Édition du
22 July 2019

Emeutes à Tinerkouk: Répression et colère dévastatrice

HuffPost Algérie 15/05/2019 11h:11

Emeutes à Tinerkouk: Répression et colère

De violentes émeutes ont éclaté durant toute la journée du 14 mai dans la daïra de Tinerkouk, dans la wilaya déléguée de Timimoun (Adrar). Ces émeutes ont fait suite à la répression d’un sit in tenu par les les jeunes chômeurs de la ville pour réclamer leurs droits à l’emploi dans les entreprises énergétiques opérant dans la région.

L’affaire trouve sa genèse dans une contestation accompagné d’un sit in qui perdure depuis un mois. Des jeunes protestataires exclus de l’emploi récemment ont protesté contre les recrutements qu’ils jugent “injuste”. Ils ont bloqué, en dernier recours, l’accès à une des entreprises pétrolières sur le territoire de cette leur daïra. Ce blocage qui a duré près d’un mois, affirme-t-on de sources locales, a quasiment paralysé les activités de l’entreprise en question sans que le chef de l’exécutif de la wilaya ne se déplace ni ne tente une sortie de crise.

Pour débloquer la situation, les autorités locales ont réquisitionné la force publique pour rouvrir l’accès à l’entreprise et éloigner les protestataires qui ont, dès lors, porté leur action de protestation à l’intérieur du tissu urbain de la ville, rapporte l’Agence de presse algérienne (APS).

Les jeunes protestataires ont, alors, emmuré les accès des sièges de la commune et de la daïra, avant que ne soit, là aussi, réquisitionnée la force publique (police) pour déloger les protestataires et rouvrir les deux sièges.

Ce nouvel usage de la force contre les protestataires a déclenché la colère des jeunes qui ont affronté les forces de l’ordre avant d’accéder au siège de la daïra, le saccager et l’incendier.

L’intervention des éléments de la sureté nationale, rapporte encore l’Agence de presse algérienne, a permis d’évacuer le chef de daïra et des membres de sa famille, et de préserver leur intégrité physique, alors que leur logement a été assailli par les protestataires.

Selon une source sécuritaire, 20 éléments des forces de l’ordre ont été blessés légèrement et quatre autres grièvement, après avoir été la cible de jets de pierres par des jeunes protestataires à travers les artères de la ville, contraignant à l’usage de gaz lacrymogène pour les disperser.

Des jeunes ont été également blessés lors des heurts avec les forces anti-émeute, selon une source à l’intérieur de la polyclinique de la commune de Tinerkouk où ils ont été admis.

Plusieurs arrestations ont été signalés parmi les manifestants. Dans la soirée les habitants de la ville ont manifesté, une nouvelle fois, pour faire relâcher les jeunes arrêtés en marge des émeutes.

Les manifestants ont pointé du doigt la responsabilité du wali d’Adrar dans cette issue violente d’une crise qui dure depuis plus d’un mois. Ils l’ont accusé d’avoir ordonné une répression sans tenter de trouver de solution à un problème qui relève essentiellement de ses responsabilités. 

https://twitter.com/epsilonov71/status/1128407431162277890

Les manifestants ont réclamé aussi la prise en charge des doléances des jeunes et le traitement du dossier de l’emploi qui reste la préoccupation majeure des jeunes de la région imputant la responsabilité aux instances exécutives de tutelle en charge du secteur de l’emploi dans la wilaya et appelant à leur exiger des comptes.


Nombre de lectures : 1099
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Dria
    16 mai 2019 at 9 h 28 min - Reply

    Ces images désolantes sont le dernier recours devant la sourde oreille des autorités non représentatives qui pratiquent la Hogra. Devant le despotisme et l’inertie de responsable qui ne pense qu’à leur intérêt et neglige les cris de deteresse de citoyens lésés.

    Nous lançons un appel a tous nos compatriotes citoyens du nord ou du sud a user de l’arme la plus efficace pour arriver a un changement réel le PACIFISME ,je sais qu’il est parfois trop dure de le faire devant les provocations tel que la violence par des forces antiemeutes de la gendarmerie ou de la police.

    Il ne faut surtout pas sombrer dans la VIOLENCE. En brûlant le siège de la Daïra qui sera le premier perdant LE CITOYEN , les responsables eux vont trouver une excuse pour expliquer l’usage de la force et l’occasion pour faire disparaître des document les impliquant directement ou indirectement dans des affaires de corruption.

    Chers compatriotes du Sud du Nord de l’est et de l’Ouest nous sommes sur la bonne voie, ne laisser aucune place à la VIOLENCE c’est un atout pour le système dans tout les cas. Combattant la violence même dans nos discussions , dans nos débats , dans notre argumentation les résultats seront plus bénéfique dans tous les cas.

    Chers compatriotes de TINERKOURK. On vous comprends et nous sommes solidaire, ne cédez pas a la violence et a la provocation. Nous avons le même combat PACIFIQUEMENT nous vaincrons ensemble.

    RDV demain 17 Mai pour le 13éme Vendredi avec le même slogan PACIFISME SOLIDARITÉ VIGILANCE …..tout en dénonçant les GÉNÉRAUX RIPOUX QUI ONT FAIT DE L’ALGÉRIE UNE PROPRIÉTÉ PRIVÉE . ON LES FERA DEGAGER PACIFIQUEMENT. PLACE AUX JEUNES GÉNÉRAUX DIPLÔMÉS PROBES INTÈGRES ET PLUS COMPÉTENTS ET NATIONALISTES.

    SAHA FTORKUM.

    8
  • Congrès du Changement Démocratique