يومية الجزائر
Édition du
21 October 2019

Après Bouteflika, des Algériens continuent de manifester contre un “scénario à l’égyptienne”

ALGÉRIE05/04/2019 20h:18 CET

www.huffpostmaghreb.com Par Hamdi Baala

Bouteflika est parti. Les manifestations se poursuivent et des Algériens craignent un nouveau Sissi. Reportage.

Des manifestants à Alger centre trois jours après la démission de Abdelaziz Bouteflika...
Des manifestants à Alger centre trois jours après la démission de Abdelaziz Bouteflika vendredi 5 avril: “Non au scénario égyptien”. 

Marcher 300 mètres à Alger-centre une journée de vendredi prend toujours 30 minutes. Depuis le 22 février 2019, la révolution qui a fait tomber Abdelaziz Bouteflika se poursuit et en ce 5 avril, des centaines de milliers sont encore sortis pour changer réellement de régime et éviter un “scénario à l’égyptienne”.

La journée a commencé avec un ciel couvert mais a fini ensoleillée. Dès 10 heures du matin un rassemblement s’est formé au niveau de la Grande Poste. C’est devenu habituel depuis le 22 février et davantage les vendredis. Les 3B (Bedoui, Bensalah et Belaïz) sont devenus les nouvelles cibles de la majorité des manifestants, les qualifiant de membres de la Îssaba (gang) et exigeant leur départ. Pour une réelle transition démocratique.

Mais d’autres exprimaient une autre crainte. “Non à la réédition du scénario égyptien”, pouvait-on lire sur une large banderole que des manifestants ont déployé à côté de la Grande Poste. D’autres ont marché avec une banderole rouge sur laquelle on pouvait lire : “Non à la reproduction de l’expérience égyptienne. Non au scénario égyptien”.

Le scénario égyptien renvoie bien sûr au renversement en 2013 de Mohamed Morsi, le premier président élu démocratiquement, par le maréchal Abdelfattah Sissi, tuant au passage au moins 638 sympathisants lors du massacre de Rabaa.

“Gaïd Salah, vous n’allez pas nous avoir. [Un scénario à la] Sissi est une vieille méthode”, a écrit sur sa pancarte Sofiane, un jeune manifestant rencontré en face de la Grande Poste. “Si Gaïd prend le pouvoir, ça sera pire que Bouteflika”, a-t-il déclaré.

D’autres écriteaux allaient dans le même sens : “Le peuple est le seul héro. Gaïd Salah, vous êtes un employé de son Excellence le peuple”, “L’armée est la nôtre mais Gaïd Salah ne l’est pas” ou encore “Non à l’implication du militaire dans le politique”.

Certains Algériens ont salué le rôle de l’armée qui a sommé Abdelaziz Bouteflika de partir “immédiatement” une heure avant que ce dernier ne démissionne. Beaucoup de manifestants distinguent l’institution militaire du chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah, fidèle de Bouteflika pendant longtemps et considéré aussi par certains comme membre de la ”îssaba”.

Après Bouteflika, des Algériens continuent de manifester contre un

Tranchant avec ceux-là, certains ont déployé une banderole à la place Audin à la gloire du général de corps d’armée, le montrant en chasseur de serpents  représentés en les personnes de Saïd Bouteflika et les hommes d’affaires réputés proches de lui, entre autres.

Après Bouteflika, des Algériens continuent de manifester contre un

De nombreux manifestants craignent ainsi l’avènement d’une dictature militaire comme celle en place en Egypte depuis 2013. Cette dernière a suivi la révolution qui a fait tomber Hosni Moubarak après une courte fenêtre démocratique et sert maintenant de mauvais exemple à suivre.

“Il faut voir ce qui s’est passé en Egypte. Sissi a maintenant le droit de rester président 35 ans de plus. Nous ne voulons pas devenir comme ça !”, a martelé Sofiane. “Si la majorité du peuple veut être gouvernée par des militaires, moi je quitte le pays”, a-t-il ajouté.

Après Bouteflika, des Algériens continuent de manifester contre un

Propagande et pressions

Beaucoup d’Algériens ont commencé à faire le parallèle avec l’Egypte dimanche dernier. La propagande d’Echorouk, qui a titré lundi en Une : “Le peuple mandate l’armée”, poussant le Facebook algérien à lancer un hashtag pour la dénoncer.

Lire aussi : “Je n’ai pas mandaté l’armée”: Un hashtag pour dénoncer le jeu trouble d’Echorouk

En plus de la propagande médiatique, des manifestants qui affichent leur opposition à Gaïd Salah affirment avoir subi des pressions.

“De nombreuses personnes se sont approchées de moi et m’ont demandé de retirer ma pancarte parce que j’ai écrit un message contre Gaïd Salah”, a confié Sofiane.

Après Bouteflika, des Algériens continuent de manifester contre un

Des journalistes ont aussi rapporté qu’en interviewant des manifestants au message hostile au chef d ’état-major, ces derniers ont été soient interrompus soit chahutés par des inconnus.

Vers 17 heures et demi les manifestants ont commencé à se disperser. Depuis le message au vitriol une heure avant l’annonce de la démission de Abdelaziz Bouteflika, l’armée n’a plus communiqué sur la crise actuelle.


Nombre de lectures : 1360
3 Commentaires sur cet articles

Laisser un commentaire

*

*

  • Moussa
    6 avril 2019 at 6:36 - Reply

    IMPORTANT : URGENT : IMPORTANT
    SELON LE SITE huffpostmaghreb

    la police aurait reçu l’ordre d’interdire toute manifestation ou rassemblement à Alger en dehors de ceux du vendredi, y compris par la force !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    ———————————————————————————-
    EST-CE QUE Les 40 millions d’Algériens ne valent rien devant la centaine de hauts responsables militaires/sécurité/gendarmerie ?????!!!!!!

    – Mais pour qui se prennent-ils ????
    – Sont-ils une autorité supérieur à celle des 40 millions d’Algérien ?????
    – Au faite ils sont au service de qui ??? des Emirats ?? de l’Arabie ?? de la France ???
    – Mémes s’ils ont des dossiers noirs, le peuple pourra leur offrir le pardon.

    Sortie depuis le 22 février, le peuple Algérien est décidé à prendre son destin en main, pour batir un état de droit, ou la justice régne…un état fort, développé, riche et moderne.

    Toutes les personnes_obstacles seront chassés des postes qu’ils occupent…LE PEUPLE ALGÉRIEN EST LE SEUL ET UNIQUE MAITRE DE L’ALGÉRIE

    TAHIA EL DJAZAIR HORA DIMOKRATIA
    VIVA L’ALGÉRIE LIBRE ET DÉMOCRATIQUE
    VIVA À UNE ALGÉRIE FORTE PROSPÈRE MODERNE RICHE ET DÉVELOPPÉ
    À BAS LA DICTATURE …À BAS LA CORRUPTION…À BAS L’INJUSTICE…À BAS LES HORS LA LOIS…À BAS LA RÉPRESSION…À BAS LA MANIPULATION…À BAS LE MENSONGE…À BAS LES MOUNAFIKINES..À BAS LES ENNEMIES DU PEUPLE ALGÉRIEN…À BAS LES TRAITRES AU POUVOIR
    =================================================================================
    LES ALGÉRIENS VONT CONTINUER À MANIFESTER PARTOUT, N’IMPORTE OU , N’IMPORTE QUEL MOMENT…DU MOMENT QUE C’EST EN ALGÉRIE…LEUR SEUL ET UNIQUE PATRIE…

    IL FAUDRA MAINTENIR LES MANIFESTATIONS PACIFIQUES, TOUS LES JOURS, PARTOUT, DANS TOUS LES SECTEURS…JUSQU’À CE QUE LES ALGÉRIENS DEVIENNENT MAITRE DU DESTIN DE LEUR PATRIE.

  • Dria
    6 avril 2019 at 11:37 - Reply

    C’est un test du pouvoir en place, un sondage de l’ère après Bouteflika. Comme on dit en kabyle ” Ma Tetcha Tetcha Mulach Daqessar”,qui donne approximativement “si ça fonctionne c’est bon, si ça foire, on dira c’est une plaisanterie”.

    Le nouveau pouvoir illégitime veut reprendre le contrôle du Ghachi. il auront la réponse du Peuple. Un peuple qui à ébahi le monde entier par ces marchés pacifiques, et qui à révéler le vrai visage du pouvoir, une mafia organisé en gangs civiles avec l’appuie et la couverture de quelques généraux ripoux.

    Si malgré ce pacifisme et la reconnaissance mondiale de la justesse et la légalité des revendications, il ne faut surtout pas brandir la menace d’étouffer le mouvement par une loi et surtout pas par la force dans les deux cas c’est l’effet contraire qui va se produire pour ne pas dire UNE PARALYSIE TOTALE DU PAYS.

    Bref, c’est aussi un test pour nous et vous aurez notre réponse rapide.S’il n’ ya pas de démenti et autant vous dire d’interdire toutes les manifestations celle du vendredi en premier , comme si on voulait faire la fête ou que nous n’avons rien d’autres à faire dans ce jour de repos.

    UTILISER LA FORCE AVEC CEUX QUI ONT VIDER VOLER PILLER LE PAYS ET CONTINUE DE LE FAIRE SOUS VOTRE COUVERTURE BANDE DE LÂCHE . LA FORCE DE LA LOI QUE VOUS BAFOUER ET QU ON RESTAURERA TÔT OU TARD.

    VOUS ÊTES ENTRAIN DE POUSSER LE MOUVEMENT POUR LE POURRISSEMENT. VOUS NE RÉCOLTEREZ QU’UN RENFORCEMENT DES RANGS CONTRE TOUT LES GANGS ET UN DURCISSEMENT DES ACTIONS PACIFIQUES A VENIR

  • Dria
    6 avril 2019 at 11:55 - Reply

    Ils ont peur que les réunions de l’APN et du Senat soit perturbé par des manifestants Oui il le seront Quand Bouchouareb à utiliser des cadenas personnes n’a réagi
    NE NOUS POUSSER PAS A UTILISER DES CADENAS POUR VOUS FAIRE COMPRENDRE LE REFUS DE VOTRE DICTAT ON NE RECONNAIT NI VOS INSTITUTIONS NI VOTRE CONSTITUTIONS NOUS ALLONS LES CADENCÉS PACIFIQUEMENT

  • Lire aussi