Édition du
23 May 2019

“Rabi Yarhem – batal wa chahid- Khouna YETTOU RAMZI”

Aujourd’hui, 20 avril 2019, dans cette terre généreuse de la Mitidja, entre vigne, orangers et pêchers en fleurs, Ramzi Yettou, 23 ans a été enterré. 
A peine sa mère a-t-elle eu le temps de lui dire adieu qu’il lui était enlevé dans une cohue douloureuse au bord de la folie. 
Sa famille, nombreuse, ses tantes, ses cousines et ses voisines étaient là pour témoigner de combien il était aimé, toutes défaites par cette disparition qui laissera des traces au plus profond de ce qui ne peut être juste. « La mort est celle de Dieu, disent-elles ; mais pourquoi l’ont-ils frappé pour le tuer ? ».

C’est avec une peine réprimée que les garçons, des dizaines et des dizaines, en voisins, en cousins, en amis se sont saisis du défunt dans une rage qui fit trembler le corps de Ramzi, si présent, si pesant. Tous veulent l’emporter dans la promesse que justice lui sera faite sur terre ; dans l’attente de Celle de Dieu. « Mettez le drapeau », se souviennent-ils, sur le martyrisé et “Chahid wadjib el watan, el djazaïri Yettou Ramzi”- a écrit une main de deuil ; Pour le martyr de la patrie, l’Algérien Yettou Ramzi.

C’est en suivant l’emblème national que l’on retrouve son domicile, et le premier drapeau en signe d’accueil porte le portrait du Che imprimé. Le Che assassiné au coeur de la Mitidja. 
Yettou Ramzi est mort de coups portés dans une violence faite pour tuer par des hommes en uniformes bleus. Quels qu’ils soient, les auteurs de ce crime ne peuvent rester impunis.

Nous étions cinq femmes, ni d’ici, ni d’ailleurs, venues leur dire qu’ils n’étaient pas seuls dans ce deuil aujourd’hui ; comme hier nous n’étions pas seules dans la joie de marcher.

Avons-nous menti quand nous avons dit à ses jeunes cousines, à ses tantes, à sa mère et à ses soeurs qui nous ont accueillies – comme si elles nous attendaient- que : tout « le peuple » le pleurait ? 
Qu’il partageait leur digne colère, leur douleur et leur combat pour la vérité sur ce qui s’appelle un assassinat : « ils l’ont frappé, frappé et quand un groupe s’arrêtait, un autre recommençait » ?

Ghania Mouffok, Samia Slimani, Nesrine Dahmoun, Awel Haouati, Nabila Kalache.


Nombre de lectures : 1426
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • [Vidéo] الله يرحمك يا رمزي، أنت شهيد الحرية – IRZAZEN.NET
    21 avril 2019 at 14 h 43 min - Reply

    […] Lire aussi “RABI YARHEM – BATAL WA CHAHID- KHOUNA YETTOU RAMZI” […]

    3
  • Moussa BENZEMAM
    21 avril 2019 at 16 h 17 min - Reply

    Il faut punir les assassins pour ce crime abominable

    2
  • Dria
    21 avril 2019 at 16 h 29 min - Reply

    انا لله و انا اليه راجعون
    Allah yerahmou que dieu l’accueille en son vaste paradis. Un nouveau martyr qui gravera son nom dans l’histoire de l’Algérie contemporaine. Il a combattu comme tous ses compatriotes avec comme seule arme le « pacifisme ». Hélas, une main assassine muni d’une matraque à osé le faire taire à jamais. Une main qui vivra dans la tourmente et la culpabilité, car obéissante à des tyrans qui ont spolié, vendu et terni l’image de l’Algérie.
    Pacifiquement, nous continueront le combat. le peuple ne sombrera plus jamais dans la violence. Aucun argument ne justifiera l’usage de vos matraques ou d’appuyer sur vos gâchettes. Sortez de vos bunkers, sortez de nos têtes.

    Allah Yarham Echouhada d’hier et d’aujourd’hui.

    5
  • Congrès du Changement Démocratique