يومية الجزائر
Édition du
20 October 2019

Appel pour une solution consensuelle

Par Ali Yahia Abdenour, Ahmed Taleb El Ibrahimi et Rachid Benyelles.

Le 22 février 2019, des millions d’Algériens, toutes classes sociales et tous âges confondus, sont sortis dans les rues de l’ensemble des grandes villes du pays pour manifester pacifiquement, crier leur colère et refuser l’humiliation qu’un pouvoir arrogant et sûr de lui, voulait encore leur faire subir en annonçant la candidature pour un cinquième mandat, d’un homme qui vit à l’état végétatif depuis cinq ans.

Par leur caractère massif et strictement pacifique, les manifestations grandioses de ces treize dernières semaines ont forcé l’admiration du monde entier et nous ont rendu notre dignité trop longtemps bafouée, comme elles nous ont permis de recouvrer notre fierté d’appartenir à une grande nation. Elles auront également fortement contribué à renforcer l’unité nationale et la volonté du vivre ensemble, quelles que soient nos différences politiques, et nos sensibilités culturelles ou doctrinaires. 
Après avoir obtenu la démission forcée du président candidat moribond, les manifestants dont le nombre a atteint des sommets historiques, exigent maintenant l’instauration d’un Etat de droit et d’une véritable démocratie, en passant préalablement par une période de transition de courte durée, conduite par des hommes et des femmes n’ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années. Cette période est nécessaire pour mettre en place les mécanismes et dispositions permettant au peuple souverain d’exprimer librement et démocratiquement son choix à travers les urnes, – un processus qui va dans le sens de l’histoire, et que rien, ni personne ne saurait arrêter.

Porteuse de graves dangers dans une situation régionale tendue, la situation de blocage à laquelle nous assistons par le maintien de la date du 4 juillet ne pourra que retarder l’avènement inéluctable d’une nouvelle République. Car comment peut-on imaginer des élections libres et honnêtes alors qu’elles sont d’ores et déjà rejetées par l’immense majorité de la population parce qu’organisées par des institutions encore aux mains de forces disqualifiées, opposées à tout changement salutaire ? C’est pourquoi, nous, signataires de la déclaration du 7 octobre 2017 ainsi que du présent appel, demandons instamment au commandement de l’ANP de nouer un dialogue franc et honnête avec des figures représentatives du mouvement citoyen ( harak ), des partis et des forces politiques et sociales qui le soutiennent, afin de trouver au plus vite, une solution politique consensuelle en mesure de répondre aux aspirations populaires légitimes qui s’expriment quotidiennement depuis bientôt trois mois. 
Alger le 18 mai 2019

Abdennour Ali Yahia Ahmed Taleb Ibrahimi Rachid Benyelles.

ي 22 فيفري 2019، خرجتالملايين من الجزائريين من كل الفئات الاجتماعية، وكل الأعمار في مظاهرات سلمية اكتسحت شوارع كبريات مدن البلاد تعبيرا عن غضبهم ورفض إذلالهم من طرف سلطة متكبرة وواثقة بنفسها لم تبال بترشيح شخص لعهدة خامسة كان واضحا أنه في حالة احتضار منذ خمس سنوات.

إن المظاهرات العارمة التي شهدتها البلاد طيلة الأسابيع الثلاثة عشرة الماضية انتزعت إعجاب العالم كله بما تميزت به من طابع سلمي ومشاركة عددية واسعة، وأعادت لنا كرامة لطالما أُهينت، فضلا عما أحيته في نفوسنا من شعور الفخر والاعتزاز بالانتماء إلى أمة كبيرة بعظمة الجزائر. كما أنها ساهمت بقوة في تعزيز الوحدة الوطنية وإرادة العيش المشترك، بقطع النظر عن خلافاتنا السياسية وحساسياتنا الثقافية أو العقائدية.

إن المتظاهرين الذين بلغ عددهم رقما قياسيا تاريخيا، يطالبون اليوم، بعدما أرغموا الرئيس المترشح المحتضر على الاستقالة، ببناء دولة القانون في ظلَ ديمقراطية حقة تكون مسبوقة بمرحلة انتقالية قصيرة المدّة،يقودها رجال ونساء ممن لم تكن لهم صلة بالنظام الفاسد في العشرين سنة الأخيرة.إن هذه المرحلة ضرورية حتى يتسنى وضع الاليات واتخاذ التدابير التي تسمح للشعب صاحب السيادة بالتعبير الحر الدمقراطي عن خياره بواسطة صناديق الاقتراع. إنها عملية تنسجم تماما مع مسار التاريخ الذي لا أحد، ولا شيء بقادر على اعتراضه.

إن حالة الانسداد التي نشهدها اليوم تحمل أخطارا جسيمة تضاف إلى حالة التوتر القائم في محيطنا الإقليمي،وهذه الحالة الناجمة عن التمسك بتاريخ الرابع جويلية القادم، لن تؤدي إلا إلى تأجيل ساعة الميلاد الحتمي للجمهورية الجديدة، فكيف يمكن أن نتصور إجراء انتخابات حرة ونزيهة ترفضها من الآن الأغلبية الساحقة من الشعب، لأنها من تنظيم مؤسسات مازالت تديرها قوى غير مؤهلة معادية للتغيير والبناء؟

وعليه، فإننا نحن الموقعون على بيان السابع أكتوبر 2017، وعلى هذا البيان، ندعو بإلحاح القيادة العسكرية إلى فتح حوار صريح و نزيه مع ممثلي الحراك الشعبي والأحزاب السياسية المساندة لهذا الحراك،و كذلك القوى الاجتماعية المؤيدة له، من أجل إيجاد حلّ سياسي توافقي في أقرب الآجال يستجيب للطموحات الشعبية المشروعة المطروحة يوميا منذثلاثة أشهر تقريبا.


Nombre de lectures : 1771
7 Commentaires sur cet articles

Répondre à Abandonner la réponse

*

*

  • Adel Amine
    18 mai 2019 at 3:00 - Reply

    “Un processus qui va dans le sens de l’histoire,et que rien,ni personne ne saurait arrêter”.
    Effectivement,l’Algérie est à la croisée des chemins:
    Ou bien le régime en place prend en considération la volonté populaire et opte pour un changement,sans heurts,du système ou bien il engage un bras de force avec le mouvement populaire pacifique pour dicter une feuille de route unilatérale,et dans ce cas le pourrissement de la situation politique et ses conséquences multiformes prendraient de l’ampleur et le danger qui guetterait un pays aussi jeune irait s’accentuer.
    Dans ce cas,aussi,l’occasion d’un changement dans le sens positif de l’histoire serait rater,et les générations futures payeraient trop chères toutes ces tergiversations d’un régime autiste.

  • Derdar
    18 mai 2019 at 4:46 - Reply

    C’est une bonne initiative d’écrire au chef de l’ANP pour éviter un dérapage sans fin de l’État Algérien. Nous citoyens on a décidé et engagés corps et âmes de faire aboutir le message de Ben Mhedi et Amirouche. Rien ne pourra nous arrêter ni la faim ni la soif, les peuples du monde développé n’est pas s meilleur que nous. Les pays du.monde ne sont pas meilleur que le notre. Il y a pas de raison qu’on soit pas l es meilleurs.chachnaq , Massinissa, jugurtha,Arius, saint augustin Dihia étaient des exemples pour le monde et nous leurs fils. Tous ensemble nous ferons des miracles. La nature encourage celui qui travaille. Amine

  • Dria
    18 mai 2019 at 6:15 - Reply

    Très bonne initiative، espérons qu’elle ouvrira le bal a d’autres avec différents acteurs de la société civile, syndicats autonomes,universitaires pour aboutir à un dialogue franc et honnête avec le commandement militaire et d’aboutir a une solution politique consensuelle.

    Il n’y a pas d’autres issue que le DIALOGUE Malgré toutes les bonnes volonté. La balle est dans le camps du COMMANDEMENT vont ils accepter de faire ce premier pas. On n’est pas obligé d’attendre un Mardi, ou forcément d’entendre les discours de Gaid.

    Un communiqué du commandement allant dans ce sens, désamorcera la situation et sera considéré comme un gage de bonne foi de la part de l’armée envers le peuple. Devant l’impossibilité d’un scrutin le 04 juillet et devant le choix sans équivoque du peuple pour un pouvoir civil et l’instauration d’un état droit, ne reste que le dialogue.

    A quand ce communiqué délivrance. Songer à l’Algérie après le 04 juillet, plus exactement le 09 juillet. Une chose est sûre ,le peuple ne se laissera plus faire et ne tolérera plus le diktat des un et des autres , alors autant faire une transition dans les normes .

    Saha ftorkum

  • Afif
    18 mai 2019 at 11:22 - Reply

    Tous les trois ont participé au système, alors qu’il y a beaucoup de personnalités qu’ils n’ont jamais participé au système.

    La tromperie continue depuis 1962.

  • fron
    19 mai 2019 at 10:14 - Reply

    A mon Avis les Militaires feront mieux de négocier avec des gens qui viennent du fond du Hirak des personnalités respectable y on a beaucoup, ce n’est pas ca qui manque….

  • Kamel Bouras
    20 mai 2019 at 4:33 - Reply

    Gaid Salah veut que le Hirak négocie avec Bedoui, lui même et son gouvernement nommés par Said Bouteflika, lequel est selon Gaid le chef de la 3isaba….
    Donc Gaid nous invite à négocier avec la 3isaba. Au diable les complots, au diable l’intervention étrangère, foutaises que tout ça! Le Hirak doit maintenant avoir un seul mot d’ordre: le départ du système ET à sa tête Gaid Salah le protecteur en chef de la 3isaba.

  • Nacer
    21 mai 2019 at 6:42 - Reply

    Les clivages entre l’armée et la population se creuse cela est devenu une évidence. Pourquoi l’armée n’est pas favorable aux changements? A un État de droit? Pourquoi cette hostilité aux biens communs, au commun? En effet les fondateurs de ce régime n’ont pas voulu que l’armée soit une institution entièrement contrôlée par un pouvoir civil démocratique; ils craignent à ce point l’autorité politique qu’ils en sont venus à créer une tyrannie militaro- politique. Malheureux clivages qui continuent de donner des façades boulitiques contraires aux espoirs et valeurs des populations. Une pétro-république rentière peut-elle se refonder et se réinventer?

  • Lire aussi