Édition du
20 August 2019

Khaddam erjal sidhoum


ADDI Lahouari


Le mouvement populaire du 22 février indique que c’est la 1er fois depuis l’indépendance que l’armée a un problème politique avec l’ensemble des Algériens. Auparavant, elle s’était arrogée le monopole de faire de la politique au nom des Algériens soit en défendant la souveraineté nationale contre les étrangers, soit en réprimant des courants idéologiques opposés au régime. Cette fois-ci, c’est l’ensemble de la société qui pose un problème nouveau pour le commandement militaire : la place de l’armée dans la hiérarchie de l’autorité de l’Etat. Les officiers de l’EM sont déboussolés et ne s’attendaient pas à la maturité d’un peuple qui demande à l’armée d’être fidèle au mouvement national dont elle est issue et d’assumer son caractère National, Populaire et Républicain.

Les mots d’ordre de ce 14èm vendredi visent directement le général Gaid Salah en sa qualité de Chef d’Etat-Major. Ce n’est pas la personne qui est visée ; les Algériens savent que c’est un ancien moudjahed et qu’à ce titre, il est respectable. Mais il n’empêche qu’il est accusé de khawana (trahison) par les manifestants. En refusant de se mettre sous les ordres d’une autorité civile émanant de la volonté populaire, il trahit le serment des chouhadas morts pour l’indépendance et le caractère républicain de l’armée. Les martyrs sont morts pour la création d’une armée qui défend la nation et non un clan (‘issaba) ou une aristocratie.


L’EM se trouve face à un problème politique qu’il ne peut pas résoudre par la répression car l’idéologie républicaine est aussi portée par les officiers et hommes de troupes. Au nom de qui parle Gaid Salah ? Au nom des Algériens ? Ils ne l’ont pas mandaté. De surcroît, il est officiellement Vice-Ministre d’un ministre de la défense qui a démissionné. Normalement, il devrait démissionner puisque son ministre hiérarchique a démissionné sous la pression populaire. Il parle à l’évidence en sa qualité de chef d’EM. Dans toute armée, cette fonction est occupée par le soldat le plus compétent en matière militaire, le plus respecté et le plus décoré. Il n’y a aucune raison de mettre en doute ces qualités au général de corps d’armée Gaid Salah. Surtout que la discipline et l’obéissance à l’autorité hiérarchique dans l’armée est vitale à la stabilité de la nation. Mais le pays est en crise et la hiérarchie militaire doit tenir compte de l’état d’esprit des officiers supérieurs, subalternes et des HDT.

L’EM devrait faire un sondage anonyme (avec un échantillon de 1000 militaires tous grades confondus) sur leurs opinions sur les revendications du mouvement populaire. Si une majorité de militaires est favorable à ces revendications, l’EM devra tirer la conséquence et engager un processus de désignation consensuelle d’une présidence collégiale provisoire qui aura autorité sur l’administration de l’Etat, y compris l’armée, pour préparer les élections présidentielle et législative. Le général algérien doit apprendre que ce n’est pas une honte d’être sous l’autorité d’un civil, si ce civil est élu par le suffrage populaire. En étant sous l’autorité d’un président élu, le général ne sert pas un individu mais la nation. Un proverbe de la sagesse populaire de notre terroir dit : khaddam erjal sidhoum.

Mon général, en vous soumettant à la volonté populaire, vous devenez à nos yeux un seigneur.


Nombre de lectures : 1613
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Farid M
    25 mai 2019 at 10 h 53 min - Reply

    Parmis les jeunes officiers supérieurs de l’anp, il y a des docteurs d’etat formés à l’ère de l’A.I (l’intelligence artificielle), et il serait vraiment malheureux, grave et dramatique pour le pays que Gaïd Salah soit “le plus compétent en matière militaire”. Pour le reste, je ne pense pas qu’à 80 ans sonnés, celà soit le meilleur age pour l’apprentissage, au contraire c’est l’age d’une retraite largement overdue, d’aller faire une Omra et son repentir et clôturer le tout par demander pardon à tant de générations d’Algeriens sacrifiées et trahies depuis l’indepenfancej

    7
  • Si Salah
    25 mai 2019 at 14 h 30 min - Reply

    Préconiser un sondage de 1000 militaires pour décider si l’armée devrait ou pas répondre aux aspirations de 40 millions de personnes n’est pas une solution sérieuse ni étique. Supposons que les sondés s’expriment comme Gaïd pour une élection présidentielle le 4 Juillet, organisée par le maitre absolu de la fraude, Bedoui soi-même. Que ferait le chef d’EM? Il claironnera que toute l’armée est derrière lui et il aura raison cette fois-ci.

    L’ANP doit s’incliner devant le choix du peuple et pas l’inverse. Ce n’est pas dans ses habitudes, certes, mais il y a un début à tout et cette fois hedh echa3b machi djaye7!. Gaïd est un grand Moudjahid qui a à lui seul tenu tête à deux compagnies de paras de Massu. Peut-être. C’est lui qui a mis fin au règne de Bouteflika et de sa 3issaba sans aide de personne et il l’a planifié depuis l’AVC presidentiel de 2013. Peut-être. C’est le soldat le plus compétant du pays. Peut-être. Il a proposé la seule et unique solution de sortie de crise qui préserve le pays du chaos, de l’intervention étrangère, et de Hizb Franca. Peut-être.

    Cependant, il doit comprendre une chose, même à son âge fort respectable: le peuple a le droit DIVIN d’avoir tort! Si le Tout Puissant (SWT) n’a pas accordé le droit de domination sur les peuples au plus illustre de ses créatures Sayyidina Muhammad (SAAW) (لست عليهم بمسيطر), aucun homme, et encore moins aucun imposteur ne pourra se prévaloir d’un tel droit…

    7
  • berima
    25 mai 2019 at 17 h 43 min - Reply

    Contrairement à ce que beaucoup croient, l’armée (y compris les retraités ) est soudée derière Gaid Salah. Aucun militaire ( de l’HDT au général ) n’est prêt à abondonner ses privilèges économiques et sociaux et son pouvoir sur le peuple

    6
  • wahid
    26 mai 2019 at 1 h 21 min - Reply

    .
    .
    .
    .

    1
    Les intellectuelles Algériens devraient être plus innovants et innovateurs ( modèles, concepts, paradigmes, stratégies), ils devraient réfléchir pour accompagner la révolution ( Elhirak), les Algériens sont fatigué de cette succession d’échec depuis 1962. L’élite politique, militaires et l’élite en générale nous a beaucoup déçue et c’est toujours le citoyen lambda qui paye au prix fort les bêtises des uns et des autres , basta, stop .

    شاهد.. جزائري يهتف بحرقة: تحيا الجزائر بشعبها العظيم وليس بعصابتها
    https://www.youtube.com/watch?v=YsMFY1N3J8g
    .
    .
    .
    .
    .

    2
    Pour être juste, les militaires comme les manifestants ont été à la hauteur et c’est encourageant.

    Témoignage en son et en image.

    الجزائر الغنوشي يعلق على حراك الجزائر
    https://www.youtube.com/watch?v=5I9uJei3-sA

    هل الجزائر جاهزة للتحول الديمقراطي بعد استقالة بوتفليقة؟
    https://www.youtube.com/watch?v=LIkJm4tDlUQ

    .
    .
    .
    .
    .

    3
    ‘ un processus de désignation consensuelle ‘

    L’expérience des autres pays arabes (égyptienne)
    https://www.youtube.com/watch?v=PfyLnobFu4c

    1
  • lahouari addi
    26 mai 2019 at 18 h 00 min - Reply

    Si Salah,

    Un sondage dans les casernes montrerait qu’une majorité des militaires sont favorables aux revendications du hirak. C’est la raison pour laquelle l’EM n’a pas lancé les chars contre les manifestants. L’EM a tenté la solution des baltagias, mais ils ont échoué. Les photos des baltagias ont circulé sur les réseaux sociaux et, ayant peur des jeunes des quartiers, les baltagias se cachent. L’EM n’a pas de relais dans la société et ses instruments d’intimidation ne fonctionnent plus comme par le passé. Les médias publics et privés se discréditent lorsqu’ils défendent la position de Gaid Salah devenu aujourd’hui l’homme le plus insulté du pays; malgré son âge et son passé de moudjahed. Si des militaires ne se sont pas soulevés contre l’EM, c’est parce que les Algériens, civils et militaires, ont mûri politiquement. Les militaires doivent s’en tenir à la discipline hiérarchique pour ne pas mettre en danger l’unité de l’armée. Dans quelques semaines, l’EM lèvera le drapeau blanc. Il est assiégé pacifiquement et politiquement. Il n’y a qu’une seule issue à cette crise: l’EM doit rendre aux Algériens leur Etat. L’EM perdra cette bataille parce qu’il a historiquement et politiquement tord. Ni la France, ni les USA, ni l’Arabie Saoudite ne pourront sauver l’EM. Ce qui se passe aujourd’hui est unique au monde et unique dans l’histoire. La révolution du 22 février est un processus d’achèvement de la libération lancée par Novembre 1954. Les objectifs de Novembre ont été détournés par une domination néo-coloniale. Il ne faut pas désespérer et il faut continuer à croire dans les sentiments patriotiques de nos soldats, officiers et hommes de troupe. L’essentiel est qu’il ne faut pas qu’une seule goutte de sang soit déversée ni parmi la population, ni parmi les forces de sécurité. Salmiya, salmiya.

    Saha ftourek

    11
  • Yacine
    28 mai 2019 at 12 h 15 min - Reply

    Merci Monsieur Addi

    Comme d’habitude , c’est toujours un plaisir de vous lire . Neanmois il faut prendre en consideration :

    1) Gaid Salah et les generaux de l’EM ne rendront JAMAIS le pouvoir au civil . C’est une question d’ADN.
    Par consequent , ils sont la source du blocage et non la solution . je parle des personnes .

    2) Une vraie revolution devrait avoir lieu dans l’armee . Les generaux plus jeunes et instruits devraient disqualifier les vieux
    dinausores tel que Gaid Salah et prendre les renes de l’EM afin de pouvoir accompagner le peuple algerien .
    Est-ce qu’une telle mission soit possible acctuellement , vu que la regle de l’obeissance qui prevaut dans toute armee ?

    Je ne pense pas ! Ils vont donc continuer a ruser et louvoyet pour gagner du temps , meme si c’est voue a l’echec !
    Malheuresement ,le dialogue de sourds n’est pas pret de prendre fin . Par contre , je n’ai aucun doute que le peuple finira
    vaincre .

    3
  • Congrès du Changement Démocratique