Édition du
22 July 2019

Réponse au ministre de l’éducation nationale du gouvernement illégitime de Bedoui.

D’après la presse nationale, vous avez déclaré que l’élève algérien est éduqué dans un environnement de triche qui voudrait dire un environnement de fraude pour bien utiliser les mots justes.

Monsieur le ministre d’un gouvernement illégitime, mettre dans le même sac la quasi majorité des enfants Algériens qui ont préparé cet examen avec des nuits blanches avec la minorité tentée par la fraude est indigne pour le poste que vous êtes censé d’occuper. L’allusion que vous faites est plus mesquine. Le supposé fraudeur n’est ni un voleur ou violeur des richesses d’un pays. Il n’est pas dans le calcul de ses dividendes. Ni un enfant dont le papa peut utiliser un coup de téléphone et son enfant obtient le sésame. Monsieur, la tricherie ou plus exactement la fraude n’a rien à voir avec l’éducation des enfants par leurs parents. Alors arrêtez vos remarques mesquine et de mettre ça sur le dos des familles. Ces mêmes familles qui descendent par dizaines de milliers chaque vendredi sur tout le territoire national pour vous dire de partir. Au lieu d’incriminer les ados (qui peuvent être tentés par le diable) qu’est-ce que vous avez fait pour éradiquer ce supposé fléau de fraude. Avez vous organisé une compagne de sensibilisation dans les établissements ? Sur la télévision nationale ? Personnellement, ce que je vois c’est la publicité de produits cancérogènes, des produits fabriqués par les nouveaux colons sous protection des gouvernements au nom de l’autosuffisance et de la production nationale, mon œil ???

Actuellement, il y a un bac qui se passe dans le pays de vos rêves, la France. Je vous envoie une affiche qui est placardé dans tout l’établissement ou je surveille. Je vous laisse dans votre délire car je reste convaincu que cette révolution engagé par le peuple depuis le vendredi 22 février aboutira à l’indépendance réel de l’Algérie.

Lyes Laribi

Professeur de mathématiques et auteurs de plusieurs ouvrages dont « l’Algérie des généraux »


Nombre de lectures : 1530
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Mahindad
    23 juin 2019 at 8 h 56 min - Reply

    Bien dit.

    4
  • Dria
    24 juin 2019 at 19 h 07 min - Reply

    Monsieur le ministre faisait allusion à la fraude électoral et de sa culture (dans les appareils de l’état et de l’administration). Il parlait peut être des triches sous formes de pots de vin qu’on donne à l’APN pour être président d’une commission (dans le sénat, les wilaya et APC). Il pensait aux dessous de table pour avoir un poste de responsabilité dans cette Algérie dirigé par des corrompus ( Un directeur du CHU Mustapha à du débrousser plus d’un milliards pour avoir ce poste, il sait pertinemment qu’il les récupérera dans des marchés…).

    En sommes, ce ministre parlait inconsciemment de l’environnement politique dont il est issu,un environnement de triche et de fraude par excellence.

    Sa déclaration comme celle de Hadjar et le pourquoi du prix Nobel , c’est pour saper le moral de ceux qui travaillent sérieusement et qui passent des nuit blanches pour leur dire indirectement a quoi bon de travaillez dure. Vous êtes dans un système qui favorise les tricheurs, mais ca changera bientôt avec l’instauration de l’état de droit et la ré instauration des échelles de valeurs.

    5
  • lyes Laribi
    25 juin 2019 at 20 h 02 min - Reply

    Tout à fait d’accord avec vous monsieur Dria, dans la tête de ces personnes, du moment ou ils trichent (tous ceux qui ont participé à perpétuer ce système) donc c’est tout un peuple qui triche. Ce qui incroyable, c’est qu’il met ça sur le dos des parents ? Mais il est qui pour parler de l’éducation des Algériens et de la façon dont l’Algérien éduque son enfant ? Vendredi dernier ici en France, sur le sujet maths S et surtout ES, il y a eu une fuite de sujets et apparemment à grande échelle . C’est des choses qui arrivent. Moi en tant que professeur, je suis encore énervé et sous le choc. J’ai préparé mes élèves sur table pour pouvoir aborder n’importe quel sujet et quelque soit sa difficulté. Le faite de voir ça, ça vous coupe le souffle. L’équité vient de prendre un grand coup sur cet examen. Mais les autorités françaises et à leur tête le ministère de l’éducation à aucun moment n’a fait allusion à l’éducation des élèves. Il y a eu un communiqué où il indiquait qu’une plainte a été déposée auprès du procureur de la république. Et actuellement, ce sont les journalistes qui font leurs investigations pour informer les français des dessous de cette affaire. Point bas. Les corrections se poursuivent en attendant les résultats de l’enquête. Mais malheureusement sur ce genre de personnes (le ministre algérien), l’adage qui dit: qu’un voleur voit tout le monde comme voleur, il s’applique vraiment.
    l’Algérie aux Algériens.

    5
  • Congrès du Changement Démocratique