يومية الجزائر
Édition du
19 November 2019

Le wali et le droit de manifester..

 
Le walou de Souk AhrasDans une Wilaya perdue de ce vaste pays… Quatre jeunes viennent déposer une demande de manifester sur la voie publique.
–         salam alikoum Sid El Wali
–         Salam ou marhba bikoum. Je vous écoute (d’un ton ferme ! Celui d’un Wali quoi)
–         Voilà Sid El Wali, nous sommes quatre algériens désireux de déposer un droit de manifester en application de la La loi n° 89-28 du 13 décembre 1989 relative aux réunions et manifestations publiques : Walid, Amar, Larbi et Amazigh. Nous sommes accompagnés par une journaliste : Samia d’un journal local pour couvrir notre manifestation pacifique
–         Oh ! Manifester ? Pourquoi donc ?
–         L’art. 2.  Sid El wali «  La réunion publique est un rassemblement momentané de personnes concerté et organisé dans un lieu accessible au public, en vue d’un échange d’idées ou de la défense d’intérêts communs »
–         Et c’est quoi les idées que vous défendez ?
–         Dire ce que nous avons sur le cœur. La situation que traverse l’Algérie est grave et nous craignons des dérives. Nous voulons concrètement être sur le terrain pour faire entendre un autre son de cloche quant à la prochaine élection présidentielle
–         Oui je vois. Vous êtes contre le 4eme mandat c’est ça ?
–         Ce n’est pas ça le problème Sid El Wali !
–         Alors quels seraient vos slogans ?
–         La loi ne nous oblige pas à le dire Sid El Wali mais on peut vous répondre simplement :
o       Pour Walid, la pancarte portera «  Non à la décadence des institutions »
o       Pour Amar, ce sera « Où est l’opposition ? »
o       Pour Larbi, ce sera «  L’alternative existe ! Utilisons là ! »
o       Pour Amazigh, ce sera « Stop à cette mascarade. Résolvons les vrais problèmes »
La Wali, rassuré :
–         ah je vois, je vois. Une manif bon enfant quoi. Mais vous n’êtes que quatre ?
–         Oui nous ne sommes que quatre Sid El Wali. Mais « Il y avait autrefois un grain de sable qui se lamentait d’être un atome ignoré dans le désert ; au bout de quelques années il devint diamant, et il est à présent le plus bel ornement de la couronne du roi des Indes. ».
–         Wow ! Qui a dit ça ?
–         Je ne me rappelle plus Sid El Wali. Mais ce n’est pas Khalida Toumi. En plus, la plume de Samia va peut être nous aider à nous faire entendre.
–         OK. Je veux voir vos pièces d’identité, le lieu et l’heure exacts de la manif, les moyens que vous comptez mobiliser et toute info me permettant de prendre une décision
–         Tout est inscrit dans notre demande Sid El Wali. Nos moyens ? Quatre pancartes confectionnées
o       avec des feutres importés de chine qui ne marchent d’ailleurs pas.
o       Un drap sale récupéré  d’un hôpital local,  qui s’effiloche vite et ne résiste pas à la moindre goutte d’eau.
o       Des manches de pioche récupérés dans une exploitation agricole à l’abandon
o       Une agrafeuse importée de Taiwan qui fonctionne autant que nos institutions
Le wali, s’adressant à la journaliste
–         vous êtes dans quel journal madame ?
–         Heu… un journal « normal », comme la santé de notre Président
Après un moment de réflexion, le Wali
–         Je ne peux vous accorder ce droit de manifester. Même si vos revendications semblent pacifiques et légitimes, le fait que vous soyiez couvert par une presse arrogante risque de dévier vos ambitions et transformer votre manif.
–          ????????????
Celui qui osera venir nous dire que le militantisme se fait dans la rue et non dans les réseaux sociaux….
Youcef L’Asnami


Nombre de lectures : 10769
6 Commentaires sur cet articles

Laisser un commentaire

*

*

  • leila
    6 mars 2014 at 5:42 - Reply

    Excellent. Cruelle vérité contre la bureaucratie qui nous envahie.

  • rafik
    6 mars 2014 at 10:19 - Reply

    en effet, le militantisme se fait dans la rue mais pas dans les reseaux sociaux.
    cependant il faut essayer d’inventer de nouveaux moyens de militantisme, sachant que:
    1/ la police du regime et ses reserves se sont aguerris aux techniques d’etoufffement des manifestations, comme on le voir depuis un an ou 2. Ils ont compris qu’il fallait empecher les regroupements de grossir au point de devenir incontrolable. ce sont les francais qui leur ont appris la combine. il peuvent compter sur des concentrations fortes de plusieurs milliers de flics. c’est pour cela qu’ils engagent autant de flics.
    2/ ces milliers de depart de manifestations infructueuses a travers tout le territoire naitonal risquent de lasser non seulement les manifestants eux memes, mais les populations qui peuvent se sentir leses dans leur quete de survie journaliere. ces troubles publiques deviennent lassants a la longue ne vehiculant aucune determination noi force de changement.
    3/ manifester pour indiquer un mecontentement a l’egard de ces dirigeants n’est plus suffisant. ces derniers ne se sentent pas du tout concernes ni meme apeures se sentant securises par l’investissment dans les forces repressives.
    Que faire..et bien rendre caduque tout cet investissement dans la force repressive pour prevenir des debordements massifs dans la rue.
    Il faudrait plutot les faire sortir dans la rue, puis faire des villes mortes ou les forces du desordre se sentiraient vraiment seuls dans la rue.
    On pourrait donc, en ajoutant cette evolution rendre plus difficile leur sortie et “s’amusant” au chat et a la souris avec ces pervers.
    Il faudrait aussi s’organiser pour que chaque quartier puisse faire des provisions de survie en cas de plus grande “absence” au travail et dans la rue.
    Ces propositions ne sont que des etapes qui visent tactiquement 2 buts:
    1/ finir par demobiliser les forces de l’ordre ou du desordre qui se rendront compte de l’impossiblite de maitriser les foules et qui refuseront progressivment a sevir contre ces memes foules les jours des grands flux et reflux.
    2/ faire prendre conscience a l’elephant (le peuple, la foule) de sa force nationale. lorsque tous ces quartiers villes et villages auront reussi a synchroniser le signal “ville morte” dans leurs localite, alors ca donnera un sentiment de force nationale qui signera le debut de la fin du regime par la demobilisation des forces qui le protegent.
    il est logique de penser que si on n’arrive pas a former un signal (taille de la foule) )largement au dessus du brouit de fond de la rue (les flics), il ne reste alors que vider la rue de foule et laisse r le bruit de fond tout seul.
    l’absence d’un signal est un signal. c’est un principe scientifique largement utilise.
    Les forces d’oppositions honorables qui veulent un reel changement et rupture avec ce systeme devraient rapidement se mettre autour d’une table pour discuter non seulement les principes fondateurs mais aussi les aspects pratiques de la rebellion.
    il est aujourd’hui vital de faire evoluer les voies de la contestation en dejouant leur mode operatoire et en le rendant caduque. c’est comme cela qu’ils paniqueront et comprendront a quelle intelligence ils vont etre defaits.

    • OUAZAR
      11 mars 2014 at 10:50 - Reply

      GRAND MERCI MONSIEUR RAFIK VOTRE COMMENTAIRE EST TRES INSTRUCTIF ET C EST LA SEULE CHOSE QUI POURRA FAIRE QUELQUES CHOSE POUR SE DEGAGER DE CES SALOPARDS CES HYPOCRITES TROP DE TEMPS A ETE PERDU DEJA 15 ANNEES DE POUVOIR DE CORRUPTION ON EST TOMBES AUSSI BAS ET TOUT LE PEUPLE A TOUJOURS APPLAUDI MAIS AVEC CE MOVEMENT BARAKAT JE PENSE QUE PETIT A PETIT IL FERA ENTENDRE DE LUI ET JE SUIS AVEC A 100 POUR CENT CE SERA DIFFICILE DE BATTRE CES SALOPARDS MAIS IL FAUT BIEN FAIRE QUELQUE CHOSE LE MOUVEMENT BARAKAT DOIT TRES BIEN SE STRUCTURER ETRE INTELLIGENT ET SURTOUT EVITER QUE LES SOIS DISANTS PARTIS POLITIQUE ARRIVE A S ENROLER DANS SES STRUCTURES ILS SONT TOUS MANIPULES PAR LE DRS ET LES GENERAUX C EST EUX QUI TIENNENT LES RICHESSES DU PAYS JE SOUHAITE DONC DE TOUT COEUR QU UN JOUR ON ARRIVERA A JUGER TOUTE CETTE RACAILLE IL LE FAUT ON LE DOIT AUX VERITABLES CHAHIDS QUI SONT MORTS OU ASSASSINES POUR QUE VIVE L ALGERIE ENCORE UNE FOIS MERCI DE COMPTER SUR D AUTRES CITOYENS SINCERES

  • Fatima
    7 mars 2014 at 7:55 - Reply

    Suis totalement d’accord avec Rafik. Une greve generale serait la bienvenue. mais le peuple est divisé. Les uns sont engraissés par le pouvoir et defendent leur beafteak. Les autres cherchent d’abord leurs propres interets. Pas de camera pas de contestation. Ces 4 jeunes sont le parfait exemple de ce qu’il faut faire. Des manifs sinceres et spontanées avec les moyens du bord. Mais le pouvoir trouvera toujours des excuses pour interdire une manif. Il faut quand même esperer

  • fatiha
    19 mars 2014 at 11:42 - Reply

    Juste GÉNIAL cet article…Que de pures vérités relatées avec Humour. Quand ça bouillonne au fond de nos cœurs et qu’on est impuissants devant une telle BUREAUCRATIE mieux vaut faire dans la finesse de l’humour pour apaiser nos peines.
    ” Tout est inscrit dans notre demande Sid El Wali. Nos moyens ? Quatre pancartes confectionnées
    o avec des feutres importés de chine qui ne marchent d’ailleurs pas.
    o Un drap sale récupéré d’un hôpital local, qui s’effiloche vite et ne résiste pas à la moindre goutte d’eau.
    o Des manches de pioche récupérés dans une exploitation agricole à l’abandon
    o Une agrafeuse importée de Taiwan qui fonctionne autant que nos institutions ”
    Que rajouter de plus…La pertinence de ces quatre exemples est très appropriée aux faits se rapportant au fond de la cause !!! BRAVO l’auteur.

    • Omar
      20 mars 2014 at 12:42 - Reply

      une tres belle image de l’etat du pays que vous avez bien resumé dans cet extrait

    Lire aussi