtant, il y a des compétences à l’hôpital militaire de Ain Naaja ; il y a des médecins de haut niveau  que vous avez blessés en les ignorant.

Mais vous n’aviez confiance ni en nos médecins militaires ni au système de santé qui s’est en effet dégradé sous votre interminable règne. Pendant que vous vous soigniez à l’étranger, en septembre 2017, les urgences des hôpitaux d’Alger et de Blida ont dû faire face à une épidémie de choléra avec des moyens dérisoires.

Et lorsque les jeunes médecins ont manifesté pour avoir plus de moyens pour soigner les malades avec dignité, votre gouvernement leur a envoyé des forces de sécurité habillées en gladiateurs pour les réprimer sauvagement dans la rue.

Vous avez trahi le peuple, vous avez insulté la mémoire des martyrs, et vous avez voulu tromper même Dieu en essayant de lui soutirer deshassanates en construisant une grande mosquée avec l’argent public.

La yajouz ya Bouteflika. La mosquée aurait dû être construite avec votre argent personnel et l’argent des entrepreneurs que vous avez enrichis. Chez nous on dit « man lahaytou bakharlou ». Avec l’argent du peuple, vous vouliez acheter des hassanates !

Ces milliards de dollars qu’a pris la Chine  auraient dû servir à améliorer le système de santé ou à construire des centres de formation technologique pour dissuader nos jeunes de traverser la Méditerranée au prix de leurs vies.

Et puis la grandeur de l’islam ne se mesure pas à la hauteur des minarets comme l’a dit Omar Ibn al Khattab. Elle se mesure avec la sincérité de la foi et avec l’expression de la solidarité envers les plus faibles. L’islam est une religion qui donne plus d’importance aux mou’amalates qu’aux ‘ibadates, contrairement à ce que vous ont dit les zaouiates que vous fréquentez.

Cet attrait des grandes mosquées a commencé avec Mou’awiya qui a imité les empereurs Byzantins qui avaient construit des basiliques grandioses pour se faire couronner.  En tout cas M. Bouteflika, n’espérez pas que cette mosquée portera votre nom. L’histoire lui a déjà donné un nom : ce sera la mosquée du 22 février al moubarak.

*Lahouari Addi est universitaire


Nombre de lectures : 3175
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Dria
    4 avril 2019 at 17 h 46 min - Reply

    Merci pour cette lettre-réponse Mr Addi, elle efface à jamais celle de fakhamtuhu de ma mémoire.

    J’espère que Al Gaid Salah lira le passage de Val de grâce. Comment notre vice ministre de la défense avait osé faire des réunions de travail avec le président Aphasique au sein de cette hôpital militaire, et se faire filmer, les images ont été diffusée sur nos TV nationales comme si c’était un exploit…un autre coup dure pour notre souveraineté nationale , alors Al Gaid oublie de récupérer le mouvement, ton dossier n’est aussi clean que tu le prétend.

    5
  • wahid
    4 avril 2019 at 19 h 39 min - Reply

    .
    .
    1
    Pour quoi il ne faut pas cautionner le coup de force de gaid salah et son conseil ZÉTA
    .
    .
    شاهد رسالة لطفي دوبل كانو للشعب الجزائري قبل مسيرات الجزائر يوم الجمعة 5 افريل !
    https://www.youtube.com/watch?v=SuhNfxkklTU

    2
    Certain partis politique relativement structuré et organisé entre autres Benflis, MoKri et autres veulent une transition rapide sous le Képi des militaires et sous la constitution de boutef.

    « تطورات الجزائر بعيون مصرية » لقاء للشاعر عبدالرحمن يوسف على قناة الجزيرة – ابريل ٢٠١

    https://www.youtube.com/watch?v=g6j1lDRMKa4

    Ce débat je pense qu’il est plus instructif pour abdelhakim blam que les conseils de dahou oueld kablia ( Vieux loup du MALG ).

    1
  • Abdellah Chebbah
    4 avril 2019 at 22 h 20 min - Reply

    Merci Si Addi. Tout a été dit d’une façon éloquente, concise, succincte et courte. Il est en train de payer toutes ses ruses depuis la mort de Krim Belkacem à aujourd’hui. Il va encore souffrir jusqu’à sa dernière seconde.

    2
  • tarak
    4 avril 2019 at 23 h 58 min - Reply

    AbdelCadre dit le mali (le rusé jusqu’à la mort) est jeté dans la corbeille de l’histoire et effacer définitivement au point qu’aucun logiciel ne pourra le restaurer. Tous ses méfaits seront enterrés avec lui sans que personne ne lui pardonnera le mal fait à la majorité des algériens.

    2
  • Fatma Alioua
    5 avril 2019 at 8 h 47 min - Reply

    Merci Monsieur. Je prefere comme d’autres compatriotes que cette mosquee soit Plutot le Grand Hopital d’Alger en hommage a nos medecins residents qui ont ete matraque es

    3
  • Si Salah
    5 avril 2019 at 9 h 24 min - Reply

    «…vos compatriotes que vous avez profondément blessés dans au moins deux occasions… »

    Au moins deux occasions !? Bouteflika nous a blessés et humiliés des dizaines, que dis-je, des centaines de fois. Trois exemples qui datent de 1999 et qui me viennent à l’esprit:

    – Son infâme commentaire avant son « élection » : « Si je n’ai pas un soutien franc et massif du peuple algérien, je considère qu’il doit être heureux dans sa médiocrité. […] Je sais rentrer chez moi et y rester pendant vingt ans…».
    – Sa poignée de main chaleureuse à Ehud Barak, l’assassin grossiste de nos frères palestiniens.
    -« guelsi ! guelsi ! » (assieds-toi!) adressé à une vieille dame qui demandait des nouvelles de son fils disparu. Puis: « ton fils est dans ma poche !»…

    Il serait fastidieux de citer ses innombrables crimes et trahisons, mais on ne pourra pas oublier son parjure de 2008, commis en changeant la loi pour se permettre de briguer un 3ieme mandat alors qu’il avait juré sur le Coran de respecter la Constitution qui limitait les mandats à deux. On ne pourra pas oublier non plus son autorisation à l’aviation française du survoler « sans limites » les cieux algériens pour aller bombarder le Mali. Gaïd et l’état-major de l’ANP sont d’ailleurs tout aussi complices dans cette insulte aux martyrs.
    En quelque sorte un sordide « échange dignité de l’Algérie contre soins au Val de Grâce».

    Nous pourrons à la rigueur pardonner le vol, mais jamais la trahison. Bouteflika a trahi le peuple et ses martyrs. Ulac smah Ulac! Pas de pardon !

    5
  • Ben Adem
    5 avril 2019 at 9 h 29 min - Reply

    Fakhamatou Erraiiss, n’a jamais gouverné en réalité. il a été mis en place par une gente en perdition qui mis en branle tout un pays. et après leur faillite personnel, et les avis d’huissiers étrangers pour mettre sous scellé la boutique, ils étaient contraint de faire appel en dernier recours au moins pire véreux de la caste du parti unique au dogme unique et à la circulation à sens unique. celui ci après une cure de blanchissement de 20 ans, entre Genève et le Golf d’Arabie, s’installa en clando sur le kourssi un 17 avril 1999.
    Dés son intronisation il reste sous le joug des généraux à leur tête toufik, jusqu’au jour ou il commence a gagner le bras de fer contre eux, il tomba en panne de santé, et depuis c’est son frère saîd qui a repris les commandes de la boutique en redressement judiciaire, par le biais du pacte secret du val de grâce; une gouvernance par intérim contre les généraux, et contre la volonté du peuple Algérien.

    1
  • benabdelaziz
    5 avril 2019 at 10 h 47 min - Reply

    Bonjour chéres lectrices, chèrs lecteurs.
    Argaz ( un être humain)est celui qui ne demande jamais pardon pour les actions qu’il avait commis avec préméditation.

    1
  • Effzeide
    5 avril 2019 at 11 h 23 min - Reply

    Merci pour cet éclairage réaliste et pertinent envers un oligarque sans trône. Un trône tellement convoité qu’il a fini par le concrétiser en chaise roulante.
    Et jusqu’au bout la mesquinerie et la roublardise ont régné sous ce faux déguisement d’habits carnavalesques pour une dernière image se voulant immaculée mais qui n’a montré qu’un roi nu face à un peuple qu’il a tant méprisé et soumis à ses basses besognes.
    Tout a une fin et rien ne peut racheter la dignité de tout un peuple qui s’est tu par peur des représailles. Aujourd’hui les Algériens se sont libérés des chaînes de la dictature et leurs lendemains ne peuvent être que meilleurs.

    2
  • batni
    5 avril 2019 at 14 h 26 min - Reply

    L’un des pires affront de Bouteflika c’est d’avoir fait tiré a balle réelle sur ses compatriotes en 2001 lors du printemps noirs avec ses 123 morts et ses milliers de blessés. et faire passer les Palestiniens avant ses propres compatriotes. Quel désastre.

    Mes respects,

    1
  • Bensalah mhamed
    6 avril 2019 at 1 h 14 min - Reply

    كلام راىع جدا موزون موضوعي بعيد عن الشخصنة والانتقام شكرا سيدي

    1
  • Bouchachia Med
    6 avril 2019 at 11 h 57 min - Reply

    Bien ecrit , vous avez résumé avec votre coeur , ce qu’a enduré nos compatriotes,demandez pardon est un aveu de culpabilité, comme vous l’avez si bien écrit, en disant qu’il aurait du s’effacer avec honneur en quittant en 2013 , mais comme sa mégalomanie était incommensurable, il s’était même vanté au debut de son « règne », d’être l’incarnation du peuple algérien,pour finir je suis déçu qu’on ne reçoit plus à Alger le quotidien d’Oran,j’aime ce journal et ceux qui publient comme vous des espaces de qualités et qui contribuent à éclairer le lecteur sur des sujets actuels et qui sont importants, merci de m’avoir permis et de vous lire et de vous repondre, ay Quotidien d’Oran et à Mr Addi!

    2
  • Karim MEKDAD
    7 avril 2019 at 23 h 45 min - Reply

    Votre réponse est bouleversante, émouvante, que de drames, que de souffrances, que de pertes humaines de toute cette jeunesse qui a été engloutie par la mer. Monsieur LAHOUARI vous tracez tout haut ce qui a été étouffé, muselé des années de règne pour ce et ces voleurs de jeunesse et d’avenir.
    Comment peuvent ils trouver le sommeil du juste, ces mafieux ? Tout est a refaire avec notre vaillant peuple. Si notre peuple n’aurait pas existé, il aurait fallu l’inventer ! Qui aurait cru que notre grand jour de liberté naîtrait ?

    1
  • abdoubadreddine
    11 avril 2019 at 19 h 20 min - Reply

    Chta ngoul li akhi , baraka Allah Fika

    Tu aurais pu ajouter , quand il a fui quand on lui a demandé d’être Chef d’Etat durant la décennie noire – Ce Monsieur s’est taillé

    Il n’est revenu que lorsqu’il a vu que la peur avait changé de camp comme disait Reda Malek

    Karita had echaks – S’il y a une justice divine – il paiera en nous laissant un terrain miné –

    Yahia El Watan

  • Abderrezak Mekkaoui
    13 avril 2019 at 4 h 14 min - Reply

    Très bien dit Mr. Addi. Bien que je trouves que vous êtes généreux avec lui. Cette personne nous a ouvertement méprisé et dédaigné. Il a mis a genoux notre pays. Il n’a pas mon pardon.

  • Le militarisme et la solitude de Lahouari Addi
    16 avril 2019 at 21 h 37 min - Reply

    […] Lahouari Addi répond à la lettre de Bouteflika […]

  • Congrès du Changement Démocratique