يومية الجزائر
Édition du
17 November 2019

ALGERIE : GRANDEUR D’UNE NATION

« Ceux qui rendent une révolution pacifique impossible rendront une révolution violente inévitable. » 
John F. Kennedy – Homme d’État Américain (1917 – 1963)

Une ouverture qui sonne presque comme un conseil à l’encontre de ce régime et ses valets moribonds.

Ce vendredi, le 26eme, a entretenu encore la flamme d’une issue pacifique au lieu d’une confrontation, que ni la Providence, ni les idéologies, ni les religions et surtout pas ni les intérêts mesquins et éphémères ne peuvent justifier.

L’Algérie, fut et reste dans sa genèse d’abord une idée de paix, un havre où les armes dans leur fureur se seraient tues, mais la Providence en fut autrement.

Ecartelée entre l’Orient et l’Occident, cette terre violentée de tout temps n’a eu d’autre enclin qu’à vivre en paix avec elle-même en premier et avec ses voisins ensuite.

L’élan du peuple algérien s’est toujours inscrit sans équivoque, et quelques soient les religions qui y régnèrent sur sa terre, dans une vision du vivre-ensemble.

Terre d’une terrible révolution, qui dans sa marche effrénée a anéanti les espoirs portés en elle, a fini par libérer le sol en faillant totalement à émanciper les Algériens et Algériennes.

Cet Eveil National a rendu l’initiative au peuple, mais politiser les damnés de cette terre, ce n’est pas, ce ne peut pas être faire des discours politiques.

La seule ardeur qui vaille ; c’est de s’acharner avec rage à faire comprendre aux algériens que tout dépend d’eux, que si nous stagnons c’est de leur faiblesse et que si nous avançons c’est aussi de leur faiblesse, qu’il n’y a pas de démiurge, qu’il n’y a pas d’homme illustre responsable de tout, mais que le démiurge c’est le peuple et que les mains magiciennes ne sont en définitive que celles du peuple. C’est la seule vérité qui vaille.

En d’autres termes, cette vérité doit être vue comme la seule révélation de ce qui rend un peuple certain dans son destin, clair dans sa vision et fort des ses attributs.

Elle est mise en avant par l’élite intellectuelle issue de ce peuple, qui l’accompagne dans ses bonheurs et ses misères.
C’est uniquement au nom de cette vérité que l’élite intellectuelle doit s’exprimer car elle est le reflet des espoirs et des potentialités de cette nation partageant son angoisse constante, et souffrante à ses disjonctions et fissures.

La grandeur d’une nation est construite ainsi sur cette sainte alliance entre l’élite intellectuelle et le peuple.

En Algérie, et face à cet Eveil National, rebâtissons cette grandeur en faveur de cette terre pour qu’une fois toute la violence soit à jamais bannie.

C’est pour cette raison, que ce processus doit passer inévitablement par une politique de réconciliation des cœurs d’abord, ensuite entre les différents pans de la société algérienne.

Une politique qui bâtira un pays ; un havre de justice et de quiétude où un peuple uni voulant la paix d’abord chez lui, ses voisins et ensuite dans le monde et qui désire grandement de figurer sur les listes de tous les progrès de l’humanité.

C’est ainsi seulement que l’on peut réaliser la grandeur de cette nation, en gérant nos différends sociétaires d’une manière civile, comme par un procès, et non d’une manière barbare, c’est-à-dire par la violence.

De ce fait, il ne sert à rien d’élaborer des propositions qui ne sont pas soutenues par la conviction et par la volonté morale de ce peuple.

Sur cette génération repose un devoir immense de veiller à ce que la vie de ce cette nation se transforme jusque dans ses principes mêmes.

Car cette génération a été témoin d’un Eveil National, dont la grandeur ne pourra être consigné par aucun mot adéquat dans aucune langue.

L’humanité oublie étonnamment vite, et c’est pourquoi cet Eveil National doit d’abord s’opérer dans la pensée, sinon le souvenir des temps effroyables que nous avons vécus ne sera plus assez vivant.

Khaled Boulaziz


Nombre de lectures : 1822
Un commentaire

Laisser un commentaire

*

*

  • lazzouzi
    19 août 2019 at 2:10 - Reply

    Pourquoi le malheur ne veut pas quitter cette terre tant convoitée? l’élite dont vous parlez Docteur est soit vaincu soit exilé ou encore mise au pas du système.Il reste quant même une souche d’élite qui refuse de plier et qui porte le combat de ce peuple au prix parfois exorbitant mais elle le porte quand même .la graine farouchement entretenue pour ne pas perde sa faculté germinative et c’est cette graine qui à travers les années et les siècles ne cesse de produire des intéléctuels pour continuer le combat. Cette flamme entretenue par des Hommes comme vous qui refuse le fait accompli et qui sans l’ombre d’un doute fera basculer le poids de son coté. chapeau bas et bonne continuation.nous vous lisons avec avidité.

  • Lire aussi