Édition du
22 July 2019

Le cabinet noir ou « black think tank » qui nous gouvernait

Par BENALLAL MOHAMED

Il se passe des choses  que l’ on  ne s’ attendait  guère et  que le pire  pourrait advenir au pire , une nouvelle situation factuelle ; elle pourrait être écrite  pour le malheur de  l’histoire,  elle est  conçue ;vue et modélisée par le « Hirak » qui s’est manifesté miraculeusement  contre des décideurs , des dirigeants ,des politiciens  sous l’autorité d’ un cabinet noir fantôme . Se sont des népotismes, des despotes, , des incompétents, des incapables de penser bien   sans y croire à une situation  alternative pour que fleurissent  honnêtement leur prébende , ils la veulent malsaine via un « sirotage » grossier et malhonnête sans fin de la rente dissimuler dans un stock de réserve financière.

 Venant de ce  pire du pire, comme il est dit de façon  populeuse ;  ces chosifiés qui s’ignorent et ne se mangent pas entre eux comme des loups : c’est à dire de ces dirigeants, politiciens, décideurs et incapables de penser ; qu’il  y aurait  une alternative possible, rien de différent que ce quotidien immoral et ennuyeux  suite au 4ieme mandat présidentiel, dans lequel il faut « faire avec » bouche cousue  , un cadre  béni  pour  fortifier l’humilité  de  tout un peuple, Cela ressemble à une  circonstance  malheureuse ou plutôt à une prédestiné et  que l’erreur ne   leur dicte pas de quitter ce type de  société  très- mal organisée, ou l’apocalypse s’abat pour ce peuple  au profit d’un Eden pour la mafia ! La malédiction est le caractère de ce qui est inéluctable, alors, mieux vaut se résoudre que lutter vainement…En essayant  , tout en osant, le « hirak »  fait face au business politique, philosophique et culturel imposé pour ne plus continuer   mais comme il a été dit par célèbre poète arabe « si le peuple un jour aspire à vivre, le destin se doit de répondre.

La conception d’aliénation en philosophie dans notre contexte spécifique ,  peut être définie comme  la dépossession de l’individu, qui n’est au fait que la perte de sa maîtrise, de ses forces vivantes propres, données à une certaine idéologie extrême et servie soigneusement pour un groupe dans une société sensible au mal , et  L’esprit devient aliéné ou plus précisément étranger à lui-même, comme il a été développé philosophiquement par Hegel .Quand on  n’ en parle plus de socialisme, ni de son système mis en œuvre , « on »( peuple) a marre de la socialisation des moyens de production, des moyens de distribution ,des moyens de commercialisation, mais lorsqu’on opte pour un autre système un autre mode de production et que l’on valide politiquement par des ignorants incompétents. Le système choisie  par une caste, tout en se contentant absolument plus   qu’il faut mettre en place un véritable mode  libéralisme  sinon capitaliste sauvage, et qu’il faut  accepter sans le consentement les différences sociales ; une structure sociétale en verticale et en horizontale ou se niche souvent le népotisme et s’installe parfois le despotisme ; Il serait possible tout de même intellectuellement parlant, d’imaginer d’autres types de sociétés utopiques pour s’y opposer, comme le communisme, ou le capitalisme social sinon un régime quelconque plus social que le socialisme et le liberalisme, et ainsi, savoir combattre durement sur le terrain des idées, au lieu de jeter l’anathème sur le socialisme algérien de l époque de l âge d’or de H. Boumediene, et de condamner  par le biais de l’inquisition. Les  nouveaux dirigeants  dites de la fausse« élite », incompétentes et médiocres, ont leurs idées bien ancrées dans ce nouveau système rentier improductif, qui ne souffrent d’aucun commentaire spécifique, sinon, une avalanche de mots  qui se répandent dans le souk langagier ou parolier , il ya  du : populiste, comploteur,  terroriste, hizb franca, oligarques, les rentiers…  une chansonnette apprise  dès la première tétée au sein de la bien pensante petite fausse bourgeoise de malheur.

 Voila  Le pire, se sont les gens de ce  système sans savoir au fond  qu’ils le servent poliment par « larbinisme » ; C’est donc bien le symptôme de l’aliénation : une obéissance aveugle( vassalité), sans jamais se demander  pourquoi ils  obéissent. Ils savent très bien que le système  rentier actuel est de l’ordre de la justice du téléphone et de la vérité mensongère, immanent presque toute  des « black, think tank  »  ou cabinet noir semant les « fakes new », l intox, la désinformation, le mensonge…  qui fait naitre la Hogra et enfin sauve qui peut par  « al harga » pour mieux pérenniser le système.

Bouteflika est l’archétype du caractère produit par ce système rentier improductif : Comme pour lui, ce système est sa Vérité incarnée en lui, et qu’il n’arrive même pas à penser à un au-delà ou un autrement de ce  pays pour qu’ il soit  plus actif et tenace,  il s’est montré toujours arrogant devant les « chiyatines » et sourd aux medias , à l’opposition  et à l’anti pouvoir.

 Son obsession de faire perdurer cette gestion catastrophique et cette  organisation  pestilentielle, est la démonstration logique car il n’a pas su penser autrement à d’autres alternatives  positives, il a même faussé la constitution pour éliminer toute forme d’alternance. Nous avions eu un président malade devenu fantôme jouant le zombi pour le futur récent de notre pays, car il est aliéné et engoncé dans ses certitudes  immuables et inadaptables ; sans le savoir, et donc, enchainé à ses fausses croyances, il ne peut en toute bonne volonté changer, rompre les liens étroits ; d’autant que ses chaines se nomment oligarchie,  cabinet noir, « black think thang » et un entourage composé essentiellement  de  larbins  falsificateurs de la réalité, inefficaces et improductifs . Ainsi, de part son contexte préfabriqué, il est devenu un véritable imposteur. 

D’autre part, lorsqu’on entend , certaines fausses personnalités telles :  Saidani, Ould Abbes, Ouyahia, Sellal…… et absolument tous les autres clones qui sont aux commandes, un sentiment de malaise pointe : pas un doute qui effleure la pensée unique fleurie, du rabâchage de mots et d’éléments de langage en boucle ; en fait une litanie qui illustre un vide démentiel :  alors plus besoin de penser par soi-même que de lui même, puisque le scenario du système rentier est déjà pré écrit dans son parchemin ;par un véritable imposteur ? Sans importance ! Sachant que nous sommes dans le meilleur des Mondes quand un Ould Abbes nous dit que l’Algérie est bien meilleurs que la Suèdeet qu’à l’assemblée populaire nationale(APN) , il suffit de lever  bien haut la main et voter oui ! C’est le beni oui-ouisme … semblable à une  mauvaise secte, Ils sont si bien rémunéré de ne pas travailler ni de penser, ni d’y faire l’effort minimum et se laisser en doule glisser, guider, mener   par un avantage sous forme de crédit sans intérêt. Toutefois, dans ce pays népotique ou l’individualisme  nourrit le despotisme ou :

 Le libéralisme ou la loi de la jungle,

 La valeur nouvelle étant : la « prédation »,

 La norme : exploiter,

 La règle : volé, arnaqué

L’ordre : marcher sur les autres, « Aafass ali houm ! »

  Par consequent, survivre et donc, « réussir »,   l’idée n’est pas de penser long et bien avec ces gens la Monsieur, mais court pour mieux voir la légion de la vassalité ….

Gouverner c’est pourtant anticiper, voir loin… c’est-à-dire prévoir !

Les  élus ,dirigeants, gestionnaires ou plutôt les décideurs des secteurs publics et même privés,  s imposent en permanence à travers leur esprit vassalisé et de prévarication,  qu’ils  se considèrent de par leur  situation de larbin  incontesté, ne  savent même pas intégrer un processus à capacité novatrice et productive dans le long terme , par une petite  vision  selon le choix d’une   politique publique d’ordre locale et autre échelon, car, le cycle électoral et la professionnalisation népotique du corps politique malsain frauduleux et manigancé  amène le dirigeant ,le responsable, le décideur à préférer les projets à haut profits qui n’ont pas une acceptabilité sociale et  qui n’apportent pas  les réponses  aux attentes de la population.

  Les mauvaises décisions et les sales propositions, sont  visibles pour le citoyen, incapable de changé la donne,  dans le but de refaire un nouveau mandat béni par les prédateurs  pour mieux ruiner le patrimoine commun de la population.  

Ce qui est à espérer, qui   est entrain de se faire  une révolution profonde intitulé « Hirak » qui ouvrira les portes à la survie de ce peuple trop humilié…  sans cela le statut quo nous tuera à petit feu, car cette multiplicité de larbins  qui dirigent le pays ; doivent être balayés par le « hirak » suite à une justice issue d’un état de droit qui reste à bâtir par les  novas algériens.

BENALLAL MOHAMED


Nombre de lectures : 1117
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Congrès du Changement Démocratique