يومية الجزائر
Édition du
13 December 2019

Égypte. Le coup d’État permanent

Le Parlement égyptien devrait adopter en début de semaine une réforme de la Constitution qui éradiquera les dernières conquêtes de la révolution de 2011 et permettre à Abdel Fattah Al-Sissi de rester au pouvoir jusqu’en… 2030.

orientxxi.info

Bahey Eldin Hassan > 15 avril 2019

Mars 2018. — Panneaux géants dans la ville du Caire durant la campagne électorale de la présidentielle. Khaled Desouki / AFP

Traduit de l’anglais par Françoise Feugas.

Tout au long des six années qui ont suivi son coup d’État de 2013 contre le premier président égyptien civil, Abdel Fattah Al-Sissi en a orchestré plusieurs autres, politiques, sécuritaires, législatifs, constitutionnels et électoraux. Et il prépare actuellement un putsch constitutionnel qui lui permettra de rester en fonction jusqu’en 2034. Il a cependant, ce faisant, commis une erreur tragique. Non seulement il accorde aux militaires une couverture constitutionnelle pour le démettre de ses fonctions, mais il a aussi donné à tous ceux qui s’opposent à lui au sein et à l’extérieur de son régime un objectif qui comble leurs irréconciliables divisions. Sissi pourrait être victime de son propre fait, à l’instar des anciens présidents égyptiens qui ont amendé la Constitution pour consolider leur pouvoir et ont fini par le perdre.

Peu après le coup d’État, Sissi a annoncé qu’il ne se présenterait pas à la présidence. Il dirige pourtant le pays depuis lors. Moins d’un an plus tard, il trahissait sa promesse en annonçant sa candidature à la présidentielle et se retournait contre ses alliés laïcs, les éliminait du gouvernement et emprisonnait leurs militants. Au cours de son premier mandat de quatre ans et derrière l’écran de fumée de la « lutte contre le terrorisme », l’Égypte a connu la plus grande répression de son histoire moderne contre une opposition pacifique, qu’elle ait été islamiste ou laïque.

Pendant sa première année à la tête du pays, Sissi a mené un coup d’État législatif en promulguant des centaines de lois, dont beaucoup sont inconstitutionnelles. Le Parlement qui, selon un ancien conseiller de Sissi aujourd’hui emprisonné, a été composé par les services de renseignement, a approuvé ces lois en masse lors de ses premières sessions. À la fin de son premier mandat, Sissi a commencé à régler des comptes avec des officiers supérieurs de l’armée et de la sécurité. Il a congédié le chef d’état-major de l’armée et le directeur du renseignement général, les a assignés à résidence et a nommé le chef d’état-major de son bureau et le fils de ce dernier aux deux plus hauts postes du renseignement général. Il a fait emprisonner des candidats à la présidentielle qui se présentaient contre lui lors de sa réélection ou les a assignés à résidence (un fait sans précédent dans l’histoire de la République), dont un ancien chef d’état-major militaire et un ancien premier ministre.

Échec de la guerre antiterroriste au Sinaï

Après avoir mené les élections sans opposition, Sissi a mené la plus grande campagne d’arrestations massives de personnalités politiques laïques depuis 1981 et a limogé le ministre de la défense dont la loyauté envers lui a été mise en doute, pour nommer à sa place le chef de la garde présidentielle. Parallèlement à la répression contre les anciens généraux, il a ordonné aux militaires de lancer une grande opération antiterroriste dans le Sinaï (« Sinaï 2018 », NDLR), qui a été perçue par beaucoup comme une manière de détourner l’attention du scandale des élections. La campagne, qui devait durer trois mois, s’est prolongée pendant un an et s’est terminée sans cérémonie lorsque le porte-parole militaire a cessé d’en parler dans ses déclarations. L’organisation de l’État islamique (OEI) continue de mener des attaques dévastatrices dans le Sinaï et utilise les crimes commis par les militaires contre les civils comme outil de propagande.

Votre adresse email:

Selon certains travaux de recherche, le facteur décisif constant dans la politique égyptienne depuis le premier coup d’État de l’armée en 19521 est le conflit entre les officiers supérieurs au pouvoir. Ces études constatent également que cette pernicieuse discorde a consumé le pays et conduit à l’épuisement de ses ressources et à l’érosion de ses compétences. Cette situation a également eu de graves répercussions sur le professionnalisme et l’efficacité de l’armée et a contribué à la défaite militaire la plus humiliante de l’histoire de l’Égypte, celle de la guerre israélo-arabe de juin 1967.

Le général devenu président a très vite compris très vite qu’il allait devoir composer tous les jours avec un équilibre très délicat entre deux considérations vitales, mais contradictoires. La première est que l’armée est son principal électorat, et la seconde est qu’elle constitue une menace et qu’il doit contenir les aspirations des officiers supérieurs à le remplacer. Le dilemme de Sissi, et de tous les présidents qui l’ont précédé au cours des 67 dernières années, est de savoir comment gérer un équilibre aussi délicat sans être écrasé par des soulèvements populaires ou des coups militaires.

Une autorité totale sur le pouvoir judiciaire

L’amendement constitutionnel qui permet à Sissi de rester au pouvoir pendant douze années supplémentaires a laissé dans l’ombre d’autres amendements qui renforcent le régime dictatorial. Selon les déclarations de deux hauts responsables judiciaires, ces amendements donneront à Sissi une autorité totale sur le pouvoir judiciaire et constitutionnaliseront la domination de l’armée sur la politique. Ces déclarations inédites, ainsi que d’autres prises de position publiques de personnalités des gouvernements Moubarak et Sissi témoignent d’une absence de consensus à propos de ces amendements. Celui concernant le rôle de l’armée dit également pour la première fois que celle-ci ne se limite plus à assurer la sécurité, mais arbitre désormais entre les principaux acteurs politiques, y compris le président. L’armée a déjà joué ce rôle en 2011 et 2013 lorsqu’elle a renversé deux présidents, malgré l’absence d’une telle disposition dans la Constitution. Un tel amendement est une arme à double tranchant : il autorise l’armée à faire sombrer l’Égypte dans un bain de sang comme ce fut le cas en Syrie, mais il lui donne aussi une couverture constitutionnelle pour renverser Sissi à la prochaine grave crise politique.

Conserver son impunité

Sissi est probablement conscient des dangers que représentent les amendements constitutionnels pour son avenir en tant que président. Cependant, il est aussi pleinement conscient que s’il se retire en 2022, comme le stipule actuellement la Constitution, il ne sera pas en sécurité. Les rapports des groupes de défense des droits humains égyptiens et internationaux l’accusent d’avoir commis des crimes qui dépassent de loin ceux de Hosni Moubarak, notamment pour avoir supervisé le pire massacre de l’histoire moderne de l’Égypte. Rester au pouvoir est la seule garantie pour lui de conserver son impunité, même si c’est au détriment de l’équilibre délicat qu’il tente de maintenir avec les militaires.

Mohamed Morsi est entré dans l’histoire comme le président qui a – sans le vouloir — prouvé aux Égyptiens que l’islam n’était pas une solution politique. Selon toute vraisemblance, Sissi restera dans l’histoire comme le général qui a prouvé aux Égyptiens que l’armée n’est non seulement pas une solution, mais qu’elle devrait même rester définitivement en dehors du conflit politique chronique du pays.

Bahey Eldin Hassan Directeur du Cairo Institute for Human Rights Studies.


Nombre de lectures : 1723
2 Commentaires sur cet articles

Répondre à Abandonner la réponse

*

*

  • jklm
    24 avril 2019 at 5:38 - Reply

    le problème qu’ils ont les egyptiens d’une manière générale est culturelle si ne sont pas forcement islamistes ils sont pharaoniques comme c’est le cas de Monsieur Sissi mis les pharaon sont tous morts et n’ont établis une justice sociale d’où l’échec précoce de ce dictateur de Sissi.

  • Mohamed
    4 juin 2019 at 8:58 - Reply

    rappel à tous les gouvernants des pays arabo-musulmans.
    Est-ce que ces gens-là ne pensent pas qu’ils seront ressuscités un jour solennel, un jour
    où les hommes se tiendront debout devant le Seigneur des mondes! Qu’ils prennent garde!

  • Lire aussi