Édition du
17 June 2019

Gaid Salah a parlé ce lundi 20 mai.

Addi Lahouari In Facebook

Il l’a fait parce que désormais la façade civile du régime ne veut plus s’impliquer dans la crise. Bensalah attend impatiemment le 4 juillet pour rendre le tablier. Comme le « président formel » ne veut pas parler, c’est au « présider réel » de s’adresser à la nation. Qu’a-t-il dit ? Il continue de menacer tous ceux qui proposent à l’Etat-Major d’autres solutions de sortie de crise. Dans son discours, il menace implicitement le général à la retraite Benyelles parce qu’il n’accepte pas que des personnes qui ont eu des fonctions dans l’armée sortent du cadre tracé par l’EM. C’est pour cette raison que Tewfik et Tartag ont été arrêtés, et c’est pour cette même raison que Kasdi Merbah avait été assassiné. On ne fait pas d’offre politique en dehors de celle de l’EM, surtout quand on a été un militaire. Quand Gaid Salah affirme que la revendication de la rue yetnahaw ga3 est irréaliste, il ne parle pas de l’élite civile que l’armée emploie.

L’EM est prêt à envoyer Bedoui, ses ministres et les députés qui le soutiennent en prison. Il parle des généraux impliqués dans la politique, y compris lui-même qui devait partir à la retraite il y a 15 ans. Gaid Salah fait l’éloge du hirak qui demande le départ des civils, mais il refuse que cela concerne les généraux dont l’une des attributions est d’exercer la souveraineté nationale à la place du peuple. 

Faisons un peu d’analyse. Il y a un rapport de forces depuis le 22 février entre l’EM et la société. Jusqu’à aujourd’hui, ce rapport de force est en faveur de la société qui a encerclé politiquement et pacifiquement les généraux. L’Etat-Major est sous le siège de la société ! Il ne peut pas forcer le siège en sortant les chars car il y a un risque que des officiers des unités opérationnelles ne suivent pas, outre le danger de diviser l’armée. Ce qui se passe aujourd’hui en Algérie est unique au monde et dans l’histoire : une population civile déterminée qui encercle pacifiquement un Etat-Major qui n’est pas sûr du soutien des officiers des rangs !

Le seul exemple, mais avec de grandes différences, que l’on peut citer est celui du Portugal en 1974. Les capitaines de l’armée portugaise se sont rebellés contre leurs généraux qui menaient une guerre coloniale en Angola et au Mozambique. En Algérie, la population manifeste pour exiger la libération de l’Etat de la tutelle de la hiérarchie militaire et de sa police politique. Le rapport de force est en faveur de la société parce que celle-ci n’est pas opposée à l’armée.

L’armée en Algérie n’est pas impliquée dans la politique ; mais la hiérarchie militaire fait de la politique, se substituant au corps électoral en désignant les présidents et en distribuant des sièges de députés aux partis de l’administration et quelques sièges à l’opposition formelle. Les colonels et commandants à la tête d’unités opérationnelles n’ont rien à voir avec cette khalouta des généraux administratifs qui composent l’Etat-Major. Djeich-chaab khawa-khawa n’est pas un slogan creux. La société est attachée à son armée et elle demande que l’administration militaire ne fasse plus de politique.

Dans son dernier discours, Gaid Salah montre que l’EM, au nom duquel il parle, veut être le seul acteur politique en Algérie. Sous la façade du respect de la constitution, il cherche à désigner un autre personnel civil, c’est-à-dire d’autres Ouyahya, d’autres Sellal, d’autres Ould Abbès… qui n’ont jamais servi. Dans la foulée, l’EM désignera une autre opposition formelle avec des visages jeunes et nouveaux. « La ruse toujours, le bâton dès que c’est possible », est la règle d’or de Gaid Salah.

Mais cette fois-ci, mabrad ma houk mabrad. La société s’est réveillée et elle manifestera jusqu’à ce qu’elle récupère son Etat et son armée. Le blocus politique et pacifique de l’EM continuera jusqu’à ce que les généraux reviennent à la raison. Il faut craindre cependant que les va-t-en-guerre se lancent dans des provocations qui militariseront la contestation. La solution à cette crise est entre les mains des officiers sages.


Nombre de lectures : 1565
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Si Tchad
    22 mai 2019 at 2 h 58 min - Reply

    Yetna7aw Gaïdik!

    6
  • Hychem Zaidi
    22 mai 2019 at 3 h 49 min - Reply

    Gaid Salah qui veut dirger un peuple jeune qui le depasse sur tous les plans. Et pas que lui ! Tous les generaux qui le soutiennet sont des copies conformes au Dégénéral G. Salah.
    Nous avons le malheur de nous retrouver face à ces militaires d’un autre âge ! Ils sont prêts à tout pour se maintenir au pouvoir. Ils se considerent comme les seuls détenteurs de la verite mais aussi les seuls patriotes qui aiment l’Algerie. Le peuplee qui les rejette en bloc est felon, traitre….
    Le malheur de notre pays est representé par ces militaires et seuls qui veuelent faire de la politique. Ils sont corrompus jusqu’à la moelle de l’os. Et eux seuls qui ont detruit le pays.

    8
  • Dria
    22 mai 2019 at 9 h 31 min - Reply

    Malheureusement, il semble qu’il n’y a pas d’officiers sages ou si ils existent, ce sont des poltrons du moment qu’ils n’osent pas prendre leurs responsabilités. Le nombre des généraux en action dépassent les 400. L’histoire retiendra qu’ils ont fait comme BENSALAH, ils ont laissés les pleins pouvoirs à GAID et aux généraux qui l’entoure, ceux de l’état majors, ils sont une vingtaine tout au plus.

    Maintenant, que les jeux sont claires. Pour l’histoire, le peuple algérien a le droit de connaître le nom de tous ces généraux qui se tiennent a carreaux et qui laissent le cartel de GAID agir impunément depuis des années. Certes , des cartels ont existé depuis 1962 du moment que la liquidation physique et assassinats politiques était de mise, KRIM, KHIDER CHABANI, MERBAH,BOUDIAF, HACHANI,TAMART…

    Si les généraux ripoux du cartel ont trahi leurs nobles missions de défendre le peuple et la patrie. Le reste des généraux et officiers supérieurs sont aussi blâmables, agisant comme nos députés qui acquièssent tout et ne pensent qu’à eux mêmes.

    Devant l’absence d’une réaction d’un signe d’apaisement des dignes fils de l’ANP. Le PEUPLE va mener SEUL l’action de récupérer sa LIBERTÉ son ÉTAT et son ARMÉE. C’est une mission qui semble difficile mais pas impossible. Pour preuve hier, les étudiants se sont dirigés pacifiquement vers le palais du gouvernement, c’est tout un symbole. Malgré la répression qui s’est abbattu lâchement sur eux.

    En isolant la grande poste et si vous penser baisser la dynamique du mouvement ou faire taire ce peuple. Vous vous trompez énormément ya GAID. Vous invitez ce peuple a venir manifester pacifiquement dans les alentours du ministère de la défense pour exiger le départ du CARTEL DE GAID que même les militaires probes et intègres n’arrivent pas a affronter de face.

    Ce valeureux peuple viendra sur votre terrain et vous fera déguerpir comme il l’a fait avec BOUTEFLIKA. Vous pouvez avoir l’Aval de la France ,des garanties des USA, le financement des Emirats et de l’Arabie Saoudite…vous êtes appellé a disparaître car VOUS N’AUREZ JAMAIS LE SOUTIEN ET L’APPROBATION DE CE PEUPLE QUE VOUS CONTINUER DE MÉPRISER ET DE SOUS-ESTIMER.

    GAID ans Co vous allez avoir beaucoup de surprise. Vous ne faite qu’unir ce valeureux peuple. Chaque semaine nous renforce. Chaque mardi nous éclaire et chaque vendredi nous unis. Et a chaque discours vous vous dénudé, allant droit vers le mur on attend l’impact de votre choc. Sachez que nos slogans pour ce Vendredi seront les mêmes exigeant votre départ et le départ de votre cartel et de grâce épargner nous votre réponse du mardi du moment qu’elle sera la même, diffusez la juste dans vos casernes.

    Avec PACIFISME, SOLIDARITÉ et VIGILANCE on avance doucement mais sûrement vers un ÉTAT DE DROIT où il n’y aura plus jamais aucun cartel qui puisse agir impunément.

    Saha ftorkum

    15
  • aligator
    22 mai 2019 at 19 h 34 min - Reply

    l’armée des frontières a pris le pouvoir en 1962 alors que le sang des martyrs n’avait pas séché les daf ont osé tirer sur les derniers maquisards qui ont échappé aux opérations meurtrières de l’armée francaise

    6
  • Nadir Boumaza
    26 mai 2019 at 5 h 11 min - Reply

    On est plus que d’accord sur cette analyse. Le problème est de savoir ce qui fera rentrer les généraux d’âge avancé dans leurs villas. Ce n’est pas encore gagné. Il faut un peu plus et notamment une situation de risques pour les généraux affairistes et autres rentrent dans leurs casernes et ne fassent plus de politique ou d’affaires facilitées par leur pouvoir. Quant à Bedoui il n’est pas moins second. Et il faut toujours rappeler que c’est l’armée des frontières qui a pris le pouvoir et pas sans accord de De Gaulle qui l’a laissée entrer et imposer son diktat.

    2
  • الوهراني
    28 mai 2019 at 12 h 33 min - Reply

    للأسف بينت الحقيقة تاعك كنا غالطين فيك 🙁

    C’est dommage!

    1
  • Watani
    29 mai 2019 at 1 h 51 min - Reply

    C’est une analyse implacable qui fait froid aux dos des décideurs et leurs sous-fifres.
    Car le peuple sait faire la différence entre un EM mouillé jusqu’au cou par des affaires de corruption morale et politique et l’armée du peuple comme institution nécessaire pour la stabilité de l’Algérie.

    Le peuple sait faire,aussi, la différence entre sa révolution pacifique et la crise que vit actuellement le régime.
    Et,que le but de la révolution pacifique c’est le changement d’un système politique qui a ruiné tout un pays.Alors que les richesses humaines et naturelles que possèdent l’Algérie devraient faire d’elle,en principe, un dragon économique du Maghreb!
    Le temps presse et la balle est dans le camp de l’EM.

    Encore une fois bravo Mr Lahouari pour cette analyse.

    2
  • Karim
    31 mai 2019 at 21 h 25 min - Reply

    Merci pour cette Analyse pertinente. J’ajoute que pour faire diversion le système utilise cette fois-ci non pas la frange Laicarde comme en 92 pour contrer et diviser la société mais plutôt la frange Qawmajiste arabiste dont les interventions polluent le net. cette fois-ci les expressions qui reviennent sont: Zouaves, Hizb Franssa, Harkis, El menjel….
    Il faut garder l’objectif droit devant les yeux: L’instauration d’un Etat de droit. Cet Etat de droit ne verra le jour que lorsque le corps civil s’émancipe de la tutelle militaire.

    1
  • cherif
    4 juin 2019 at 9 h 24 min - Reply

    sauf un miracle le système ne lâchera jamais car:

    Il y pense pas
    ce n’est pas dans son ADN
    il n’a pas d’oreilles pour écouter ni de cervelle pour comprendre ni coeur pour sentir qu’il est cuit et qu’il faut passer l’éponge

    il croit qu’il est le seul garant de la securite du pays hors il se trompe royalement

    le seul garant c’est le peuple l’armée qui est le systeme ne garantis que la destruction

    pas plus voir la syrie, la lybie le soudan

    l’armé a une chance d’avoir un peuple comme celui de l’Algérie qui peut l’accompagner a être encore plus fort

    2
  • mokhnache
    5 juin 2019 at 14 h 06 min - Reply

    Le Hirak a surpris tout le monde y compris nos dirigeants et ce qui fait office « de representations politiques »
    le Hirak va a l encontre des « roles  » que nos gouvernants ont assignés a notre societé et a contre-courant de la geo-politique « projetée » par les puissances et les interets regionaux les itineraires des « manifestations pacifiques » aussi bien en syrie, en egypte, en libye , en tunisie et meme recemment AU SOUDAN N ONT pas ete dans les sens de la societe et la seule voie qui emerge demeure celle du « militaire »
    Ne soyons pas dupes, certes  » il ya une evolution positive » mais elle demeure tres fragile! les tentations totalitaires sont plus presentes que jamais et on les voit de temps a autres s exprimer dans la rue.. le systeme eliminera « les representants du hirak s ils viennent a etre identifies ,ce sont des choses qui sont dans sa nature et il n y aura aucun etat d ames a le faire pour peu que des opportunites se presentent et que des garanties internationales lui soient donnees! les en -jeu sont enormes et peuvent faire boule de neige ..exactement comme en 62 lorsque le pays a impose « son independance » qui a ete suivie par de nombreux autres pays ! il faut faire tres attentions nos generaux et notre olygarchie n acceptera jamais…

  • Congrès du Changement Démocratique