Édition du
24 August 2019

KAMEL EDDINE FEKHAR: L’ASSASSINAT PROGRAMMÉ !

Terrible est la nouvelle de la mort du militant des Droits de la personne humaine, Dr Kamal Eddine Fekhar, survenu aujourd’hui, à l’hôpital Frantz Fanon de Blida, suite à la détérioration de son état de santé, alors qu’il était incarcéré depuis le 31 mars dernier à la prison de Ghardaïa.

Sa famille, ses camarades parmi les militants des Droits de l’Homme et son avocat, Maître Salah Dabouz, n’ont eu de cesse d’alerter les autorités publiques sur les conditions de sa détention qui ne répondaient même pas au souci de respecter le plus élémentaire de ses droits : le droit à la vie ! En grève de la faim depuis une cinquantaine de jours, Dr Kamel Eddine Fekhar recevait des injections quotidiennes qui l’aidait à tenir.

Récemment, Me Dabouz, avait tiré la sonnette d’alarme sur le danger de mort qui guettait ce militant et détenu d’opinion. Sur sa page Facebook, il a écrit :  » L’épouse de Fekhar m’a appelé m’annonçant, dans une panique totale que son mari ne s’est même pas réveillé pendant toute la durée de sa visite, au pavillon carcéral de l’hôpital de Ghardaïa. » Auparavant, le 16 mai dernier, Me Dabouz avait déclaré que  » Kamel Fekhar a reçu l’injection et ne s’est pas réveillé avant le lendemain. Il a ressenti des maux de tête, ils lui ont ramené un médecin. ce dernier lui a dit « Ne me parlez pas », ce qui l’a tellement énervé qu’il a perdu conscience et a perdu la mémoire ».

Arrêté avec son ami Aoun Hadj-Brahim pour  » atteinte à la sûreté de l’Etat » et « incitation à la haine raciale », Dr Kamel Eddine Fekhar avait accordé une interview vidéo à Mohamed Ali-Allalou, ancien animateur de radio. Dans cette vidéo diffusée sur la page Facebook de Mohamed-Ali Allalou depuis, environ, deux mois, Kamel Eddine Fekhar déclarait, entre autres : » J’ai fait de la prison pour mes écrits. »

Il y déplorait la situation politique de l’Algérie. Pour lui  » La place de celui qui ose dire la vérité n’est pas en prison ». Tout en espérant que « le Hirak » puisse faire naître « une nouvelle Algérie », Dr Fekhar déplorait « la justice du téléphone ». L’assassinat programmé de Dr Kamel Eddine Fekhar est un avertissement envoyé aux autres détenus d’opinion en Algérie, aux militants politiques, aux militants des Droits de la personne humaine, à toutes les Algériennes et à tous les Algériens qui se sont mis en un formidable mouvement populaire pour l’ instauration de l’Etat de Droit en Algérie.

En ces jours où le peuple algérien est entrain de réhabiliter le politique, le régime montre son incapacité à accepter la réalité du mouvement révolutionnaire pacifique en cours dans le pays. Pire encore, l’effondrement de sa façade « civile » n’a rien changé à sa nature criminelle !

LIBÉRONS-NOUS VITE D’UN RÉGIME CRIMINEL ET D’UN SYSTÈME MORTIFÈRE !

L’assassinat de Dr Fekhar n’est pas sans rappeler celui du journaliste Mohamed Tamalt Décédé le 11 décembre 2016, ce dernier avait été incarcéré pour « outrage à corps constitué » et « atteinte à la personne du président ». Il avait observé plus de trois mois de grève de la faim. L’Algérie d’aujourd’hui n’est, certes’, plus celle d’avant le 22 février 2019. Mais, le régime est toujours le même !

La promotion médiatique du feuilleton des arrestations que connait actuellement l’Algérie ne trompe que celles et ceux qui veulent croire à une justice « libérée de toutes les chaines et de toutes les pressions et les injonctions », qui revient comme un leitmotiv dans les discours lus par le chef d’Etat-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah, notamment depuis le 30 avril. Depuis le 22 février, le peuple algérien a clairement affiché sa volonté de libérer l’Algérie d’un régime criminel et d’un système de l’exercice du pouvoir mortifère.

Seulement, le souci de la vérité et l’impératif d’établir la justice doivent être au cœur de ce combat libérateur.Car, ces deux leviers sont à même de réhabiliter l’éthique et d’en faire l’âme du nouveau rêve algérien. L’affaire Kamel Eddine Fekhar rappelle la nécessité d’une libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion en Algérie.

Elle met aussi à l’évidence, l’impératif des mesures d’apaisement à prendre pour l’ ouverture réelle d’une période de transition. Face à un régime hermétique à la moindre velléité de changement, il appartient aux Algériennes et aux Algériens d’œuvrer à la définition d’un nouveau projet national pour l’Algérie et de constituer des pôles de convergence autour de ce projet. Aussi, leur appartient-il de rendre interactifs ces pôles pour instaurer des mécanismes de médiation nationale qui puissent faire de ce projet l’objet d’ un consensus national.

Le changement démocratique en Algérie ne peut faire l’économie d’une transition politique, juridique et économique. Il ne peut, non plus, éluder la question de la légitimité dont la prise en charge passe par un processus constituant offrant à l’Algérie un texte fondamental définissant l’Etat, la Nation et le Citoyen. C’est seulement dans ces conditions que sera garantie l’édification d’un Etat national reposant sur une identité citoyenne transcendante et garantissant les libertés démocratiques,l’égalité entre les citoyens et la justice sociale.

Un Etat articulé autour de la séparation des pouvoirs. Repose en paix, mon frère Kamel Eddine. L’Algérie du peuple ne t’oubliera pas.

Hacène LOUCIF.


Nombre de lectures : 2089
14 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • AMDJAHED NATH RAMDHANE
    28 mai 2019 at 14 h 23 min - Reply

    Le décès de cet infatigable militant en ces moments historiques est une immense tragédie pour le pays. Ce jour doit être marqué afin que les générations futures se souviennent de la barbarie du système.Un jour de recueillement et de deuil national couplé à une grève générale doit être observé.

    9
  • wahid
    28 mai 2019 at 14 h 32 min - Reply

    لا إله الالله، لا حول و قوى الالله

    Un enquête sérieuse est nécessaire

    Quitte a demander un enquête international, si la famille du défunt ne fais pas confiance en la justice Algérienne.

    3
    • wahid
      28 mai 2019 at 16 h 43 min - Reply

      Pour la famille du défunt ( لله يرحموا و نحن في اواخر شهر رمضان الكريم، شهر الرحمة و الغفران )

      1
      Kameleddine Fekhar : Entre info & intox
      https://www.youtube.com/watch?v=JDa7aYkBtdg

      Maintenant si la famille du défunt ne fait pas confiance à la justice Algérienne, une enquête internationale est nécessaire pour élucider ce qui s’est passé si la justice Algérienne ne regarde pas sérieusement ce qui s’est passé.

      Une enquête sérieuse est nécessaire en urgence pour situer les responsables de ce qui s’est avant, après sa condamnation, durant son incarcération et pour élucider les causes de sa morts.

      2
      Maître Salah dabouz (avocat & Militant des droits de l’homme)
      https://www.youtube.com/watch?v=zy3bJm6GN9k

      3
  • Meriem
    28 mai 2019 at 19 h 22 min - Reply

    , le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les juges sont au nombre de trois, un dans le paradis et deux dans le feu:
    – celui qui est dans le paradis est un homme qui a connu la vérité et a jugé avec
    – un homme qui a connu la vérité et a été pervers dans son jugement est dans le feu
    – un homme qui a jugé entre les gens alors qu’il est ignorant est dans le feu »

    4
  • said
    28 mai 2019 at 19 h 26 min - Reply

    ils l ‘ont tués, un de plus, pouvoir assassin, pouvoir assassin, paix a son ame, que le hirak reprends le flambeau jusqu a la victoire finale qui est toute proche, la victoire sur les forces du mal est ineluctable

    1
  • Dr.IA
    28 mai 2019 at 19 h 44 min - Reply

    إنا لله و إنا إليه راجعون

    Une fois de plus. il y eut mort d’hommes dans les geôles du système du pouvoir algérien. Alors que GAID claironne d’une caserne de Tamenrasset le dialogue franc et sincère. Bien qu’au courant du danger de mort qui guettait le défunt dans la prison de Ghardaia, depuis l’alerte de l’épouse et l’avocat sur la gravité de son état.
    GAID et les généraux ripoux ont préféré laisser faire sciemment en optant indirectement à la liquidation physique d’un opposant et d’un farouche défenseur des droits de l’homme. La liquidation premidité d’un algérien, comme, si la grève de la fain était un péché ,alors que c’est le dernier, l’ultime et légitime droit pour dénoncer le diktat des généraux ripoux et de leur justice aux ordres.

    Les commanditaires qui ont laisser faire penser tirer des dividendes pour faire taire tout activiste qui osera demander un état de droit, tout journaliste qui osera écrire des vérités, tout l’étudiant qui osé mobiliser et tout citoyen qui osera encore marcher pour faire aboutir un état de droit.

    Cette mort du Dr KamelEddine FEKHAR, ainsi que celle de Mohamed TAMALT, celle de Hassane BENKHEDDA, de Ramzi YETTOU , de Nabil ASFIRAN اللهم ارحمهم برحمتك نحسبهم شهداء عندك
    La mort de ces hommes, aura l’effet contraire sur le Hirak et sur tous les Algériens. Le sacrifice de ces nouveaux martyrs ne sera pas vain. Ils ont donner leurs vies pour dénoncer ces généraux ripoux qui pensent s’offrir une nouvelle virginité. Le peuple ne vous pardonnera jamais ces crimes, tous vos crimes. Dites vous que vous rendrez compte devant l’éternel et bientôt devant les Algériens que vous continuer d’ignorer.

    Faisant de ce 15 vendredi un appel a LIBÉRATION DE TOUS LES DÉTENUS POLITIQUES. rendant un vibrant hommage a nos NOUVEAUX MARTYRS portant leur portrait et leurs noms en ce Vendredi. Et exigeons surtout L’INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE COMME PRÉALABLE A TOUT DIALOGUE SÉRIEUX ET SERIN.

    Comment préconiser un dialogue sérieux alors que la justice est encore aux ordres pour preuves pourquoi condamner les deux jeunes ayant pousser le Policier Rombo qui gazzit au lacrymogène des citoyens pacifiques et faisant le jeûne ..Alors que les policiers de Ouaregla sont incarcérer alors que c’est le chauffard le fils et l’épouse du général ALAYMIYA qui les ont écraser et tabasser.

    Le Vendredi 31 mai 2019 aura comme slogan HOMMAGE AUX NOUVEAUX MARTYRS, LIBERATION DE TOUS LES DÉTENUS POLITIQUE ET D’OPINION ET POUR L’INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE IMMÉDIATE AVANT TOUT DIALOGUE

    SAHA FTORKUM

    6
  • Nacer
    28 mai 2019 at 20 h 10 min - Reply

    Un système criminel et malade, certains le croyait guérissable; le statut quo est inconciliable avec les intérêts du peuple qui a les yeux fixés vers la porte de la liberté . Que le peuple redouble de mobilisation,d’imagination et que l’intelligence fasse s’écrouler le système militaro-politique sur les têtes des oligarques.

    8
  • MAMMAR KAMAL
    28 mai 2019 at 21 h 39 min - Reply

    Le wali et Le procureur général de Ghardaia assumeront cette ignoble forfaiture. L’Etat, et particulièrement le ministre de la justice, bensalah, Bedoui et Gaid salah assureront ce déni de justice et cette non assistance à personne en danger de mort.

    4
  • Algérien éveillé
    29 mai 2019 at 2 h 44 min - Reply

    Allah yerham Dr Fekhar et toutes les autres victimes anonymes.
    Les criminels ont massacrés 250 milles algériens et faire disparaître 20000 autres sans se soucier.
    Le peuple s’est soulevé cette fois-ci comme un seul homme fort pour se dresser sur leur chemin,pour leur dire: Basta!Aux manipulations,à la diversion et à la division!Donc restons tous unis,laissons nos « chamailleries » à plus tard,l’urgence c’est de trouver un consensus politique pour faire dégager ce système et construire un Etat solide et un pays fort et fier de son peuple et toutes ses richesses.

    6
  • Mahindad
    29 mai 2019 at 5 h 14 min - Reply

    Certe le premier responsable de la mort du Dr Kamel Eddine Fekhar sont les autorités judiciaires qui l’ont mis en prison pour un délit qui n’en est pas un. Viennent ensuite les autorités administratives et politiques qui ont laissé faire ou ont encouragé l’emprisonnement de ce militant. En troisième position viennent les médias (tous sans exception) pour leur silence qui les rendent complices d’une mort programmée que personne n’a vu ou ne voulait pas voir venir.
    Au train où vont les choses après les premières places gagnées par l’Algérie en matière de corruption, d’autoritarisme, de faiblesse du nouveau de l’éducation et de l’enseignement, de répression et de réduction des libertés notre pays va décrocher le prix des décès des militants emprisonnés !…

    3
  • wahid
    29 mai 2019 at 6 h 44 min - Reply
  • Abdellah Chebbah
    30 mai 2019 at 4 h 48 min - Reply

    Ce qui vient de se dérouler devant nos yeux doit tous nous interpeller. Ce citoyen a été emprisonné à deux reprises pour avoir dénoncé les maux qui rongent notre pays. Sans raison valable, sans jugement, on l’a abandonné en prison jusqu’à ce que mort s’en suive. Ceci nous montre a quel genre d’ennemi nous avons affaire. Ce sont des barbares, des gens sans scrupules ni humanisme. Ils sont capables de tuer tout Algérien qui oserait se soulever pour ses droits et ses libertés. La violence est dans leurs gênes.

    4
    • wahid
      30 mai 2019 at 14 h 47 min - Reply

      Ce message est adressé à mes compatriotes Algériens en ces jours du mois de Karem

      و نحن في اواخر شهر رمضان الكريم، شهر الرحمة و الغفران

      Dr KAMEL EDDINE FEKHAR a été emprisonné à deux reprises pour avoir exprimé des opinions.

      Je vous ai posté la vidéo de l’entretien qu’a accordé le défunt Kamel eddine à Mohamed ali ALLALOU le 25 Mars 2019 et suite à cet entretien qu’il a été arrêté puis incarcéré.

      https://www.youtube.com/watch?v=KQ6xroR3wF8

      2
      Je met en ligne une autres Vidéo qui va vous donner une idée précisés, exacte et vraie des raisons de son incarcération et le parcours de cet activiste politique, militant des droits de l’homme et un défenseur infatigable de la communauté de la vallée du M’zab.

      https://www.youtube.com/watch?v=5j0krAAzMzk

      2
      Louisa Hanoun, Le Général Benhadid eux aussi ont été arrêté puis incarcéré pour leur opinions politiques et souvent suite aux entretiens qui ont accordé aux médias dont lesquels ils critiquent sévèrement ou maladroitement l’actuel GCA.

      L’Algérie traverse une période très difficile, elle risque de rejoindre le club des pays arabes qui ont choisi librement d’emprunter la voie de la confrontation, la violence, et la guerre pour régler leur différents politiques ou lieu de s’asseoir et discuter, dialoguer et négocier une coexistence dans la compréhension, le respect, la coexistence dans la paix et la sérénité.

      Les Algérien aujourd’hui ils ont le choix entre la paix ou la guerre, C’est a eux de décider, ou de vivre dans la paix, la solidarité, la liberté, la justice, la stabilité et la prospérité ou de se jeter dans les bras la FITNA, la confrontation, la violence, la devisions, le déni de droit, le déni de liberté ils auront à subir dans ce cas, calvaire, misère, faim, peur, exile , l’instabilité etc…C’est a dire reproduire 1992, comme si Ils n’ont rien appris de des 250 000 morts, 20 000 disparus, 2 000 000 d’exilés et la suite sans parler des conséquences socio-économique de ce conflit ouvert entre les décideur de l’Armée Algérienne et le FIS janvier 1992.

      Désormais

      Ils sont libre de choisir.

      entre

      Le Calvaire

      ou

      la paix.

      2
  • wahid
    31 mai 2019 at 15 h 39 min - Reply

    NO COMMENT

    Je laisse le soin aux Algériens de se faire une petit idée de ce qui s’est produit dans la Vallée du M’zab & un aperçu du mode de gestion de la crise sécuritaire par administrateur azzedine mecheri Wali de Ghardaia.

    Administrateur, désigné par un gouvernement ( Hdidouane ) & le ministre de l’intérieure ( le Magot de ouaregla)

    Graves déclarations du Wali de Ghardaïa تصرحات خطيرة لوالي غرداية عز الدين مشري 31 07 2016

    https://www.youtube.com/watch?v=4kqllPBRq54

    https://www.youtube.com/watch?v=CW8KIG83DGQ

  • Congrès du Changement Démocratique