Édition du
17 August 2019

Le choc (bienvenu) de l’arrestation des généraux Toufik et Tartag

Irzazen.Net Omar Benderra: Algérie : le choc (bienvenu) de l’arrestation des généraux Toufik et Tartag

Omar Benderra, Algeria-Watch, 5 mai 2019

L’annonce ce samedi 4 mai 2019 de la mise sous écrou des généraux Mohammed « Toufik » Médiène (80 ans) et El-Bachir Sahraoui, alias Athmane Tartag, dit « Bachir » (69 ans), est une des meilleures nouvelles que j’ai reçue depuis très longtemps. Je n’avais pas pensé jusqu’à ce jour que l’emprisonnement de quiconque me procurerait un tel sentiment.

Je suis extrêmement satisfait de l’arrestation de ces deux vils scélérats, abjects tortionnaires, criminels de masse, officiers sans honneur d’une armée nationale dont ils ont particulièrement souillé la réputation lors de la « sale guerre » des années 19901. Je me réjouis de cet embastillement et, pour tout dire, même si je ne crois pas que cela sera, je souhaite qu’ils ne revoient plus jamais la lumière du jour, qu’ils croupissent à perpétuité en prison, qu’ils encourent à tout jamais l’infamie publique et une peine à la mesure de leurs crimes. Le sang qu’ils ont sur les mains et les souffrances qu’ils ont causées sont imprescriptibles, ineffaçables, impardonnables. Mais je ne souhaite évidemment pas que leur soit infligé ce qu’ils ont fait subir à des populations entières.

Les morts qu’ils ont sur la conscience se comptent par dizaines de milliers et ces généraux félons de la police politique (le DRS) en portent avec bien d’autres (au sein du DRS comme de l’ANP) les responsabilités directes et indirectes. Car ces deux personnages ne sont bien sûr pas seuls dans la commission de ce bain de sang : beaucoup de criminels de la même envergure sont hélas morts dans leur lit sans avoir jamais été inquiétés (comme Larbi Belkheir, Mohammed Lamari, Smaïn Lamari…), mais bien d’autres sont toujours vivants aujourd’hui et aussi coupables qu’eux (y compris ceux qui dirigent l’ANP et les ont embastillés). Des généraux et des émirs, des éradicateurs ou des djihadistes, conscients ou manipulés, tous amnistiés, enrichis et bien portants, dans la forfaiture d’une loi d’effacement des mémoires.

Il m’importe peu que ces deux généraux fascistes soient sous les verrous pour de mauvaises raisons : complot, tentative de putsch ou appartenance à un groupe d’intérêts concurrent… Qu’il s’agisse d’une diversion, d’une lutte de clans pour le pouvoir ou de manœuvres politiciennes, en vérité peu me chaut. Je suis heureux qu’ils soient en prison et je souhaite, sans y croire vraiment, qu’un jour un vrai procès leur sera intenté où toute la lumière sera faite. J’espère vivre ce jour où sera solennellement reconnue et condamnée par une justice souveraine – qui reste à créer – la perversité sanguinaire de l’interminable catalogue de leurs atrocités, et où ils auront à l’assumer devant le droit, l’histoire et le peuple algérien.

Il ne s’agit ici ni de ressentiment personnel, ni de joie mauvaise, ni même de vengeance politique. Simplement d’une intense satisfaction de savoir que ces assassins peuvent entendre désormais le claquement d’une porte de cellule qui se referme sur leur ignominie, eux qui se croyaient au-dessus de tous, intouchables et invulnérables. Eux dont on osait à peine murmurer le nom, de crainte que le moindre souffle critique ne parvienne à leurs oreilles. Eux qui se pensaient hors d’atteinte et se prenaient pour des dieux. Qu’ils survivent longtemps dans une geole est infiniment moins cruel que ce que ces criminels contre l’humanité ont commis.

Toutes mes pensées vont aux morts oubliés, aux victimes désarmées, aux vies brisées, aux familles détruites, aux innocences bafouées. À cet océan de douleurs passé par pertes et profits, et pourtant au cœur – même si cela ne peut encore être pleinement exprimé – du formidable hirak (mouvement de révolte) qui mobilise la population algérienne depuis le 22 février 2019. À celles et ceux au chagrin infini et à celles et ceux qui ont plongé dans la folie. Aux dizaines de milliers de parents de disparus, enlevés au cœur de la nuit et jamais revus. Comme Oum Amine, dont les « forces de sécurité » ont pris son fils de seize ans le 28 février 1996, à 2 h 20 du matin2

1 Voici quelques éléments biographiques sur ces deux sinistres personnages, au cœur des horreurs infligées au peuple algérien depuis 1992, comme notre site Algeria-Watch (créé à cette fin en 1997) l’a documenté, au fil de centaines d’études fouillées et d’analyses originales, ainsi que de dizaines de milliers d’articles de la presse algérienne et internationale : Habib Souaïdia, « En finir avec l’impunité des généraux criminels », Algeria-Watch, 11 janvier 2012 ;Hocine Malti, « Lettre ouverte au général de corps d’armée Mohamed “Tewfik” Médiène, Rab Dzayer », Algeria-Watch, 16 février 2013 ;« De Tewfik à Tartag : un criminel contre l’humanité en remplace un autre à la tête des services secrets algériens », Algeria-Watch, 4 octobre 2015.

2 Il s’agit de Mohamed Lamine Nateche, jamais réapparu depuis. Voir : « Algérie : un collégien de la banlieue d’Alger disparu depuis dix-sept ans », Alkarama, 2018 ; et le témoignage de sa mère (parmi des milliers d’autres), « Algérie 2013 de Bouteflika & DRS : la vérité sur les disparus arrive à grands pas, Inch’ Allah », YouTube, 10 mai 2013.


Nombre de lectures : 2499
9 Commentaires sur cet article

Répondre à wahid Cliquez ici pour annuler la réponse.

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Si Tchad
    5 mai 2019 at 14 h 11 min - Reply

    Il va de soi qu’à la « Réception » de la prison, Toufik sera dépouillé de son téléphone cellulaire, ce qui est le comble de l’humour noir pour quelqu’un qui rentre en cellule. Il pourra tenter de contacter ses réseaux à l’aide d’un téléphone fait d’une boite de chemma et d’un bout de ficelle. Pas sûr que ça marche, mais il aura beaucoup de temps pour essayer…

    12
  • Dria
    5 mai 2019 at 18 h 10 min - Reply

    Saha Ramdankum.

    Dans cette histoire d’incarcération, si elle est authentique. Le grand vaincu serait L’IMPUNITÉ et le mythe des GÉNÉRAUX et des RESONSABLES INTOUCHABLES …

    Le رب دزاير « dieu de l’Algérie » استغفر الله comme il aimait se faire appeller. N’est en fait qu’un citoyen qui devra rendre compte à son excellence le peuple pour sa gestion en tant que divin. Une justice humaine libre et indépendante que 40 millions d’Algériens demande pacifiquement en attendant son jugement par l’éternel.

    Tartag dans une cellule juste pour ce remémorer le Athmane aux services de son dieu et leurs crimes odieux, qu’il réentends les cris de ces suppliciés et qu’il revoit le visages de toutes ces victimes, avec la mélodie de sa chignole à l’œuvre.

    C’est bien de rompre le jeûne avec des dattes , certains rêves de cellules de Cyanures , normal quand on est formé comme des SS , et oui il y eut des Algériens pires que des Hitler et des Himler.

    Il faut un travail de mémoire et de vérité. Les Algériens ne doivent plus sombrer dans ces abus de pouvoir, et ne plus laisser l’impunité sévir dans notre société.

    Méditons durant ce mois sacré, sans baisser la garde. En ce mois de piété, nous prierons et nous continuerons d’œuvrer et d’agir pour instaurer un ÉTAT DE DROIT de droit avec Les mêmes slogans que sont :
    PACIFISME SOLIDARITÉ VIGILANCE que le jeûne renforce.

    Le combat continu, nous sommes sur la bonne voie, la route est Balisée pour faire une grande fête d’indépendance Le VENDREDI 05 juillet 2019 inch’Allah.

    Saha Ramdankum et Saha ftorkum d’avance.

    11
  • kamel
    5 mai 2019 at 18 h 18 min - Reply

    Moi je ne me réjouis pas autant. D’abord ils ne sont pas encore condamnés, ils vont comparaître ou même pas peut-être, seulement entendus. Ensuite le fait que le motif relève de la lutte entre clans laisse la porte grande ouverte à une libération voire une réhabilitation dans le cadre d’un deal. C’est la spécialité de ces clans.

    8
  • Azzi
    6 mai 2019 at 10 h 53 min - Reply

    ان الله عز وجل لا يغفر لمن أراد لنفسه أن يكون اله و يستعبد الناس. ان حسابهم الحقيقي مع الله عز وجل في الدنيا و الأخرة.

    5
  • Si Salah
    6 mai 2019 at 11 h 56 min - Reply

    Dans cette affaire, le juge militaire devrait s’intéresser de très près à Nezzar qui s’est tu pendant un mois alors qu’il était de son propre aveu au courant de ce complot qui aurait pu faire couler des rivières de sang. C’est de la non-assistance à peuple en danger. Ce sera un gage de sérieux, sinon on saura que c’est un mouselsel hindi.

    8
  • wahid
    6 mai 2019 at 15 h 55 min - Reply

    1
    Il était une fois l’histoire.

    Justice de l’État de droit VS Justice révolutionnaire.
    https://www.youtube.com/watch?v=3ft0AlcBA50

    2
    Le roi est mort vive le roi

    الجزائر.. تعرف على أهم الموقوفين
    https://www.youtube.com/watch?v=L4GxNCv72HY

    3
    الجزائر – اعتقال الجنرال توفيق واللواء طرطاق وسعيد بوتفليقة
    https://www.youtube.com/watch?v=_Zsm81NqL0U

    5
    Maintenant la voie est libre pour reconstruire ce que ces morveux ont détruit.

    4
    Non aux parasites, Non aux hypocrites.

    Pour quoi Rab rab est un voleur.
    https://www.youtube.com/watch?v=hYWSaYJ83uY

    • Dria
      7 mai 2019 at 18 h 17 min - Reply

      @Wahid
      Merci pour les vidéo, Mais quand il s’agit des extrait d’Ennahar pour moi ce n’est point une référence et mieux vaut s’en passer , moi je zappe sans voir d’ailleurs….sans rancune a Anis Rahmani et idem pour Ali Fodil et Lakhdar Cheriet Alias Oussama Wahid…

      5
  • Sanfarcio
    6 mai 2019 at 18 h 13 min - Reply

    Bien sûr, il y a une certaine jouissance à voir ce petit vieux au bras d’un policier en se souvenant de la terreur qu’il inspirait, de sa puissance passée et de son incommensurable orgueil. Pour autant, s’il passe en jugement… ce sera pour cette pitoyable tentative de s’allier avec Saïd Bouteflika (l’option Zeroual !…), rien ne sera évoqué de ses vingt-cinq ans à la tête du DRS ; qui parlerait aujourd’hui des camps du sud et même de l’assassinat de Boudiaf, il y a eu une « réconciliation nationale », n’est-ce pas ?

    3
  • fetouh
    6 mai 2019 at 20 h 26 min - Reply

    , salhi belgacem, ghoul, benyounes said saadi étaient présent selon les premières rumeurs , mais , bon … le beurre et l’argent du beurre
    Je me suis posé une question à propos de la justice : Pourquoi les juge n’ordonnent ils pas une expertise médicale à propos des capacités intellectuelles de bouteflika abdelaziz, son pouvoir de discernement et d’appréciation des situations, sa capacité à évaluer et prendre seul des décisions. le cas échéants , et tout le monde le sait, qui prend les décisions, qui signe à sa place, etc etc … d’où usurpation de fonction , faux usage de faux, donc toutes les dernières nominations doivent être annulées de facto

    3
  • Congrès du Changement Démocratique