Édition du
20 August 2019

LA RUE RÉPOND À GAÏD SALAH

PAR ABOUBAKER KHALED www.maghrebemergent.info
26 AVRIL 2019

gaid salah degage

C’est le dixième vendredi de la révolte populaire contre le pouvoir. Les dernières actions menées par la justice ont résonné à Alger parmi les manifestants qui ont scandé des slogans remettant en question l’indépendance de la justice.

Selon plusieurs manifestants rencontrés à la place Audin ou à la Grande Poste et même dans les discussions de groupes spontanés, « avant d’emprisonner les hommes d’affaires corrompus, il faut juger d’abord les symboles du régime : Said Bouteflika et Ahmed Ouyahia ». Ils assurent que « le peuple veut récupérer sa justice et ne veut pas en faire un outil pour des règlements de comptes entre les clans ».

Photo : Ahmed Sahara pour Maghreb Emergent

Les manifestants ont aussi appelé la justice à incarcérer ces symboles à la prison d’El Harrach » (jibou Ouyahia l’El Herrache », scandent les manifestant à Rue Hassiba Benbouali.

Photo : Ahmed Sahara pour Maghreb Emergent

Pis encore, pour les manifestants, Gaid Salah n’est autre le « chef de la bande », « tant que celui-ci n’arrête pas de donner des ordres à la justice ». Les manifestants à la rue Didouche Mourad ont scandé ainsi « had cha3b, la yourid, Gaid salah wa Said », ou encore « Gaid Salah, rais el issaba (chef de la bande) ».

Photo : Ahmed Sahara pour Maghreb Emergent

Nombre de lectures : 3548
8 Commentaires sur cet article

Répondre à Salima watania Cliquez ici pour annuler la réponse.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Said
    27 avril 2019 at 21 h 14 min - Reply
  • tarak
    29 avril 2019 at 0 h 09 min - Reply

    Maintenant on comprend pourquoi le Gaid cavale du région à une autre (certainement on ne va pas être attaqué par le Mali à cause de AbdelCadre le Mali), profitant de ses visites incessantes pour diffuser ses discours à la nation camouflés par des orientations aux jeunes militaires en formation soit disant. Le Gaid est le chef de la issaba c’est clair comme l’eau de roche!.

    5
  • lyes Laribi
    29 avril 2019 at 12 h 29 min - Reply
  • Salima watania
    1 mai 2019 at 12 h 34 min - Reply

    Gaid Salah,en malin,est entrain d’utiliser la révolution populaire pour régler ses propres comptes avec les autres gangs et en même temps préparer le chemin, le débarrasser de tout obstacle et le baliser, pour qu’il puisse ,enfin,s’installer sur le trône d’El-Mouradia.
    ça c’est son rêve(comme il le disait lui-même dans ses discussions intimes:(« waalach ana mechi kaddha »)à propos de la présidence à l’image de Sissi de Misr ou de Caid Essebsi de Tounes!
    Pourrait-il réaliser son dream un jour!??
    En Algérie,avec ce système tout est possible!
    Le seul problème pour lui,cette fois-ci,un soulèvement populaire inédit qui pourrait barrer la route à toutes les tentatives de division,de diversion, à condition d’être vigilant.Donc soyons tous unis et tous vigilants!
    Ce n’est qu’une question de semaines afin de déjouer toutes les manœuvres en cours et à venir!

    8
  • Ahmed Meftah
    8 mai 2019 at 1 h 28 min - Reply

    La roue de l’histoire tourne,le mouvement de l’histoire,dans notre pays,est en marche n’en déplaise aux chiatines d’aujourd’hui comme leurs semblables pro-colonialistes d’hier qui ont tout essayé pour entraver cette marche!

    En Algérie,aujourd’hui comme hier,ce mois de mai 2019 est témoin comme celui de 1945 quand le peuple Algérien s’est soulevé contre le colonialisme français destructeur de toutes les valeurs humaines jusqu’à l’écrasement de « l’être national »dans chaque algérien.Mais les manifestations du 08 mai 1945 à Sétif,Guelma,Kharrata et dans d’autres régions du pays,ont ébranlé le système colonial.Ce fut le vrai début de l’éveil d’une conscience politique nationale qui s’est terminée,( après une lutte acharnée par les armes contre l’occupant),par une indépendance totale du territoire national.

    Aussi,les enfants de ce pays et,d’une autre manière,sont en marche pour une auto-détermination définitive,après 57 ans de tergiversations et de fausses routes,pour asseoir la souveraineté du peuple et instaurer un Etat de droit,libre et juste envers tous les Algériens.Ce n’est qu’à travers ce « prisme historique » qu’on peut lire et expliquer la révolution populaire pacifique d’aujourd’hui.

    6
  • Pousse je Tousse
    9 mai 2019 at 1 h 05 min - Reply

    Le Peuple a raison et à parler.. Gaid Sallah doit se retirer , pour un plus jeune Général..

    3
  • wahid
    14 mai 2019 at 2 h 40 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique