Édition du
22 July 2019

La digue est rompue et le peuple manifestera jusqu’à obtenir satisfaction de ses justes revendications pour les libertés et le Droit.

Saïd Mekki

Hirak 17 23 juin 2019

Quatorze manifestants ont été placés sous mandat de dépôt par la justice algérienne pour avoir brandi ou simplement avoir possédé un drapeau Amazigh lors des manifestations du 21 juin dernier. Il s’agit là d’un scandale absolu et d’une atteinte inacceptable à la liberté inaliénable de manifester et de s’exprimer. Ces jeunes, pour la plupart, ont été raflés au hasard en totale illégalité, dans la plus évidente tradition coloniale, par la police « nationale ».
Il s’agit là du premier effet du sermon démagogique lu par le chef d’Etat Major Gaid Salah le 19 juin 2019. Ceux qui rédigent les discours de ce géronte savent ce qu’ils font. L’opinion publique sait ce qu’elle a entendu, tous ont parfaitement compris le but de la manœuvre. En tous cas, si personne ne peut préjuger de la valeur militaire de ces rédacteurs de discours, tous peuvent constater l’inanité de leurs compétences politiques. Qui n’a pas immédiatement réalisé que l’Etat-Major de l’ANP, détenteur effectif du pouvoir, cherche à fracturer le front politique constitué par le peuple tout entier ? Cette grossière manipulation vise, dans la plus pure tradition coloniale ici également, à opposer les algériens berbérophones aux algériens arabophones.
La réponse des manifestants du vendredi 21 juin à cette tentative de division pour le moins stupide et à – très – courte vue a été sans ambages : l’union nationale a été réaffirmée avec force et conviction. Pour le peuple, d’est en ouest et du sud au nord, le drapeau Amazigh n’est aucun cas un concurrent ou un rival au drapeau de la nation algérienne. Le drapeau Amazigh est le symbole de la profondeur millénaire et de l’immense richesse culturelle du peuple tout entier, arabophone, berbérophone, francophone et dans toues les langues du monde. Cet emblème est le frère culturel de notre étendard national, celui que tous, Algériennes et Algériens, portent haut pour affirmer l’attachement patriotique à l’Algérie. Aucun général n’est en droit de faire appel cyniquement à la mémoire des martyrs pour tenter de porter atteinte à la cohésion du peuple. Aucun apprenti-despote, de l’Etat-Major ou d’ailleurs, n’est qualifié pour s’arroger le monopole du patriotisme ou pour décerner des attestions d’appartenance à la Nation.
S’il s’agit d’intimider ou de faire peur pour dissuader le peuple de manifester, le calcul est ici aussi d’une consternante ineptie. La digue est rompue et le peuple manifestera jusqu’à obtenir satisfaction de ses justes revendications pour les libertés et le Droit. Les décideurs militaires devraient essayer d’élever leur stratégie à la hauteur de ces attentes du peuple plutôt que de recourir aux méthodes éhontées de division du colonialisme. 
Les quatorze jeunes incarcérés illégalement doivent être immédiatement libérés tout comme les 160 prisonniers qui croupissent dans les geôles d’un régime délinquant.


Nombre de lectures : 787
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Nacer
    24 juin 2019 at 17 h 01 min - Reply

    FAKOU ! Les clans tentent et tenteront d’attiser la mémoire pour essayer pour souder les populations autour d’image nationale qu’ils sont censés Incarnés. Le futur se ne se jouera pas FAKOU!Pas de compétition des mémoires pas de divisions.

    5
  • Dria
    24 juin 2019 at 18 h 33 min - Reply

    je le répète c’est le temps pour les policiers, les gendarmes et les juges en postes de choisir leurs camps. Soit ils sont avec le peuple dont ils sont issu, soit ils sont au service d’une mafia qui les manipule pour sauver ses intérêts. SELMIYA nous la voulons, PACIFIQUE nous le resterons. Mais il ya un risque de dérapage,le GANG de GAID fait tout pour reprendre le contrôle, et si ca vacille ce peuple ne restera pas les bras croisé.Le peuple n’en ressortira que vainqueur.

    Ce n’est certainement pas avec ses arrestations abusives qu’il va faire marche arrière. Quatorze mandat de dépôt pour port de drapeaux Amazighs, pire durant les semaines passées c’est l’emblème national qui fut saisi dans de nombreux barrages filtrants. Il faut songer a créer le nouveau DRAPEAU DE LA MAFIA AU POUVOIR. Des gangs ayant déjà une constitution (qu’ils n’ont jamais respecter), des institutions bidons que le peuple ne reconnait pas (Sénat, Assemblée, Justice aux ordres…), Une capitale à club des pins que les autres algériens n’ont pas le droit d’accès.

    Ne sont pas Algériens et ne le seront jamais ceux qui ne se reconnaissent pas dans l’emblème national ou dans le drapeaux amazigh. Ne sont pas Algériens tous ceux qui participent à ces incarcérations injustes qu’ils soit policiers, gendarmes, juges, services secrets …Hontes à vous d’ester en justice ceux qui luttent pour votre émancipation… choisissez votre camps, l’heure de la justice sonnera bientôt, l’état de droit ce n’est plus un rêve c’est une obligation.

    A ses serviteurs de la sale besogne, vos maîtres une fois jugé rendront l’argent et les biens mal-acquis. Pensez a votre sort, personne ne vous pardonnera le rôle mesquin et lâche que vous êtes entrain de faire. Vous êtes pire que les Harki, avez vous conscience de vos actes. Si vous avez un brin d’honneur, demandez des comptes aux enfants de Gaid, Ouyahia, Sellal, Aboudjerra …ceux qui respectent le drapeaux tricolore plus que le notre…

    6
    • said
      25 juin 2019 at 20 h 12 min - Reply

      ceux qui excutent ces ordres n’ ont pas d ‘ame, seuls les primes ,les promotions , les privileges et plaire au chef , qui les interessent.

  • Nacer
    25 juin 2019 at 16 h 23 min - Reply

    L’intérêt du commandement de l’armée diffère désormais de l’intérêt général du pays. L’armée refuse d’abandonner les servitudes du pouvoir et s’occuper des casernes, c’est l’occasion aux commandants et chef des régions de démontrer et d’accomplir leur mission de se débarrasser de leur chef puisque la population à rejeté son approche d’élection présidentielle qui vise à perpétuer des coalitions boulitiques favorables au système autoritaire avec ses charpentes militaire et policière .

    6
  • mila
    25 juin 2019 at 18 h 47 min - Reply

    moi je veux du travaille et un logement, rien a foutre de votre drapeau australien…
    perdez pas votre temps avec ce emblème, le pouvoir cherche sa, chasser les corrompus, donner du travaille aux algeries sans exception faire régner la justice sociale, rendre les algériens des vrais citoyens respectés par les autres nations etc…

  • Congrès du Changement Démocratique