يومية الجزائر
Édition du
17 September 2019

Le changement inéluctable !

HAMID TAHRI
Avoir les choses de près, on s’aperçoit que le peuple a fait sienne cette conviction de l’antique sagesse : «Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. Mais c’est parce que nous n’osons pas qu’ elles sont difficiles !»

Le hirak, telle une vague impétueuse, l’a démontré majestueusement, n’a pas failli et signera sa 13e étape ce vendredi. Malgré le jeûne, malgré la canicule !

Douze vendredis. Douze enseignements. Mais en toile de fond, la même détermination, la même volonté de changement d’un système politique voué aux gémonies, qui avait cassé les solidarités nationales et qui est arrivé, pour son malheur, à sa fin inéluctable, humiliante, à laquelle il ne s’attendait point ! Qu’en a-t-on tiré ?

Qu’à la déchéance économique a succédé un traumatisme difficile à surmonter et une citoyenneté absente, dont on se rend compte aujourd’hui de la place importante qu’elle doit occuper comme régulateur de la vie collective. Et qu’on doit conquérir absolument et rapidement en se réappropriant les espaces publics et en se constituant en associations.

Car en réalité, le Président déchu avait, d’entrée, déréglé l’horlogerie du pouvoir, avant de s’attaquer à la Constitution, qu’il a tristement violée, en la façonnant à son avantage exclusif. Avec tous les pouvoirs dévolus à un monarque en déniant à ses compatriotes le statut de citoyens. Que les millions de manifestants, qui ont marché, l’ont fait avec l’espoir de construire une société démocratique, apaisée, solidaire, tournée vers l’avenir.

C’est plus qu’un ordre. Une ordonnance. Car la machinerie sociale dévoyée a fait trop de dégâts. Tellement importants qu’on ne guérira pas de ce handicap en un tour de main du jour au lendemain. Nous voici au milieu du gué à ne supporter ni nos maux ni leur remède. Pourtant, le remède a été prescrit mais tarde à être ingurgité !

Notre drame, c’est que pour une République qui signe au nom du peuple et qui se targue d’être démocratique, l’un de ses segments les plus importants, celui de l’alternance, dans laquelle les électeurs peuvent faire se relayer au pouvoir des équipes différentes, a été honteusement piétiné par le Président sortant pour perdurer pendant vingt ans en décrétant que le pouvoir enivre !

Il nous a saoulés avec son exécrable non-gouvernance, avec ses louvoiements et ses ruses. L’alternance a cédé la place à une obsession narcissique pour un mandat à vie ; quoi qu’il en coûte, quoi qu’en pense le peuple ! Le Président déchu, en triturant la Constitution qu’il a promis de défendre à son arrivée en prêtant serment sur Le Coran, s’en est arrogé tous les droits et parfois plus, en se soustrayant à ses devoirs, dont le plus notoire est de respecter ce même texte fondamental de la nation. Il ne l’a pas fait, mais s’est arrangé pour accaparer tous les pouvoirs en maître absolu.

D’ailleurs, cette Constitution, à laquelle on a soudainement trouvé des vertus, est dépassée et gagnerait à être sérieusement revue ! On pérore sur les élections, mais on n’a pas prévu un deuxième tour ! Et si tel est le cas, qui l’organiserait, puisque le mandat du chef de l’Etat intérimaire aura expiré le 9 juillet !

Mais avec des élections truquées et un Président désigné à l’avance avec un score à la soviétique, comme il est d’usage, cette éventualité n’a jamais effleuré l’esprit des décideurs ! Voilà la tragique réalité ! La déchéance de l’équipe sortante s’est accentuée avec l’apparition insidieuse puis déclarée de la corruption jamais égalée, qui est devenue une constante nationale, presque institutionnalisée. Une mafia, sans foi ni loi, qui a pillé et dilapidé les richesses en squattant aussi le pouvoir politique.

En feignant d’ignorer que la passion du pouvoir ennoblit par le dévouement à la chose publique et se dégage par la capacité de régner en solo de manière despotique, le régime est tombé sans honneur.

Les manifestants qui continueront à crier leur colère, dans un statu quo politique mortifère, le font avec l’espoir de voir enfin émerger une Algérie nouvelle, mais aussi avec le sentiment diffus d’avoir un doute sur la réalisation de ce noble objectif pour lequel, cependant, ils ne sont pas près de lâcher prise ! Ils sont une forteresse inexpugnable, car la souveraineté leur appartient et à personne d’autre…H.T


Nombre de lectures : 1175
Un commentaire

Laisser un commentaire

*

*

  • Dria
    16 mai 2019 at 10:42 - Reply

    Un “Vendredi 13” pour les généraux ripoux.
    Ce n’est point de la superstition. Avec la publication des photos et des fonctions des généraux qui sont derrières GAID. Le commun des citoyens à le droit de connaître ces vrais dirigeants de l’Algérie. C’est un droit élémentaire pour une armée sensé être nationale et populaires.

    Un échantillon d’une dizaine d’entre eux circulent sur les réseaux sociaux. C’est bien de faire dans la transparence et de dire Qui fait Quoi. C’est bien de connaître les fonctions officielles de nos généraux.

    Mais, on attends impatiemment la liste de leur fonction bis, car la plupart de ces généraux en plus de leurs fonctions militaires, occupent une seconde fonction dans le civil soit directement, soit indirectement par le biais de leurs épouses, progénitures ou amis.

    On les retrouve dans différents créneaux.
    Nous avons des généraux qui s’occupent des denrées alimentaires sucre, café, semoule.. des matériaux de constructions Fer à béton , ciment… Ceux qui s’occupent du sport , championnat football, FAF , la ligue….
    Dans l’immobilier….dans l’économie Import import, Ports-Secs ….

    C’est bien de faire connaissance. Ainsi, le peuple vous fera des prières nominativement en ce mois sacré. Pour vous remercier de votre mode de gouvernance et de votre gestion pour le pays.

    On attends également de connaître vos déclaration de biens, afin de comprendre comment vous avez ammasser tant de fortune.

    Merci à vous GAID et aux GÉNÉRAUX de nous avoir permis cette mesure si intéressante de l’importation des voitures de moins de trois ans. Je pense qu’il sera plus populaire de lever une mesure des plus humiliante pour les Algériens que nous sommes. Il s’agit de
    l’ALLOCATION TOURISTIQUE de l’Algérien qui ne dépasse pas les 150 euros une fois par an. Que représente cette somme dérisoire (que vous donnez comme pourboire dans les hôtels que vous fréquentez,) devant ces sommes pharaoniques que vous dilapider du pays et que vous encaisser par corruption. D’ailleurs autant abolir cette allocation et nous rien nous donner , on s’alimentera ainsi directement des marchés parralleles de la devises dont les grands barrons sont aussi des généraux malheureusement.

    Le peuple a besoin de voir vos tranches, ces visages de fers , vos regards de marbres qui ne dégagent que du mépris pour ce valeureux peuple. C’est une thérapie en soi, le fait de connaître l’identité de ces bourreaux afin d’y remédier a un changement par de nouveaux militaires dignes d’être a la tête de L’ANP.

    Un nouveau sang de hauts gradés jeunes ne dépassant pas les 65 ans, instruits, diplômés , probes ,intègres et nationalistes. Ce n’est point un appel a la rebelions, mais un appel a la raison devant les défis qui nous attendent en tant que peuple et armée.

    “LE VENDREDI 13 DES GÉNÉRAUX RIPOUX” POUR LA FIN DE LA RIPOUBLIQUE ET L’INSTAURATION D’UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE. LE PEUPLE DOIT SAVOIR ET A LUI DE CHOISIR.

    SAHA FTORKUM.

  • Lire aussi