يومية الجزائر
Édition du
10 December 2019

GAZ DE SCHISTE. Mais qui est le "spécialiste" Thomas Murphy invité par Sonatrach?

Publié par Saoudi Abdelaziz

http://www.algerieinfos-saoudi.com/

Flanqué du Pdg par intérim, Thomas Murphy a expliqué hier au siège de Sonatrach qu’ “il n’y pas de risque”, dans l’exploitation du gaz de schiste, mais qu’il fallait juste “la transparence de l’information”. Ce “spécialiste” est-il indépendant? Le centre Marcellus qu’il dirige en Pensylvanie est en fait financé par le lobby des 300 entreprises directement impliquées dans l’exploitation du Marcellus shale un des principaux bassins états-uniens de gaz et huile de schiste (voir photo).
La dépêche diffusée hier par APS pour rendre compte de “l’évènement” a essaimé ce matin dans divers quotidien. Les autorités ont appellé Mr Murphy en renfort, via l’Institut algérien du pétrole (IAP). “Ce spécialiste américain”  a préché la bonne parole au siège de Sonatrach entouré du P-dg par intérim Saïd Sahnoun, de hauts cadres du secteur énergétique ainsi que des étudiants de Tamanrasset proches de deux puits-pilotes de gaz de schiste d’Ahnet (In Salah).

 Mr Murphy, un excellent technico-commercial

Mais qui est cet expert américain qui affirme : L’évolution technologique a permis de trouver des solutions à ces risques, mais la société civile et les populations locales doivent être tenues informées”. Thomas Murphy est présenté comme “directeur du centre Marcellus de Pennsylvanie pour la sensibilisation et la recherche (MCOR)”.

“Le centre Marcellus” où il fait sa carrière, s’il est bien accollé à l’Université de Pensylavie, est en fait une enclave, parrainée et financée “à l’américaine” par les producteurs de gaz et huile de schiste, qui exploitent le célèbre “gisement Marcellus”, qui lui donné son nom au centre où M. Murphy fait sa carrière.

Un article du site Radio Canada notait à propos de ce gisement qui s’étend sur plusieurs Etats : “En 2013, avec 7200 puits de gaz de schiste, en Pennsylvanie seulement, depuis 2008, ils ont produit plus de gaz qu’ils sont capables d’en vendre. Les prix se sont donc écroulés en cinq ans, passant d’environ 10 $ à 3 $ par 10 000 millions d’unités thermiques britanniques”. L’article nous donne une idée de la tâche assignée au “spécialiste” Thomas Murphy. Il était, aux côtés du sénateur pennsylvanien Gene Yaw, sur la brêche pour écouler la marchandise, boudée par la clientèle. Il bonimentait alors  : “On observe un nombre record de propriétaires qui convertissent leur maison au gaz pour le chauffage, ajoute Tom Murphy. C’est trois fois moins cher de chauffer au gaz, avec le prix actuel, qu’avec le pétrole”.

Le lobby du Marcellus share

On ne trouve nul part, dans la planète du net, la moindre trace d’une contribution scientifique de ce “spécialiste”, ramené par Sonatrach, sur la nocivité ou non de l’exploitation des hydrocarbures non conventionnel. Ce n’est pas Mr Murphy qui nous parlera des I”mpacts environnementaux et sanitaires de l’exploitation du gaz de schiste” dans le bassin Marcellus. Que dit Wikipedia à ce sujet ? “Ces impacts (…) suscitent depuis quelques années une inquiétude voire une opposition croissante en raison d’enjeux environnementaux, sanitaires et paysagers. De plus, en raison de la “dureté”  et “porosité” spécifique des argiles schisteuses du « Marcellus shale », c’est dans ce bassin que les quantités d’eau nécessaires pour l’hydrofracturation sont les plus importantes (pour les principaux gisements du pays)”.

Wikipedia nous révèle aussi la filiation du “spécialiste” Thomas Murphy appelé à la rescousse par le lobby algérien du gaz de schiste  : Environ 300 entreprises industrielles et de service ont constitué un groupe de lobbying couvrant la zone du Marcellus shale, mais aussi la formation géologique dite « Utica Shale » et des « formations schisteuses connexes ». Cette coalition est nommée Marcellus Shales Coalition. La coalition défend les intérêts de ses membres avec comme principal objectif affiché de présenter aux« décideurs, régulateurs, médias et autres parties prenantes publiques les impacts positifs dont la production de gaz naturel est responsable en profondeur sur les familles, les entreprises et les collectivités de la région ».


Nombre de lectures : 11693
4 Commentaires sur cet articles

Laisser un commentaire

*

*

  • Larbi Anti-DRS
    19 février 2015 at 12:08 - Reply

    Thomas Murphy is at: http://www.marcellus.psu.edu/
    C’est un type appartenant a un lobby petrolier via l’universite’ de Pennsylvania. Il est dans le Risk Management. Il est invite’ pour dire il y a un risk partous, mais si ont prend soin le patient ne meurt pas. Il vend ce que les stupides nomment un Risk “Calcule'”.
    Ce n’est pas un scientifique, c’est un spin “doctor” qui n’a aucune attache pour le rendre responsable si ca tourne mal. Il y a une these de Pennsylvania infiniment maigre, de Master (scientifiquement non responsable) ou la conclusion est meme apres le traitement de l’eau de fracturation, cet eau n’est pas propre a l’utiliser dans l’agriculture. (lire abstract ci-dessous).
    De qui se moque t’ont a l’IAP des annees 2015 ou a Sonatrach? Des stupides qui squattent les postes de decisions du pays ou du peuple Algerien!
    =======================================
    Title: Workshop Report: “Risks and Policies of Hydraulic Fracturing: Assessment and Deliberation”, Georgia Tech, November 13-14, 2014
    Abstract: Report of the workshop: Risks and Policies of Hydraulic Fracturing:
    Assessment and Deliberation, held at Georgia Tech, November 2014. Report includes the following: 1.
    Workshop program
    2. Communication: \The Fracking Debate in Europe”, Dr. Terry Engelder, Professor, Department of Geosciences, Pennsylvania State University
    3. Presentation:\State Review of Oil & Natural Gas Environmental Regulations, Inc.” Mr. Ryan Steadley, executive director, Stronger Inc.
    4. Presentation:\Conveying the Science of Risk – Evolving Perceptions Within Non-Technical Audiences”, Mr. Thomas Murphy, Director of Penn State Marcellus Center for Outreach and Research
    5. Presentation: \Hydraulic Fracturing: An engineering perspective on modeling issues”, Mr. Hao Xu (Ph.D. student), Ms. Amanda Francis (undergraduate research assistant), Dr. Chloé Arson (Assistant Professor), School of Civil & Environmental Engineering, Georgia Institute of Technology
    6. Presentation: \Acceptable Risk and the Policy Context of Hydraulic Fracturing”, Dr. Robert Kirkman, Associate Professor, School of Public Policy, Georgia Institute of Technology
    7. Abstract presented at the 2015 Annual International Conference of the Association of Practical and Professional Ethics: \An Integrative Approach to the Ethics of Hydraulic Fracturing: A Report on Work in Progress”, Dr. Robert Kirkman, Ms. Rebecca Harris, Ms. Amanda Francis, Mr. Hao Xu, Dr. Chloé Arson, Dr. Lauren Stewart, Georgia Institute of Technology
    Type: Technical Report URI: http://hdl.handle.net/1853/53145
    Date: 2014-11
    Contributor: Georgia Institute of Technology. School of Civil and Environmental Engineering
    Publisher: Georgia Institute of Technology
    Subject: Hydraulic fracturing / Ethics/ Rock mechanics/ Policy/ Risks
    ========================================================
    The Pennsylvania State University
    The Graduate School College of Agricultural Sciences
    LAND-BASED DISPOSAL OF FLOWBACK WATER RESULTING FROM
    HYDRAULIC FRACTURING OF GAS WELLS IN THE MARCELLUS SHALE
    A Thesis in Agricultural and Biological Engineering
    by Cody C. Cogan
    © 2013 Cody C. Cogan
    Submitted in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Science May 2013ii
    The thesis Cody C. Cogan was reviewed and approved* by the following:
    Herschel A. Elliott Professor of Agricultural and Biological Engineering
    Major Professor and Thesis Adviser Albert R. Jarrett Professor Emeritus of Biological Engineering
    Jack Watson Professor of Soil Science/Soil Physics
    Thomas B. Murphy Co-Director of the Marcellus Center for Outreach and Research (MCOR)
    Virendra M. Puri Distinguished Professor and Graduate Coordinator of Agricultural and Biological Engineering *Signatures are on file in the Graduate School.iii
    Abstract
    Natural gas is extracted through hydraulic fracturing, the pumping of water under high pressure into the shale, fracturing the strata, thereby allowing gas to escape. Gas returns to the surface under high pressure carrying with it brackish or brine water known as flowback.
    Flowback is generally contaminated with fracturing fluids and substances naturally occurring in the shale strata. Flowback ranges from 1,000-150,000 ppm total dissolved solids (TDS) including sulfates, chlorides, bromides, and toxic proprietary fracturing chemicals (Shramko et al., 2009). Flowback contains several components that are linked to harmful environmental and health effects.
    Due to these potentially toxic substances contained within flowback waters, discharge directly into the aquatic systems is not permitted. Flowback water requires extensive treatment at specialized treatment facilities to meet Pennsylvania discharge regulations. Due to the high quantities of flowback produced in Pennsylvania, 4 million gpd (15 million Lpd), a more efficient and cost effective disposal method is needed. Land-based disposal of flowback waters
    could potentially meet this need.
    Feasibility of land-based disposal of flowback in Pennsylvania was evaluated specifically focusing on the effects on soil saturated hydraulic conductivity (Ksat) and leaching of selected flowback components (Ba, Cd, Pb, Se, Sr, and Cl) through 66 cm soil cores collected from an area mapped as the Morrison soil series. The soil Ksat was estimated in-situ at the soil collection location with double-ringed infiltrometers and in the laboratory column leaching experiments.
    Leachate samples (100 mL) were collected from soil columns until one pore volume (~1,000 mL) had leached. Leachate concentrations of Ba, Cd, Pb, Se, Sr, and Cl were evaluated by the PSU Agricultural Analytical Services Laboratory and compared to federal drinking water standards and EPA lifetime advisory levels.
    The flowback water collected from an active well pad in SW Pennsylvania was
    characterized by very high salinity (EC = 87.7 dS/m), sodicity (SAR=68.8 (meq/L)
    0.5), and extremely high TDS (219,000 ppm). Chloride (141,000 mg/L) was a major contributor to the vihigh TDS level. Elevated Ba and Sr concentrations were comparable to values reported in the literature for other flowback waters.
    The Ksat values measured using flowback were not significantly different (α=0.05) from those determined for a 0.05 M CaCl2 solution in both the field infiltrometer and laboratory column leaching experiments. Results therefore indicate that flowback water will not likely impact the hydraulic capacity of the soil if applied directly to the land surface as a disposal method.
    Application of flowback water to soil columns resulted in leachate concentrations of Ba, Cd, and Pb that significantly exceeded Federal Drinking Water Standards. Leachate Sr levels were far in excess of the EPA Drinking Water Lifetime Advisory Level of 4 mg/L. The Ba and Sr leachate concentrations increased progressively as more flowback was applied to the soil columns so that the leachate concentrations were equal to the initial flowback concentrations of Ba and Sr. Based on the estimated total soil cation exchange capacity, it is likely that the extremely high content of cations in the flowback quickly saturated all available exchange sites
    in the column soils.
    Equilibrium calculations based on tabulated thermodynamic stability constants suggest that high Cl- in the flowback enhanced leaching of Cd and Pb by forming non-adsorbing complexes with these metals. Some leachate Cd and Pb concentrations were higher than levels in the flowback water applied to the soil columns, implying that the high Cl- in the flowback water was mobilizing Cd and Pb from the soil itself.
    Results indicate that direct application of flowback water will not initially have a
    negative impact on the hydraulic capacity of the Morrison soil used in this study. However, the presence of Ba, Cd and Pb at levels above drinking water standards in soil column leachates suggest land application of flowback water potentially represents a groundwater pollution risk.
    Further investigation is needed under a variety of soil, flowback water, and vegetation conditions for a more comprehensive evaluation of the feasibility of land-based disposal of flowback waters generated in hydrofracturing operations.

    • S.O.S SAHARA
      25 février 2015 at 7:43 - Reply

      @Larbi-anti DRS .
      Les intellectuels « embarqués » de l¹Empire.
      Piste de réflexion à propos de cet “envoyé très spécial” US, en réponse à la basse politique de caniveau et de tromperie criminelle, où l’on voit un organisme d’État à la manœuvre, manipuler sans vergogne la science et l’opinion publique . Ce groupe national d’intérêt stratégique pour l’Algérie est, à ne pas en douter, corrompu par infiltration -neutralisation et dévoiement. Cette association de malfrats roule pour des groupes d’intérêts privés, bien privés, locaux et mondiaux, engagés qu’il sont, dans la promotion et la rationalisation de projets, ainsi que de programmes du pouvoir mis en œuvre tant en Algérie qu¹à l¹Etranger, aux dépens de la majorité du peuple algérien.
      >>>>>>>>>>>>>
      C A LIRE : Les intellectuels « embarqués » de l¹Empire.
      > « Empire¹s embedded intellectuals », les « intellectuels embarqués de l¹Empire »: cette expression a été créée par le professeur Hatem Bazian de l¹Université de Californie à Berkeley afin de décrire des personnes engagées dans la promotion et la rationalisation de projets, ainsi que de programmes du pouvoir mis en ¦uvre tant aux Etats-Unis qu¹à l¹étranger, aux dépens de la majorité du peuple américain et des autres peuples.
      Au cours d¹une conférence prononcée récemment à l¹Université de Berkeley, sous le titre « Les intellectuels embarqués de l¹Empire », le Dr. Bazian, professeur à la Faculté des Etudes Ethnologiques et du Proche-Orient, a expliqué que ces intellectuels « embarqués » sont employés, tout en bénéficiant de bourses universitaires, au service d¹objectifs nationaux, et parfois extra-nationaux, en subvertissant bien souvent les méthodes reconnues de la recherche et de l¹investigation scientifiques, tout en assénant des propositions et des hypothèses tirées de données idéologiques pré-construites. En cela, les questions objets de leurs recherches sont formulées idéologiquement et les « preuves » qu¹ils invoquent pour étayer leurs démonstrations sont biaisées, afin de fabriquer en tant que de besoin les « pépites » si fébrilement recherchées.
      Source : http://www.ghazali.net/amp-onea/html/french_version.html
      >>Article écrit par Abdus Sattar Ghazali, American Muslim perspective, 2OO5 >>Original : http://amperspective.com. >>Traduit de l¹anglais par Marcel Charbonnier, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. (transtlaxcala@yahoo.com).

      • Larbi Anti-DRS
        26 février 2015 at 9:30 - Reply

        Thanks, c’est un article d’un observateur initie’ et intelligent. C’est un article necessaire pour pour comprendre comment les societes multinational du petrole, armes, agriculture, services et retails, les administrations americaines, les services de securites (FBI, CIA, NSA et autres meme prive’), les universites de droite chretienne avec les “think tanks” (tanks d’ordures) font pour detruire des peuples et coloniser leurs territoires. Les exemples de l’Afghanistan et de l’Irak, le partage du Soudan (le sud soudan puis le darfour), et maintenant la Syrie et la Libye. Dans un avenir proche ca serra le tour de l’Algerie avec une destabilisation emmanant de l’Egypte, Marroc et les fonds des pays du Golf (Arabie Seoudite, Emirate et Koweite).
        Ce qui manque a cet article est le probleme des nation unie avec le veto des cinq membre permanant du conseil de securite’, qui sont les vrai destructeur du monde. Les USA qui sont les vraie destructeur des Palestinien et de la Palestine avec leurs politique de delay, resistance et de denis meme en bafouant le droit national et international.
        Un autre point crucial qui manque a cet article sont les familles royales du Golf (Seoudite, Emirate, Koweite, Qatar, etc) qui pour leurs propre survie detruise le monde et sont une marionette entre les mains de ceux cite’ dans cet article ci-dessus.
        Seul la democratie, la loi et l’application du droit sont le remede contre ces vautours Americains, Francais, Anglais, Rois du Golf, etc.
        Total, Elf, Shell, BP, etc viennent de cree un “Think tank” avec un ingenieur Francais a sa tete pour essayer de changer l’image du Gas schist en Europe. Le but c’est de pousser les peuple d’europe a accepter de dtruire l’Algerie, le Libye et tous le Sahal de la Mauritanie au Soudan et de L’Algerie au Golf du Nigeria (le Sahara de l’Afrique) pour le gas de schist. Mais en meme temps les Africains doivent rester chez eux et mourir de pollution, les rescape’ eux avec leurs boat-people doivent eux ausssi mourir en mer.

  • A.Hocine
    19 février 2015 at 11:13 - Reply

    Un vieux dicton algerien dit: Moul El Foule Ikol Tayab. C`est justement le genre de déclaration que les décideurs algériens attendait.Rien de plus.Or que c`est il produit l`expert a répondu en coupant la poire en deux je cite: L’évolution technologique a permis de trouver des solutions à ces risques, mais la société civile et les populations locales doivent être tenues informées .
    L`inquiétude des habitants d`In Salah était donc fondée,et l`État a tort de n`avoir pas suffisamment informer les habitants de l`évolution des résultats obtenus par les nouvelles techniques d`extraction.
    Que va faire l`Etat,maintenant,soumettre cette affaire au referendum,ou a une votation de L`APN et du SENAT?

  • Lire aussi